Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Donaldo75 : Conte à rebours
 Publié le 25/12/14  -  6 commentaires  -  11684 caractères  -  76 lectures    Autres textes du même auteur

Un road-movie au pays des contes et histoires pour enfants, vécu par deux filles qui en avaient marre de leur univers mièvre et de leur vie parfumée à la guimauve.


Conte à rebours


Nan-Nan endossa son Perfecto, prit les clés de sa moto et quitta la maison en claquant la porte.

Elle enfourcha sa monture mécanique et démarra en trombe sans se soucier des voisins, de son fiancé et du qu'en-dira-t-on. Direction la forêt, le dernier endroit où s'éclater prenait encore du sens.


Sur la route, elle aperçut une grande rouquine, le pouce en l'air, visiblement en rupture de ban.

Nan-Nan stoppa sa machine et héla l'inconnue.


— Eh, la girafe, tu attends quoi sur cette route ?

— Je me casse de ce monde de couilles molles, répondit la rousse. Et toi, la rase-moquette, qu'est-ce que tu fabriques dans les parages ?

— La même chose que toi, on dirait ! Pose ton cul à l'arrière, on va aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte ou si on peut la fumer.

— Je prends. Moi c'est Red, et toi ?

— Appelle-moi Nan-Nan et ne te marre pas, je le prendrais mal.

— Ne t'inquiète pas, chérie, et fais cracher les chevaux !


Les deux femmes partirent au loin, vers le royaume des bois, un lieu qualifié de gothique par les craintifs et les bien-pensants du village. Nan-Nan emprunta un chemin terreux, à travers les arbres et les plantes grimpantes, s'enfonçant de plus en plus profondément dans l'inconnu.


Au bout d'une bonne heure, Nan-Nan repéra sur sa droite une maison éclairée.

Elle proposa à Red de s'arrêter un moment pour voir s'il y avait quelque chose à manger dans cette bâtisse. Red accepta sans se faire prier. Nan-Nan parqua son cheval métallique et se dirigea vers la porte, suivie de près par sa compagne de fortune. À sa surprise, elle réalisa que ce n'était rien d'autre qu'un bar et pas une cabane de bûcherons ou un abri de garde forestier.


— Allons nous en jeter un petit au zinc, dit-elle à Red.

— J'offre la première tournée.


Un rapide coup d'œil circulaire lui permit de repérer la place. Nan-Nan ne détecta rien de louche, nul nabot malicieux ou aviné, pas la moindre trace de casseurs de tête, juste une assemblée variée et colorée de péquins en train de boire et de discuter.

Arrivée au comptoir, Nan-Nan avisa le barman, un grand chauve au physique ingrat.


— Eh, double-mètre, fais péter deux mousses ! Et pas des chopines pour gamines !

— C'est parti, demi-portion, répondit l'aubergiste.

— C'est quoi ton blase, beau gosse ? Moi c'est Red, dit la rouquine.

— Igor. Et la petite, elle a un prénom ?

— Nan-Nan. Et ne rigole pas, play-boy ou je t'émascule avec les dents.

— Pas de risque, petit bout, ici pas mal de clients ont des noms bien pires. Vous n'allez pas tarder à le savoir, je parie.

— Pourquoi ça ? C'est quand même pas un club de rencontres, rétorqua Nan-Nan.

— D'habitude non mais vu la tronche de certains dès votre entrée dans mon rade, je prédis une ruée de gros lourdauds vers vos petits culs.

— On va bien se marrer, ironisa Red.

— C'est plutôt cool de le prendre aussi bien. La dernière fois, à votre place il y avait une pétasse du genre reine de beauté, venue avec son troupeau de copines. Que des blondes. La cheftaine s'appelait Barbie. Elle passait son temps à se lisser les cheveux, à se regarder dans le miroir et à tordre de la fesse. Autant vous dire que j'ai dû en calmer des ardeurs masculines ce soir-là.

— Pas de lézard, Igor, nous on aime les hommes, les vrais, répliqua Red. Les gras du bide, les écourtés du sexe ou les mous du bulbe, on les affranchit de suite, histoire d'éviter les emmerdes.


Igor n'avait pas exagéré.

À peine avait-il tourné le dos que deux dragueurs du dimanche pointèrent leur nez et s'incrustèrent à côté des demoiselles du comptoir.


— Alors les princesses, je vois qu'on est nouvelles dans le coin, dit celui installé à la droite de Red.

— Je vous remets, les gars, dit Nan-Nan. Vous êtes Holmes et Watson, c'est ça ?

— Non, moi je dirais plutôt Dupont et Dupond, objecta Red.

