Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Marian : Le moulin à eau [concours]
 Publié le 17/01/09  -  36 commentaires  -  5093 caractères  -  282 lectures    Autres textes du même auteur

Rude hiver pour une rivière.


Le moulin à eau [concours]


Ce texte est une participation au concours nº 8 : Les brèves d'eau (informations sur ce concours).



Quelque part, à un moment donné, une rivière suivait paisiblement le cours de son existence, qu’elle occupait fort sainement à arrondir des galets et à ronger des bicyclettes rouillées. Mais cet hiver-là s’annonçait comme l’hiver de son mécontentement. La rivière était en proie à la maladie, une vicieuse affliction l’avait clouée au lit. Elle suçait un thermomètre au mercure qui en fait de fièvre lui trouvait une hypothermie alarmante. Si ça continue, je ne ferai pas de vieilles eaux, se disait la rivière, au bord de la dépression. Elle appela donc en urgence Sam Uhu la chouette, marre qu’elle en avait des hiboux marabouts, bout de ficelle. Sam était le genre de mâle efféminé et diurne qu’un rien effraie et qui porte volontiers la hulotte au domicile conjugal. Mais il convenait en sa présence de l’appeler respectueusement « docteur » sans quoi vous le verriez froncer ses sourcils sévères et prendre des airs de grand duc.


– Docteur, fit donc la rivière, je trouve que j’ai maigri, dernièrement. On me voit les côtes.

– Les femmes sont toutes les mêmes, répondit Sam. Vous m’eussiez presque consulté l’hiver dernier pour vous plaindre du contraire. Pour ma part, je vous trouve encore un fort beau débit. Mais que voulez-vous, d’année en année le niveau baisse, c’est comme ça, on n’y peut rien.

– Ce n’est pas tout, se plaignait l’onde. Je me sens toute visqueuse. Une simple goutte d’eau me fait déborder de vase.

– Vous m’aviez pourtant plutôt l’air à glaise. Vous permettez ? Je dois jeter un œil à vos sels.


La rivière honteuse vira soudain au cramoisi.


– Voyons ma chère, dit la chouette. Vous n’êtes plus une enfant et je ne suis pas Moïse.


Alors le cours d’eau se laissa inspecter le fond de la cuvette.


– Un dépôt calcaire, commenta le docteur. Il vous faudra nettoyer tout ça. Voyons votre berge, maintenant.


Il constata que l’alluvion était plus fine que la rivière ne l’eût crue.


– Ça alors c’est étrange, s’exclama-t-il. Il semblerait que quelqu’un vous dépossède de vos terres.

– Non, fit la rivière. C’est moi. Ça me gênait, ça me collait aux rives, alors j’en ai fait don à des ifs. L’un d’entre eux se trouvait d’ailleurs être un excellent musicien. Mais un jour, des bourgeois l’ont emmené. Ils lui promettaient une grande carrière dans le luth.

– Ah, ce cher if des notes en gamme ? Tragique. Vous dites donc que ces pauvres gens s’enterrent par crainte des richards ? C’est vrai qu’ils les taxent assez comme ça…


Et tandis qu’il parlait, la rivière fondait en larmes.


– Que vous arrive-t-il, ma chère ? Est-ce que le sort de six ifs vous émeut ?

– C’est injuste, ruisselait la rivière. Si je n’étais vieille et impotente, j’inonderais tous ces coquins de bourgeois de mon ressentiment.

– Mais pourquoi se lamenter, Madame ? Vous êtes dans la fleur de l’âge.

– Ah, soupira la rivière. Je ne suis hélas plus l’eau vive de ma jeunesse, celle après qui tous les garçons couraient en vain. Vous auriez dû me voir traverser les alpages, bondir de roc en roc comme un chamois et plonger tel le faucon du haut d’une falaise. À l’époque, je m’en tirais encore avec une simple éclaboussure et reprenais ma course.

– Vous voudriez revenir aux sources. Je vous comprends. À votre âge, finie l’activité torrentielle. On devient sédimentaire. Faites-vous au moins quelques menus exercices quotidiens ?

– Oui, je m’occupe du moulin en aval. Mais je suis lasse et n’en puis plus. Cela me donne le tournis et le hoquet.

– Je vois. Vous souffrez de ce qu’on appelle le mal du tourniquet. Et ce n’est pas tout. À travailler l’hiver comme vous le faites, vous risquez l’aérocution.

– Oui. L’hiver, je gèle. J’ai bien pris un bonnet mais il s’est filé l’espole*. Alors je l’ai jeté par-dessus le moulin. Et quand bien même les flocons me recouvrent, je vais toujours chez le meunier faire tourner ma neige.

– N’avez-vous donc jamais songé à prendre quelques congères ?

– Cela m’est impossible. Le meunier me fait porter pale même lorsqu’il est au chaumage. Que j’arrête un instant et il se trouve aussitôt sur la paille.


