Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Robot

« 1 ... 38 39 40 (41) 42 43 44 ... 134 »
Beaucoup margueritec : Départ
Ce texte tout en sensibilité, presque impressionniste m'a touché par ces images et les sentiments qui le composent. On démarre comme pour une promenade puis on suit le cours des pensées du narrateur. Pour moi, quand il dit tu, c'est à lui même qu'il s'adresse. Un retour en arrière, un parcours, puis une sorte de vision d'espérance. Ce départ es... (9/8/2014)
Beaucoup bonjour : Saturne
J'ai apprécié cette métaphore du temps destructeur de sa propre essence. Ce monstre qui se dévore lui même et qui disparaîtra à la fin des temps. Il fallait oser utiliser ces mots de notre époque - biodégradable, recyclable - là ou d'autres se contenteraient d'aller chercher des expressions rebattues. Ce passage est bien trouvé: "C'est là mê... (23/8/2014)
Beaucoup godetia : Le naufrage de l'ivronaute [Sélection GL]
Ivresse du désespoir ou désespoir de l'ivresse ? En tout cas, c'est finement écrit. La simplicité de l'expression ajoute à la crédibilité des sentiments. Le dernier paragraphe exprime bien cette détresse de l'alcool qui corrompt les autres sentiments. (19/8/2014)
Beaucoup Edgard : Promenades
C'est le rythme de ce poème qui m'a apporté le plaisir de sa lecture. Un voyage qui se moque de ce qu'il advient au fil de la vie qui s'écoule comme l'eau vers l'océan de l'avenir "Le temps, l’amour, la vie, les mots ;" C'est l'instant présent qui compte: "En attendant, en attendant…" "Mais que d’amour sous les tonnelles ! Lèvres fraîche... (27/8/2014)
Beaucoup paulsenoi : L'enfant [Sélection GL]
J'ai trouvé ce texte admirable. Partant de l'image bien souvent ancré encore dans nos sociétés (l'idiot) il nous montre l'existence d'une humanité, d'une belle âme qui existe dans la différence. C'est souvent le regard qui considère l'autre comme n'étant pas notre semblable. (31/8/2014)
Beaucoup leni : Quelle heure est-il au sablier
Lorsque musique et paroles se répondent et s'amalgame à ce point on ne peut que dire bravo les artistes. "Ce que tu vois tu l’as vécu Des coups de cœur et des coups vaches C’est au fond de toi qu’ils s’attachent" C'est tellement vrai cette évocation des réminiscences. (3/9/2016)
Beaucoup LeopoldPartisan : Août 14
J'ai apprécié ce texte tout en nuance qui nous dit l'inanité de l'horreur empli de couleurs comme une peinture qui suggère. Le second quatrain sans s'imposer est une évocation très forte. Une toute petite remarque: Pourquoi hier et pas aujourd'hui ? Je trouve que ce hier affaibli la prégnance des ignominies qui se poursuivent aujourd'hui - co... (5/9/2014)
Beaucoup Michel64 : Ma neige
 Ce poème est un bel ouvrage. La description et les sentiment très imagés donnent une lecture agréable qui parle aux sens. Ce quatrain est un ornement qui a ma préférence. "Ma neige est au jardin en fourrure d'hermine L'enrobant de rondeurs aux courbes épurées Et ornant les roseaux à la tête inclinée De chandelles de verre aux reflets d'opa... (18/11/2014)
Beaucoup bipol : Le manège
C'est dansant, il y a du rythme. Je le vois tourner ce manège. Je sens monter une nostalgie, des visions, des réminiscences. un paysage derrière le carrousel, les promeneurs, les voyeurs. Une mélodie en adéquation. Des vers libres assumés pour ce texte très visuel qui ne tombe pas uniquement dans le descriptif mais dont les regards sont variés.... (19/11/2014)
Beaucoup papipoete : Sœur de bois, de cordes
J'ai vu dans ce texte que j'ai apprécié un peu comme une chanson triste. Le dernier quatrain, quand le feu du musicien s'étiole est de toute beauté. Reste le musicien désespéré qui se consume (au figuré) à côté de la guitare qui git à terre. (24/11/2014)
« 1 ... 38 39 40 (41) 42 43 44 ... 134 »

Oniris Copyright © 2007-2019