Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Arsinor : Notice
 Publié le 07/05/17  -  7 commentaires  -  1992 caractères  -  118 lectures    Autres textes du même auteur


Notice




Si tu peux détruire l’ouvrage des autres,
Et en les insultant prendre la fuite,
Ou te faire prendre quand tu triches au jeu
Et vitupérer contre ceux qui te trouvent des excuses ;

Si tu peux harceler une jeune fille qui te fascine,
Si tu peux être faible sans cesser d’être violent,
Et, te sentant pardonné, en profiter pour accuser,
Pourtant te plaindre et larmoyer ;

Si tu ne supportes pas de voir que tes manipulations
Sont déjouées par des Grands pour protéger les Humbles,
Ni d’entendre leur sagesse énoncer la vérité sur toi
Sans cracher tes mensonges ;

Si tu peux te rouler dans la fange tout en restant dans l’ombre,
Si tu peux dégouliner de suffisance et d’insuffisance en jurant contre les chefs,
Si tu cherches à déprécier tes proches en exigeant qu’en retour
Ils te procurent l’infériorisation qui comblerait ton ego ;

Si tu sais t’agiter, spéculer et demeurer dans l’ignorance
Sans jamais croire en rien ni jamais rien construire ;
Te laisser gouverner par ton désir d’être important,
Élaborer des théories fumeuses et foncer sans réfléchir ;

Si tu peux te ridiculiser en public et, humilié, en hurler de colère,
Si tu peux être un lâche, pourtant accumuler les frasques et les outrances,
Si tu veux être un pervers, un écervelé, réprimander ceux qui te dérangent
En répétant des maximes que tu ne comprends pas, croyant par là faire impression ;

Si tu peux envier la réussite d’autrui, lui attribuer tes échecs
Et te complaire dans une fierté qui ne trompera que toi ;
Si tu peux être pris de panique, crier au loup et au scandale
Quand tout le monde garde la tête sur les épaules ;

Alors les Gueux, le Diable, le Malheur et la Défaite
Seront à tout jamais tes dictateurs
Et, ce qui est pire encore que les Gueux et la Misère,
Tu seras une loque, mon fils !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   troupi   
7/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je trouve l'idée bien amusante de prendre le poème de Kipling et d'en faire à peu près l'exact inverse.
Pour autant l'original avec sa construction et ses rimes me semble plus fluide à la lecture et c'est la seule chose que je pourrais reprocher à votre ouvrage mais je le répète j'ai bien aimé l'idée et j'ai souvent souri, surtout au dernier vers qui clôt parfaitement ce qui précède.
Ceci dit sous des apparences légères votre texte peut porter à la réflexion.

   PIZZICATO   
7/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
<< SI >> a inspiré beaucoup d'écrits même une chanson, à Sardou.
Ici l'idée est conduite à l'opposé.Tous les travers de l'être humain (liste non exhaustive) sont decriés, non sans une dose d'humour.

" Tu seras une loque, mon fils ! '' et même pire...

   jfmoods   
7/5/2017
Composé de huit quatrains en vers libres, ce poème se présente comme une parodie du célèbre "If" de Rudyard Kipling. Le titre ("Notice") met d'emblée en exergue la visée critique du propos : en assimilant le contrôle de la psyché au manuel d'utilisation d'un appareil ménager, le poète dénonce implicitement l'impossible défi de la parfaite vertu. Aussi se plaît-il, au fil du poème, à multiplier les couches de vices, démystifiant, par contraste, l'exercice d'une conduite idéale.

Merci pour ce partage !

   papipoete   
7/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Arsinor,
Ce " si " égale un " dès lors que ", dans un domaine dramatique qui te verra sombrer du côté du diable ...
NB le " si " d'ici a une couleur bien sombre, et dépeint le déshonneur, la lâcheté, le mauvais dont l'homme peut se grimer !
Heureusement, le " si " a son frère de bonté, d'amour et de fraternité qui rend l'homme admirable !
Le dernier vers fait si mal ...

   hersen   
8/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ici, je salue l'idée, que je trouve vraiment excellente ! Détourner le texte de Kipling nous donne à voir d'un autre angle ce qui nous fait.

Ce poème est l'autre face d'une pièce, j'en prends le côté caricatural, bien sûr, car nous savons que nous sommes un mélange des deux.

J'en ai trouvé, dans un premier temps, la lecture un peu proche de la litanie, mais cette impression s'efface lorsque je comprends que c'est une parodie d'un texte que nous connaissons tous.

Je vois beaucoup d'ironie dans ce texte, la lucidité est quelquefois bien dérangeante !

Merci de cette lecture.

   fried   
11/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Dès le deuxième quatrain j'ai pensé au président des États-Unis, je me demande pourquoi...
J'ai alors que cette reprise de kipling allait se terminer par tu pourras être président mon fils.
Bien vu.

   placebo   
21/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Je m'interroge sur le choix de quelques mots - pourquoi "Notice" ? Une marche à suivre ? Pourquoi "dictateurs", comme des maîtres supérieurs auxquels on donnerait du pouvoir sur nous ? Pourquoi "loque", alors qu'un tel fils serait assez actif au final ?

Je ne connais pas bien le poème original, seulement le "si tu peux voir détruire l'ouvrage de ta vie et sans un seul mot te mettre à reconstruire".
Je suis d'accord avec d'autres commentateurs, il faut une forme de recul presque ironique pour vouloir prendre le contre-pied. Bien sûr je peux penser à certaines personnes, pour certains vers, mais je ne connais personne qui coche toutes les cases. Dès lors on est dans l'irréel donc dans la caricature, donc l'humour, pour moi.

Je trouve au poème un côté vieillot - vitupérer, larmoyer, les Grands, fange, etc... qui ne détonne pas en évoquant un texte ancien.

"Et en les insultant prendre la fuite" : dans d'autres vers, la construction aurait été "Et, en les insultant, prendre la fuite", mais le choix a été fait de supprimer les virgules pour alléger ?

Bonne continuation,
placebo


Oniris Copyright © 2007-2018