Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Ananas : Vagues alternatives
 Publié le 21/11/16  -  13 commentaires  -  760 caractères  -  293 lectures    Autres textes du même auteur

"Mon penchant naturel est d’avoir peur des ténèbres"
Rousseau


Vagues alternatives



Panne de courant d’air,
la lumière s’est éteinte
jusqu’aux ombres artificielles
du frigo, recelant
les souvenirs maintenus
à l’abri des offensives
de l’inadvertance.

Rien qu’un insecte plombé,
c’est l’effet grillon :
la lumière s’est éteinte,
courant d’ailes incendiées ;
des effluves d’été
dans le sillage du vent !

Une allumette, une bougie,
voir quel plomb a sauté
et demeurer apathique
devant l’obscurité
percée par la flèche vacillante
d’une sage flamme.

Sentir son cœur se froisser,
inspirer la noirceur,
l’inhaler comme on fume,
s’en oxygéner,
puis la recracher progressivement,
jusqu’à ce que la lumière revienne !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
26/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Heureusement, j'ai poursuivi au delà de la première strophe que j'avais trouvé lourde et confuse.
Par contre, dans les trois autres, j'ai découvert une véritable poésie du contre jour et des ombres.
J'ai apprécié les "courants d'ailes incendiées" original et parlant.
Le dernier quatrain en analogie avec un fumeur est celui qui me paraît le plus réussi.
Au final, je ne regrette pas d'avoir lu ce texte, même si son introduction ne m'a pas parut engageante.

   Lulu   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Ananas,

j'ai d'abord été très touchée par les mots de Rousseau dans la présentation. S'il est la bête noire de beaucoup de gens, je le trouve, pour ma part, toujours sincère, comme c'est le cas ici avec cette phrase.

Concernant le poème, j'ai un peu buté sur la première strophe en me demandant ce que pouvaient être les "ombres artificielles" et les images qui en découlaient à la première lecture. Mais c'est devenu plus clair ensuite avec les images qui apparaissent (le grillon, l'allumette, la bougie...). Il est effectivement original de commencer par l'image - si je ne me trompe pas - "des ombres artificielles / du frigo". Mais pourquoi pas ? Peut-être est-ce là la transcription d'un vécu ?

J'ai beaucoup aimé le rythme de votre texte, que cela vienne des mots, des retours à la ligne ou de la ponctuation. Peut-être aurais-je seulement supprimé le dernier point d'exclamation qui ne me semble pas nécessaire pour donner le ton, mais c'est vous qui décidez, et cela passe tout de même assez bien.

J'ai trouvé la comparaison de la dernière strophe originale. Vous l'aurez inventée.

Je n'ai pas trop compris le titre relativement au poème.

Votre poème m'a rappelé un souvenir, alors merci.

Bonne continuation.

   hersen   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Des hauts et des bas.

On contemple son trou noir après que la lumière est partie, attendant que le courant revienne.

J'aime vraiment beaucoup l'association frigo/souvenirs, de ceux que l'ont veut garder à tout prix, que l'on ne veut pas voir mourir dans le quotidien, la routine, "offensive de l'inadvertance"

le champ lexical ne laisse pas d'ambigüité et le métaphore est claire.

Une lecture que j'ai aimée.

hersen

   MonsieurF   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème avec un joli rythme, un peu trop lourd par moment.

Je trouve la phrase de Rousseau très juste (et j'ai pensé à la chanson de Iron Maiden "fear of the dark"....je sors), et le texte est en adéquation avec cet esprit.
Peut être la lourdeur de la première strophe est elle justement propice à l'évocation de la noirceur et des ténèbres qui tombent brusquement et donc pèsent lourds à l'esprit ?

J'aime l'idée d'aspirer la noirceur, on dirait une image dans un roman de Stephen king (aucune idée de pourquoi ça me vient à l'esprit, mais c'est mon ressenti).

Un bon texte, trop court à mon avis.

   PIZZICATO   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je trouve cette anxiété que provoque " la noirceur " assez bien rendue.
Une préférence pour la troisième strophe pour son côté très représentatif de la situation.

   Pouet   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Un poème ludique avec quelques jeux de mots: "Panne de courant d'air", "courant d'ailes", "l'effet grillon", "sage flamme"...

C'est donc tout un poème quand les plombs sautent à la maison...

La première strophe n'est pas évidente à saisir j'ai trouvé. Notamment le frigo
" recelant
les souvenirs maintenus
à l’abri des offensives
de l’inadvertance."

