Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Ananas : Les galets peints
 Publié le 24/03/18  -  18 commentaires  -  1094 caractères  -  278 lectures    Autres textes du même auteur

... Puis, d'un geste souple du poignet, envoyer le galet rebondir le plus grand nombre de fois possible à la surface de l'eau...


Les galets peints



On se poussait,
on titubait,
on tombait,
se relevait

et le matin, près du ruisseau
tu m’apprenais les ricochets

tes mains, tes lèvres sur mes cheveux
le silence timide de tes respirations
mon corps cambré sous tes yeux assoupis
nos querelles inutiles, nos pardons incertains

je t’attirais
tu me repoussais
on tombait
amoureux

et le soir, tu m’offrais
des bouquets de folie

les ruptures, les allers-retours
j’ai bu tes larmes à m’enivrer
pris des cuites sur tes promesses de papier
ignoré tes retours sous influence

j’ai fui
t’as pas suivi
on est tombés
bien plus bas

et ponctuellement, dans mon cœur
en vagues, ton absence

je ne serai pas là ce soir
j’aurais dû te prévenir
j’aurais pu appeler
te dire que je t’aime

j’ai pas osé
et puis
t’es pas venu
tu le savais

j’ai beau essayer
j’ai jamais été douée
pour les ricochets

...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   dom1   
6/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les pierres que l'on envoie en ricochets ne sont pas des boomerangs et pourtant, lorsqu'elles disparaissent à la fin de leurs périples, on aimerait savoir ce qu'elles deviennent...
beau rendu.
domi...

   Brume   
8/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Un amour écorché, trop passionné, qu'il en devient une souffrance.
Votre poème est sublime. Les images expriment avec grâce et beauté les sentiments complexes. C'est vivant, tendre, blessé.

Les vers sont simples et l'émotion qui enveloppe votre poème est si forte. Pas de mièvrerie, ni de jérémiades, comme on en lit malheureusement souvent sur ce thème. J'aime sa sincérité et sa sobriété. Et surtout votre poème est chair.

Le rythme met bien en valeur la tonalité douce-amère.

Coup de coeur pour les sensations tactiles que vous m'envoyez :

-" tes mains, tes lèvres sur mes cheveux
le silence timide de tes respirations"

Que dire de plus ? J'aime tout. L'écriture est très belle.

   Gouelan   
13/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Belle image que cette amour qui comme un ricochet rebondit.
Un jour il fait plouf !
L'histoire s'arrête, perd son élan.

Des mots simples mais habiles comme des ricochets.

   Lulu   
24/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Ananas,

J'adore les galets pour ce qu'ils sont, doux et beaux à la fois ; j'ai donc été séduite d'entrée par le titre et l'incipit.

Ensuite, le poème, je dois dire que je l'ai savouré au fil des mots, petit à petit, tant ces derniers se posent délicatement selon le rythme qui semble être le jeu d'un faux dialogue. L'autre est là sans y être, mais le lecteur sait, et comprend vite que les mots sont comme ces galets.

J'aime beaucoup cette complicité exprimée par ce "tu" désigné : "tu m'apprenais les ricochets" ; "tes mains, tes lèvres sur mes cheveux"..., même dans l'éloignement entre les deux protagonistes "nos querelles inutiles, nos pardons incertains".

J'aime aussi ces mots, qui ne surprennent pas tellement, mais qui tombent si bien, comme le mot "amoureux", à la fin de la fin de la quatrième strophe, toute courte, toute simple, mais toute touchante.

J'adore cette petite strophe :
"et ponctuellement, dans mon cœur
en vagues, ton absence"
Je la trouve à la fois séduisante et si bien construite. Si le dernier mot est mis en valeur, le rythme, lui les met chacun en relief dans ma lecture, et ce, dès la première lecture...

La dernière strophe reprend cette belle complicité évoquée plus haut ; cette fois un peu plus avec les lecteurs..., même si l'autre, ce "tu" est toujours présent dans le discours de façon implicite.

Une lecture fort sympathique, en ce qui me concerne.

Bonne continuation.