— Vous n'avez pas votre langue dans la poche. Moi c'est Loulou et mon pote s'appelle Foxy.

— Et qu'est-ce que vous racontez de beau, les amoureux ? Racontez-nous une belle fable, avec des néons, du glamour et des extra-terrestres, demanda Nan-Nan.


Foxy essaya de sortir des phrases intelligibles, récoltant une salve de rires moqueurs. Loulou cligna langoureusement des yeux, à la Rudolph Valentino, et n'obtint en retour qu'une moue écœurée. Après dix minutes de pur ridicule, les séducteurs de service adoptèrent un retrait stratégique, sous le regard bienveillant d'Igor.


— Vous avez la fibre sociale, c'est évident, remarqua le barman.

— En vérité, on a le cœur sur la main, répondit Red, mais il faut trouver laquelle.

— Le défilé ne va pas s'arrêter à ces petits joueurs, prévint Igor.

— Tu nous protégeras, ô toi viril géant, dit Red. J'aime les grands costauds avec zéro poil sur le caillou, surtout quand ils se battent pour ma virginité.

— La règle est simple chez moi : pas de bagarre, juste des mots. On n'est pas à la ville, précisa Igor.

— Chef, oui, chef, répondirent en chœur les deux chipies.


Igor avait vu juste, une fois de plus.

Les premiers aventuriers furent quatre frères, identiques de la tête au pied et vêtus d'un étrange pyjama rayé jaune et noir. Le plus petit, certainement le chef, commença à se vanter de ses exploits là-bas dans l'Ouest lointain, tandis que le plus grand, un niais de compétition, n'arrêtait pas de demander à quelle heure on mangeait.

« On ne fait pas dans les partouzes », répondit sèchement Nan-Nan quand le sujet vint sur la table. Igor leur indiqua la sortie et la fratrie d'abrutis partit une main devant, une main derrière.


La suite s'avéra plus hétéroclite.

Un gros plein de soupe, probablement un ogre, tenta sa chance avec Nan-Nan. Il se vit recalé à la question piège : « Combien de mois faut-il à neuf femmes pour faire un enfant ? »

Sept modèles réduits adoptèrent une stratégie collective, avec en fer de lance le plus vendeur de la bande, un mignon prénommé Joyeux. Red l'aurait bien embarqué pour un coup vite fait sur le gaz mais Nan-Nan lui fit remarquer, à juste titre, qu'il était de la jaquette. Sans leur tête de gondole, ils avaient moins fière allure. Red aurait bien déniaisé le benjamin mais il avait quand même l'air trop en retard pour faire son éducation en une heure douche comprise. Nan-Nan se coltina les regards de crapaud mort d'amour de l'avant-dernier, un spécialiste de l'approche latérale et du jeter de cœurs. Quant à l'aîné, il avait dépassé la date de péremption depuis longtemps et même un bol de pilules bleues n'aurait pas suffi à raviver son bambou.

« Je ne sais pas qui a pondu une portée pareille mais elle a bien fait de les perdre dans la forêt », conclut Nan-Nan après leur départ forcé.


Le cirque s'était à peine arrêté que tout le bar devint subitement silencieux.

Nan-Nan et Red se retournèrent et virent entrer quatre femmes. L'une d'elles, probablement la mère, ne ressemblait pas à une reine de beauté, bien au contraire. Elle était encadrée de deux laiderons, plus jeunes et certainement de son sang. La quatrième, habillée comme un sac, resplendissait d'une beauté naturelle rarement vue en ce monde. Tous les yeux se fixaient sur elle, du prince déchu au nain de jardin. Le quatuor s'attabla au milieu de la salle et se concentra sur la lecture de la carte.


— Qui sont ces cagettes ? Je parle des trois boudins, pas de la belle souillon, demanda Nan-Nan à Igor.

— La vieille peau, c'est madame de Tremaine, une riche veuve du coin. Les deux autres sont ses filles Anastasie et Javotte. Elle cherche depuis longtemps à les marier à un bon parti, si possible un beau gars blindé de fric, doté d'une particule et propriétaire d'un château. Personne n'en veut, même pour la rigolade.

— Je suppose que le canon qui les accompagne n'est pas de la même famille, dit Nan-Nan.

— Exactement. C'est la fille du défunt mari, issue d'un premier mariage. Elle paie sa lignée et son physique par des vexations permanentes et un rôle de bonniche. Son nom est Cendrillon.


À peine Igor avait-il lâché ces informations essentielles que Cendrillon se leva et se dirigea vers le bar.


— Bonjour Igor, dit-elle avec un doux sourire empreint de tristesse. Je viens passer la commande.

