Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
Pascal31 : D'un simple regard [concours]
 Publié le 14/09/15  -  21 commentaires  -  4383 caractères  -  192 lectures    Autres textes du même auteur

Il suffit parfois d’un simple regard pour reprendre goût à la vie.


D'un simple regard [concours]


Ce texte est une participation au concours n°19 : T'as de beaux yeux, tu sais ! (informations sur ce concours).



La pureté du bleu lagon de ses iris m’envoûta dès que nos yeux se croisèrent. Je lui ai souri, timidement. Elle n’était pas seule et les gens piaffaient autour d’elle ; certains se permettaient même de la toucher sans que cela semble la contrarier.

Elle avait une silhouette parfaite : cette robe jaune, printanière, lui galbait les seins et dévoilait des jambes interminables. Pourtant, c’étaient ses yeux qui me fascinaient le plus. Légèrement en amande, les cils d’un noir intense et les paupières poudrées d’une touche fuchsia. Elle m’observait en coin, sa bouche pulpeuse esquissant un sourire.

La foule passait entre nous, insouciante de la foudre qui venait de me frapper en plein cœur. Je m’approchai en tentant de maîtriser mes émotions. Je ne voulais pas qu’elle se rende compte du trouble qui m’habitait. Qui sait, cela aurait pu la gêner.

Pourtant, ma confusion devait se voir à cent mètres car une dame s’approcha de moi en demandant : « Puis-je vous aider, monsieur ? »

Je me tournai vers elle, sans pour autant quitter la femme à la robe jaune des yeux, et balbutiai : « Non… Peut-être… Connaissez-vous son nom ? »

La dame suivit mon regard et répondit, perplexe : « Euh… Elvire, je crois. Souhaitez-vous que je me renseigne ? »

« Surtout pas ! » m’exclamai-je, atterré par tant de naïveté. J’arrachai mon regard de l’élue de mon cœur pour mieux scruter l’écervelée. Une femme sans âge, fade, dont la seule particularité tenait dans l’équilibre précaire de son chignon volumineux. Elle ouvrait la bouche pour ajouter quelque chose. « Fous-moi la paix ! » lui crachai-je au visage, la réduisant au silence. Interdite, elle s’empourpra, cilla et disparut sans demander son reste, suivie de près par sa choucroute tremblotante.

Je craignais d’avoir aussi effrayé ma belle avec cette saillie quelque peu virulente. Mais un coup d’œil à la dérobée suffit à me rassurer. Elle n’avait pas bougé et continuait à me fixer d’un air aguicheur. Cela me redonna confiance. Je me décidai à l’aborder. Sans précipitation, mais d’un air conquérant. Les gens autour de nous observaient la scène. Des murmures bruissaient. Je m’en moquais. Je la désirais. C’était dans son regard océan que je voulais me noyer, pas dans le flot incessant des messes basses. J’allais effleurer son bras quand un homme se saisit du mien. Je fis volte-face, interloqué, et aperçut, à moitié cachée derrière mon assaillant, la dame au chignon tour-de-Pise. Son maquillage avait un peu coulé sur ses joues. Manifestement, ma répartie l’avait bouleversée plus que de raison.

« Que faites-vous, monsieur ? » me demanda l’homme en uniforme.

« Je veux Elvire », répondis-je sans me démonter, conscient de sa présence derrière moi.

« Vous voulez acheter la robe ? » questionna-t-il. Il paraissait inquiet et retenait toujours mon bras, mais sans agressivité. Il braquait ses yeux sur moi. Son regard compatissant, à la limite de la pitié, me serra le cœur. Je fus pris d’un léger étourdissement et des larmes embuèrent ma vision. Je me tournai lentement. Le mannequin n’avait pas bronché. Ses yeux bleus, vitreux, étaient aussi vides que le fond de mes poches. Une étiquette pendait d’un côté de la robe : « Naf-Naf Elvire – 52,49 € ».

