Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Annick : Pour écrire un sonnet
 Publié le 02/04/18  -  17 commentaires  -  736 caractères  -  260 lectures    Autres textes du même auteur

Loin s'en faut d'être un vade-mecum de la poésie, ce petit poème est avant tout un amuse-bouche pour l'apéro des poètes d'Oniris.


Pour écrire un sonnet



Pour écrire un sonnet, il faut savoir compter,
De strophes bien rangées, tenir un bataillon,
En être le major, le mettre au diapason.
Garder tambour battant un rythme régulier !

Deux ravissants quatrains aux rimes embrassées
Marchent d'un même pas, s'étreignent tendrement.
Deux tercets entichés s'enlacent follement ;
Leurs échos sont croisés, les amours passionnées.

Mon cœur est accordé aux notes qui frissonnent ;
Au tempo cadencé, les consonances sonnent.
Quel doux chant harmonieux au rythme balancé !

Mais pour clore un sonnet, il faut de la constance,
Rien ne peut s'accomplir sans la persévérance
D'un poète amoureux de l'objet convoité.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   kreivi   
15/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Croustillant comme un croissant sortant du four, ce sonnet.
Les pieds et les orteils sont parfaitement alignés, les ongles vernis,
les cils brossés de khôl
et le cœur ronronne comme un Ferguson...

   Pieds-enVERS   
21/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Mais comment se fait-il que ce charmant sonnet ne figure pas en classique ? :-)Je trouve qu'il a une belle musique qui m'entraine
dans le sourire car c'est vraiment mené " tambour battant "!
J'en aime les images qui nous montrent ces vers au garde à vous, et la tendresse du poète pour arriver à clore un beau sonnet
(Faut dire que moi et les règles de prosodie on est un peu fâchée...)

   Louison   
22/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un sonnet charmant, je n'en connais pas les règles absolues et je ne saurais commenter sur la forme, je dirais simplement qu'il est plaisant à lire, et comme vous le suggérez dans l'incipit, je le prends comme un amuse-bouche agréable.

   Cristale   
22/3/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,
Donc c'est l'heure de l'apéro des poètes où vous me proposez un amuse-bouche à la sauce "Pour écrire un sonnet".
Je goûte, et aïe ! je me casse une dent sur "Deux ravissants quatrains aux rimes embrassées" "...marchent d'un même pas". En effet, le premier quatrain ne donne pas la cadence en omettant l'alternance des rimes féminines et masculines, le deuxième la respecte mais n'a aucune rime commune avec le premier. Aïe encore ! "e(s)" muet non élidé à l'hémistiche d'un alexandrin, un hiatus : "accordé"_ "aux" du neuvième vers, défaut d'alternance des genres m/f du deuxième quatrain au premier tercet, des rimes mal ficelées au premier quatrain juste basées sur de brèves sons, les rimes "balancé-convoité" insuffisantes aux tercets. J'arrête là ma dégustation.

Bon, l'auteur stipule ne pas être un vade-mecum de la poésie il a donc toute ma clémence d'autant plus que son poème est fort distrayant et sans prétention. Si la technique du sonnet n'est pas au top, de jolies assonances sur presque tous les vers augmentent la musicalité de l'ensemble . L'image sympathique du sonnet ainsi rendue est très poétique :
"De strophes bien rangées, tenir un bataillon,
...
Garder tambour battant un rythme régulier !"
"Deux ravissants quatrains aux rimes embrassées
Marchent d'un même pas, s'étreignent tendrement.
Deux tercets entichés s'enlacent follement ;"

En bref, malgré quelques dents cassées sur la forme alambiquée, je garde un bon goût sucré-salé de l'ensemble pour sa valeur poétique ajoutée, si je puis me permettre de le dire ainsi à un narrateur qui a dû bien s'amuser à l'écrire et dont j'ose espérer lire de sa plume un "vrai" sonnet. Le potentiel est bien présent, je reviendrai lors d'un prochain apéro-sonnet si j'y suis conviée par l'auteur malgré ma présente appréciation

Avec mes encouragements dans l'attente d'une prochaine publication.
Cristale (en E.L.)

