Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
BlaseSaintLuc : Les trois roses
 Publié le 13/11/19  -  10 commentaires  -  501 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

Petite fable sur les amours qui s'envolent...


Les trois roses




Un pâle jour d'avril
L'oiseau-lyre qui chantait
Cueillit trois roses du Brésil
Pour l’épervier énamouré.

C'était une mission facile
Pour l'oiseau-lyre jardinier
Cueillir trois roses du Brésil
Sur la demande d'un épervier.

Mais l'oiseau-lyre sage et tranquille
Dit à l'oiseau énamouré
Prends garde aux fleurs fragiles
Elles fanent aux cœurs des éperviers.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
25/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
contemporain
un épervier amoureux d'un oiseau-lyre...étonnante attirance d'un bec crochu pour une créature si délicate ; à tel point que ce dernier l'en dissuade, lui ferme son coeur !
NB l'oiseau-lyre avec tact et diplomatie, conseille à ce drôle de soupirant, d'aller voir ailleurs avec certes un bouquet de fleurs, mais moins fragiles que sont les roses !
papipoète

   Gemini   
30/10/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Petite fable ? Non. Apologue, parabole peut-être. Comptine sans doute.

J'ai toujours pensé que toutes les histoires avaient des morales (implicites), sauf les histoires d'amour. Je ne trouve pas dans les deux derniers vers matière à réflexion. Un texte si court devrait être percutant dans sa finition, et là, je reste un peu sur ma faim (sans jeu de mots). En clair, je saisis mal la morale.
Je trouve, de plus, beaucoup trop de répétitions. Elles sont sans doute voulues pour donner une idée de légèreté au texte. Mais cette sensation de chansonnette me dérange un peu pour, justement, la trop grande légèreté du propos. Mais je reconnais qu'une comptine célèbre comme "Gentil coquelicot" par exemple, en a autant.

Dans l’écrit, j’ai trouvé bien vu l’oiseau-lyre en rôle de poète, "jardinier" ; de "sage" ; en sorte, pourquoi pas, de Monsieur Loyal du récit.
V3 Cueillit

Sans trop parler de métrique (le dernier vers a dix syllabes), ni de rimes (il-ile-iles / ait-é-ier-iers), je trouve que le choix des octos était le bon pour ce style de texte.

Enfin, je pense que, même pour du contemporain, on pourrait avoir droit à de la ponctuation. Au moins des guillemets pour donner la parole.

   Lebarde   
13/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Petite comptine sans prétention à réciter dans les maternelles qui curieusement associe un oiseau-lyre et un épervier dans un rapprochement peut être symbolique mais dont l’histoire m’est inconnue , à moins que ce ne soit une simple idée de l’auteur.
L’écriture simple et fraîche donne un poème musicalement agréable à lire.
Dommage pour la métrique brouillonne ( vers de 6, 7 ou 8 et même 9 syllabes sans justification ) et les rimes jetées là comme par hasard.

Ce manque de rigueur me gêne même en contemporain .

À une prochaine fois qui je l’espère saura mieux me satisfaire.

Lebarde

   LylianR   
13/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Un nombre de syllabes qui va de 6 à 10. Des rimes sans alternance masculines/féminines. Plus de rigueur aurait été souhaitable pour ce court poème.

Les fleurs symbolisent l'amour qui se fane vite. C'est une mise en garde de l'oiseau-lyre envers l'épervier amoureux.

C'est gentillet mais l'idée n'est pas assez développée. Quand il y a concision, il y a nécessairement de la densité dans les propos, ce qui n'est pas le cas.

   Davide   
13/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour BlaseSaintLuc,

Je ne suis pas certain d'avoir bien compris en quoi le poème illustrait "l'envol" des amours. Sans doute la tendresse unissant un oiseau-lyre et un épervier est-elle ici figurée comme une allégorie de la saison des amours, du renouveau printanier.

En soi, le problème de cette petite fable est son - gros - manque de cohérence, dans la forme comme dans le fond.