Je sanglotais maintenant. Sans trop savoir pourquoi. Un goût amer emplissait ma bouche. L’agent de sécurité me raccompagna à la sortie, toujours flanqué de la dame qui me fusillait du regard. Je pouvais lire « Cinglé ! » sur sa figure, de manière aussi visible que les néons dans la vitrine. Les clients autour de nous reprirent leurs bavardages futiles et leurs emplettes, s’égaillant dans le grand magasin. Qu’avaient-ils à se soucier d’un pauvre vagabond ?

À l’extérieur, sur le trottoir, la fraîcheur de ce début mars me fit frissonner. Avant de regagner la douceur de la galerie marchande, l’homme me dit tout bas : « Faites-vous aider, mon vieux. » Et tout ce que je pus répondre fut : « Elle avait de beaux yeux. » Sur quoi, un sourire fatigué aux lèvres, je tournai les talons pour m’engouffrer dans la rue et la fin de l’hiver.

Il suffit parfois d'un simple regard pour reprendre goût à la vie.

Parfois, mais pas toujours.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   carbona   
10/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Forme: ce texte est très bien écrit, un plaisir à lire.

Quelques petites remarques :

- Le "Fous-moi la paix" adressé à la vendeuse m'a paru un peu violent, j'aurais vu des mots plus doux pour toujours exprimer le même besoin.

- "la choucroute" pour qualifier le chignon < pas très joli

Fond : J'étais partie sur une perruche ou un autre volatile dans une scène de zoo jusqu'à l'intervention de l'homme que je suppose être le vigile.

Une agréable lecture.

   AlexC   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

Le thème du concours est respecté et le sujet assez innovant. Si le début se complait dans une banalité sentimentale perclus de clichés amoureux (le coup de foudre, l'élue de mon coeur), j'ose croire que c'est volontaire.
La première partie un peu "too much" et gnan-gnan contraste ainsi parfaitement avec la révélation de la deuxième partie. Chute que l'on attend forcément, d'autant plus au moment où le narrateur agresse verbalement la vieille femme, mais qui se devine pas aisément. Tant mieux.

Je trouve la seconde partie un peu longuette. L'auteur perd un peu de l'impact de la révélation.

Au demeurant, une bonne petite nouvelle qui prend tout son sens tragique à l'arrivée.

   Shepard   
20/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Le début du texte ne m'a pas directement emballé, je me suis dis "encore les beaux yeux de la jolie fille et l'amant transit". Le tout à la mode jardins de la cours du Roi (enfin, c'est ce que l'ambiance m'évoque, sans pour autant qu'il y est tant d'indices, mis à part le langage).

Et puis voilà un changement de couleur progressif, très bien amené, je ne m'en suis douté qu'à partir du "vous voulez acheter la robe ?". Et là, le château s'écroule, et on se retrouve dans le magasin, retour violent à la réalité.

Avec ce "Je pouvais lire « Cinglé ! » sur sa figure, de manière aussi visible que les néons dans la vitrine." qui sied bien.

Je n'ai pas grand chose à dire sur le style, quelques trouvailles que j'ai apprécié :

"C’était dans son regard océan que je voulais me noyer, pas dans le flot incessant des messes basses."

"la dame au chignon tour-de-Pise"

D'autres un peu moins par leur "classicisme" si je puis dire :

"La pureté du bleu lagon de ses iris"
" insouciante de la foudre qui venait de me frapper en plein cœur"

Ça m'aurait moins dérangé sur un texte plus long, mais sur un écrit aussi court les expressions sont moins diluées et ressortent en bien comme en mal, à mon avis.

Bonne lecture !

   costic   
21/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup l'idée de cette nouvelle. La fascination pour les yeux d'un mannequin nous ramène à des questions sur les gouts stéréotypés et nos "consommations" en ce domaine. Tous les poncifs relatifs à la beauté et aux "émois" d'un coup de foudre sont présents mais on sent l'ironie sous-jacente qui nous amène vers la vérité. Peut-être que la nouvelle aurait mérité un développement supplémentaire et le suspens aurait pu être plus entretenu.

   hersen   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà une histoire qui se lit avec plaisir.
Le sujet est original, et surtout inattendu. On met un peu de temps à comprendre, puis on se demande un peu ce qui se passe. Quand on comprend, on se dit "bien joué".
Personnellement, je n'aurais pas rechigné à en lire davantage. J'aime bien l'opposition consommation/vagabond et le délire engendré. Cette histoire a quelque chose de touchant.
D'un autre côté, le choix de l'auteur de faire court rend ce texte peut-être plus parlant.