C'est quoi? Du Heidegger? ;)

En fait c'est quand on ouvre la porte du frigo en pleine nuit pour se farcir une cuisse de poulet (par inadvertance) et qu'on se fait surprendre... Alors on dit "non non je vérifiais juste s'il ne manquait pas d'huile sur la porte, elle grince si si!" Allez dis-moi que j'ai bon... :) Sinon c'est sûr qu'un frigo s'éclaire quand on ouvre sa porte, je vais relire Heidegger pour trouver quelque chose dans ce sens.

Ensuite c'est plus à ma portée je crois.

Au final un poème qui ne m'a pas non plus fait entrer en transe mais que j'ai lu avec un certain plaisir.

Essaie la luciole la prochaine fois, c'est éclairant... :)

Cordialement.

   Anonyme   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Ananas,

Voici ce que j'ai ressenti à la première lecture :

Le principal défaut de ce poème - à mon sens - est que l'on ne comprends pas vraiment ce que vous voulez dire, ni où vous voulez en venir. Je ne dis pas ça par méchanceté mais parce que j'attends plus de clarté dans vos propos, ce qui amènerait plus de compréhension dans le texte.

Voici ce que j'ai ressenti à la seconde lecture :

Tout s'est finalement éclairé et l'incipit a soudain pris tout son sens. Le propos est juste, jusqu'au moindre mot, et rien n'a été laissé au hasard.

Au final, j'ai bien fait de relire calmement en pesant chaque vers. J'ai fait exprès de laisser tel quel mon premier ressenti afin de ne pas fausser mon commentaire, car le supprimer n'aurait pas vraiment permis de comprendre ma "frustration" du début.

Comme quoi, il ne faut pas se précipiter sur un texte mais l'étudier tranquillement si l'on ne veut pas passer complètement à côté.

Wall-E

   Alcirion   
24/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Ananas,

J'ai pris un peu de recul avant de commenter ton texte qui me plait bien. Sans être limpides, le ou les sens se donnent quelque peu à la relecture, c'est plus accessible que ton dernier texte par exemple.

Les images sont fortes dans le sens où elles sont très suggestives (la sage flamme, j'ai bien aimé). La forme est assez découpée, vers courts, quelques renvois, ce qui maintient une certaine tension dans une diction que j'imagine lente. Je suis un peu moins convaincu par les sonorités, surtout première strophe.

Demeure une impression de surréalisme revisité, une forme moderne agréable.

Bien à toi !

   Brume   
23/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ananas

Ombre et lumière, lumière tamisée, clair obscur. ..bon j'arrête. A la lecture j'ai adoré l'impression visuelle que vos images procurent. Les ombres et les lueurs sont vivantes, expressives mais muettes. Elles ne semblent pas inquiétantes ni agressives mais chacune à leur manière restent des sentiments retenus, une respiration, l'ombre est soutenue par la lumière.
Je suis consciente que je n'arrive pas à exprimer clairement mon ressenti, mais à ma lecture vos vers degagent un calme forcé. La première strophe m'a moins touchée mais le reste m'a permis de rentrer dans une sorte d'intimité.

   fugu   
23/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'ai pas aimé la première strophe, un peu lourde enfin je pense que j'ai d'avantage buté sur ces offensives de l'inadvertance. Moi ça ne me dit rien.
Même si l'idée du frigo qui au départ m'a laissé perplexe, j'ai repensé à cette histoire de mômes qui cherchent à savoir si la lumière reste toujours allumée lorsque la porte du frigo est fermée. (d'où les souvenirs maintenus à l'abri; des souvenirs d'enfance peut-être).
Sinon le reste du poème m'a paru plus intéressant.
La deuxième strophe par ex m'a vraiment plu, elle fait bien sûr penser à ces insectes qui attirés par la lumière se grillent les ailes.
Inhaler l'obscurité avant de la souffler comme si le fait de passer dans le corps (dans son être plutôt) avait eu un effet purificateur. J'aime bien l'image et l'idée.
Même s'il me manque un fil conducteur pour m'éclairer sur le sens de ce poème, j'en ai apprécié la lecture dans son ensemble.

   Ananas   
23/11/2016

   Sodapop   
24/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé ce texte, tout en métaphores et jeux de mots. C'est très bien écrit et le thème sort de l'ordinaire. Bravo...

   margueritec   
27/10/2017
Si la thématique ne me parle pas, j'ai apprécié jeux de mots (courant d'ailes et sage flamme) et alliance des mots (offensives de l'inadvertance, percée par une flèche vacillante).
L'emploi de l'infinitif, quasi permanent, contribue à rendre, de façon presque mécanique, les gestes de la peur.
Je me suis laissée prendre au jeu de cette peur.


Oniris Copyright © 2007-2017