   PIZZICATO   
24/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle charmante idée d'assimiler aux ricochets d'un galet les péripéties d'un amour qui finit par sombrer.
" nos querelles inutiles, nos pardons incertains "

"les promesses de papier "
" tes retours sous influence "

" j’ai jamais été douée
pour les ricochets ". J'aime beaucoup ces images qui illustrent bien le propos.

   David   
24/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Ananas,

J'aime beaucoup la chute, la métaphore de cette idylle pas bonds successifs. le poème est sensible, et sobre. Je ne saisis pas pourquoi les galets sont peints, à moins d'imaginer une autre image peut-être : L'histoire se serait comme peinte sur des galets qui la remémorerait, ou ça serait devenu un passe temps, la peinture de galets, pour faire revivre un peu le sentiment. Je ne crois pas au jeu de mot pour "galopins", lol.

   Donaldo75   
24/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Ananas,

Juste un petit mot pour te dire que j'ai bien aimé ton poème qui transpire l'émotion, la retenue, et se termine en beauté.

"j’ai beau essayer
j’ai jamais été douée
pour les ricochets"

Ce dernier tercet est idéal pour un mot de rupture.

Bises

Don

   bipol   
25/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour Ananas

beaucoup de retenue

pour parler d'une histoire

qui a du bouleverser ta vie

tes mots sont d'une précision

ils touchent l'âme du lecteur que je suis

et qui a ressenti la beauté de ton texte

   papipoete   
25/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Ananas
comme on s'est amusés, comme on s'est aimés au bord du ruisseau qui faisait semblant de pas nous voir . Il avait sûrement raison, car on rigolait mais aussi on s'engueulait quand tu revenais de ne je sais où ? Et puis un jour j'en eus mare, et je restai seule au bord de l'eau ... à faire des ricochets .
NB encore une fois, l'auteure nous offre un bouquet de joies, mais se fanent à la mélancolie de cet amant, qui ne sut pas rester auprès de sa sirène ! Elle commençait à peine à savoir faire des ricochets ...
J'aime particulièrement la strophe " je ne serai pas là ce soir .... "

   wancyrs   
25/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C’est toujours un délice de te lire, Ananas ! Quand tu écris tu brodes des sens et des doubles sens. Il n’y a pas que du boulot dans tes textes, mais il y a aussi à fleur de sens l’émoi.
À l’entame du texte on croirait que les deux amoureux jouent, s’amusent ; si dans un sens c’est vrai pour le bien de deux, dans un autre sens c’est nocif pour eux de se pousser ainsi. On retrouve le même jeu à la troisième strophe, et même si les mots semblent doux, ils sont si violents...
C’est le train train d’une relation très compliquée que tu nous livres là, et comme toujours, avec douceur, tendresse et subtilité. J’aime beaucoup !
Merci !

Wan

   Papillon26   
25/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un amour adolescent qui ne grandit pas. La blessure est palpable, de même que la peur de l'attachement du garçon, très fréquente, hélas.
Ce poème me touche particulièrement, même à mon âge - le coeur n'en a pas.
Les mots sont simples et beaux, je rejoins le commentaire de Brume.

Merci pour ces galets peints.

   Ananas   
25/3/2018

   Synoon   
26/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je n'aime en général pas la poésie libre, mais j'aime beaucoup ce poème-ci. Un emballage léger qui enveloppe des choses bien plus profondes, avec un certain rythme qui nous porte agréablement. J'aime particulièrement le passage
"on est tombés
bien plus bas"
par la force des trois derniers mots.

"en vagues, ton absence", terribles vagues, qui nous font croire que ça va mieux alors que ce n'est que pour mieux rechuter.

   Ombhre   
27/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème à la fois léger et touchant, parfumé de "A bicyclette", on entend presque Montand fredonner ce texte. L'ambiance est forte, posée par des mots simples, elle se savoure dès la première strophe.

Quelques réserves toutefois sur certains passages qui sont trop "parlés" à mon goût, et détonnent de la simple délicatesse du reste du poème:
"j’ai fui
t’as pas suivi" ou
"j’ai pas osé
et puis
t’es pas venu"

Ces vers mériteraient selon moi d'être retravaillés tout en gardant la légèreté du reste du poème.