   Marite   
2/4/2018
Quel dommage que ces "consignes" pour l'écriture d'un sonnet ne soient pas respectueuses de la versification "classique" ou, au minimum, néo-classique. Cette version contemporaine, surtout avec le titre, risque de banaliser cette forme d'écriture qui pourtant, une fois réalisée avec art, comble les lecteurs, tant sur la forme que sur le fond.
Ici j'ai apprécié le fond mais la forme se référant au "sonnet" me laisse une impression de légèreté et de rapidité dans l'écriture comme si l'auteur souhaitait nous dire "vous voyez, ce n'est pas si difficile d'écrire un sonnet" ... C'est d'ailleurs assez souvent ce que me donne comme impression la plupart des poésies "contemporaines" que j'ai pu lire sur le site : quelques rimes ... un rythme parfois discutable comme si, dans l'exécution d'une oeuvre musicale classique se glissaient quelques notes imparfaites que l'on excuse ...

   papipoete   
2/4/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Annick
Que penser de ce poème, où je ne sais pas si son érection très bancale est voulue ou non ?
C'est dommage, car ce " précis " de versification put fort bien édicter la façon de tendre le cordeau, afin que rien ne cloche !
Ni l'agencement des quatrain, ni les rimes se marient à la perfection ( l'alexandrin classique ) est intraitable !
NB mais l'idée, au demeurant était bonne et l'esprit évoqué au fil de vos vers est tout à fait charmant !

   Robot   
2/4/2018
Ce qui me paraît embêtant dans ce texte c'est le fait qu'il veuille expliquer comment écrire un sonnet mais que l'objet n'en soit pas un au sens classique de la définition. Il me semble que proposer un vrai sonnet présentable comme un exemple aurait eu plus d'impact.

C'est comme si un musicien voulait nous expliquer une symphonie en nous présentant un concerto.

Où bien vous auriez pu jouer sur l'humour de l'auteur qui se plante en voulant expliquer son propos mais là c'est totalement opposé au but sérieusement affirmé à l'hémistiche qui débute le premier vers.

Au cas où l'on s'étonnerait que ce texte ne soit pas retenu en classique je crois utile de signaler quelques imperfections qui ne le permettaient pas.

Non respect de la forme ABBA - ABBA - CCD - EED ou EDE

Non respect de l'alternance des rimes féminines/masculines au 1er quatrain.

De/ stro/phes/ bien/ ran/gé/es/, te/nir/ un /ba/tail/lon (métrique 13. Le classique compte pour 1 les e qui suivent un son é en fin de mot. sauf en fin de vers)

Accordé_aux (hiatus)

Har-mo-ni-eux (Diérèse non respectée - Métrique du vers de 13)

Par contre, j'ai apprécié la composition, et beaucoup le second tercet. Mais je regrette que dans ce cas le fond ne s'accorde pas à la forme.

Je ne crois pas judicieux de mettre une appréciation.

   Pepito   
2/4/2018
Coucou Annick,

Bon, je ne vais pas m'épancher, tu sais bien que l'exercice, de ce coté du site, me dépasse. ^^
En tous cas, "il faut savoir compter" m'a mis sur le droit chemin. Je sais maintenant ce qu'il me manque pour apprécier. ;-)
Et je ne parle même pas de la "persévérance"... Alors je ne peux que laisser les pros de la mathématique te mettre en coupe réglée. ^^

Pepito

   PIZZICATO   
2/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Même si ce sonnet, pour dire comment il faut le construire, fait froncer les sourcils aux inconditionnels du classique, pour ma part il m'a offert un agréable moment de lecture, sans grandes envolées lyriques.

   Gouelan   
2/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

j'aime bien ce sonnet qui ne sonne peut-être pas très juste à l'oreille du poète classique, à cheval sur les règles, mais je trouve qu'il tinte bien à l'oreille.

Non , ce n'est pas si simple de faire de la poésie libre, il ne suffit pas d'un rythme et de quelques rimes, il faut y trouver un envol, une couleur, une légèreté. On passe aussi beaucoup de temps à trouver "l'étincelle".
Classique ou libre, la poésie est un exercice délicat.
Tout comme le peintre ou le romancer, parfois la poète s'évade hors des sentiers battus.

Que l'on compte ou que l'on ne compte pas, il faut trouver un certain équilibre, et ici c'est réussi, avec simplicité et légèreté.
je trouve l'idée original de parler du sonnet sans en faire un, comme pour marier les deux styles.
Une lecture agréable et j'attends de lire vos autre créations.

   TheDreamer   
2/4/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Rien de bassement didactique dans ce poème. L'auteure s'amuse et choisit la légèreté plutôt que le vade-mecum sur l'art.

Je pourrai au scalpel disséquer point par point ce qui ne fait pas de ce petit poème sans prétention un sonnet, mais ne ferai que répéter ce que d'autres ont dit avant moi. Je ne le ferai pas.

   Alexandre   
2/4/2018
Pour écrire un sonnet voici quelques idées !

Vous qui dans l’art des vers prétendez au sommet,
Qui rêvez chaque jour de parvenir au faîte
En cherchant le bon mot, la tournure parfaite,
Au lieu de l’à peu près, préférez le sonnet !

Etc.

Mettre sur le métier mille fois son ouvrage,
Dompter la prosodie à force de courage,
Puis reprendre demain ce qui peut sembler vain

A la muse déçue, ou bien de guerre lasse,
Avant de maitriser l’ultime alexandrin...