Alors je le redis : Bien joué !

   corbivan   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

originale cette histoire d’un gars qui tombe sous le charme d’un mannequin de plastique.
Ça me fait penser aux affiches publicitaires où on a l’impression que la belle dame (pour ce qui me concerne) nous suit des yeux…
La brièveté du texte augmente la surprise du dénouement.
Juste le coup de gueule du personnage principal m’a un peu surpris et puis les yeux des mannequins de plastique ne m’ont jamais paru très attirants ou expressifs. Finalement je me rends compte que c'est le personnage principal que je trouve un peu antipathique, sans doute car il semble trop 'prédateur' : il la veut... et puis la dame qui pleure (on suppose) parce qu'elle s'est faite remballer par un client bizarre sonne un peu surfait.

J'ai apprécié le côté loufoque de l’histoire, son originalité et le dénouement bien amené.

À vous relire

Cordialement.

   Bidis   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
L'histoire est bonne, surprenante et bien écrite. Et pourtant quelque chose me gêne.
Je pense que ma réticence provient tout d'abord de ce que, pour moi, un mannequin de ce genre a peut-être de beaux yeux mais pas vraiment de "regard". A mon avis, ce sont des yeux vides par excellence.
Ensuite, je pense qu'à trop vouloir surprendre par la chute, l'auteur n'a pas assez mis l'accent sur la folie de son personnage et/ou ne l'a pas dévoilée plus tôt. Le lecteur s'est donc trop identifié à ce dernier, surtout quand l'auteur attribue des sentiments au mannequin ("Je ne voulais pas qu'elle se rende compte etc...) et s'y est identifié trop longtemps. Car le lecteur, lui, n'est pas fou. D'où quelque chose qui ne "prend" pas, sans doute parce que mal exploité ou trop difficile à exploiter.
Et c'est dommage, parce que la folie est quelque chose de fascinant et je ressens qu'il y avait là matière à un texte très fort.

   Automnale   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Dans un grand magasin, un homme tombe sous le charme du bleu lagon d’un regard féminin… La jeune femme, vêtue d’une robe jaune printanière lui galbant les seins, a tout pour plaire : bouche pulpeuse, sourire en coin, yeux légèrement en amande, air aguicheur, jambes interminables… Parmi la foule, certains se permettent même de la toucher, ce qui ne semble pas contrarier la belle. L’homme la désire. Lorsque, d’un air conquérant, il se décide à l’aborder, une autre femme, sans âge celle-ci, au chignon volumineux, vient se placer entre lui-même et l’objet de son désir. « Fous-moi la paix ! », lui crache-t-il au visage… Dépitée, apeurée, la dame au chignon tour de Pise s’empresse d’aller chercher un vigile… Le charme est rompu…

L’homme dont il est question ne contrôle guère ses émotions. Pris d’étourdissements, il se met à sangloter… Les yeux bleus vitreux, responsables de tout, sont pourtant aussi vides, note-t-il, que le fond de sa poche…

… N’ayant pas réalisé immédiatement de qui, de quoi, il s’agissait, j’ai apprécié le petit suspense… Et, pour ce qui concerne l’écriture, la façon de raconter, il n’y a rien à dire.

Cependant, l’auteur ne nous révèle que peu de choses - si ce n’est qu’il s’agit d’un vagabond - sur cet homme… A-t-il bu ? Souffre-t-il de myopie ? Tout ne tourne-t-il pas rond dans sa tête (oh manifestement, oui) ? D’où vient-il ? Où va-t-il ? Pourquoi est-il entré dans le magasin ? Le récit semble incomplet.

Par ailleurs, j’ai songé à un autre texte publié sur Oniris. Après une brève recherche, j’ai retrouvé, parmi les lauréats du dernier concours (Le soutien-gorge de Mademoiselle Lili), un récit d’Agueev dont je me souvenais, « L’heure des Anges », traitant du même sujet… Il faut croire que les mannequins ne manquent pas de charme et inspirent la gent masculine.