— Bonjour Cendrillon, répondit Igor. Je suppose que vous avez tout bien noté sur un papier, comme d'habitude.

— Oui. Combien de temps avant d'obtenir les entrées et les apéritifs ? Madame de Tremaine est très impatiente ce soir.

— Cinq minutes pour les boissons. Dix minutes pour le reste. Je vais aller présenter mes hommages à votre belle-mère et à vos demi-sœurs. Profitez-en pour taper la causette avec ces deux filles très sympathiques. Je vous présente Nan-Nan et Red.

— Bonjour mesdemoiselles, moi c'est Cendrillon. Je suis ravie de vous connaître.

— Salut Cindy, dit Nan-Nan. Je me permets de t'appeler comme ça. C'est moins tarte.

— On t'offre une bière, chérie, dit Red. Igor, fais péter les roteuses !

— Ma belle-mère ne va pas aimer, objecta Cindy.

— Tu es majeure et vaccinée, oui ou non ? On n'est plus au Moyen Âge, dit Nan-Nan.

— Vaccinée, je ne pense pas. Majeure, je ne sais pas.

— Dans quel trou vis-tu ? On dirait mon ex, répliqua Nan-Nan.

— Tu n'aimerais pas mon coin, répondit Cindy.

— Tu ne m'avais pas parlé de ton ex, Nan-Nan, lança Red.

— Laisse tomber, c'est un petit joueur. Tu sais, le genre de gars gentil, qui voit le monde en rose et chante tout le temps. En plus, il conduit une voiture jaune. Tu le crois ça ?

— Tu as touché le gros lot, remarqua Red. Je suppose que c'était le plus beau du village.

— Carrément. Il est mignon, si on aime le genre propre sur lui.

— Moi, je n'ai pas le droit de parler aux hommes, sauf à Igor quand je viens ici, avoua Cindy.

— Quoi ! C'est trop lourd, s'écrièrent en chœur Red et Nan-Nan.

— Au fait, pourquoi Igor est-il favorisé ? C'est quand même étrange vu l'engin, dit Red.

— Tu es aveugle ou quoi ? Il n'est pas intéressé par les filles, l'affranchit Nan-Nan.

— Je n'avais rien vu, confessa Red.

— Moi non plus, dit Cindy.

— Il a rencardé Joyeux dans notre dos, pendant que Red jouait à la maman avec Simplet et que je slalomais entre les cœurs de Timide. Ce soir, le géant chauve va nous jouer un concerto pour rondelle et orchestre. Je n'aimerais pas être dans les parages, ça va couiner ferme.

— Je ne comprends pas bien, dit Cindy.

— Je t'expliquerai, répondit Nan-Nan. Bon, si je résume : tu es vierge, isolée, exploitée et belle.

— Belle, je ne sais pas. Pour le reste, je ne peux pas prétendre le contraire.

— T'inquiète, répliqua Red. On te le dit : tu vas en faire sonner des clochettes.


Igor avait enfin terminé son round diplomatique.

Il revint derrière le comptoir et regarda les trois jeunes femmes.


— Je ne vous connais pas encore bien, vous deux, mais je sens venir un coup pendable, ironisa-t-il.

— On va sauver le soldat Cindy, proposa Nan-Nan.

— Que dois-je faire pour vous aider ?

— Tu nous dis où est le disjoncteur et on éteint la lumière pendant trois minutes, le temps de décamper avec notre nouvelle amie, expliqua Red.

— Quand ?

— Hier ! Mais non, ami pinnipède, on n'a pas toute la soirée. L'effet de surprise c'est maintenant ou jamais, précisa Nan-Nan. On voit que tu n'as pas rempli tes obligations militaires.


La suite respecta à peu près le schéma initial. Red fit sauter le disjoncteur, Nan-Nan prit Cindy par la main et les trois filles se ruèrent dehors, en passant par la sortie de secours. Elles enfourchèrent la moto et partirent dans la nuit. Plus personne n'entendit parler de Cendrillon.

Nan-Nan se reconvertit en tant qu'agent artistique et Red devint avocate d'affaires. Leur plus fidèle cliente fut un célèbre top-modèle américain, une blonde incendiaire connue sous le nom de Sandy.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
25/11/2014
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bah, c'est plutôt sympa, je trouve, ce méli-mélo de contes et mythes, mais enfin les Dalton sont un peu déplacés là-dedans à mon avis : je trouve que l'ensemble a un petit goût médiéval qu'ils gâchent...
Je m'empresse de préciser que je n'ai pas identifié tout le monde !

