Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
bipol : La mort
 Publié le 15/02/18  -  10 commentaires  -  1038 caractères  -  264 lectures    Autres textes du même auteur

Empêtré dans sa toile.


La mort



https://ahp.li/a35f6136f3f3824960e1.mp3


Les papillons se meurent
tout au fond de mes rêves
j'en ressens la stupeur
je n'aurai pas de trêve
pourtant je le sais bien
cela ne change rien
que la vie sur la terre
est passage éphémère

la mort est une horreur
une araignée géante
qui ravive mes peurs
me regarde et me hante
empêtré dans sa toile
j'attends là pétrifié
qu'elle déchire le voile
la fin est annoncée

la mort est dans mon âme
ce n'est plus un destin
me jetant dans les flammes
elle torture mon chemin
je sais qu'elle va venir
un instant me chercher
et que mon avenir
tombe dans l'escalier

la mort est la plus forte
elle a déjà gagné
que le diable l'emporte
qu'il la fasse brûler
qu'il la fasse périr
juste là devant moi
cela me fait bien rire
enfin pour une fois


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
3/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Ce texte n'est pas franchement gai mais il est bien construit avec des allures de poésie régulière "néo-réaliste" et de belles images poétiques, le tout accompagné par un fond musical très approprié qui fait ressortir son côté noirceur.

Le sujet, la mort, est traité de façon très moderne; il est apte à plaire au plus grand nombre mais surtout, je pense, à un public jeune.

Vivement un texte plus joyeux mais bravo quand même pour cet écrit et cet ensemble fort bien réussi à mon avis.

Bien à vous.

   leni   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour mes amis
C'est une chanson qui fait pleurer les saules une chanson kleenex C'est ja vie qui larmiche et c'est malgré soii Alors pourquoi j'aime cette chanson Parce que l'auteur sait de quoi il parle Et parce que le texte mi-chanté mi clamé apporte la note qu'il faut pour dire juste C'est un vrai travail de pro

Les papillons se meurent
tout au fond de mes rêves
j'en ressens la stupeur
je n'aurai pas de trêve
pourtant je le sais bien
cela ne change rien
que la vie sur la terre
est passage éphémère


dès la première strophe l'on sait où l'on va Très bien écrit

Bravo les artistes MES AMITIES LENI

   Eccar   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
C'est un bon texte que vous déclamez d'une façon parfaite, la nappe musicale, les lignes de basse qui remontent à sa surface parfois font l'ambiance glaciale qui sied exactement à vos mots.
Pas de fioriture, pas de termes tarabiscotés, pas de ces références qui étalent la confiture à chaque ligne , les expressions simples qui disent ce qu'elles veulent dire.
Quelques petits clichés en guise d'images pourtant: "l'araignée" par exemple, même si l'image est forte et belle; "le diable l'emporte", expression usée jusqu'à la trame.
Un bon texte néanmoins même si, pour moi, le papillon est plutôt vu comme le symbole de la survie de l'âme.
Et que la mort soit perçue de cette façon si angoissante, si banale en fait, horreur, malheur, est pour moi ce qu'il y a de plus triste dans votre texte.

   bipol   
15/2/2018
La musique et la voix sont de Yves Alba le CE m'avait recommandé
de ne pas l'indiquer

   Hananke   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Une fois n'est pas coutumes mais je préfère le texte à la musique
même si ce dernier n'est pas à mettre devant les yeux neurasthéniques.
Un bon début que ces papillons qui meurent au fond de mes rêves
et l'araignée géante également.

La mort gagne dès la naissance c'est ici qu'est le problème.

   papipoete   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour bipol
Certes aujourd'hui, le ciel pourrait orner un dais d'enterrement, aussi votre texte tombe-t-il à propos !
NB la mort qui déclenche le chrono dès que l'on vit, guette le vieux, le miséreux, mais aussi l'enfant qui n'a pas encore commencé son chemin ! " la vie sur terre est passage éphémère ", pour Maëlys par exemple, mais pour Mengele 67 ans fut plus qu'éphémère !
L'auteur rit, à la fin de la mort, mais sûrement " jaune ", car elle n'a pas d'ennemi assez fort pour lui en " faire baver " !
La radio diffuse des nouvelles sordides, en boucle, aussi ne puis-je entrer serein dans votre texte, que rend encore plus sombre la lecture " ténébreuse " d'Yves !

   Anonyme   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Déjà le titre interpelle "La mort", maintenant entrons dans le vif du sujet, en abordant la lecture de cet écrit.

Je vous ai lu, relu et à nouveau relu. Je pense que chacun à sa manière de la percevoir et de vouloir en parler, ici ce sont bien vos propos, qui ne sont que le reflet d'un état de fait, donc rien de bien nouveau.
Même si je respecte votre point de vue, je n'y adhère nullement.

"La mort" est un sujet très délicat, qui ne cesse d'être présente au même titre que "la vie". Je suis loin de la nier, comme tout un chacun j'ai été confronté à "elle" à diverses reprises.

Mais ne sachant rien de plus que "elle" prive de vie, je me réserve pleinement au temps qui m'est imparti, du mieux que je peux, où se côtoient le pire comme le meilleur, en ne gardant que le meilleur des présents et des absents.

De ce fait je n'ai pas été sensible à l'interprétation, l'interprète est dans le ton, seul le sujet est en cause.

   MissNeko   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les vers courts donnent au poème un rythme rapide et vif à l image de la mort, cette faucheuse qui n a point de répit.
On ressent bien l angoisse et la tristesse du narrateur ( l araignée)
Mais sans jamais tomber dans le pathos exacerbé qui vous tire les larmes aux yeux. La pudeur, la sobriété sont de mises.
L auteur se permet même un petit bout d humour ( noir ?) à la fin.
Un beau moment de lecture simple et profondeur à la fois.
À vous relire

   Cyrill   
20/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est une gageure d'écrire sur la mort, sujet tellement rebattu !
Ce texte ne m'a guère fait vibrer, ni à la lecture ni à l'écoute, les images ne me parlent pas vraiment.
J'ai bien aimé cependant :

et que mon avenir
tombe dans l'escalier

   jlouisgillis   
22/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
le texte est magnifique...
poète débutant, à mon humble façon, que vous dire de plus ?
Pourtant mon champ d'expérience de vie me raconte tout le contraire du contenu de votre poème.... ;-)
5 NDE sur 60 ans d'existence, dont les 2 dernières en octobre 2017, me permet de dire à tous et toutes : " ne craignez pas la mort; par contre, que vous ayez peur sur la façon de mourir est tout à fait juste et humain"

Le reste vous est connu : "La vie après la vie" de Raymond Moody est très proche de mes champs d'expériences...sans détenir la vérité ;-)

bonne continuation et bien cordialement
jlg


Oniris Copyright © 2007-2018