Le docteur Uhu avait déjà entendu parler des congères paillées, aussi comprenait-il la situation du meunier ouvrier et de la rivière prolétaire. Quand pour de bon cette dernière gela, il se mit en quête du meunier lui-même. Il chercha du nord au midi, puis de midi à quatorze heures, mais personne ne trouva. Nul hôte de ces bois ne l’avait aperçu, pas même le raton-bavard, toujours prompt à renseigner. Jusqu’à ce qu’il rencontre la carpe : elle lui fit deviner l’emplacement par mime. Le docteur s’y rendit à tire d’ailes mais, quand il arriva, il était déjà trop tard. Le meunier à l’ombrage du saule pleurait, sa seule meunière s’était fait descendre par ce froid hivernal.


_________________________________

Espole : Fil de trame supplémentaire inséré, d’une lisière à l’autre, dans le tissu.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   patapapier   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
j'adore
à lire avec soin.
jusqu'à plus soif

   Anonyme   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Excellant.
Enfin un sourire aqueux

J'en redemande...

   Alexandre   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Encore un sérieux concurrent aux palmes onirisiennes, qui par ce texte, Ô combien bien tourné, prouve, s'il en était besoin, que l'eau est bien un intarissable sujet. Alexandre

   jensairien   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
une jolie fable pleine de très bons jeux de mots. Et très bien écrite.

   widjet   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je dois avouer que je commençais à désespérer...et puis juste après Xrys, Marian entre dans la place et nous pond une autre excellente nouvelle, originale, divertissante, pleine de trouvailles et de jeux de mots souvent heureux.

Ce coucours devient franchement intéressant.

Je m'en vais lire du Marian, moi...
(j'ai honteusement négligé cet auteur qui m'a l'air très intéressant)

Widjet
(auteur candidat qui ne fait pas le poids)

   melany   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
très jolie histoire, de très bon jeux de mots, beaucoup de phrases m'ont fait sourire... et c'est une bonne exploitation de la contrainte des 5 000 mots, avec une écriture un peu délirante, et des blagues (fines !) en pagaille...
merci !

   Ephemere   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour, j'ai bien aimé et je vais donc commencer par les défauts : un changement de temps inopportun (fit, répondit, puis plaignait.), "clouée au lit" ; j'aurais préféré dans son lit (détail) ; à la fin, le récit s'essouffle, les jeux de mots sont moins bons.
Je précise un jeu de mot que certains n'auront pas compris, je crois : L'if fait en effet parti de la famille des Taxacées (nom scientifique : Taxus baccata, toxique par une substance trouvée dans les baies rouges, la taxine.). "qu’ils les taxent assez", super ! Ainsi que tous les jeux de mot sur la chouette.
J'ai pas compris : je ne suis pas Moïse ?
Très bon début et fin difficile ou d'if, icille.
FMR

   Anonyme   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un joli festival de jeux de mots et d'à peu près pour nous faire passer un bon moment.
A lire et relire pour tout comprendre.

Merci l'auteur.

   Claude   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai A-DO-RÉ !
Je raffole des calembours et d'être submergé par un tel flot, de si bonne qualité m'a comblé. Je suis sûr de ne pas tous les avoir capté, aussi, je reviendrai pour relire tout ça avec encore plus d'attention.
Mon texte préféré, pour l'instant.

   dude   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est excellent! Et vraiment très drôle! On s'amuse à recenser tous les jeux de mots, allusions, clins d'oeil, etc... La bonne surprise de ce concours. On dirait qu'on garde le meilleur pour la fin!

   Anonyme   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'adore tout simplement tous ces jeux de mots, petits clins d'oeils et autres boutades éparpillées autour de ce petit conte innocent.

Bel exercice, ça se lit comme du p'tit lait, on sourit, on réfléchit, et puis les images, les mots sont bien placés, ahhh enfin!

Avec Guanaco, mon 2è préféré à ce concours, comme disait Widj' ça vallait la peine d'attendre!

Merci

   Faolan   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'adore ! Je reviendrai le lire... Moi qui en suis à mon premier texte je n'oserai bientôt plus le poster tellement le niveau (de l'eau ?) devient élevé ! C'est pas sympa pour les nouveaux :D

   xuanvincent   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce conte, que j'ai trouvée assez original et bien écrit, m'a bien amusée.

Le thème de l'eau m'a paru bien traité, de manière assez différente des autres nouvelles du concours.

   Anonyme   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai adoré cet afflux de jeux de mots je suis même sûre de ne pas les avoir tous captés. En plus l'histoire en elle même et drôle et se laisse lire
Merci et bravo
Xrys

   Menvussa   
17/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Difficile de reprendre son souffle entre deux jeux de mots et encore, quand ils ne sont pas à double sens.
C'est très fort, et très fin.
Brave... eau

   sylvie2707   
18/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Jolie nouvelle et très beaux jeux de mots... rafraichissant à souhait.