Bon, mais sinon et puis après ? C'est bien gentil, vaguement drôle mais avec un côté... poussif, je trouve. Tout le texte repose sur une unique ficelle, me semble-t-il, que vous tirez jusqu'à bien la fatiguer, comme l'élastique d'un slip d'obèse. J'ai lu sans déplaisir mais sans tellement m'amuser non plus.

   Asrya   
27/11/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle manière de détourner les contes.
Ce côté humoristique, léger, sans souscrire à la vulgarité ; appréciable.

D'autant plus que les aventuriers sont facilement identifiables, barbie, les daltons, les sept nains, cendrillon. Pourquoi Loulou et Foxy par contre ? Sont-ils également des personnages de conte ? Si oui, je ne les connais pas, du moins, je n'ai pas réussi à les identifier.
Ce qui m'amène à la remarque suivante : Nan-nan et Red. Vous vous servez des contes et c'est très intéressant, mais pourquoi ne pas jouer cette carte à fond ? Est-ce que Nan-nan et Red représentent des personnages de conte ? Si oui, lesquels et surtout, pourquoi elles ? Pourquoi ne pas en utiliser d'autres plus connus ?

J'ai été conquis par le reste du récit. Qu'il s'agisse du style d'écriture, le langage employé, le mordant des dialogues, la dose humoristique distillée :
c'est vivant, dynamique, adroit, "drôle", impeccable.

Dernière remarque, plus négative, concernant la fin de votre histoire. C'est un peu rapide, trop. Cela manque de saveur ; difficile de s'immerger dans l'action, dans l'avenir de ces héroïnes. (qui d'ailleurs tombe comme un cheveu sur la soupe, achevant précipitamment cette nouvelle loufoque ; dommage)

Merci pour cette ouverture d'esprit sur les contes,
Pas sûr que je regarde les sept nains de la même manière (surtout Joyeux),
Ce fut un plaisir,
A bientôt.

   Anonyme   
25/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'écris les commentaires au fur et à mesure de la lecture.
"Sa monture mécanique", c'est un peu éculé, pour ne pas répéter "moto", il faudrait remanier la phrase sans doute. Je ne comprends pas trop le dernier endroit pour s'éclater et la forêt mais ça va peut-être venir, j'en suis sûr.
C'est assez familier tout de suite entre les deux femmes. Pourquoi pas ?
Bon la forêt qui éclate revient et aussi le "cheval mécanique" qui ne me convient toujours pas. La dialogue qui suit est plaisant, on va s'amuser. Le cœur sur la main, mais sur laquelle, c'est pas mal. Avec les Dalton, on bascule dans l'absurde, mais ce n'est pas désagréable. Joyeux est de la jaquette, information cruciale qui met bien dans l'ambiance, géniale la succession des personnages de contes. Super les dialogues. Cindy, c'est moins tarte que Cendrillon, ouais, c'est mieux que Sandy. On attend la perte de la grolle ! "Tu vas en faire sonner des clochettes", j'adore. Le dialogue est top.
A la place de la dernière phrase, ou Sandy apparaît, je jure que je n'ai pas lu la fin avant de faire allusion à ce prénom, il aurait été intéressant qu'elle perde une pataugas !
Vraiment sympa comme lecture, l'idée est bonne, on pourrait développer et en faire plus. Merci pour cette distraction.

   Neojamin   
26/12/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

L'idée de sortir les protagonistes des contes populaires pour les perdre dans un troquet au fin fond des bois, j'aime. Les allusions ne sont pas les plus fines et on retrouve facilement qui et qui. Le ton est plutôt grossier. Je ne suis pas fan de toutes ces vannes projetées à tire-larigot...Je trouve les répliques exagérées, les surnoms ne me semblent pas nécessaires, ou alors avec un peu plus de finesse.

De manière générale, j'ai trouvé que cette histoire manquait de fond...les apparitions des sept nains, des Daltons, etc sont courtes et peu développées, les dialogues, je les trouve un peu vain, sans véritable utilité...la fin, soit je n'ai pas compris soit il n'y avait rien à comprendre!
Le fait est que je ne me suis pas trop amusé, l'écriture est propre mais je n'ai pas accroché!



Bonne continuation,

   Donaldo75   
1/1/2015
Commentaire modéré

   Donaldo75   
1/1/2015
J'ai ouvert un fil de discussion sur ce récit où j'explique d'où viennent certains des personnages, suite aux commentaires.

http://www.oniris.be/forum/des-precisions-sur-les-personnages-de-conte-a-rebours-t19891s0.html#forumpost262409

   Anonyme   
17/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Ce n'est pas poussif. Les grossièretés sont également bienvenues. C'est drôle. Les lecteurs sont un peu bégueules. Je dis ça... je dis rien


Oniris Copyright © 2007-2017