Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Laboniris
caillouq : Just une Bibeul
 Publié le 16/12/11  -  15 commentaires  -  4844 caractères  -  273 lectures    Autres textes du même auteur

(Hommage à Yves Dauteuille.)


Just une Bibeul


"Et 10eu vit ke la lumiR éT bonne", bonne oah j'hallucine mwa, C pas 1 meuf la lumiR, meme C pas D lumiR les meufs, nan j'dec, mdr.

"10eu fit le firmament, ki Cpara les O ki sont sous le firmament d'avec les O ki sont O-2ssus du firmament, et 10eu appela le firmament ciL."

C koi ce Dlire d'O là-O ? Ya pas d'O dans le ciL O-2ssus D nuages, 2 la tize à la limite sa roule, vu kom i kiffent là-O la shoote avec l'éther et tout mais 2 l'O ! Eh, ducon, sa tiendrait pas en O 2 ttes façons, C tro lourd l'O. Et pi le vieux 10eu ki fait le firmament, koi C firmament C le gonze kala gaule mdr ! Sauf ke firmament, C pour la peau ki Cpare les O du ciel des O D mers.

Kom une 8 où ya le firmament gluant qui Cpare le 2ssus et le 2ssous dans la coquille ?! Mais C pas une 8 la terre, keski bave le bolosse. Ya pas 2 coquille ! (juste 1 croot, je C bien, mais L est 2dans la croot pas O-2ssus)

Et pi tan kon y E avec les animos, sa y va adonf après. Tous ac leur gazL, les 8 et les autres les chi1 les 6gognes les 4, tous, à bouillave kom D oufs mode la croisiR s'amuse. Tous, 1, toutes les SpS toutes, kidi. Oah la balnave. CT koi sa barque, le Queen Mary ? Ya pas la place pour tt le monde, C pas possible, i me flegon ce fonblar.

Après ya 1 passage + hot, C MariB ki m'a dit di sauT 10rect, sauT L a 2 C mots la MariB, bref le kantik D kantik. Ben ma parole, comment ki lui pénave à la renoi ki veut niquer ! T'as tte la SPA ki Dfile, tro obsède, le keum, + zoofil tu meurs. Et "T cheveux sont kom 1 troupO 2 chèvres" et "T dents sont kom 1 troupO 2 brebis tondues", J crois pas i voudrait galocher 1 tonmou, 'tain le zbeul. Du blaireau asmeuk, du ki se técla à kène D camelles, le ouf, faut y schlasse le zboub si ça le cravache tro !

Jui E dit à MariB, il E tro zarb le keum, L m'a dit ke j'entrave keud à keud. Ke sa, C du love du vrai et ke faut du rSP. Sa abuse tro une gadji D bo tiéquars ki donne D leçons de rSP, portnawak 7 fraîcheur ki se la pète, jui E dit vi1 on va faire une doura, vi1 tu vas voir ke le love le vrai on néco chez les lascars, makache L a tro peur 2 se salir. Pourtant sa m'aurait fait kiffer 2 la trémon à la T6, C pas un fax MariB, L est stylite pour une un-six. Kan je leur en parle aux srabs i me disent Jeb C koi ce plan mito t'as bedave et i caltent, faudrait ke je la ramène pour ki voient ke C pas du flan, ke le bounty i chille, en fait je penC l'1viT à damer à la case, ac ma daronne vite fait sinon L voudra jamais. Mais là chais pus ske G dit sur le foncedé 2 la vie D bêtes, G pas belek ke sa fléguait pas. Sur ma reum, je penC kel me faisait 1 plan, alors G voulu lui fR 1 bec. Les raclis 2 chez les bourges, yapas, C pas les memes ke les gazL 2 chez nous. Kan meme, C L ki m'aV allumé ac ses histoires de lap1 ki s'emmanchent, et tout d'1 coup L me traite kom 1 dalleux, makache l'1cendie, ma grande échelle L l'a pas calQlée. En fait L a vraiment peuoch le seum, L m'a foutu une quecla et L a nachave en bramant. Tain la vieille tej' D millefa.


Cher Jean-Baptiste. Ta conduite a été inqualifiable mercredi dernier. Je crois que nous nous sommes fourvoyés en sollicitant ton témoignage pour la nouvelle version de "ZE b, la bible pour les jeunes". Néanmoins, je consens à te garder mon amitié si tu me présentes des excuses sincères, et t'engages à ne plus jamais déroger à une conduite décente.

Marie-Bénédicte.


Toot D tepu.



Lexique sommaire (hors verlan aisément décodable et argot classique)

Tize : alcool.