En l’occurrence, souhaitons qu’un regard bleu lagon soit capable de métamorphoser, dans le bon sens, la vie d’un pauvre vagabond. Rien n’est moins sûr…

Merci beaucoup, Pascal, pour cette lecture.

   wancyrs   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Salut Pascal !

L'effet surprise a marché pour moi, sans doute à cause de la construction du récit. Les incohérences émotives de l'acteur - tantôt doux, tantôt violent - détermine la nature de son état psychique. Au tout début du récit on se croit en présence d'un homme doté de tous ses sens, mais à la fin on découvre un malade. Et après la deuxième lecture, je me suis pris à éprouver de la compassion pour ce pauvre homme.
J'aime la construction de votre récit. Mais j'ai trouvé la narration bancale, pas assez fluide car je me suis arrêté plusieurs fois pour réfléchir sur des expressions telles : " Pourtant, c’étaient ses yeux qui me fascinaient le plus. Légèrement en amande,..." "...un coup d'oeil à la dérobée..." "...des murmures bruissaient..."

Wan

   Anonyme   
14/9/2015
Bonjour Pascal31

"La pureté du bleu lagon de ses iris m’envoûta dès que nos yeux se croisèrent."De la première phrase à l'avant dernière : "Il suffit parfois d'un simple regard pour reprendre goût à la vie" on est au cœur du sujet.

Vous respectez les consignes à la lettre : " Les yeux doivent être un élément déterminant de l'histoire et pas un simple détail de l'intrigue."

Celle-ci est à la fois drôle et tendre et votre plume sait prendre le ton adéquat pour la mettre en valeur.

Pascal31, j'ai beaucoup aimé votre nouvelle et vous souhaite bonne chance pour le concours.

   ameliamo   
16/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un texte intéressant. Après mon avis c’est une métaphore et le texte a un humour subtil. Tout le monde sait que, souvent, l’aspect physique, l’extérieur de la tête, il est plus important que le contenu de tête. Les hommes et les femmes, aussi, quelquefois, ne devient-ils fols par amour ? J'aime ce texte beaucoup.

   Blacksad   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Texte court mais bien construit. Très agréable à lire, on se laisse prendre avec délice à cette confusion. On devine derrière cette folie douce l'histoire d'un homme brisé et je trouve que c'est suggéré plutôt subtilement.

On se doute que le gars ne tourne pas rond dès le "fous-moi la paix" qui tranche trop avec le reste, peut-être est-ce dommage de "vendre la mèche" si tôt dans le texte...

J'aime beaucoup les deux lignes de la fin.

   Anonyme   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Le texte est bien construit, de la description de "l'objet du désir", cette femme aux yeux envoûtants, jusqu'au trouble bien transcrit du jeune homme. L'intervention de la femme au chignon choucroute pousse le lecteur à s'interroger : que veut ce trouble-fête ? L'homme en uniforme nous met la puce à l'oreille. Et, pour ce qui est du thème imposé, on apprend qu'il a l’œil bleu, vitreux. Un petit bonus pour coller à la consigne.
Cette nouvelle est très originale. On ne s'ennuie pas une seconde à sa lecture que j'ai beaucoup appréciée.

   lala   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pascal,
Une nouvelle bien construite, crédible, agréable à lire.
Le respect de la consigne du concours est à souligner.
Un simple regard auquel s'accrocher peut apporter parfois un sursaut d'optimisme, une alternative à une solitude lourde à porter. Les mannequins serviront-ils de modèle aux robots de demain ?
Comme carbona, je suis un peu gênée par le vocabulaire excessivement ordinaire soudain employé, sans rapport avec le reste du style (Fous-moi la paix, choucroute).

   in-flight   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Une nouvelle qui rappelle celle d'un auteur onirien, également dans le cadre d'un concours: http://www.oniris.be/nouvelle/agueev-l-heure-des-anges-concours-3687.html

Du coup, j'ai vu venir le truc dès "certains se permettaient même de la toucher sans que cela semble la contrarier."

J'ai trouvé votre narrateur très drôle, pas crédible dans sa folie, mais drôle.

