Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Alexandre : La Loi de Murphy [Sélection GL]
 Publié le 21/07/17  -  24 commentaires  -  770 caractères  -  324 lectures    Autres textes du même auteur

… dite aussi Loi de l'emmerdement maxi !


La Loi de Murphy [Sélection GL]



N’étant point apparu depuis belle lurette
Dans la moindre rubrique, à ce que je pressens
Certains m’auront inscrit aux abonnés absents
M’accusant d’avoir pris la poudre d’escampette !

Sachez qu’il n’en est rien mais, saperlipopette,
Trahi par l’Azerty j’ai dû faire aussi sans
La maudite souris dont les spasmes récents
Semblaient me rappeler ses droits à la retraite.

De mon vieil ordi donc j’ai dû faire le deuil
Et si j’en parle encore avec la larme à l’œil
C’est surtout par dépit, celui qui le remplace

Affichant sans arrêt, « Connect to the Wi-Fi »,
Un truc américain qui me laisse de glace
Et me ramène encore à la Loi de Murphy !



Juin 2017


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
10/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un bon sonnet bien habillé, élégant sans être maniéré, avec un discours plutôt moderne, ce qui est préférable étant donné le sujet.

Visiblement l'auteur est aguerri concernant la prosodie et je ne ferai pas la fine bouche en cherchant à pinailler.

J'aime bien le rejet d'un tercet à l'autre, le jeu "ordi-donc", la fluidité, l'apparente simplicité, consciente du travail sous-jacent.

Bravo !
Cristale en EL

   Marite   
11/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah ! Qui donc n'a pas été un jour confronté à ce qui est finement décrit dans ce sonnet ? Impossible de ne pas sourire aux "spasmes récents" de "la maudite souris" ainsi qu'au "truc américain"... Rythme et rimes nous entraînent joyeusement dans l'évocation de cette anecdote de vie. Ah ! l'association de "Wi-FI" et "Murphy" il fallait la trouver !

   Marie-Ange   
11/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Amusant votre écrit, aux premiers mots lus, je me suis demandé où vous vouliez en venir. Puis peu à peu se dessine la situation, très cocasse ; enfin pour celui qui vous lit ...

Très bon moment de lecture, distrayant, voilà une situation qui nous est présentée avec brio, et originalité.

Le fond comme la forme, proposent un ensemble, rythme et fluide, qui amène à en faire plusieurs lectures, pour mieux savourer ce vécu qui nous est conté si savamment.

   socque   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Marrant ! J'apprécie que vous sortiez un peu de votre zone de confort pour mettre en vers une anecdote du quotidien moderne. Je ne m'attarde pas sur votre marque de fabrique : fluidité des vers, gentille dérision, maîtrise de la forme. On n'en attend pas moins de vous.

Quelques expressions bien à vous : "Trahi par l'Azerty", les spasmes de la souris, à côté des plus classiques poudre d'escampette et "laisse de glace". Ce serait du reste mon reproche ici : peut-être trop d'expressions toutes faites, j'en compte sept. Une tous les deux vers.

Mais cet opus m'a fait sourire avec une forme bien tenue. C'est déjà pas mal !

   Pouet   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

J'ai "souris" en lisant vos déboires informatiques. C'est léger et sympathique.

J'aime beaucoup les vers 6 et 7.

Je regrette toutefois l'emploi abusif d'expressions communes du type:

"depuis belle lurette"
"inscrit aux abonnés absents"
"pris la poudre d’escampette"
"qui me laisse de glace"
"la larme à l’œil"
...

Je ne prétendrais certainement pas ne pas en utiliser moi-même et ne vous jette nullement la pierre mais j'ai ressenti ici comme une certaine surabondance d'expressions toutes faites et cela m'empêche d'adhérer pleinement à cet écrit somme toute agréable à lire.

Au plaisir.

   papipoete   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Alexandre
En alexandrins, le poète nous annonce la disparition de son vieux compagnon, peut-être un " Olivetti Programma 101 " sur lequel il nous fit découvrir l'histoire de France, d'une manière " différente " de celle de l'école . Et nous sommes contrits d'apprendre qu'il en fut fort contrarié, ne pouvant plus jouer de la souris !
NB Ni Vercingétorix, ni Louis XIV n'illustrent les propos du maître, mais l'Azerty et un message de détresse informatique !
C'est encore une fois cocasse avec par exemple " la maudite souris dont les spasmes récents ... "!
Je ressors de la même mésaventure qui m'usa les nerfs, à vider mon vieux PC et tout réinstaller durant des jours entiers ! ( je n'en ai pas la larme à l'œil, mais l'alarme " ma tuer " )

   leni   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Ami ALEX
AZERTY en remplace un autre et l'humour continue sur un nouveau clavier

La maudite souris dont les spasmes récents
Semblaient me rappeler ses droits à la retraite.

