Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Bliss : Good trip
 Publié le 21/05/08  -  9 commentaires  -  3178 caractères  -  32 lectures    Autres textes du même auteur

Quand douleur rime avec bonheur...


Good trip


Le mec, avec sa tête de junky, ses piercings partout, ses fringues kaki propres au style « teufeur », prépare ses « outils » : aiguille, liquide, compresses… Il met de la musique. De la techno évidemment, et c’est parti…



***



Je m’allonge, ferme les yeux, respire un grand coup, et tente de penser à autre chose, pleine d’appréhension. (« Allez ma belle, c’est qu’un mauvais moment à passer, et après que du bonheur !!! »)


- Allez, on y va !


Et d’un coup, je sens une piqûre aiguë. Je sens l’aiguille me perforer le corps, le poison s’insinuant sous ma peau, la douleur lancinante qui m’envahit… Et ce bruit incessant qui couvre la musique…


- Ça va ?

- Hum hum.


Impossible de desserrer les dents. Mes paupières sont serrées si fort qu’elles me font mal. La jointure de mes doigts blanchit au fur et à mesure que le temps passe. Je commence à transpirer, j’ai chaud, j’ai mal, mes dents vont se casser à force d’être serrées les unes contre les autres…


La douleur se transforme en brûlure. Le bruit m’assourdit.

Les trips m’envahissent alors.

Je vois des formes bizarres, des papillons volent autour de ma tête et des lézards gravissent mes bras et mes jambes.

Ce qui semble être du lierre - mais qui n’en est pas - s’enroule autour de mes poignets, de mes chevilles et s’enserre sur ma gorge. Un monde multicolore s’ouvre à moi, ça me fait penser aux années hippies ! Je me marre toute seule malgré la douleur !


Ma respiration devient soudain haletante, saccadée, alors j’ouvre les yeux. Si grands qu’ils en sont exorbités ! Mes yeux tiraillent, je me sens mal, comme si j’étais en bad, j’ai envie de vomir, j’ai l’impression de tanguer.


La douleur est toujours là, intense, mais d’un coup, sans le vouloir, je sens néanmoins un sourire s’étirer sur mes lèvres.

Je suis déjà passée par là, et je sais que par delà la douleur, la pression, le bonheur et le bien-être sont là, pas loin, prêts à pointer le bout de leur nez pour finalement m’envahir d’un bout à l’autre de mon être…


Merde, je suis accro à cette drogue !


- Détends-toi, c’est bientôt fini ! Tu peux souffler, plus que 10 minutes.


La fin est proche, je le sens. J’en ressens les effets, différents à ce moment-là.


J’essaie de ressentir au plus profond de moi l’intensité de cette aiguille-bourreau, de ce liquide qui coule en moi, de ce bruit qui fait vibrer mon corps. Quelle énergie, quelle joie m’envahit soudain à l’évocation de la fin de cette souffrance et de ce qui va en résulter…


- C’est bon, le plus dur est passé ! Je fais ton pansement et c’est la fin du fin !!!


Ouf, c’est enfin terminé !

Mon corps se détend tout entier, mes doigts craquent d’avoir été si serrés, j’ai mal à la mâchoire d’avoir autant serré les dents, les gouttes de sueur qui perlent sur mon corps me donnent froid d’un seul coup.

Je redescends lentement…


C’est terminé ! Enfin… jusqu’à la prochaine fois…



***



Je me relève tout sourire, malgré ma tête qui tourne à m’en donner la nausée, je paye, et sors du salon toute excitée à l’idée de pouvoir bientôt exhiber ce superbe tatouage encré pour toujours dans ma peau !



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   widjet   
21/5/2008
 a aimé ce texte 
Pas
qu'est ce qui ont les oniriens en ce moment à parler de la came ? Ils m'inquiètent....

Bah sinon, désolé Bliss mais les sensations provoquées par ce poison sont écrites de façon bien trop "standard" pour que tu puisses tirer ce texte hors du lot commun. Ca manque de personnalité, je trouve, de "touch". La forme est redondante (le verbe "serrer" est répété plusieurs fois). Le style permet de transcender le fond d'une histoire lorsque celle ci est commune ; ici le style n'aide pas, il renforce la banalité du propos.

Vraiment désolé, je ne suis pas très tendre avec toi mais cette franchise est à la hauteur de la considération que j'ai pour les auteurs.

