Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



« 1 ... 47 48 49 (50) 51 52 53 ... 59 »
Pimpette : Jusqu'à quand ?
 13 commentaires | 335 lectures | Lire cette poésie 

… avec un :-) quand même !


Lagomys : Dichotomie
 5 commentaires | 271 lectures | Lire cette poésie 

Un cœur, deux ventricules : difficile d'y voir clair et de s'entendre dans un Amour bipolaire… Alors, 'faut bien ouvrir mirettes et oreillettes !


Calebh : Pénitence
 7 commentaires | 142 lectures | Lire cette poésie 

Absorbé par la vie et son lot d'exigences, j'ai cessé il y a plusieurs années d'écrire. Acte d'écriture qui était pourtant l'une de mes passions favorites, je m'en suis détourné, sans réelle raison apparente, ni même comprendre pourquoi.
Telle une nécessité, qui n'a jamais vraiment cessé d'être présente en mon for intérieur, le besoin a ressurgi. La raison a enfin fini par rendre au cœur et aux sensations la clé de ce modeste coffre au trésor.


Labrisse : Des hommes et des moules (marinières) !
 9 commentaires | 250 lectures | Lire cette poésie 


tristepoete : Bien sûr
 4 commentaires | 59 lectures | Lire cette poésie 

Entre alexandrins et prose, quelques déboires en lignes…


Wiscow : Une balance
 6 commentaires | 49 lectures | Lire cette poésie 

Des alexandrins, des dieux et d'autres trucs.


Meaban : Les ombles chevalier
 9 commentaires | 242 lectures | Lire cette poésie 

Le compresseur du foehn écrête la vallée, assourdissant hiver colmatant les vallées où se terrent en vain des peuplades geignardes. Un suroît cévenol enroule des congères et la glace du lac oscille sous le gel. Le verso d’un amour glissant dans les eaux noires, où dorment entre les eaux deux ombles chevalier.


TristanHiver : Prophylaxie contre un horizon dégueulasse (Partie 2)
 10 commentaires | 553 lectures | Lire cette poésie 

« Tout s’effrite. Nous l’ordonnons à nouveau
et nous tombons nous-mêmes en poussière.
Qui donc nous a retournés de la sorte que,
quoi que nous fassions,
nous avons toujours l’air de celui qui s’en va ?
En haut de la dernière colline, celle qui
Pour une dernière fois lui fait voir toute la vallée,
Il se retourne, s’attarde
– ainsi vivons-nous, faisant sans cesse
des adieux. »
Rainer Maria RILKE


Damy : Complainte à Maria
 8 commentaires | 215 lectures | Lire cette poésie 

Histoire de déracinements improbables.


noyan : Les voyageurs
 4 commentaires | 168 lectures | Lire cette poésie 

Vole folle feuille...


Lagomys : Ces mots, nos jouets
 12 commentaires | 251 lectures | Lire cette poésie 

Tant pis !


lasith : Le grand prêtre
 7 commentaires | 112 lectures | Lire cette poésie 

C'est la cité maya de Chichen Itza qui revit l'espace d'un instant et un prêtre de l'époque qui pressent l'avenir de sa cité.


Arielle : Festins de fleurs
 7 commentaires | 262 lectures | Lire cette poésie 

Toussaint.


c-cil : 7 h 27
 8 commentaires | 109 lectures | Lire cette poésie 

Lors d'un trajet en voiture j'écoutais Edvard Grieg. Il s'agit d'une sorte de carnet de voyage musical. La forme est un peu photographique. À chaque morceau de musique un bout du trajet.


Meaban : Cronces
 5 commentaires | 162 lectures | Lire cette poésie 

À la sortie de Lavoûte-Chilhac, Saint-Cirgues (43) prendre la direction de Chastel, vous arriverez au col de Cronces,il y a là un calvaire minuscule en fer forgé, arrêtez-vous, asseyez-vous au bord de la route (il ne passe personne) et contemplez…


Arielle : Dimanche d'octobre
 20 commentaires | 392 lectures | Lire cette poésie 


TristanHiver : Prophylaxie contre un horizon dégueulasse (Partie 1)
 5 commentaires | 102 lectures | Lire cette poésie 

"Les poètes,
tout ramollis de pleurs et de sanglots,
ont fui la rue la tignasse en bataille :
« Comment chanter avec ces deux mots
et la jeune fille
et l’amour
et la fleurette sous la rosée ? »
[...]
ça ose s'appeler poète
et carcailler tout gris comme une caille !
De nos jours
il faut
muni d'un casse tête
fendre le crâne du monde !"
 
Vladimir Maïakovski


Amanalat : L'Éclatement de la Mémoire
 9 commentaires | 127 lectures | Lire cette poésie 

Un texte qui me trottait en tête depuis quelques semaines, qui joue entre le fond et la forme, comme j'aime souvent le faire ! Autant l'écrire avant que celui-ci ne disparaisse à son tour !


Marie-Cerise : Et les jours étaient bons
 7 commentaires | 205 lectures | Lire cette poésie 

Quand dans le souvenir il ne reste qu’une impression de bonheur et de légèreté...


Arielle : L'été d'hier… [Sélection GL]
 17 commentaires | 395 lectures | Lire cette poésie 


« 1 ... 47 48 49 (50) 51 52 53 ... 59 »

Oniris Copyright © 2007-2018