Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de aldenor

« 1 ... 7 8 9 (10)
Bien ↑ Arielle : Voyageur immobile
De beaux vers mais il manque un peu de cohésion. L’image du voyageur pétrifié à la station-terminus est forte mais il faudrait se focaliser sur elle ; à cet égard la première strophe, belle en soi, se disperse avec une imagerie éloignée des gares. Je ne comprends pas les majuscules en début de certains vers : « Ton œil… » et « Tu redoutes » al... (29/4/2011)
Bien ↑ tom : Naples
« Amore mia ». C’est joli, mis en exergue comme ça. Tellement plus musical, plus joyeux que « Mon amour ». Dans le 2eme vers il me semble que le répétition de « si » serait plus rythmée : Habillée si fébrile et si forte nue. Vers 3 : Passe. Je n’ai pas compris la construction. Vers 4 : « Deux branches écorcées pris de sève encore ». Ne faudra... (28/12/2011)
Bien ↑ Gerwal : Spleen
J’aime la construction qui sied bien au ton nostalgique, avec ses répétitions et ses inversions. Pourquoi les virgules ? Elles sont superflues et en plus elles tombent faux : Il faudrait un point après « Trop courte est la vie » « Trop gris est le ciel, Même en plein midi, Je cherche un soleil... ». Ici il faudrait choisir une des deux ... (6/1/2012)
Bien ↑ Luz : Les rêves sans tain fissurent le miroir de nos angoisses
J’ai bien aimé l’image de ce rêve accompagnant le poète dans sa tombe, qui « se referme sous le claquement du granit ». Et l’humour macabre de la comparaison du cadavre posé sur une étagère avec un « bocal de canard confit »... J’aurais préféré que le mot “angoisse » ne soit pas dit. L’angoisse « du grand vide », transparait toute seule de l’in... (19/4/2017)
Bien Ariumette : Écriture
Je trouve que ce n’était pas la peine de répéter « Encore un mot je te déteste ». La première fois ça a le charme de surprendre, ça tombe dans le poème comme une explication au ton désabusé qui précède. La deuxième fois, on dirait que c’est juste là parce que tu crains que le lecteur n’ait pas saisi qu’il s’agissait de la clef du texte. Je n... (23/1/2008)
Bien Eminescu : Anémon, prince des nuées
Les idées, l’élan poétiques sont présents. Mais je trouve que la forme n’est pas toujours à la hauteur de l’intention. Je vais prendre des exemples de la première strophe : « Eclos » on ne sait pas à quoi il se rapporte. « Se prendre à courir » au lieu de se mettre à courir ou courir simplement. « Le piton du chemin ». « Paissaient » qui tout s... (30/3/2009)
Bien Tanxien : Les ailes d' Alice
J’aime bien la légèreté de ce poème, son thème subtil, son ton entraînant. Certains détails nuisent à mon sens à l’effet d’ensemble. D’abord le refrain. Qui s’intègre mal, surtout juste après « C’est de jouer à Zelda ». « Elle ne m’entend pas et je n’existe même pas » ; « Elle s’entête à jouer et elle gagne avec malice » : Dans les deux cas l... (5/6/2010)
Bien ↓ Meleagre : Au lecteur
Dans l’«Au lecteur » de Baudelaire, le lecteur est son semblable ; ignoble et méprisable mais bien vivant ; poète et lecteur partagent le même monde. Le votre est purement contemplatif : exclusivement lecteur. Du moins, il devrait l’être. Mais « dans ses rêves divague », inattentif au poète, qui est le centre du monde. Moins pompeux, avec plus... (26/1/2012)
Bien ↓ Marie-Cerise : Éclats
J’ai aimé « c'est un éclat de rire fiché dans ma rétine » ; l’éclat figuré, de rire, se matérialisant, comme un éclat de verre dans la rétine. Enchainer avec « éclats », de miroir ou de voix est lourd je trouve : les sens d’éclats étaient déjà épuisés, on cherche sans trouver où est la subtilité. « quand soudain je compris » : ici le choi... (3/9/2012)
« 1 ... 7 8 9 (10)

Oniris Copyright © 2007-2019