Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
bipol : Acouphènes
 Publié le 22/09/17  -  17 commentaires  -  367 caractères  -  251 lectures    Autres textes du même auteur

Interprétation de cette nuisance.


Acouphènes



Le labyrinthe des sons
aspire
devant la porte
des disques
bleus et mauves
rayés par un diamant

les vibrations de l'horizon
oscillent
sur les vagues
métalliques
dans la boîte de résonance

le vent hideux
emporte les grincements
dans les
canaux
vibrants
en percutant l'enclume


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
5/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

Je ne souffre pas d'acouphènes, heureusement pour moi, mais je comprends mieux, à la lecture de ce poème, à quoi ça peut ressembler.
La décomposition du poème rend bien le mal:
* "le labyrinthe des sons" introduit le déséquilibre de manière surréaliste avec ses "disques bleus et mauves rayés par un diamant"
On est dans une image intelligente, musicale, de la sonorité distordue.
* "les vibrations de l'horizon" reviennent à l'oreille interne, siège de l'équilibre (un astronaute de l'Agence Spatiale Européenne en avait d'ailleurs composé une belle explication lors d'un séminaire scientifique, avec la notion d'horizon). Le registre musical demeure avec la "boite de résonance".
* "le vent hideux" conjugué aux "grincements" ressemble à ce qu'on imagine en général sur les acouphènes.
Ici, les "canaux vibrants" et "l'enclume" renforcent l'image.

Bref, on y est complètement, et je ne sais pas si les acouphènes ne vont pas se lever dans ma tête, comme des vents rugissants dans une mer agitée.

Bravo !

   Provencao   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce labyrinthe qui aspire, oscille et emporte.........voilà de réels signes cliniques que vous nous proposez et qui vibrent avec ce mot acouphènes.

Cela sent le vécu, avec ces mots forts, vibrants et rayés.
j'aurai tendance à vous dire ne vous résignez pas, à supporter ces sons qui vous sont insupportables....ne soyez pas la victime;
Vivez avec ces acouphènes en les acceptant, de toute façon vous n'y pouvez rien.........

J'ai été très émue de votre vocabulaire, vrai et sincère.

Au plaisir de vous lire.
Cordialement.

   Robot   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cette traduction en mots et en images donne une réalité à un mal subit souvent dans l'ignorance par les autres de ce que peut être la souffrance qui en résulte dans les moments d'atteinte aigüe. En quelques mots, en quelques sons, vous nous donnez à le découvrir.

L'insupportable prend ici sa mesure.

Une belle réussite ce texte.

   socque   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je trouve le poème expressif sans en faire des tonnes, ce qui est balèze au vu du sujet invitant facilement à l'excès. Le champ lexical tourne autour du sonore avec délicatesse mais insistance, d'où un côté lancinant bien appropriè selon moi. J'imagine non un vacarme tonitruant, mais une stridulation permanente et agaçante, comme celle d'un moustique qui, à lui seul, vous gâche la nuit.

Un léger bémol sur l'emploi à mes yeux redondant de "vibrations"/"vibrant". C'est pas grand-chose mais, dans un texte aussi court, je trouve que ça se voit.

   Louison   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Bipol

Les mots sonnent juste, la représentation de cette sensation vibrante, oscillante, insupportable est bien décrite tout en restant poétique.

le vent hideux
emporte les grincements
dans les
canaux
vibrants
en percutant l'enclume

C'est "percutant", en effet, merci pour cette lecture.

   Damy   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Bipol,

J'en souffre moi-même et je suis admiratif des mots que vous avez su trouver pour les décrire. Chez moi, ils ne m'inspirent aucune poésie, ils m'absorbent. Vous, vous avez su sublimer. Est-ce que cela vous soulage ?
Les percevoir comme des "disques bleus et mauves" révèle une certaine tendresse qui m'a étonnée quand je les perçois blanc aveuglant.
Vous parlez de "vagues" et de vent" comme s'ils vous baignaient dans la nature alors qu'ils m'immobilisent dans le béton. Bien sûr cette nature est "métallique" et emplie de "grincements", un peu comme un orage qui n'est que passager.
Votre dernier vers est excellemment trouvé pour nous faire entendre le bruit des percussions qui rythment vos douleurs.