J'ai beaucoup aimé la fin
"j’ai beau essayer
j’ai jamais été douée
pour les ricochets"

Merci pour la lecture.
Ombhre

   Sodapop   
28/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème tout en douceur, tout en saveur, qui sait réveiller les sens. J'ai beaucoup aimé cette légèreté tout d'abord, comme une insouciance, qui flotte dans tes vers. J'ai aimé le thème, à la foi sensuel et qui laisse une impression de mélancolie du passé.
Je suis toujours étonné par ta plume chère Ananas, qui me fait toujours aimer le côté de la poésie qui en général ne me séduit pas.
Habitué à une écriture assez sombre, à l'opposé, je trouve difficile de ne pas tomber dans la mièvrerie et parfois même la niaiserie de poèmes trop bucoliques ou trop prout prout madame. Ici, tu arrives avec beaucoup de charme à échapper à tout cela, le mot est juste, le vers parfait. Merci pour ton poème.

   Marite   
30/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Original et bien vu ce parallèle entre les ricochets des galets au bord de l'eau et les "allers-retours" affectifs.
Beaucoup de poésie dans la suite des strophes de deux vers :
" et le matin, près du ruisseau
tu m'apprenais les ricochets
...
et le soir tu m'offrais
des bouquets de folie
...
et ponctuellement, dans mon coeur
en vagues, ton absence "

L'expression "pris des cuites" a provoqué une cassure dans ma lecture, c'est dommage.

"On est tombés" Pourquoi un "s" à tombés ?

Je suis aussi un peu gênée par les négations tronquées qui n'apportent rien au niveau poétique : "t'as pas suivi " "j'ai pas osé" " t'es pas venu" "j'ai jamais ..." mais peut-être est-ce parce que ma sensibilité est celle de la "vieille école" ...

   Pouet   
30/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Slt,

Je viens commenter le poème avec un peu de retard mais comme le dit le proverbe "vieux motard que j'aimais"... :)

C'est marrant, enfin c'est pas marrant en fait, mais je suis habitué à te lire dans un style moins "prosaïque", je trouve qu'ici il manque un brin d’elliptique, de mystère et de sur-réalisme.

Mais bon c'est un autre style et c'est bien aussi de ne pas se cantonner à un genre particulier mais c'est peut-être tout aussi bien moi qui décoconne...

On demeure toutefois dans le romantisme, le sensible, qui sont tout de même un peu ta marque de fabrique.

Ceci étant dit j'aime beaucoup l'image des ricochets et la fin très émouvante.
Bien aimé aussi le on "tombait... amoureux".

Au final, le texte me laisse sur une jolie impression surtout grâce à sa chute avec quelques regrets concernant les emplois, le langage, par endroits mais je n'ai pas forcément envie de disséquer tes galets car je suppose que chaque vers est assumé et puis c'est trop dur pour un scalpel.

Au plaisir.

   troupi   
31/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ananas.

Je les vois bien ces " galopins" :
"On se poussait,
on titubait,
on tombait,
se relevait
et le matin, près du ruisseau
tu m’apprenais les ricochets"
Et puis on grandit. Les ricochets ne parviennent plus à combler le temps qui s'écoule.
Et d'aventures en aventures...
Bon on connait tous l'histoire, c'est d'un banal, mais là c'est bien amené avec juste ce qu'il faut de distance dans les souvenirs. Cette espèce de brume qui voile les détails sans les cacher et qui propose une douceur dans la lecture, un ressenti des hésitations propres à la découverte.
"tes mains, tes lèvres sur mes cheveux
le silence timide de tes respirations
mon corps cambré sous tes yeux assoupis
nos querelles inutiles, nos pardons incertains
je t’attirais
tu me repoussais
on tombait
amoureux
et le soir, tu m’offrais
des bouquets de folie" : Superbe de simplicité et d'émotion.

Dans la suite du poème on ressent que l'adulte a pris le pas sur l'adolescent. C'est bien rendu mais le poème n'aurait pas été aussi beau sans ce dernier tercet qui clôt l'ensemble.

Très belle histoire.


Oniris Copyright © 2007-2018