Affichant sans arrêt, « Connect to the Wi-Fi »,
Un truc américain qui me laisse de glace
Et me ramène encore à la Loi de Murphy !

tu as gardé la pèche et j'ai souris OUI tu as bien lu SOURIS


Merci et mes amitiés LENI GASTON

   Recanatese   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Alexandre,
ah, cette fameuse loi de la tartine beurrée, qui n'en a pas fait l'amère expérience !
Votre sonnet, servi par une technique impeccable, m'a bien fait sourire. Le décalage entre la modernité du propos et la forme classique rend la lecture fort agréable.
À vous relire.
Recanatese

   PIZZICATO   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hello Alex.
Une des variantes concernant la loi de Murphy attribuée ici aux emm.... de l'informatique.
Comme d'habitude, un sonnet fort bien conduit, amusant et bien sûr éloquent en filigrane.

   Ramana   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
En fait les ordinateurs, ça profite surtout à ceux qui les vendent ! Nous sommes contraints de communiquer avec des lettres normées, les mêmes "choix" de typographie étant imposés partout dans le monde. Finie la belle écriture tracée de nos agiles mains, laquelle traduisait l'âme de chacun, et bonjour le nivellement vers l'écriture unique favorisant quelque part la pensée unique.
Les progrès de l'informatique sont une étape de plus dans le "machinisme" qui, au fur et à mesure de sa progression, nous enlève notre part d'humanité. Bientôt, quel "bonheur", des robots humanoïdes tellement ressemblants que nous les confondrons avec nos êtres de chair... Et nos êtres de chair tellement programmés...

   Bidis   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Qui n'a pas subi les affres d'un matériel défaillant ? C'est donc un texte dont on se sent forcément solidaire. Quoi de plus agréable à lire, surtout quand, en plus, c'est joliment écrit et plein d'humour ?

   Arielle   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Alexandre,
Voilà, pour moi, un sonnet qui s'inscrit tout naturellement à la suite de la série historique dont tu nous régales depuis des mois.
Après les déboires de quelques personnages des siècles passés voici ceux d'un quidam de notre XXIeme croqué avec la même verve et le même humour que ses prédécesseurs.
Des expressions comme "inscrit aux abonnés absents" ou "ses droits à la retraite" placent notre héros bien dans son époque alors que "la belle lurette", "la poudre d’escampette" ou ce joyeux "saperlipopette" le donnent comme héritier de ses antécédents avec un liant que j'apprécie.
Pour moi, un très bon cru, qui ne demande qu'à vieillir parmi ses frères du même tonneau.

   widjet   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Sympathique, mais ça restera pas dans les annales du grand Alexandre. J'ai lu, mais je n'ai pas retrouvé dans l'humour les tournures d'esprit, et l'incisive habituels.

Un petit texte récréatif, je pense que l'auteur ne cherchait pas plus loin, en attendant un opus plus ambitieux.

W

   Vincendix   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Alexandre,
La qualité de l’écriture, la fluidité du texte sont déjà des critères favorables. En prime, un sujet digne d’intérêt et ces vers expriment parfaitement la situation, les progrès de l’informatique sont parfois difficiles à assimiler, mais je suis certain que tu vas t’habituer et que, rapidement, tu maîtriseras ton nouveau matériel.
Bon week-end
Vincent

   jfmoods   
22/7/2017
Ce sonnet en alexandrins est à rimes embrassées, suivies et croisées, suffisantes et riches, majoritairement masculines.

La virgule à l'hémistiche du vers 12 m'étonne. La subordonnée relative entamée à l'hémistiche du vers 11 semble bien former un seul bloc d'un vers et demi.

Je ne comprends l'absence de virgule en fin de vers 3 et à l'hémistiche du vers 6. Nous avons ici deux subordonnées avec participe ayant respectivement valeur de circonstancielles de cause et de temps. La virgule apparaît donc indispensable.

Au fil de la première strophe, le poète anticipe le reproche de disparition volontaire du forum (locution conjonctive : "à ce que je pressens", futur antérieur formant hypothèse : "Certains m'auront inscrit", participe présent : "M'accusant").

