Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
bipol : Horizons
 Publié le 26/05/19  -  9 commentaires  -  2255 caractères  -  151 lectures    Autres textes du même auteur

Mon destin, vieillard aux mémoires perdues.


Horizons



https://sd-6.archive-host.com/membres/up/aff91597cfc10f7ab7a2abea9625c02d892454b1/horizons-cleaned.mp3


Sur l'épure des beaux jours
se reflètent mes chansons,
petites aventures
contes de fées en carton,
l'échelle des souvenirs
mène dans les perspectives
jusqu'aux combles du vent.
En haut de la maison

au ventre d’horizons
dans l'histoire des salons.
Éloignant à jamais
tous ces pauvres vieillards.
Jusqu'aux combles du vent.
En haut de la maison
ils enfourchent le destin,
qui sans cesse leur revient.

Sur le trait de la vie
tourne l'orfèvrerie
montres molles de l'oubli
qui chantent le matin
de l'enfant qui nous vient,
c'est la naissance du monde
au ventre d’horizons
dans l'histoire des salons.

Au ventre d’horizons
dans l'histoire des salons.
Éloignant à jamais
tous ces pauvres vieillards.
Jusqu'aux combles du vent.
En haut de la maison
ils enfourchent le destin,
qui sans cesse leur revient.


Sur les touches de peintures
viennent les sentiments,
les cordes de l'amour
envahissent les amants,
les manèges des faubourgs
tournent dans les regards
éloignant à jamais
tous ces pauvres vieillards.

Au ventre d’horizons
dans l'histoire des salons.
Éloignant à jamais
tous ces pauvres vieillards.
Jusqu'aux combles du vent.
En haut de la maison
ils enfourchent le destin,
qui sans cesse leur revient.

Sur le vernis des fêtes
s'envolent les amourettes,
dans les bras de l'espoir,
sous les pieds d'un ciel bleu
qui règne en amoureux,
les yeux collés aux rêves
ils enfourchent le destin,
qui sans cesse leur revient.

Au ventre d’horizons
dans l'histoire des salons.
Éloignant à jamais
tous ces pauvres vieillards.
Jusqu'aux combles du vent.
En haut de la maison
ils enfourchent le destin,
qui sans cesse leur revient.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
26/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte a une subtilité qu'on a du mal à définir.

Sans vouloir s'enfermer dans l'exergue on a le sentiment d'un petit tour dans le déroulé de la vie, qui à chaque étape a ses charmes.

Mais il règne aussi une sorte de fatalité/cruauté lorsqu'on y répète à satiété "éloignant à jamais tous ces pauvres vieillards jusqu'aux combles du vent".

Chanson désespérée ? ou juste exagérée ? ou nostalgie exacerbée ?

Merci pour ce texte qui envoûte un peu sans trop savoir où il nous mène.

Edit: j'ai rédigé mon commentaire en EL le 5 mai, en ayant accès uniquement au texte. Je le confirme et je regrette que la version chantée, ici présente, ne soit pas à la hauteur de ce beau texte.
Merci à l'auteur.

   lucilius   
7/5/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Je trouve dommage d'avoir affublé ces paroles d'une musique psychédélique style années 60/70.
"Ils enfourchent le destin, qui sans cesse leur revient" : "leur" est incongru dans ce sens car il est passéiste alors que le destin est futuriste. Il devrait être supprimé.

   hersen   
7/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est une très belle chanson, un texte qui est à la fois simple, mais fort. Il touche d'autant plus qu'il y a une fluidité émolliente.

la musique, avec son rythme lancinant, épouse parfaitement une voix travaillée dans les intonations données aux mots.

je trouve que l'ensemble porte une grande émotion.

   PIZZICATO   
26/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" Sur l'épure des beaux jours
se reflètent mes chansons ". Une belle entame.

Un texte tout en sensibilité, une nostalgie affleurante, des images bien trouvées.
" montres molles de l'oubli "

" Sur les touches de peintures
viennent les sentiments "

" les manèges des faubourgs
tournent dans les regards " ...
La poésie est bien présente dans ce texte.

Cette fois, je suis moins séduit par la musique.
Certes la voix solide de Nicolas n'est plus à souligner.
Mais ce qui m'a gêné c'est l'omniprésence des percus ; à mon avis, elles prennent le pas sur le défilement du texte.

Au final un bon opus.

   leni   
26/5/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
salut mon AMI BIPOL
Cette chanson m'aplu d'emblée Elle est dans le registre une triste Une langueur voulue est accentue par la musique qui me plait beaucoup
j'ai apprécié la musique faite de quelques notes vers la fin

Sur l'épure des beaux jours
se reflètent mes chansons,
petites aventures
contes de fées en carton,
l'échelle des souvenirs
mène dans les perspectives
jusqu'aux combles du vent.
En haut de la maison
Ces premiers verssituent bien l'auteur qui a choisi la simplicité de dire
Je dirais même la modestie

voici la place des sentiments

Sur les touches de peintures
viennent les sentiments,
les cordes de l'amour
envahissent les amants,

c'est émouvant et troublant même

j'ai passé un excellent moment mes AMI

A bientôt LENI

   senglar   
26/5/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour bipol,


Le texte de la chanson lui-même est très poétique et lancinant à la fois avec ces vies poussées vers la sortie mais qui remuent des lambeaux de souvenirs et les charrient en vagues plus heureux que tristes et on devine qu'ils sont heureux d'avoir pu se perpétuer. Ni le vent ni le destin ne les emporteront totalement, on les devine accomplis sinon totalement sereins, oserais-je parler d'un bonheur, d'une satisfaction fébriles.

Bon maintenant m'en vais écouter la bande sonore...

J'y retrouve la mélancolie bien tempérée qu'il faut, celle-là même que j'attendais. Bravo au compositeur-interprète (faudrait mettre son nom dans https:... :) ). ça fait mal quand la chanson se termine, comme une vie qui s'éteint, plus mal en fait que dans le texte écrit, que l'on pourrait réenclencher. Ici cela fait point final, fin de souffle, fin de cri.

Bon ben deux fins pour le prix d'une c'est pas plus mal :)


senglar

   bipol   
27/5/2019

   BlaseSaintLuc   
4/6/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Texte magnifique qui ce passerait facilement de cette désastreuse mis en musique, mais les goût et les couleurs musicales sont une chose la solidité d'un texte en est une autre , j'aime l'entame, j'aime le refrain, j'irais plus vite à dire ce que je n'aime pas mais mon commentaire manquerait de caractères ...
C'est poétique, rythmé, mystérieux (un peu) très réussi.

   Robot   
4/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Tout autant que chanson la poésie de ce texte se prête bien à la lecture. Les sentiments sont exprimés avec une simplicité qui leur apporte une vérité parfois émouvante.


Oniris Copyright © 2007-2019