Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de HELLIAN

Passionnément misumena : Devenir belle
Un art consommé du récit, dans un style ciselé, le tout assaisonné d'un humour plus que noir et accompagné d'un parfum extrême oriental fort judicieusement dosé. Tout est près pour une dégustation trois étoiles. De l’émotion ? surtout pas, en tout cas pas de celle qui fait se lamenter ou pleurer sur le triste destin d’une pauvre petite gamine d... (29/12/2013)
Passionnément fergas : Le cycle infernal
Eh bien, moi, j'ai adoré cette épopée de la vie ou plus exactement de la conscience qui m'est apparue, à l'instar de la genèse, comme une création en sept jours, sept jours cosmiques jusqu'au retour éternel. À tout moment, l'intérêt dramatique est présent et l'on vous suit sans faiblir. J'ai beaucoup apprécié aussi l'inventivité des concepts ... (24/8/2014)
Beaucoup ↑ Louis : Traces
Certes, Voici une nouvelle qui décoiffe, je veux dire qui « défrise » C'est sans doute parce qu'elle-même offre un aspect ébouriffée, mal peigné, à l'image de la femme qui apparaît à la fin, nue, dans la lueur des phares. Mais, bon sang, Louis, où allez-vous ? Que voulez-vous dire ? Quelle histoire racontée vous la ? Aucune ou plusieurs ? Et pu... (27/4/2014)
Beaucoup ↑ Pepito : Aerius
Un sens véritable de la mise en scène servi par un style ciselé et vigoureux, voilà qui donne une nouvelle superbement équilibrée et enlevée. Sa brièveté, son économie ne me dérangent pas, au contraire. Dans le contexte théâtrale où tu la places, il fallait cela, pas plus, au risque de lui ôter de la force, au regard d'une chute qui intervient c... (2/5/2014)
Beaucoup ↑ Louis : Bille
Un texte comme celui-ci se déguste, s'apprivoise. Il vous renifle comme un animal sauvage, puis tantôt s'enfuit ou vous saute dessus, tantôt vous enlace. Oui, c'est vrai, Widjet (je vais me faire gronder puisque, paraît-il, on ne peut dialoguer entre commentateurs, mais tant pis...) oui, pour l'amateur de narration, de conte ou d'histoire, il y... (12/8/2014)
Beaucoup ↑ Cthulhu : Tératoromance
Ce texte laisse en fin de lecture une étrange sensation, comme celle d'avoir fait incursion dans ce monde inversé où la monstruosité n'est pas tant dans le physique des personnages que dans leur psychologie leurs relations et leur réactions. J'ai pensé à "freaks" la monstrueuse parade" où la monstruosité est moins dans les corps que dans les e... (22/8/2014)
Beaucoup ↑ Edgard : Boulevard Dessalines
Le mot a déjà été écrit dans l'un des commentaires précédents. Je le reprends à mon compte : voilà de la littérature. Le style, l'originalité de la langue, la force des images, la vérité des personnages, (je parle de cette vérité que seule peut générer la littérature, multidimensionnelle et que l'on intériorise de manière intime), tout est là. ... (7/9/2014)
Beaucoup ↑ Damy : La gomme à effacer les souvenirs…
Bien peu de commentateurs pour un très bon texte, inventif et vif, tout plein de bonnes choses dans une narration tragi-comique, voire picaresque, mi grave, mi légère avec un parfum onirique donnant à l'ensemble un ton un peu déjanté qui me plaît. Juste une petite remarque sur le titre qui aurait pu se suffire de « la gomme à souvenir » me se... (7/9/2014)
Beaucoup Acratopege : Âge tendre et tête à claques [concours]
J'ai beaucoup aimé ce country blues qui s'épanouit sur une maculée conception pleine d'humour. Cela vous a un petit côté "Conte du chat perché" du 21 éme avec "devinez qui ?" dans le rôle du loup. Les références cachés aux hits des années soixante sont judicieusement distillées. Une lecture plus que distrayante, complice et maligne qui devrait c... (13/4/2014)
Beaucoup ↓ Alice : Hulk
Je partage pleinement ce qui vient d'être dit. Il se dégage de votre nouvelle une grande finesse d'analyse et une justesse dans la description des relations intrafamiliale. Il me faut également exprimer le plaisir qui a été le mien à la lecture de la scène de la coiffure, petit moment de régression irrépressible infligée par une mère au geste... (16/6/2014)

Oniris Copyright © 2007-2018