Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bonjour : Paul s.d.f
 Publié le 25/10/13  -  5 commentaires  -  760 caractères  -  147 lectures    Autres textes du même auteur

Le rêve, trait d'union entre la rue et le ciel, la misère et la fortune.


Paul s.d.f



Noël ! L’arcade chagrine
Et la pupille aimantée
Paul fait du « rêve-vitrines »
Au clair de la Voie lactée

Un fleuve bleui d’étoiles
Le Nil en apesanteur !
Où Cléopâtre sans voile
L’accueille en ambassadeur

D’Yasmina la joaillière
Son Excellence est l’amant
Ne lui jetez pas la pierre
Il la reçoit diamant

Fini ! Pour lui la maraude
La manche il vient d’acquérir
La Petite Ourse émeraude
Et la Licorne saphir

D’un rubis rose lumière
Morphée lui a fait cadeau
Paul a fermé ses paupières
Le plus pauvre des rideaux

Il dort la voûte se moire
Son patrimoine s’éteint
Mais brille dans sa mémoire
Le plus riche des écrins.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
16/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Pas très heureux ce "D'Yasmina la joaillière", ça donne un soubressaut à la lecture. D'ailleurs ce quatrain me semble le moins réussi, il demeure lourd et relativement incompréhensible.
Sinon le poème est de bonne facture, l'union du clochard avec la voûte céleste plutôt réussie. Je m'interroge néanmoins sur son classement en poésie contemporaine avec ses heptasyllabes régulières et ses quatrains finalement bien classiques.

   LeopoldPartisan   
17/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
vraiment bien ce court texte d'une rare poésie. Des mots simples pour un style assez sophistiqué, je n'en veut pour preuve que ce premier quatrain qui est vraiment une sacré réussite.

"Un fleuve bleui d’étoiles
Le Nil en apesanteur !
Où Cléopâtre sans voile
L’accueille en ambassadeur"

Quelle rythme, quelle force d'évocation. De plus lorsque l'on sait qu'il s'agit d'un clochard, d'un soiffart, l'on ressent intensément ce que brel dans Amsterdam voulait dire lorsqu'il pissait aux étoiles. C'est du rêve à l'état pur.
Il y a dans ce texte une force picturale impressionniste digne d'un Van gogh :http://www.passion-estampes.com/deco/vangogh-terrasse-cafe-80x60cm.html

   Anonyme   
18/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce texte ne manque pas d'intérêt en dépit d'une construction peu fluide. On y distingue quelques images de bonne facture :

Un fleuve bleui d’étoiles
Le Nil en apesanteur !
Où Cléopâtre sans voile
L’accueille en ambassadeur

Ne lui jetez pas la pierre
Il la reçoit diamant

Un rythme nerveux au soutien d'un portrait riche et original.

   PIZZICATO   
25/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Belle trouvaille que ce " rêve-vitrines " au sein de cette immensité.
" La Petite Ourse émeraude
Et la Licorne saphir ". Valeur inestimable de ces "bijoux" : la chance de pouvoir les regarder...
Si les trois dernières strophes, empreintes de poésie, me plaisent beaucoup,la troisième me laisse mitigé; je la trouve un peu... Mille et une nuits.

   motscoeur   
26/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Écriture énergique, énergétique aussi, car il en faut des ressources pour traiter ce sujet! Des mots qui fourmillent et des images astucieuses...

J'aime bien!


Oniris Copyright © 2007-2020