Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bipol : Hymne à la vie
 Publié le 30/08/14  -  10 commentaires  -  533 caractères  -  297 lectures    Autres textes du même auteur

Poème d'amour de la vie.


Hymne à la vie



Au bord de la fenêtre
le soleil se faufile
après l'ombre du vent

et sous le parasol
les criquets se reposent
dans le creux des rubans

l'abeille ensorcelée
enchante l'univers
de son prince charmant

la renoncule écoute
le temps pousser en elle
c'est un enchantement

le lézard tend sa pause
vers la fin de l'insecte
c'est la mort de l'instant

la fenêtre est ouverte
vers la joie de la vie
qui bat intensément


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lulu   
19/8/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème dessine un joli tableau, une fenêtre ouverte sur un jardin - peut-être, on suppose -, où le calme domine ("les criquets se reposent", "la renoncule écoute", "le lézard tend sa pause"). Un calme peut-être un peu trop prégnant à mon goût. J'aurais aimé trouver dans ce poème un peu plus de palpitations pour entendre "la joie de la vie".

L'ensemble est toutefois agréable à lire. "l'abeille ensorcelée / enchante l'univers" et "c'est un enchantement" que de voir cette "renoncule [qui] écoute / le temps pousser..."

Peut-être aussi manque-t-il quelques couleurs à ce poème pour lui donner plus de relief ? C'est juste une suggestion et mon humble avis.

   Hananke   
30/8/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Ma foi, ces petits tercets sur les instants de la Vie sont agréables
à lire et à déguster.
J'ai une préférence pour celui de la renoncule.

Bien à vous.

Hananké

   Francis   
30/8/2014
 a aimé ce texte 
Bien
" Le ciel est par dessus le toit " si bleu ! Tableau empreint de sérénité, de douceur. De belles perceptions poétiques : l'ombre du vent, la renoncule écoute le temps pousser en elle . Ouvrir sa fenêtre, son cœur sur ces décors demeure un enchantement !

   leni   
30/8/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Bipol
Une pause pour regarder la vie De très belles images


la renoncule écoute
le temps pousser en elle
c'est un enchantement

Oui le jaune du bouton d'or qui ne serait rien sans le vert des prairies
comme l'abeille et le criquet ne seraient rien sans la poésie de Bipol

Et ces trois vers finaux


la fenêtre est ouverte
vers la joie de la vie
qui bat intensément
d'une infinie Sérénité


Bravo Bipol Un peu court non?

Salut amical Gastion LENI

   Anonyme   
30/8/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Bipol,

Un bol d'air pur votre poème.
L'hymne à la vie, ode au plaisir simple.
J'aime contempler et écouter la mer et cela suffit à mon bonheur.
Je les vois les couleurs, la vie n'est pas que frénésie.

Et merci de nous avoir épargné le sempiternel gazouillis des oiseaux.
Vous m'avez transportée dans un havre de paix, je suis enchantée.

   margueritec   
30/8/2014
Joli texte empreint de sérénité et de vie.

J'aime beaucoup "la renoncule écoute / le temps pousser en elle".

Merci de ces instants saisis en instantané.

   Robot   
31/8/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un sympathique poème très visuel.
"et sous le parasol
les criquets se reposent
dans le creux des rubans"

Empli de sensations aussi.
"la renoncule écoute
le temps pousser en elle
c'est un enchantement"

Un moment de lecture agréable.

   Agueev   
31/8/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
Ce poème est mignon, mais le titre "Hymne à l'ennui" me parait plus approprié...
J'imagine davantage un vieil infirme qui regarde de la fenêtre de sa maison de retraite dans le sud de la France ce qui se passe durant un après-midi d'été. Et il s'ennuie à mourir (ce qui ne tardera pas du reste...)
Du coup les images que tu décris avec un certain talent ne collent pas pour moi au titre.
Je m'attendais à une prose plus festive, plus pétillante.

   RB   
1/9/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
Curieux : le lézard donne la mort à l'insecte et, strophe suivante, c'est la joie de la vie qui bat intensément.

"l'abeille ensorcelée
enchante l'univers
de son prince charmant"

me paraît également, sinon assez cliché, mais surtout surprenant.
Ensorcelée ? Prince charmant ? Quelle continuité l'auteur veut-il suggérer ?

Désolé, j'ai déjà lu beaucoup mieux de vous.

   Alcyon   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour

bel hommage à la vie à la joie
et tout ce petit monde visible de la fenêtre
l'ambiance me plaît ainsi que les vers courts
ce qui me gêne c'est l'avant dernière strophe
avec la "mort", c'est vraiment dommage
à supprimer ou réécrire

que la vie demeure


Oniris Copyright © 2007-2018