Puis il récuse ce soupçon (impératif : "sachez qu'il n'en est rien") avant d'entrer, par une interjection figurant l'agacement ("saperlipopette"), dans le vif du sujet. S'ensuit un désolant compte-rendu des déboires informatiques du poète ("l'azerty", "la maudite souris", "mon vieil ordi"), liés à l'obsolescence, à la mort programmée de son matériel (participe passé : "trahi", personnifications : "les spasmes récents", "ses droits à la retraite", expression : "faire mon deuil"), l'ensemble de ce passage étant couronné par l'allitération en d, obsédante, du vers 9. À ce stade du récit, le lecteur pense être parvenu au terme d'une triste suite de déconvenues. Mais ce serait oublier bien vite le titre du sonnet. Une construction emphatique à valeur causale ("Et si..., C'est surtout...") plante alors le clou d'une règle imprescriptible, hélas maintes fois éprouvée : celle de l'emm**dement absolu.

Merci pour ce partage !

   luciole   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je pense que l'auteur de ce sonnet atteint le but qu'il s'est fixé : divertir - et instruire d'ailleurs ( connaissais pas l'expression-titre)-
Bien aimé les spasmes du pauvre "animal"
L'ensemble est fluide et rigolo.

   Somnium   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bravo Alexandre pour ce sublime sonnet à l'allure humoristique ! Et merci pour cette fameuse loi de Murphy que je ne connaissais point et qui m'a follement emballé.

J'aime cette capacité que vous avez - entre autre - à lier une forme classique, et non des moindres, puisqu'il s'agit ici d'un sonnet, à un sujet plus contemporain (l'ordinateur, le clavier Azerty, le Wi-Fi...).

Du talent à l'état pur !

Somnium

   Donaldo75   
23/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Alexandre,

De l'humour en poésie, sur des déboires du quotidien, c'est un peu d'air frais pour le lecteur que je suis. En plus, dans une forme plutôt classique.

J'apprécie particulièrement le deuxième quatrain:
"Sachez qu’il n’en est rien mais, saperlipopette,
Trahi par l’Azerty j’ai dû faire aussi sans
La maudite souris dont les spasmes récents
Semblaient me rappeler ses droits à la retraite."

Il est truculent, avec son Azerty qui saperlipopette, va bien avec les droits à la retraite invoqués en fin de dernier vers.

Bravo !

Donaldo

   wancyrs   
23/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut frère Alex,

J'aime bien la légèreté du propos pour un problème qui, aujourd'hui avec l'intensité d'accrochage de l'humain à l'outil informatique, aurait poussé plus d'un à s'arracher les cheveux. Merci pour la petite touche d'humour qui ressort du texte et en plus j'ai revisité Wiki pour savoir à quoi se référait la loi de Murphy.

Bon retour parmi les auteurs et à bientôt !

Wan

   Zoe-Pivers   
25/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Alexandre,
J'aime beaucoup le côté burlesque.
C'est bien joué alors forcément on s'amuse en visionnant
Merci pour cet agréable moment

   Anonyme   
25/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Ma lecture a glissé sur votre sonnet, me laissant l’impression qu’il a été écrit avec une facilité déconcertante et beaucoup d’amusement.

Je savais que vous aviez de l’humour.
Il se joue bien de vos déboires techniques.

La loi de Murphy correspond au Wi-Fi comme une consternante fatalité.

Qui ne s'est jamais trouvé confronté à ce "truc américain qui me laisse de glace" ?

"Affichant sans arrêt, « Connect to the Wi-Fi »,
Un truc américain qui me laisse de glace
Et me ramène encore à la Loi de Murphy !"

   emilia   
2/8/2017
Merci à vous de ne pas être resté « inscrit aux abonnés absents » pour nous conter avec humour cette galéjade « à l’américaine », avec l’art de placer des expressions figées très parlantes, sans parler de ces petits clins d’œil astucieux et complices comme l’évocation du « droit à la retraite » pour la « maudite souris » informatique et les inéluctables « pannes » auxquelles chacun de nous peut être confronté… ; encore merci à vous de nous donner l’occasion d’en sourire…

   Queribus   
26/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

De l'humour, de la finesse, de l'esprit et une grand maitrise de la prosodie classique! Difficile de faire mieux; J'applaudis des quatre mains et je dis encore dans ce ton-là.

Bien à Vous.

   Curwwod   
8/10/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Mince, j'ai failli le louper! toujours la même verve, la même autodérision, le même humour dont on voudrait bien avoir sa dose tous les jours. Encore une fois ce poème très abouti dans sa forme donne une impressionnante sensation de facilité. Et pourtant si l'on savait tout le travail que cela représente!
Un grand bravo Maître.
C. (foutriquet admiratif)


Oniris Copyright © 2007-2017