Bolosse : niais.

Gazelle : tendre amie.

Bouillave, kène (ne se conjuguent pas) : baiser.

Balnave : mentir (ne se conjugue pas), mensonge.

Fonblar : bouffon.

Penave : parler (ne se conjugue pas), parole.

Zbeul : bordel, waï.

Asmeuk : comme ça.

Schlasse : couteau, couper (ne se conjugue pas).

Zboub : bite.

Cravacher : travailler.

Racli, gadji : fille, meuf.

Portnawak : n'imp'.

Fraîcheur : personne adepte des vêtements de marque.

Doura : tour, virée.

Fax : fille bonnets A.

Srab : pote.

Bedave (ne se conjugue pas) : fumer.

Calter, nachave (ne se conjugue pas) : se tirer.

Bounty : noir se réclamant de la culture blanche.

Chiller : prendre du bon temps.

Damer : manger, grailler.

Belek : (faire) attention.

Fléguer : plaire.

Bec : pelle sèche.

Dalleux : jeune célibataire travaillé par ses hormones.

Peuoch (ne se conjugue pas) : choper.

Seum : haine.



‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾


Ce texte a été publié avec des mots protégés par PTS.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
4/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Bon, oui, c'est marrant, mais honnêtement j'ai pas pu lire bien loin, j'ai eu trop mal à mes petits yeux. Hé, c'est vraiment difficile à déchiffrer ! L'idée est sympa, donc, mais je crois que ce serait encore mieux un peu plus court, plus à la portée des dinosaures.

Bonne chute, cela dit.

   Pascal31   
16/12/2011
Le Laboniris est fait pour tester de nouvelles choses en matière littéraire, je le conçois parfaitement.
Ce qui me gêne beaucoup, en fait, c'est d'y être à ce point hermétique : pour moi, ce texte est illisible (j'ai failli cliquer sur le bouton "Signaler ce texte comme difficilement lisible") et je n'ai pas envie de faire l'effort de le déchiffrer. J'ai donc abandonné ma lecture au bout de trois lignes, vraiment pas convaincu par l'exercice. Désolé.

EDIT : Je supprime ma notation, n'ayant pas lu le texte jusqu'au bout.

   jaimme   
6/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Franchement jé patou Kp'té! Mé G bien rigolé pour ske G con pri!
Deux difficultés dans la lecture: quand mes yeux quittaient le texte pour aller au lexique j'avais du mal à retrouver la ligne (eh oui!).
Le lexique lui-même: par ordre alphabétique je m'y serais retrouvé plus rapidement.
Il manque l'enregistrement sonore d'un ado lisant ça. Là ça aurait été à pleurer de rire!
En plus il s'appelle Jean-Baptiste! Là c'est bien trouvé (voir Ali G in da house, débilité assurée).
"C L ki m'aV allumé ac ses histoires de lap1 ki s'emmanchent": MDR!!!
Quant à la valeur littéraire, euh, comment dire...Un jour à la Fnac je suis tombé sur des vendeuses qui s'insurgeaient à la vue d'un bouquin (rayon jeunesse) écrit en texto. Je les comprends parfaitement. Là on est dans le sociologique, l'instantané d'une langue par nature éphémère.
Catégorie "humour" pour moi.
Bon, heureusement que c'était court. D'une part parce qu'écrire autant pour un dalleux de cet acabit c'est déjà un exploit, d'autre part parce que c'est épuisant. Autant qu'une version en grec.
En tout cas j'ai passé un bon moment. Merci!

   Coline-Dé   
12/12/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
......... Drôle, mais drôlement prise de tête quand on ne maîtrise pas la langue !!!
fos'akroché, chu vénère là, ta pa un bedo pour me calmé ?

   placebo   
3/1/2012
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai eu du mal à avancer au début, puis vers la moitié j'ai pris le rythme et ça passait mieux :)
Mais je reconnais mon inculture, il m'a manqué quelques mots dans le texte et je n'en connaissais que 7 dans la liste : elle est tout a fait adaptée à mon niveau.

