Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Science-fiction
Donaldo75 : La rivière
 Publié le 25/06/15  -  6 commentaires  -  5571 caractères  -  92 lectures    Autres textes du même auteur

Des femmes et des enfants le long d'une rivière au nord de l'Angleterre.


La rivière


Des femmes et des enfants venaient de la route principale et se dirigeaient vers la rivière.

Les yeux éteints, les bras le long du corps, ils marchaient d'un pas assuré, lentement et sans parler. Le lieutenant Brody me montra le début du cortège, loin à l'horizon. Des milliers, peut-être bientôt des millions de personnes suivaient un même chemin. Ils semblaient obéir à une voix intérieure ou à un schéma divin.


« Il faut les empêcher de se jeter dans l'eau ! » avait ordonné le général Watson aux troupes envoyées le long de la Medlock.

J'avais été dépêché avec des centaines de jeunes recrues pour établir un barrage sanitaire le long du cours d'eau. Rapidement, les services de renseignement militaire et les officiers du génie avaient compris qu'il était inutile de couvrir les seize kilomètres de la Medlock, car les candidats à la noyade plongeaient dans une seule zone géographique, près de Phillips Park.


« Pourquoi font-ils ça ? » m'avait demandé le soldat Pugh.

Je n'en savais rien. Nous n'avions que peu de certitudes, fruits de nos déductions suite à des heures d'observation. Le phénomène touchait uniquement les femmes et les enfants. Ils n'étaient pas agressifs ; quand les soldats dressaient des barrières le long de la rivière, ils ne tentaient pas de les abattre et ne se battaient pas contre les brigades postées devant eux. Ils ne se parlaient pas mais agissaient collectivement en se déplaçant comme un essaim.

Ils arrivaient de toute la région du Grand Manchester. Des rapports de plus en plus nombreux faisaient état de nouveaux cas dans les comtés du Sud.

Le ministère de l'Intérieur avait préconisé une extraction aléatoire, dans le but d'examiner des sujets issus de groupes variés. J'avais personnellement participé à une telle opération. Elle m'avait déchiré le cœur ainsi que celui de mes camarades de section.

Les individus ne réagissaient pas. Seuls leurs yeux changeaient. Ils passaient d'un gris cendré à un kaléidoscope de couleurs. Nous avions tous eu l'impression d'une multitude d'émotions, de la tristesse à la peur en passant par l'appel à l'aide.

Ces gens étaient désespérés dès qu'on essayait de les soustraire à leur destin funeste.


Quant aux autres, ceux que nos soldats bloquaient le long de la Medlock, ils affichaient un regard inoubliable.

« On dirait des malades en phase terminale, attendant la piqûre libératrice ! » avait lancé le sergent Pickford quand je l'avais relevé de son quart. Il avait raison dans un sens : ils n'étaient pas encore morts mais ils ne se comportaient déjà plus comme des vivants. Ils restaient debout devant nous, attendant vainement qu'une voie se dessine vers la rivière.

Le plus difficile pour nous se produisait quand nous reconnaissions quelqu'un parmi ces malheureux. J'avais vu un jeune sous-officier, un gars brillant du nom de Pierson, craquer littéralement à la vue de deux jumelles blondes. Âgées d'environ une douzaine d'années, main dans la main, elles étaient habillées pour aller à l'école ; Pierson avait essayé de les raisonner, de leur parler, de les toucher même, bien que ce fût formellement interdit par le protocole de sécurité, mais aucune n'avait réagi. Nous avions été forcés d'évacuer Pierson. J'avais entendu parler d'un probable internement du soldat dans un hôpital psychiatrique, plus que la simple quarantaine prévue dans son cas.


Il était l'heure de quitter les lieux.

Mon quart se terminait. Je pouvais rejoindre les campements établis à la hâte pour gérer cette crise sans précédent.


— Ils veulent se laver de leurs péchés, affirma un soldat, un bigot convaincu dénommé Cornwall.

— Lesquels ? Il n'y a que des femmes et des enfants, répliquai-je. Les hommes sont-ils exempts de la rédemption ? Ou penses-tu qu'ils n'aient rien à se reprocher ?

— Ils jettent leurs souffrances dans la rivière, répliqua un autre soldat. Le tour des hommes viendra.

— Pour cela, il faudrait s'assurer qu'ils souffrent, objecta le médecin O'Keefe.

— Croyez-moi, c'est le cas, dis-je. Il suffit de regarder leurs yeux quand on leur barre la route.


Ce genre de discussion m'énervait.

Je n'avais rien contre la controverse mais la situation actuelle me bouleversait réellement. Je n'avais pas signé au sein des forces armées pour laisser des innocents en peine. Je croyais naïvement que m'engager signifiait protéger la civilisation européenne de l'Axe du Mal, des communistes, des islamistes, des terroristes ou des barbares venus de contrées lointaines. J'avais accepté de me battre, au sens physique du terme, contre un ennemi réel, à qui je pouvais donner un nom et un visage. Mon sacrifice éventuel faisait partie du pacte avec la Nation.

Tout était simple même si l'adversaire avançait souvent masqué.

Je n'aurais jamais imaginé des femmes et des enfants sur une route, marchant comme une seule et même personne voulant se noyer dans une rivière. J'aurais encore moins pensé me trouver coincé entre ces malheureux et leur destinée, armé de mon fusil d'assaut pour contenir leur flux.


J'étais absorbé dans de noires pensées quand l'officier de service sonna le rappel.

Je devais à mon tour relever une autre section, un peu plus à l'Ouest.

« Les gradés disent qu'il y en a pour des semaines. Le phénomène s'étend à l’Écosse et au Pays de Galles », m'informa Simpson, un autre sergent en charge d'une unité mobile.

