Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Acratopege

(1) 2 »
Beaucoup ↑ Pimpette : Petite incantation…
En vous lisant, je commence à comprendre comment on peut être simple, touchant, léger, et en même temps dans une profondeur aux antipodes de la mièvrerie. Et puis l'ambiguïté du thème - pour moi - m'a enchanté: je n'ai pas su en lisant s'il s'agissait d'une incantation adressée à l'être aimé ou bien à un soi-même auquel on aspire et qui toujours... (1/4/2013)
Beaucoup Pimpette : Autant le dire…
Parler de la mort avec un tel optimisme, une joie si profonde, quand on n'a plus tout à fait vingt ans, bravo! J'aimerais être comme toi dans une vingtaine d'années... C'est surtout le dernier paragraphe qui m'a bluffé. "Les lanières de l'amour" et "la mort farfouille", c'est simplement de la poésie pure. "Le poème s'écrit limpide.": il y en a ... (11/10/2013)
Beaucoup Lagomys : Dichotomie
J'aime pourquoi? - Tant pis - j'aime ce poème! et n'ai pas envie de me justifier. Il sautille, il part en vrille, il nous emmène d'un bout à l'autre des rives de la vie, sans se prendre au sérieux, apparemment futile, léger au cœur, croustillant de peau. Merci. (2/3/2013)
Beaucoup Pimpette : Jusqu'à quand ?
Je vois, j'entends Juliette Gréco encore assez jeunette chanter ce poème en mettant sur ses épaules, dont les hommes de sa vie, sans doute, ont croqué un bout, ses belles mains en croix! Le thème est banal, c'est vrai, de la vieillesse qui grandit insensiblement depuis le fond de notre carcasse, puis se manifeste à l'extérieur. Le thème est bana... (5/3/2013)
Beaucoup Arielle : Douze boutons de nacre [concours]
Voilà un poème lutin qui honore toutes les Margot, tous les poëtes d'Alexandrie ou d'ailleurs en s'en moquant avec facétie. J'ai beaucoup aimé, piètre lecteur de poèmes, le rythme balancé des vôtres, qui évoque la démarche aguichante de votre muse s'en allant butiner de poëte maudit en rimailleur de la cloche. Bravo. (30/3/2014)
Beaucoup Pimpette : Fricassée de plaisirs
Je suis d'accord avec toi, il faut deux bonbons sous la langue pour en tirer un vrai plaisir! Ta poésie est du même registre, "simplicité émotive" comme dit Leni. Je dirais liberté jubilatoire, et passage en douceur d'un registre à l'autre, de la sensation à l'idée, du sentiment au souvenir, ce qui entraîne le lecteur que je suis, peu à l'aise d... (2/11/2013)
Beaucoup pieralun : Béton-sur-mer [concours]
Je ne suis pas vraiment, et je le déplore, un lecteur de poèmes, mais celui-ci m'a touché d'emblée, comme ceux de Cendrars dans mon adolescence, par une sorte d'immédiateté du sentiment et des sensations qu'il a fait naître en moi: frissons, recroquevillement de plaisir dans les embruns, mélancolie, espoir d'un retour improbable... et puis je n'... (23/3/2014)
Beaucoup Cristale : Le géant suspendu [concours]
J'ai été surtout sensible au rythme du poème, qui fait se balancer l'esprit comme pont dans le vent ou vagues en mer. L'avant-dernier quatrain tranche avec le reste par son prosaïsme presque technique, ce qui a parasité ma lecture. Une rivière au nom d'arbre, un arbre au nom de rivière, belle idée de le relever. Merci pour ce moment. (30/10/2017)
Beaucoup wancyrs : Trois éléphants mauves
D'abord un commentaire prosaïque: pourquoi "on aurait dit..." dans la deuxième strophe, alors que tout le poème est au présent? Cela dit, un moment de plaisir à lire votre texte fantasque qui m'a fait furieusement penser au "Concombre masqué" d'heureuse mémoire pour ceux qui ont eu la chance de vivre les seventies. Que vivent la liberté, la f... (29/11/2017)
Bien ↑ rosebud : Désenchanté
Je suis tout sauf un lecteur de poésie, mais celle-ci m'a donné du plaisir. J'ai aimé surtout le rythme, avec l'alternance d'alexandrins, d'alexandrins boiteux et de vers libres, rythme irrégulier qui dit bien l'éloignement de la muse, mais aussi sa proximité. Mais la question se pose: la muse est-elle vraiment du côté de la déraison? (12/2/2013)
(1) 2 »

Oniris Copyright © 2007-2018