"Ce texte a été publié avec des mots protégés par PTS." lol, ça prolonge un peu l'humour ^^

Que dire sur le texte... si le but du labo est de nous ouvrir à d'autres manières de concevoir le monde et de nous exprimer, je trouve ça plutôt réussi. L'utilisation du langage sms mêlé au vocabulaire reste un coup classique mais ici tu t'en tires bien avec un fil conducteur, une double chute :)

Deuxième lecture parce qu'avant c'était du déchiffrage, ça a été beaucoup plus rapide.
Alors, sur la forme, j'apprécie les jeux de mots assez lourds parfois, la fraicheur des expressions, la psychologie en filigrane ; finalement, même si ça n'a pas été le grand amour, ça aurait presque pu marcher entre eux :)

D'ailleurs, je viens seulement de voir le mot de MarieB, ça se profile bien ^^

Globalement, j'ai aimé,
placebo

   widjet   
16/12/2011
Avec mon "HULK", je fais p'tit à joueur à côté de toi...

Le "Toot D tepu" m'a fait sourire.
Le reste, bah, j'avoue avoir quelques difficultés à déchiffrer, mais en prenant le temps, on y arrive en grande partie.

C'est sympa donc et j'ai appris des choses, je suis fin prêt si ma fille vira caillera (même si entre temps, ça va évoluer le langage).

Widjet

   vicon   
16/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
AHAHAH !! Qu'est-ce que ça m'a fait rire cette histoire !!

le dbu g bien dlir mdr mon pot' t tro for, aprs le cou du 8 g trouV ça pourav jme sudi waa lboloss mé g kiff le kantik d kantik fodra mfile le lien mdr
(Kev)

___

Le choix des mots est judicieux et ne me semble pas du tout -à moi Marie-Bénédicte- démodé. Attention toutefois à l'orthographe !!

   Raoul   
16/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
En préambule et en tous cas, merci pour le "lexique sommaire" !
C'est un bel exercice qui nécessite de s'accrocher à la lecture, après on s'y fait et on lit couramment -ou presque- (c'est ça qui est terrible).
à partir de "Jui E dit à MariB, " le style devient plus lisible, la traduction n'est plus du même jargon… "Ki se la pète" me semble un brin trop littéraire "Ki sla Pte" me semble être une transcription plus exacte de la pensée du protagoniste ;-)
mé "nan j'dec, mdr" lol
Mentions particulières pour " mais L est 2dans la croot" et "Toot D tepu." qui m'ont fait vraiment rire.

   aldenor   
19/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L’expérience est concluante je trouve. Elle débouche sur une forme d’humour particulière, dans le montage même des mots. Sans compter l’humour au premier degré, la ton outré du personnage, ses interprétations et questionnements de la bible : le passage des deux eaux est particulièrement réussi.
Ca demande un effort il est vrai, mais qui en vaut la peine.

   misumena   
21/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour, Caillouq,

Alors moi, ça m'a bien fait rire. D'abord, à cause de la surprise à la découverte du sujet. Parce que "Just une bibeul", ça m'évoque tellement "Justin Bieber" que je à un gros délire sur le mécheteux ituné de service.

Ensuite, la lecture au sens propre de l'Ancien Testament, c'est toujours un moment que j'adore. Je ne connais pas bouquin plus tordu : inceste, viols, tueries diverses, et un Cantique des Cantiques plutôt érotique... J'ai toujours pensé que les pures jeunes filles des siècles passés, qui en faisaient leur livre de chevet, devaient y trouver la source d'émois bien coupables. J'aime beaucoup votre interprétation "aumônerie du périph".

Je ne maîtrise pas tout le lexique, mais je ne l'ai lu qu'à la fin. Bain de langage, ça s'appelle. Je pense qu'il faut lire le texte à haute voix, ça active la boucle articulatoire et on accède à une compréhension honorable, le sens des mots inconnus étant à peu près bien appréhendé en contexte. C'est moins difficile que lire à haute voix des énoncés en alphabet phonétique international.

Félicitations pour vos efforts linguistiques et pour cette remarquable transcription d'une tranche de vie fort crédible.

   Palimpseste   
31/12/2011
Si mes souvenirs sont bons "gadji" est un mot gitan spécialisé qui désigne de façon péjorative une non-gitane (la fille, pas la clope). Son masculine est gadjo et désigne les non-gitans.

Quant au "bec" que je connaissais bien du parler québécois, la traduction en "pelle sèche" m'a fait bien rire... La métaphore fonctionne bien. Je me demandais si, entre le bec et le becôt, cher à Brassens et aux banc publics, lequel était le diminutif duquel...

Pour ce qui est du texte, j'ai pô réussi à aller très loin... j'ai eu mal à la tête bien avant la fin du 3eme paragraphe.

Je reviendrai tenter une deuxième passe et, spécialement en hommage à Caillouq, je vais essayer de ne pas me ... dégonfler!