Quand je lui demandai plus de précisions, il me dit seulement que tous convergeaient vers la rivière Medlock. Uniquement des femmes et des enfants.

« Ils ont les yeux gris de cendre », me confia-t-il.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
6/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Belle nouvelle, bien ficelée, qui sonne vraie, qui laisse monter l'émotion liée à ce drame à travers ces bribes d'explication des soldats.
L'écriture est correcte, ne cherche pas à en mettre plein la vue.
Bien normal quand on sait que c'est la simple évocation d'un acteur de l'histoire. Simples, photographiques, les images sont bien rendues.
Mais... Bien sûr, il y a un mais.
Il y a tant de questions soulevées, tant dans la situation décrite, que dans la marche du monde, le nôtre bien sûr, mais apparemment en proie au chaos d'une guerre... Votre récit m'apparaît juste comme un début, une mise en bouche de quelque chose de plus vaste. Partie émergée d'un iceberg.
Bravo, cher auteur, pour ce début de nouvelle. J'aime beaucoup cette description que vous faites à l'approche de ces désespérés que l'on veut examiner, on sent bien quelque chose de lourd au fond d'eux qui les oblige à ce geste. Mais, on a envie de crier: "pourquoi, bon sang, mais pourquoi ?"
Ah c'est malin, votre histoire appelle une suite et je resterai ainsi à épier cet espace lecture sans doute durant des jours, des semaines, pour enfin lire cette suite et en obtenir une explication. Je rigole, bien sûr. Mais c'est dire votre don cruel pour nous mettre l'eau à la bouche.
Encore bravo donc et à vous relire, ... avec impatience.

   hersen   
14/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Nouvelle indéniablement bien écrite, une atmosphère très bien rendue par un style simple qui fonctionne. Je n'ai pas beaucoup à dire à ce sujet, ça me plait bien.
Par contre, l'histoire en elle-même, que j'ai lue avec intérêt jusqu'à l'avant-dernière ligne, m'a laissée un brin songeuse : on est à ce point dans le flou à la dernière phrase que j'ai juste l'impression qu'il n'y a pas d'histoire. Et donc je me demande si ce n'est pas moi qui ai raté quelque chose. J'ai pensé à des lacunes historiques de ma part.
Il me manque disons un ou deux détails, au fil de l'histoire qui auraient pu me mettre sur une voie quelconque, que ce soit imaginaire ou non. Je regrette vivement de ne pas les avoir décelés.

A vous relire.

   bigornette   
25/6/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Donaldo75.

Encore une fois, vous écrivez bien, il n'y a pas de problème. Mais l'épidémie gagnerait à ne pas susciter chez votre lecteur la même perplexité qu'elle suscite chez les militaires. Après lecture, on se demande ce que vous aviez derrière la tête. Je n'ai pas le début d'une hypothèse. En résumé : j'ai aimé ce que j'ai lu, mais je ne sais pas ce que j'ai lu. Le début d'un récit ?

Deux remarques en passant : pourquoi sait-on tous les noms des militaires ?

S'il n'y a que des femmes et des enfants, je pense que "des heures d'observation" sont un peu exagérées pour piger. Deux minutes suffisent, non ?

Enfin, j'ai envie de vous répéter ma question : qu'avez-vous voulu dire ? Merci.

   Donaldo75   
26/6/2015
Bonjour,
J'ai ouvert un fil de discussions pour répondre à vos questions.
http://www.oniris.be/forum/des-precisions-ou-pas-sur-ma-nouvelle-la-riviere-t20642s0.html

   AlexC   
9/8/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Hello Donaldo75,

L’idée m’interpelle bien. Ce phénomène sans précédent dans un monde contemporain, donne ce petit côté “histoire vraie” qui a le don d’accrocher le lecteur sans trop d’effort.

Vous installez l’action, présentez le héros, introduisez le mystère… et pouff, c’est fini ! Vous comprendrez que je reste sur ma faim. Suis-je le seul a avoir cette sensation d’être coupé dans mon élan ? Cette sensation d’inachevé ?

Sinon, c’est une introduction qui tient la route. L'écriture pourrait être un petit peu peaufinée à mon goût. Certaines phrases sont un tantinet trop simplistes.

"« Pourquoi font-ils ça ? » m'avait demandé le soldat Pugh.

Je n'en savais rien."

Alex

   matcauth   
13/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,


deuxième texte, mais même constat. L'auteur rapporte la science-fiction à une autre perspective, celle du héros qui ne peut pas modifier les choses mais qui essaye de les comprendre. C'est très intéressant et j'ai pensé, tout au long de ma lecture, à The Leftovers. Le principe de cette série télévisée est le même.

Ce qui compte n'est pas l'explication, et d'ailleurs si on l'avait, cela nous satisferait-il ? non, ce qui compte c'est comment les protagonistes essaient de se dépêtrer de tout ça, comment ils vivent et interprètent ce qui leur arrive.

Je trouve ça très bien, le niveau de réflexion est bien plus élevé et apporte un regard nouveau sur nous-même, sur la réalité, car nous aussi nous sommes au milieu de choses que nous ne comprenons pas.

Le seul problème, finalement, c'est que, en tant que lecteur, on voudrait savoir. Il faudrait presque prévenir, dire Attention ! peu importe ce qui est arrivé à ces femmes et à ces enfants.

Ce serait dommage, bien sûr.

C'est un peu court, on aimerait voir le héros évoluer davantage dans ce monde-là et connaître davantage ses émotions.


Mais l'ensemble est bien écrit, sans fioritures, ma lecture a été très agréable.

Merci.


Oniris Copyright © 2007-2018