Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Robot

« 1 ... 89 90 91 (92) 93 94 95 ... 141 »
Bien ↑ Raoul : C'est l'âpre
C'est à la seconde lecture que j'ai "me semble-t-il" saisi qu'il s'agissait de la maladie (en tout cas c'est ce que ça m'inspire) avec les gonds qui lâchent, cette chose (le mal ?) qui rogne et grince. Je ne sais pas si c'était vraiment cela l'objet mais au moins, votre poème aura déclenché pour moi ce sentiment et c'est déjà important qu'un tex... (10/4/2014)
Bien ↑ Rainbow : Ephraïm
Voilà une évocation de l'humaine humanité qui montre sans juger, qui ne s'arrête pas au sordide et laisse percer au fond une lueur d'espoir pour que l'homme puisse se tenir debout dignement. (2/5/2014)
Bien ↑ TheDreamer : La statue
Voilà un texte d'une bonne facture classique. Cependant, la rédaction m'apparaît quelque peu surannée. Surtout dans le premier quatrain exagérément exclamatif. Son dernier vers qui semble surajouté avec son point d'interrogation ne fait pas sens pour moi. Le premier tercet beaucoup plus naturel m'apparaît le plus réussi. Il à retenu mon attention. (3/5/2014)
Bien ↑ madawaza : Chez moi
Au final l'idée est : même dans la plus belle ville du monde le plus bel endroit c'est encore et toujours l'abri des bras de celui qu'on aime. Je regrette de n'avoir pu imaginer une musique (et ça manque certainement ). Ah comme j'aimerais que vos textes musicaux soient accompagnés de l'air dont je suppose qu'il trotte dans votre tête. Cert... (8/1/2016)
Bien ↑ Charivari : Histoire pour appeler un chat un chat
Ce texte m'a rappelé une réplique d'Ustinov dans l'âge de cristal. De mémoire : Le chat à trois noms: Son 1er nom on l'appelle le chat, le second nom c'est celui qu'on lui a donné et le troisième nom celui que seul le chat connaît et que personne ne connaîtra jamais. C’est plus le fond de l’histoire que son écriture qui m’a plu. (12/5/2014)
Bien ↑ MissNode : Tant vaut-il voler
Votre force poétique c'est de créer des images qui s'impriment immédiatement dans l'esprit du lecteur. Quelle beauté ces deux premières strophes et quel éloquente conclusion. "Le poussin ne craint plus rien, l'oiseau est non loin de l'envol, il en apprend les obstacles – le vent mauvais, l'aile peureuse, le cri trop fort." Je ne veux retenir... (18/5/2014)
Bien ↑ Edgard : Voyageur
J'ai ressenti ce poème comme un voyage rêvé, c'est l'idée d'un voyage et je la trouve bien présentée. Comme si le voyageur s'exprimait sur des images et laissait vagabonder à la fois son imagination et ses désirs. Voilà comme j'ai vécu ce texte. Oui il faudrait bien deux ou trois vie pour "voir" en profondeur tout cela. (31/5/2014)
Bien ↑ Dyonisos : Les yeux…
Ce texte ne peut qu' émouvoir. Il est d'une écriture simple qui convient bien au thème. Je lui ferai cependant un reproche: Le dernier quatrain qui me semble composé à l'envers est d'une construction illogique: "Je laisserai la mort me venir un beau soir ELLE MEURT Et fermerai mes yeux désormais inutiles Elle aurait du fermer les yeux A... (6/6/2014)
Bien ↑ Mona79 : L’étrange mausolée
Le thème choisi est intéressant. Pourtant, je trouve quelques formulations maladroites. Le vers "Quand l’urne aura celé ma cendre prisonnière" Le verbe "celer" (cacher) me paraît impropre. Une urne ne sert pas à cacher mais à recueillir. Ma cendre. Je n'aime pas ce singulier. Il me semblerait plus judicieux de dire mes cendres. Prisonni... (22/5/2014)
Bien ↑ Gemini : Bandol
On le voit ce pays, on sent l'affection que lui voue le narrateur. C'est cet aspect lien affectif qui m'a plu dans ce texte. Par contre, Ô que je supporte mal ces exclamations. Une allergie personnelle sans aucun doute. Je ne suis pas contre leur utilisation parcimonieuse quand ces expressions ne servent pas uniquement pour placer un pied. Je pe... (4/6/2014)
« 1 ... 89 90 91 (92) 93 94 95 ... 141 »

Oniris Copyright © 2007-2019