Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
bolderire : Moments
 Publié le 06/08/16  -  8 commentaires  -  769 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur


Moments



Laisse-moi courir dans tes yeux
Juste une seconde

Jetée

Un air de rien frissonne

Trémolo du ponton
sous les larmes rebondies
des digues masochistes
Érosion cutanée de la grève
offerte
au frottis lancinant
des bouquets de solens

et les tripes du varech
en copeaux de scalpels
repoussant les cris argentés
dans l'alcôve oblique
d'une courtisane rugissante

Étrange
elle s'alite derrière la mire
de velours orangé
étendant ses bas résille
sur l'enfilade émeraude
du large

Juste une seconde…

Et l'arceau bâillant
aux mille et trois fournaises
calque sa dentelle

Bouche à bouche
perle l'océan


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pouet   
6/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Ah surréalisme quand tu nous tiens...

Du romantisme gore sur fond maritime, c'est sympa.

C'est vrai que les digues sont masochistes au fait, les butoirs de portes aussi... :)

Au plaisir.

   Robot   
6/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte qui passe bien à l'oralité. Et que j'ai apprécié de dire.
J'aime bien les larmes rebondies des digues, l'érosion cutanée de la grève.
D'autres images sont plus artificielles comme les tripes du varech repoussant les cris argentés. J'ai pensé aux amas d'algues sur lesquels s'battent en criant les mouettes et je n'ai pas aimé la métaphore.

   MissNeko   
6/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Un joli poème romantique avec un soupçon de surréalisme. De belles images notamment :

et les tripes du varech
en copeaux de scalpels
repoussant les cris argentés

Beaucoup d imagination dans ce texte.

   PIZZICATO   
6/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'avais pas été séduit par vos précédents textes, n'étant pas très attiré par la poésie surréaliste.
J'ai failli passer sur ce texte mais me suis ravisé.
J'y ai trouvé des images intéressantes comme :
" Trémolo du ponton
sous les larmes rebondies
des digues masochistes "

" la grève offerte au frottis lancinant des bouquets de solens "
j'y ai même soupçonné une pointe dérotisme...

"étendant ses bas résille sur l'enfilade émeraude du large ".

Par contre pour celle-ci " les tripes du varech
en copeaux de scalpels " pas fan.

   Anonyme   
7/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte rythmé, vif, un peu comme le ressac dans mon imaginaire, ou comme un vent marin, qui m'a beaucoup plu.

Je regrette un peu qu'il soit trop court, parce que ce foisonnement d'images pourrait être plus long, un peu comme l'immensité océanique ou maritime ou comme...une longue nuit d'amour.

J'aurai aimé aussi un saut de ligne entre "Etrange" et "elle s'alite" pour poser l'action.

Mais j'ai vraiment aimé ce texte sinon.

   Anonyme   
8/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des associations de mots osées ou risquées (mais plus certainement voulues) conduisant presque à la rupture des images qu'elles créent.
Vos poèmes, entre autre, ont le mérite d'éveiller la curiosité.

   Anonyme   
8/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour bolderire.

J'ai aimé la mélodie de vos vers, et l'impression étrange qu'ils ont produits sur moi.
Un envoûtement allant crescendo, avec en réminiscence des vers de Lamartine, bien que votre style soit celui qui prime, et cependant cette idée qu'il en soit ainsi.
Il y a des expressions comme ça, qui susurrent dans l'oreille des métaphores d'un autre temps, et qui pourtant nous parlent, comme pour dire qu'il y aurait des formules intemporels, d'où la force de votre poème, qui pour moi sait faire passer ce genre de message.
Cette allusion qui plane est difficile à réaliser, et je trouve que vous l'avez très bien fait.
Merci pour cet instant d'apesanteur, ou vous avez su par votre délicatesse d'écriture, transporter mon esprit là où vous vouliez qu'il aille.

   Zoe-Pivers   
10/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'éternité semble bien pâle face à de telles secondes...
C'est une idée, ou c'est très sensuel ?
L'histoire ne nous dit pas si elle a fermé les yeux à la fin :)
J'aime beaucoup ce flou, cette façon d'attraper les images au vol, sans leur casser les ailes.
Merci
Zoé


Oniris Copyright © 2007-2020