Widjet

   Anonyme   
21/5/2008
"C'est la fin du fin"?... Comprends pas, on peut dire LE fin du fin qui prend un autre sens ou la fin de La fin non... C'est sûrement fait exprès mais moi pas comprendre... Sinon je ne répèterai pas ce qu'a déjà dit widjet.

   strega   
21/5/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
J'attendais ce texte. Je l'attendais vraiment. Je suis passée par toutes les impressions je crois. J'ai cru un truc, puis un autre, pour me dire finalement que ce que je croyais, ben ça ne pouvait pas être ça. Les effets décrits, déjà, ressemblent plus à la prise de cocaïne qu'à l'effet d'une piqure, du coup, je n'ai pas accroché, n'y ai pas vraiment cru. Du coup, l'effet final tombe un peu à plat pour moi.

C'est dommage, j'aurais pu vraiment accroché peut-être si tu plus insister sur sa peur à elle, l'appréhension avant, les sentiments plus profonds pendant, et un plus grands soulagement après. En jouant la carte émotions à fond.

J'imagine que c'est rapport à l'anniversaire d'un certain papillon non ?

Vraiment je suis désolée, par pour faire passer la pilule, mais vraiment parce que j'attendais ce nouveau texte, et que j'ai été déçu.

Courage, écoute-toi un bon Das Ich ou un bon Suicide Commando, et ça va aller tout seul tu verras. ;)

   David   
21/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Bliss,

Y'a pas de drogues en fait dans ton histoire ? c'est une fille qui se fait tatouer un truc comme du lierre aux chevilles et aux poignets, elle est quand même un peu barrée...déjà pour se faire tatouer...je rigole mais un peu plus loin vers le masochisme, ça aurait pu aller dans le sens que tu donnais, sinon pour moi l'effet a fonctionner, j'ai compris avec les deux dernières lignes, et j'ai bien aimé le découpage intro-developpement-conclusion, le teuffeur faux camé/vrai tatoueur est trés bien.

PS: en fait c'est peut-être même un tatouage intégral qu'elle se fait faire, tu parles de cou, de jambes, de lézards, de papillons...un truc pareil demande plusieurs séances chez un tatoueur ?

   Anonyme   
21/5/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,

Alors moi j'ai pas trop aimé...

Le style trop "vas-y-que-je-camouffle" pour qu'on puisse y croire (je n'ai jamais pensé comparer un flash à un tatoo... pas trop de rapport ni dans la sensation, ni dans l'analogie tout court!)

Sinon en soi, c'est divertissant, mais pas assez pour être qualifié d'intéressant, de prometteur ou de bon...
Peut-être le choix de l'analogie qui me laisse un gout de trop peu, d'inachevé...

sais pas...

Désolée, j'y ai pas cru!
(mais ne le prends pas mal je suis un public difficile!)

   rudo   
21/5/2008
C'est marrant, j'ai écrit une nouvelle ("Aimons nous, détestons là") sur le même sujet (la drogue) et la même technique (à savoir faire croire à quelque chose de complètement différent). Je ne me permettrai pas de critiquer, étant donné que ma nouvelle est minable, mais je trouve ça drôle d'avoir eu des idées presque "similaires" :)

   Cyberalx   
13/7/2008
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Des répétitions, un peu trop.

Et pour ce qui est de la pirouette, je n'y ai pas cru du tout puisque au départ, je me suis dit, c'est quelqu'un qui se fait tatouer, et puis non, ça fait pas ça un tatouage et après je me suis dit : "là, il veut faire une pirouette" et puis au final, c'est ça !

Alors ça vient peut être de moi mais ça ne fonctionne pas...

Il y a par contre un vrai dynamisme dans le texte, un rythme soutenu qui aurait pu servir une histoire d'un autre genre, c'est ce qui contrebalance la chute loupée (à mon goût hein !).

Pour résumer donc : Bon rythme, développement et chute mal gérés.

   Maëlle   
19/7/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Agréable à lire, mais pas assez dévellopé à mon goût. Ne pas savoir le pourquoi de ce tatouage, s'il y en a d'autre, comment il est, me frustre plutôt. J'en aurait bien lu davantage sur ce ton là.
Ce n'est pas la compaison avec la drogue qui m'interesse, mais plutôt l'écriture, imagée et alerte.

   Anonyme   
18/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien
C'est une bonne idée. Le texte est court et plutôt bien mené.
Et je ne m'attendais pas aux bouzilles.
Donc ça m'a plu.


Oniris Copyright © 2007-2019