Je trouve votre poème sobre et lyrique à la fois (un art !). Seules trois mesures auront suffi pour m'envoler dans votre univers sonore que je viendrai réécouter quand le mien m'agacera à nouveau.

Merci pour cette belle lecture,
Damy

   papipoete   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour bipol,
Comme rayés par un diamant, les même disques passent, ressassent cet air métallique, et frappent l'enclume de mon oreille qui ne peut rien contre ces maudits acouphènes !
NB ce " compagnon " sonore installé à l'insu de notre plein gré, ne nous lâche plus, nous est à jamais fidèle ; l'auteur en quelques lignes nous dit " tout le bien " que lui évoque son encombrant forgeron ; ça tape, ça cogne, ça siffle et " le vent hideux " souffle ...

   leni   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Etonnant Quasi une leçon de choses qui permet à ceux qui ne souffrent pas du mal d'imagier ce qu'il peut être et à quel point il est invalidant

les vibrations de l'horizon
oscillent
sur les vagues
métalliques
dans la boîte de résonance C'est court et didactique
Bravissimo pour cette performance

AMITIES LENI

   PIZZICATO   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Marc
Tu as trouvé des images étonnantes, sonores, pour matérialiser, de façon poétique, cette " nuisance " ; un des mystères du corps humain.

Court mais tès expressif.

   Hananke   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

A notre époque, c'est plus le laser que le diamant qui raye les disques
mais ils me restent quelques 33 tours que j'écoute encore de temps en temps.
Pas du tout branché poésie libre, vous m'excuserez de ne pas comprendre cet horizon pas plus que cette enclume finale
même pour des acouphènes.

Mais, bon, même s'il n'est pas dans ma catégorie de prédilection,
ce petit texte ne me déplaît pas.

   fugu   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sur un thème assez rare en poésie et sans doute pas si évident à mettre en vers, je trouve que ce petit poème illustre vraiment bien ces - Acouphènes -
Court et bien ciselé.
J'aime par ailleurs l'idée d'un horizon vibrant.

   Cristale   
22/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Bipol,

Des mots percutants pour dire l'invisible à nos yeux mais l'audible à ceux qui en souffrent malheureusement.
Ce que vous décrivez ressemble à ce que j'ai entendu d'un ami qui a été persécuté, et l'est encore parfois, par ce mal sans remède efficace.

Merci pour ce douloureux partage.

Cristale

   FABIO   
23/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Il faut pouvoir aborder un tel sujet en poésie comme quoi....quand c'est bien écrit, ça peut plaire.
Vous avez choisis des images plutôt douces mais marquantes en fait il y'a toujours ce petit mot qui vient gâcher la tranquillité de vos lignes, comme un acouphène .

Rayé, métallique, percutant....

Merci pour l'idée.

   bipol   
23/9/2017

   Marie-Ange   
23/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Lu hier, relu aujourd'hui, ma deuxième lecture me paraît
plus dans une certaine tonalité.

Hier, moins réceptif, les mots m'avaient tenu à distance.
Aujourd'hui, en écoutant davantage ce qu'ils me disent,
Je ressens ce curieux mélange "douceur/douleur".
insidieusement posé.

C'est votre phrasé qui a guidé ma réflexion, il me semble
percevoir qu'il s'impose à l'évidence, cette "association"
dans chacune de ces strophes.

De plus votre désagrément subi va crescendo.

La dernière strophe est très explicite :

" le vent hideux
emporte les grincements
dans les
canaux
vibrants
en percutant l'enclume "

   solo974   
26/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Bipol,
J'aime beaucoup ce texte, qui évoque de façon très poétique un problème de santé physique.
La façon dont vous décrivez l'enfermement (labyrinthe, porte, boîte) et le glissement progressif de "sons", à "vibrations", puis à "grincements" m'ont personnellement beaucoup touchée.
L'absence de termes renvoyant à l'organe même est évidemment un plus !
Au plaisir,
Solo974

   jhc   
30/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Bipol,
Bien réussi, parler des acouphènes sans parler des oreilles et sans en faire des tonnes. Le vocabulaire est superbement travaillé.
A vous lire les miens se sont tus... momentanément:)
jh


Oniris Copyright © 2007-2017