Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Aventure/Epopée
nanardbe : Le livre de Cain - Partie 2
 Publié le 11/06/07  -  3 commentaires  -  5160 caractères  -  9 lectures    Autres textes du même auteur

Gaston Leberton, un professeur au chômage et Michael Vigaux, un archéologue atypique, viennent de découvrir un livre qui pourrait bien annoncer la 3e guerre mondiale.


Le livre de Cain - Partie 2


- Le dernier espoir de l'humanité ? Professeur, vous ne pensez pas que ceci vous dépasse un peu ?


Michael Vigaux n'était pas homme à s'enflammer sans raison, il était évident, qu'il avait analysé le livre sous toutes ses coutures avant de tirer ses conclusions. Pour la première fois depuis de nombreux mois, il réussit à éveiller ma curiosité.


- Êtes-vous certain de ce que vous avancez ? Ce n'est peut-être qu'une copie faite au Moyen-Âge ? Après tout, nous n'en serions pas à notre première supercherie Biblique.

- C'est possible, mais voyez-vous, deux personnes illustres ont détenu ce livre, je le sais, car on en retrouve trace dans leurs archives. Et savez-vous qui sont ces personnes ?

- Au hasard, je dirai Louis XIV et Hitler ?


Le professeur me sourit, il se doutait bien que je ne croyais pas un mot de ce qu'il me racontait. Il me présenta donc deux livres, l'un intitulé "les mémoires du Reich" l'autre tout simplement appelé "Empire". Michael avait soigneusement placé des marques pages blanches sur lesquelles il y avait une série d'annotations.


- Regardez ! Poursuivit-il

- L'un, comme vous l'avez deviné, parle d'Hitler et de son gouvernement, l'autre parle de la vie de Napoléon. Et savez-vous qui a écrit ces livres ?

- Je donne ma langue au chat professeur.

- Retournez les livres, vous voyez ? Ils ont été écrits par Hitler et Napoléon en personne ! Ce sont deux pièces originales. Et si vous regardez ces deux livres, ils font tous les deux partie de la découverte de ce livre.

- Mais il y a plus Gaston !


Le professeur m'invita à me diriger vers le livre de Caïn, la couverture était marquée du sceau de l'empereur Napoléon.

Je remarquai aussi par la même occasion que le livre était scellé, et que vraisemblablement le livre contenait une série de pages en argent.


- Professeur, l'avez-vous ouvert ?

- Je ne suis pas fou ! Savez-vous qu'à chaque fois que ce livre a été ouvert une guerre a éclaté ?


L'humour n'est pas toujours la meilleure des armes face à un professeur qui vient de découvrir ce qui semble être un objet de grande importance. Je l'appris à mes dépens.


- Je pensais qu'on avait jusqu'en 2014 ? Vous ne risquez donc rien.

- Gaston, je considère ce livre comme une arme, il serait criminel d'utiliser une arme quand on ne sait pas comment elle fonctionne ? N'avez-vous aucune morale ?

- Je plaisante professeur ! Il n'y a aucun mal à rire.

- Au contraire, monsieur Leburton, je vous prie de ne pas rire devant tel objet.

- Soit donc, professeur ! Mais que voulez-vous faire ? Nous devons envoyer cela à des experts afin qu’ils analysent le livre.


Le professeur s'assombrit davantage encore. Manifestement il avait une autre idée.


- Décidément, Gaston, tu n'y es pas. Si je parle de ce livre à quelqu'un, nous risquerons bien plus que notre vie, mais bien celle de l'humanité. Non, nous devons découvrir seuls le secret de ce livre d'argent.


La voix de Michael se fit encore plus grave.


- Et surtout, nous devons savoir comment empêcher cette guerre.


Le professeur se répétait, sans doute était-il aussi excité qu'apeuré, mais nous n'avions effectivement pas le choix. Il me restait plus qu’à accepter cette mission, qui bien malgré moi me faisait le sauveur de l'humanité. Ou du moins de la paix dans le monde. Il faut voir le bon côté des choses, j'aurai peut-être une école qui portera mon nom en guise d'hommage, ou encore une belle médaille blanc, bleu belge ! Je devais quand même essayer d'y voir plus clair, ce livre mystérieusement apparu dans la bibliothèque d'un vieux docteur en archéologie devait certainement avoir de nombreux secrets, à moi de les découvrir.


