Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de David

(1) 2 3 4 ... 106 »
Passionnément ↑ gorgonzola : La nuit des sans abris
Bonjour Gorgonzola, Dés que j'ai vu le titre dans la liste des poêmes en bas de la pages d'accueil, j'ai pensé à "La nuits des morts vivants" et j'ai lu avec cette idée en tête, le retour cauchemardesque de ces choses enterrées, intimes aussi. C'est pas ironique, le thême s'y prète peu, mais l'été qui approche va aussi être une nuit sur le pr... (21/5/2008)
Passionnément luciole : Croquis nocturne
Bonjour, Alors j'ai adoré, à la limite du fétichisme pour ces diérèse à miaulement et insomniaque, dont le simple accouplement dans un même poème est en soi une trouvaille aussi heureuse qu'une bonne rime alliant le son au sens avec brio. Un "miaulement insomniaque" peut d'ailleurs résumer parfaitement le poème. J'aime aussi l'exergue du sple... (21/9/2016)
Passionnément CICI : Ma chemise
Un curieux poème sur une chemise de nuit, avec un côté fantasque, une drôle d'histoire de retournement pour une fable loufoque qui reprend un air connu qui voudrait que bons nombres de problèmes se résolvent d'eux-mêmes. Coutures et boutons dehors ou dedans ne changeront pas le sommeil qu'ils recouvrent. (2/10/2016)
Passionnément Pouet : Cahier des charges
Salut Pouet, Je trouve quelque chose de galvanisant à la lecture, carrément anti-rouille alors, un poème dégrippant en plein novembre, il fallait y penser ! Le titre est super, c'est à la fois une expression assez déshumanisée, qu'on emploie plutôt au pays des personnes morales et des représentants, mais en maintenant (je voulais écrire "e... (25/11/2015)
Passionnément Pouet : Comme une toile effacée
Salut Pouet, Par les roubignoles du dalaï lama, c'est tout à fait époustouflant ! Il y a comme une tension tout au long des vers, comme un faux calme sur l'océan, le ton semble mesuré mais les mots explosent, des vers détonnent avec bonheur, j'inspirais à : "L’inutile chemin du berceau à la tombe," "Il avait enjambé d’interminables flaque... (5/9/2015)
Passionnément sqark : L'abject aux yeux du vide
Bonjour sqark, Ça ne serait pas pour un no-futur recueil plutôt ! la lecture a été époustouflante, c'est dit, ce que j'en retiens c'est ce que j'ai pu trouver dans des polars parfois, un sentiment de lucidité qui pince, une émotion "intranquille" mais rien d'angoissant, c'est juste l'impression que ça met le doigt dessus, comme la douleur qui... (3/7/2015)
Passionnément leni : En Galaxie
Bonjour Leni, Ahhh... ça finit très sec j'ai trouvé, comme pressé de partir, je le buvais sans doute comme une gorgée de ce "riscal" et les apostrophes qui surgissent à la fin m'ont fait l'effet d'une accélération, j'en avais élidé tout seul avant des E, je ne comprend pas... ("Il a sifflé l’Riscal" ça fait rouler le R comme en espagnol un pe... (21/1/2012)
Passionnément fleur-maladive : Les paysannes
Bonjour Fleur-maladive, Sublimes parturientes au milieu d'un décor digne d'une genèse, un monde où l'on ne naît pas dans les choux ou les roses : "J’aime de vos lèvres la grimace et vos lèvres saignent Quand vous écartez les jambes et accouchez dans la terre" Le ciel peut attendre, le sang n'est pas celui d'un corps blessé, s'il vient ... (3/3/2011)
Passionnément BAK : De mémoire en oubli
Bonjour BAK, Un poème étonnant... bon, c'est un peu cavalier, désolé, mais après ma lecture, j'ai pensé à une blague potache que je vais reproduire rapidement pour la compréhension, elle n'a donc aucune lien sur le ton avec le poème, je ne me moque pas : Un enfant demande à son jeune frère s'il a déjà entendu leur grand-mère faire le loup,... (18/6/2010)
Passionnément HicEtNunc : Plus jamais, jamais plus
Bonjour HicEtNunc, Mon corbeau a bien aimé, de très jolis vers de strophes en strophes : "Chaque mot m’échappait comme un mensonge ou pire" "Je relevais les yeux : ce plumage si noir Qu’il en paraissait bleu" "Je regardais l’oiseau, interdit, sans mot dire, Autre Ulysse perdu sous le chant des sirènes." "Plus jamais, jamais plus... (26/2/2010)
(1) 2 3 4 ... 106 »

Oniris Copyright © 2007-2018