Pour ce qui est du fond, l'oiseau-lyre est un oiseau australien connu pour son talent d'imitation, un oiseau qui me fait beaucoup rire et dont un lien apparaît dans mes favoris (je le partage ici) :
https://www.youtube.com/watch?v=VQyGrgMF_1A
L'épervier, quant à lui, est une espèce d'oiseau que l'on retrouve en Europe et en Asie, les espèces vivant en Amérique du sud n'étant pas les plus connues.
Pourquoi avoir choisi d'unir ces deux espèces, très différentes ?

Puis, que sont les "roses du Brésil" ? J'ai pensé à une métaphore, à l'image de celle qui nous ferait décrocher la lune comme preuve d'amour, mais la spontanéité de l'écriture me fait douter.
De plus, avril au Brésil (ou en Australie) n'est pas le même avril que l'on connaît dans l'hémisphère nord, n'est-ce pas ?

Ah oui ! Je me suis posé la question de savoir si la dernière occurrence du mot "éperviers" faisait référence au filet de poisson (?) Un jeu sur le double-sens du mot ? Toutefois, je ne comprends pas l'usage du pluriel ("aux cœurs").

Il se dégage de l'ensemble une extrême naïveté, comme si le poème avait été écrit par un enfant, ou par adulte ayant laissé parler son cœur. C'est trop mignon, et en même temps tellement déconcertant (mais dans le bon sens du terme).

   ANIMAL   
13/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Court et parlant, voici un petit texte qui tourne comme une ritournelle entre les roses du Brésil, l'oiseau lyre et l'épervier. J'y vois l'histoire d'un séducteur amoureux d'une oie blanche.

Le rapace compte offrir des roses à son aimée et le jardinier oiseau-lyre, peut les lui procurer. Mais celui-ci sait que l'épervier est un suborneur qui a jeté son dévolu sur une innocente créature, douce colombe, peut-être ? Il s'immisce donc dans cette histoire pour prévenir un drame et, sans doute, son conseil ne sera pas entendu.

Le décor est posé, la tragédie peut se nouer. Place à l'imagination puisque ce poème très bref garde ses secrets.

   leni   
13/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
BONSOIR BSL
C'est un texte qui sonne bien et que j'ai lu plusieurs fois de suite
ça pourrait être une ballade de Paul Fort C'est de la poésie pure
j'aime cette façon de dire L'oiseau lyre tient bien son rôle Il me fait beaucoup rire quand il imite la sirène d'un bateau
Ton texte mériterai d'être plus long et mis en notes
Merci Salut cordial à toi
LENI

   Queribus   
14/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Un joli petit texte sans prétention qui ressemble à une petite fable ou une comptine mais l'ensemble manque quand même de densité et n'est pas très percutant. En ce qui concerne l'écriture, je pense qu'il aurait été bien de s'en tenir à un seul type de vers (l'octosyllabe aurait bien convenu) plutôt que des vers 6, 7, 8, 9 syllabes qui donnent un air"décousu" à votre texte étant donné que vous avez choisi le parti de la rime.

En conclusion, je pense que ce texte devrait être repris dans le fonds et dans la forme pour devenir tout à fait acceptable.

   Donaldo75   
14/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour BlaseSaintLuc,

La première fois que j'ai lu ce poème, j'ai pensé "court mais efficace" ce qui n'est pas du luxe dans cette catégorie. J'ai trouvé à ce poème un petit côté boucle rythmique, un peu comme un ostinato en musique classique - ou même en pop, à l'instar du "Money" de Pink Floyd ou du "Sex Machine" de James Brown - et relire l'ensemble a confirmé cette impression. Du coup, le poème n'est pas rentré dans mon cerveau pour être directement éjecté par des neurones élitistes ou en recherche de l'ultime chef d'oeuvre mais s'est ancré comme une chanson lancinante et séduisante.

J'ai beaucoup aimé.

Merci.
Bravo, ce n'est pas aisé de réussir aussi court en poésie.

Donaldo

   BernardG   
16/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Le problème vient sûrement de moi ☺ mais je n'ai pas saisi le message des 2 derniers vers.....et du coup, je reste dans l'expectative !

Les 2 premiers quatrains sont "charming" et j'ai coincé sur le troisième pour la raison expliquée plus haut et aussi par ce "oiseau" qui revient encore par 2 fois !

Merci et à bientôt

Bernard G.


Oniris Copyright © 2007-2019