Mais pour conclure, Annick, je vous laisse la place !

Bonne soirée !

   Annick   
2/4/2018
Remerciements pour chacun et chacune d'entre vous : http://www.oniris.be/forum/mon-poeme-pour-ecrire-un-sonnet-t25506s0.html

   jfmoods   
2/4/2018
Ce sonnet en alexandrins est à rimes embrassées et suivies, pauvres, suffisantes et riches, majoritairement masculines.

L'écriture, peu corsetée, semble obéir à une volonté de la poétesse de montrer l'accessibilité d'une forme trop souvent considérée comme élitiste. De fait, n'en déplaise aux puristes, le sonnet n'est pas la chasse gardée d'une caste. L'image de la recette (modalisations : "il faut" x 2) renvoie d'ailleurs, par un jeu d'intertextualité, à Tristan Corbière qui sut si bien s'affranchir des diktats, faire exploser les codes, tailler ce manteau trop étroit à la mesure de son style sombre et grinçant. "Un sonnet avec la manière de s'en servir" procédait à la critique du sonnet comme technique, dénonçait le refus du lyrisme et de la fantaisie, l'aspect mortifère du sonnet classique.

Certes, le défi à relever suit une procédure immuable ("Deux ravissants quatrains", "Deux tercets", une chute : "clore un sonnet"). Il s'agit d'un combat. C'est la confrontation du poète à une forme exigeante, rationnelle, cadenassée (champ lexical de l'embrigadement : "bien rangées", "tenir un bataillon", "En être le major", "tambour battant", "Marchent d'un même pas"). Cette confrontation nécessite une volonté, une obstination de tous les instants (qualités nécessaires : "constance", "persévérance").

Cependant, ce combat, en apparence obscur, ingrat, irrémissiblement cloisonné, est tout entier consacré à l'ouverture. On pense forcément, à cet égard, à l'impressionnant sonnet en octosyllabes de Paul Valéry intitulé "Les grenades".

Nourri de sensualité ("embrassées", "s'étreignent tendrement", "entichés", "s'enlacent follement", "Leurs échos sont croisés, les amours passionnées", "Mon cœur", "frissonnent", "amoureux de l'objet convoité"), le sonnet offre au lecteur, par le souffle exaltant des mots, l'enchantement indicible de sa musique intérieure ("diapason", "Garder [...] un rythme régulier", "accordé aux notes", "tempo cadencé", "les consonances sonnent", "doux chant harmonieux", "rythme balancé").

Merci pour ce partage !

   Marie-Ange   
2/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Pour écrire un sonnet " je me suis dit, voilà encore un texte explicatif, "ennuyeux".

Eh bien, non !! rien de tel, j'ai pris grand plaisir à vous lire, cela sort des sempiternelles rengaines voulant donner un mode d'emploi à suivre pour devenun poète "éclairé"

Votre poème est ludique, distrayant, il y a là, au moins une touche bien personnelle, ce qui en fait toute l'originalité. C'est bien amené, et j'ai compris votre démarche sans me prendre la tête.

J'ai beaucoup aimé :

" Rien ne peut s'accomplir sans la persévérance
D'un poète amoureux de l'objet convoité. "

Persévérons, persévérons, encore et encore, l'Amour a toujours le dernier mot, fort heureusement ...

   Eccar   
3/4/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Déjà pour écrire un poème, c'est tout un poème. Alors un sonnet !!
Il faut surtout avoir le désir profond de le faire. Cette apparence écrite de nos chères pensées, de nos émotions, nos délires, nos inepties, n'est pas gratuite. Elle cherche quelque chose. Comme une reconnaissance, peut-être, de la confrérie, de la gent poétique.
C'est vrai que c'est un art difficile, éloigné parfois de la poésie tant les contraintes techniques sont multiples. Bien peu ont réussi réellement. Nous sommes, là, entre maîtres, en un domaine réservé. Ce besoin d'accéder à ce corps d'élite est touchant.

Pour revenir à votre sonnet, qui malheureusement, et d'autres que moi l'ont signalé, montre quelques fautes techniques, quelques faiblesses, je suis sûr qu'il pouvait en remontrer justement à ces grands maîtres du classique. Son côté "petit soldat" du bataillon, son apparence " sous-fifre" du grand orchestre avait bien de l'ambition. Dommage, son immaturité l'a desservi un chouia, lui a fermé la porte de la gloire au nez.
Désolé, mais à vous relire sans problème et avec joie.

   MioModus   
21/4/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Définition de l'âme du temps un peu comme si l'on voyait les flocons de l'été modérer nos pensées.
J'ai mal jugé votre sonnet hier, je me reprends aujourd'hui pour louer et saluer votre travail qui est bien là devant nous.
"Il faut de la constance" et c'est de circonstance !


Oniris Copyright © 2007-2018