- Gaston, j'ai besoin de vous! Aidez-moi à comprendre ce livre.

- Je veux bien vous aider professeur, mais dites-moi au moins ce que je dois faire. Vous m'appelez et me parlez d'un livre. Certes, cela est bien beau, mais pouvons-nous empêcher des gouvernements de se déclarer la guerre ? En supposant que nous sachions d'où vient la menace.


Soudain, le livre se mit à briller davantage, je conçois que pour vous l'idée d'un livre d'argent qui s'illumine doit encore vous paraître saugrenue, mais pour nous qui vivions l'instant en direct, je vous prie de croire que c'est autre chose. Le livre de Caïn, brillait de mille éclats, on aurait dit une boule de dancing. Rapidement le livre illuminait la pièce habituellement sombre, elle était claire comme si nous étions juste à côté du soleil. À la différence que la lumière n'était pas chaude. Puis, une sorte de voix se fit entendre. Le professeur et moi, nous avons clairement entendu : "Et ils partirent dans un éclair de feu". Une voix de femme, chaleureuse, amoureuse, presque orgasmique.


La lumière disparut aussi soudainement qu'elle apparut. Avant que nous ne puissions dire un mot, Madame Valentine, la concierge du bâtiment, tambourina à la porte.


- Professeur, professeur, c'est terrible.


Le professeur et moi descendions les escaliers tandis que Madame Valentine montait déjà à notre rencontre.


- Eh bien que se passe-t-il ?

- Oh ! Monsieur Gaston, c'est terrible, on vient de faire exploser la gare du midi !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nanardbe   
11/6/2007
Juste pour dire qu'il y a une petite erreur, je ne sais pas ou la signaler donc...

Il faut lire :"

Ils font tous les deux part de la découverte

et non pas Partie...

Merci

   Tchollos   
12/6/2007
La plupart de mes premières émotions de lecture viennent de Jules Verne et de Conan Doyle. Je respecte beaucoup les "aventures" légères et merveilleuses. Avec ton style vif, souvent second degré, on a du potentiel pour quelque chose de finalement assez neuf, loin des DaVinci code tout en flirtant sur la même vague. Le truc, c'est que tu vas marcher sur une corde fine, comme un funanbule.

A ta droite la série B et à ta gauche le roman.

Le livre qui s'illumine et qui "parle", à mon sens, c'est dangereux pour la suite (ou alors tu vas me surprendre). Je voudrais te conseiller (en tant qu'ancien gosse émerveillé par Nemo et Philléas Fog) de rester très vigilant sur le côté véridique ou non de l'aventure, fantastique ou pas, peu importe, mais il faut tenir un cap. Même si je suis resté un grand enfant, je ne peux nier que je suis un adulte et que j'ai donc aussi d'autres attentes. Suspense, partie sombre, méchants, rebondissements, etc. Avec ta fin, on dirait bien que j'en aurais pour mon argent (euh, je sais j'ai rien payé)...

Pourrais-tu nous dire où tu en es dans ce récit? As-tu un synopsis, une fin? As tu fais des recherches particulières? J'aimerais que tu nous parles de tes intentions avec ce textes ;)))

   Bidis   
29/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je continue la lecture de cette passionnante aventure.
J'adore quand on mêle l'histoire à la fiction et à la science-fiction, j'adore quand il s'agit des grands monstres historiques tels que Hitler ou des personnages à la limite de la la monstruosité comme Napoléon, j'adore quand des événements para-normaux interviennent comme des voix, etc...
Cependant, je n'ai pas accroché au livre "d'argent". Qu'il émette une lumière surnatuelle, qu'il s'en échappe une fumée, qu'il brûle les doigts peu importe. Mais la matière (l'argent) me heurte absolument. Quand il y a comparaison avec une boule de dancing, là ça devient loufoque. Dommage !
Alors "une voix de femme amoureuse, chaleureuse, presqu'orgasmique", ça aussi pour moi, ça ne passe pas.
Mais je vais lire la suite encore ce soir. C'est trop palpitant.


Oniris Copyright © 2007-2019