   Anonyme   
14/6/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Histoire sympathique mais pénible à déchiffrer pour ceux qui ne sont pas habitué au langage sms. Le fait de butter sur certains mots, et d'avoir à revenir plusieurs fois sur le lexique pour les comprendre, donne une lecture globalement saccadée et pas assez fluide, ce qui n'est pas vraiment idéal pour suivre l'histoire, aussi courte soit-elle. C'est dommage, sinon l'idée est originale.

   Dunkelheit   
30/7/2012
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Alors franchement ça va paraître vieux jeu de ma part... Mais je déteste le langage sms, donc ce texte part d'emblée avec un très gros désavantage. Je suis déjà tombée en librairie sur un livre entièrement rédigé en sms, disposé à côté du dernier pris Goncourt... Je trouve que c'est unef açon d'encourager les gens à ne plus savoir écrire convenablement, et ça me tue.

Ensuite le langage sms n'est pas si bien maîtrisé que ça, donc on perd d'emblée du réalisme. (je n'ai jamais vu quelqu'un qui employait ce genre de langage et qui écrivait en sms utiliser un "ç", jamais, et je passe devant d'autres mauvaises tournures)

Pour ce qui est de l'histoire... Y en a-t-il une ? Je n'ai pas très bien compris à qui il s'adresse, d'où sort ce mot, mais je concède que c'est sûrement dû à une mauvais volonté de ma part, j'ai voulu terminer ce texte le plus vite possible.

Donc le style est absolument horrible, on aurait très bien pu raconter cette histoire en gardant ce registre sans avoir à recourir au langage sms, langage qui de plus n'est pas maîtrisé et nuit énormément au fond.

Désolée, je n'ai vraiment pas accroché.

   David   
30/7/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Caillouq,

Le titre serait "juste une bible", l'histoire de la rencontre entre deux jeunes de sexe et de milieu bien différents, de "Marie-Béatrice" que le prénom décrit déjà assez bien comme l'orthodoxe, le garçon n'est pas nommé il me semble, mais il tient le rôle du "barbare" face à la "romaine". C'est exagéré de présenter la bible comme pouvant être lu comme une ode à la zoophilie, la partie sur le déluge j'imagine, mais je crois qu'il est bien réel que c'est un ouvrage qui peut sembler abscons hors de la culture qui l'accompagne, hors d'un enseignement.

La mise en scène du sms n'est pas si absurde du coup, la compréhension n'est pas une valeur absolue mais renvoie à d'autres codes que ceux de la langue strictement, les images, les symboles, la mythologie, etc.

En tout cas, les exagérations sur la forme et sur le fond nourrissent l'effet comique du récit j'ai trouvé.

J'ai compris le déroulement général sans trop de difficultés, le garçon parle de son incompréhension de la bible face aux explications d'une exégète sans doute malhabile. Le pire, ou le plus drôle, c'est qu'il ne va pas prendre l'initiative de détourner la conversation vers un numéro de drague, c'est cette Marie qui va se prendre les pieds avec une vision mystique de l'amour que le garçon prendra au pied de la lettre.

J'ai buté sur certains passages, ou marques plutôt, je ne comprends pas le sens du "8" dans un passage comme celui-ci :

"Kom une 8 où ya le firmament gluant qui Cpare le 2ssus et le 2ssous dans la coquille ?!"

Comme une huitre ? Je lirais plutôt une histoire d’œuf/9 pour l'image, mais ça ne serait pas le même chiffre.

"Mais C pas une 8 la terre, keski bave le bolosse. Ya pas 2 coquille !"

là aussi, je ne comprends pas le sens du 8.

"L est stylite pour une un-six"

Autre blocage : "elle est styliste pour une... " ça ne doit pas être "styliste" ça doit être religieux mais je ne trouve pas, il y a les "carmélites" comme genre de "bonnes sœurs" mais il doit y avoir d'autres termes.

Edit : le prénom du garçon est à la fin, je viens de m'en rendre compte...

   fergas   
19/3/2014
 a aimé ce texte 
Pas
Si l'idée d'employer du texto pour écrire une nouvelle est encore (un peu) originale, la réalisation me laisse un peu perplexe.
Outre la difficulté de lecture, car l'effort de décodage lasse vite, il me semble que la syntaxe SMS est un peu défaillante. Mes enfants font mieux et plus dense au niveau encodage. Par exemple "10eu" pourrait être remplacé par "diE", plus compact.
La lecture aurait été aérée par des aller-retours fréquents entre le texto et le français, sous forme d'un dialogue par exemple.
Intéressant comme tentative, beaucoup moins à la lecture, malgré l'humour sous-jacent.


Oniris Copyright © 2007-2020