   Bidis   
18/1/2009
Un festival de jeux de mots. J’ai bien ri.
Comme d'autres commentateurs, je reviendrai prospecter cette rivière pour y glaner quelques pépites qui auraient échappé à mon premier passage.

   marogne   
18/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai hésité à commenter, ou à évaluer.... Je suis, pratiquement, handicapé par rapport aux jeux de mots. Je ne suis pas sur de ne pas les comprendre - encore que ....- mais la plus part du temps, si je sais reconnaître la prouesse intellectuelle, celà me laisse aussi froid que devant une équation -encore que ..;-, et je me sens frustré de ne pas avoir rire comme les autres!

Mais bon .....

Donc ici, et pour moi, pas de quoi sourire, et pas vraiment d'histoire autour de l'exercice.

A ne pas prendre en compte .....

   nico84   
18/1/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Que de jeux de mots, que d'humour, c'est vraiment une trés bonne nouvelle, j'ai souris et apprécié cette histoire tendre et décalée en même temps. Bravo, j'admire d'autant plus l'écriture, la maitrise du rythme et la forme.

Conquis.

   papyrus   
19/1/2009
très belle nouvelle douce et limpide avec une goutte d'humour bravo a toi

   melonels   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des jeux de mots délicats à chaque phrases, bravo ce n'est pas chose facile sur le sujet.
Un très beau texte de 7 à 77 ans.
Un grand merci.

   Anonyme   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je fais partie des "pour". Imaginatif, drôle (la plupart du temps).
Ca fait plaisir de lire des textes comme ça.

   Nongag   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Là, je prendrais bien une photo de mon sourire, elle servirait de commentaire...

Charmant et habile!

   FredericBruls   
24/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel petit bijou de drôlerie et d'inventivité ! Des jeux de mots à la Devos (mon humoriste préféré), beaucoup de souplesse et de fluidité stylistique.
Je ne viens pas souvent lire des nouvelles, mais celle-ci vaut assurément le détour.

   Flupke   
26/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dieu ! Que Marian écrit joli, quand il nous offre ainsi, tous ces petits jeux de mots, pour rigoler, ça ira …
Des congères paillées LOL, on sent l’imagination ultra-élastique.
Merci en passant à FMR pour l’explication sur les taxacées que j’avais raté alors que je connaissais le mot vu que j’en ai marre de payer des impôts.
Excellente anthropomorphisation de la rivière. Exercice brillamment réussi.
Un très bon moment de lecture. Merci Marian.

   craone   
28/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Salut Marian,

Extraordinaire performance technique. Il y a plus de jeux de mots au centimètre carré dans ton texte que de gags aux grosses têtes.

Mais tout ça pour quoi ? Où est l'histoire ?

craone, qui voudrait bien avoir ta plume.

   guanaco   
31/1/2009
Nouvelle classée dans la catégorie "humour/détente".
Objectif atteint en ce qui me concerne.
Les jeux de mots, il fallait non seulement les trouver mais aussi les mettre et que l'ensemble soit/reste cohérent.
Bravo
Guanaco

   Perjoal   
5/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Superbe ! A lire et relire pour tout trouver

   David   
10/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Marian,

Nouvelle Ubuesque, je me joint au concert des loups anges, bravo !

   aldenor   
10/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un texte orginal et tout en finesse. Je déplore seulement l’abus des jeux de mots, qui paraissent forcés par moment.

   Ariumette   
21/2/2009
D'abord félicitation d'avoir relevé le défi de ce concours !
Mon avis : C'est super ! Bon heureusement que la contrainte était "texte court" car sinon il y aurait eu overdose de jeux de mollet qui font les gambettes ! A part ça, je redis super et je dirais même plus, super chouette ! Heu sinon j'ai l'esprit mal placé ou "Vous n’êtes plus une enfant et je ne suis pas Moïse" est une reflexion franchement coquine ?

PAs de note cause concours

   Anonyme   
27/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Alors là, clap ! clap ! clap !
J'adore. C'est ravissant et c'est très joliment écrit !
Un seul regret, ne pas avoir lu cette petite perle plus tôt !
Bravo ! Les jeux de mots sont malins et légers, légers ! Beau travail !

   PetiteMarie   
28/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beaux jeux de mots, j'ai trouvé très originale cette personnification de la rivière. Bravo!

   colibam   
29/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un joli conte rafraîchissant brodé de jeux de mots amusants et subtils et qui dénote une grande maîtrise de la langue. Un grand bravo !

   colibam   
10/6/2009
Humour et poésie sont au rendez-vous de ce petit conte aux jeux de mots savoureux.

   Selenim   
24/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte vraiment habile.

Je regrette juste que la pléthore de jeu de mots se fasse au détriment de l'histoire.

Avec une rivière sous le pied, c'est dommage de ne pas avoir su mieux diluer tout ces bons mots.

Selenim


Oniris Copyright © 2007-2017