Sympathique.

   Anonyme   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suis assez mitigé (une fois n'est pas coutume), car j'ai bien aimé la première partie de cette courte - mais intense - nouvelle, et un peu moins la deuxième. Toutefois le thème du concours est bien respecté et je mets un "plus" pour l'originalité. Mais la raison pour laquelle je mets une bonne note ne tient qu'à ces quelques mots : "vous avez su me tenir en halène... presque jusqu'au bout !"

Bien à vous,

Wall-E

   Jano   
16/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ça fait plaisir de te lire Pascal, tu deviens beaucoup trop rare en écriture. Ta nouvelle est plaisante, plutôt originale, mais pas assez poussée à mon goût. Je trouve que tu aurais dû entretenir davantage le quiproquo, renforcer le doute du lecteur qui voit bien que quelque chose ne tourne pas rond. Quitte à tomber dans le burlesque, le narrateur déclarant sa flamme au mannequin par exemple. Ou, plus tragique, en faire un véritable psychotique convaincu jusqu'au bout par son délire. Car quand le narrateur avoue "elle avait de beaux yeux", ça signifie qu'il n'est pas aussi fou que ça ! Enfin, c'est ce que je comprends.
Telle quelle la scène ne marque pas suffisamment l'esprit, sympathique mais pas assez caustique on va dire.

   Agueev   
16/9/2015
Effectivement en fin de lecture, j'ai pensé à ma nouvelle publiée lors du dernier concours. Pourtant et même si l'on devine rapidement la surprise... j'ai apprécié ce texte court, amusant et un brin désespéré.

   Acratopege   
17/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Joli texte, bien écrit, condensé et poétique. Comme d'autres, j'ai trouvé un peu incongrue la violence verbale du narrateur, qui apparaît par ailleurs plutôt comme naïf et paumé. En vous lisant, on imagine très bien la scène. Votre écriture est suggestive d'images. Peut-être même un peu trop: je me demande ce qui a fait que j'ai deviné dès la deuxième ligne qu'il s'agissait d'un mannequin et non pas d'une femme en chair et en os.
Merci pour ce bon moment.

   Perle-Hingaud   
18/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Pascal,
Une écriture agréable à suivre, rythmée, sobre. J'aime bien. Par contre, sur le fond, cette nouvelle m'a immédiatement rappelée celle d'Agueev, "L'heure des anges", qui a fini sur le podium lors du précédent concours. Je sais bien que c'est une simple coincidence, on écrit tous plus ou moins sur les mêmes thèmes et parfois, ils se recoupent. Mais, dommage, ça a un peu "cramé" ma lecture.

Sinon, "Qui sait, cela aurait pu la gêner." et autres réparties qui attribuent une âme au mannequin: pff, je n'aime pas quand on tente de me berner... le narrateur sait, malgré tout, que c'est un faux, non ? ("Le mannequin n’avait pas bronché").
Mon passage préféré est la fin, à partir de "Je sanglotais maintenant". Le personnage du narrateur prend enfin de l'épaisseur, on sort habilement de la comédie pour une détresse bien rendue.
C'est peut-être là le début de l'histoire...
:)

   Anonyme   
1/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bnjour Pascal,

Pour être honnête, quand j'ai commencé à lire le début, je me suis dit un grand mot dans ma tête: CLICHE, je me suis dit oh non encore une histoire d'amour, un coup de foudre au simple regard, des yeux bleus et la comparaison avec le champ lexical de la mer,
MAIS franchement je ne m'attendais pas à a ça, vraiment pas, je te félicite et j'aime beaucoup ton travail.
Surtout quand on découvre qu'il regardait les yeux bleus mais vide du mannequin avec sa poche vide de sous.
Je ne crois pas ton personnage fou, je le crois plutôt rêveur ce n''est pas la même chose, je le vois plus comme une personne qui essaye de retrouver quelque chose, une beauté, un idéale pourquoi pas, mais quelque qui vous donne des sentiments agréables, peut-être pour cela qu'il semble si souffrant de l'avoir perdu de vue si je puis dire.

Merci beaucoup pour ce trésor.


Oniris Copyright © 2007-2017