Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Boutet : Lettre de rupture
 Publié le 26/06/24  -  11 commentaires  -  643 caractères  -  183 lectures    Autres textes du même auteur


Lettre de rupture



J'aurai tout entendu, ton mépris, tes reproches
Et subi sans broncher tes propos agressifs,
Des brimades sans fin aux courroux explosifs
Et ces « vents » couronnant mes multiples approches.

J'aurai tout pardonné, tes silences amers,
Les matins sans soleil et les nuits sans étoiles,
Ce soir je n'en peux plus, ce soir je mets les voiles
Pour saisir le printemps et chasser nos hivers !

Je me fous du passé, que le diable l'emporte !
Mon futur loin de toi ? Je le sais déjà sain
Et je vivrai l'instant sans songer à demain.

Sur nos amours déçus je referme la porte.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   cervantes   
8/6/2024
trouve l'écriture
très aboutie
et
aime bien
Poème simple et direct sans pathos inutile décrivant bien les agissements des pervers narcissiques et le seul remède : la fuite!
Pas d'image dans ce poème sauf
Pour saisir le printemps et chasser nos hivers ! qui est pour moi le plus beau vers.

En fait ce poème, bien que possédant la structure et la versifcation d'un poème est une prose bien écite. D'où une certaine frustration à sa lecture....
Néanmoins je le ressens et vous en remercie.

   Lebarde   
8/6/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Une « rupture «  sans concession sans regret, il faut dire que l’autre n’a pas été tendre : « mépris«, « reproches », propos agressifs », «brimades sans fin ». Cela ne pouvait plus « ce soir je n’en peux plus, ce soir je mets les voiles »
Le sujet est violent et fort et la forme classique sans reproche .
Un travail rugueux et rigoureux, j’adhère volontiers.

De la poésie simple sans emphase qui me séduit.

En EL

Lebarde

   Cristale   
12/6/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Voilà qui est dit !
Au bout d'un moment, quand les pansements deviennent inutiles, il faut savoir plier le bagage déchiré des amours déçues et dire adieu.
La voix poétique exprime bien la déception, à la limte de la rancoeur, en 12 alexandrins de bon aloi.

   inconnu1   
16/6/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime un peu
Bonjour,

La forme proposée me semble respectée et c'est déjà un très bon point. Un poème très moderne sur le plan du champ lexical (vents ; je me fous, je mets les voiles...) mais enrobé dans les carcans du classicisme. C'est à double tranchant je trouve. On pourrait saluer la prise de risque, mais personnellement je trouve cela anachronique et finalement je me demande pourquoi avoir choisi une forme aussi complexe pour un message assez prosaique. Mon ressenti reste donc mitigé. Par exemple j'aime bien la deuxième strophe en particulier le 2eme et le 4eme vers, mais je reste circonspect sur le 3eme

Bien à vous

   Polza   
16/6/2024
trouve l'écriture
très aboutie
et
aime beaucoup
Bonjour,

Je n’aimerais vraiment pas recevoir ce genre de lettre de rupture, ça fait mal comme dirait Christophe Maé !

Les allitérations en t,r,p,b,c, renforcent le côté « violent » d’une lettre de rupture, c’est malin, me suis-je dit.

Techniquement, je ne vois rien à redire, tout me semble parfait pour la catégorie classique.

J’ai ressenti une histoire longue, une histoire qui a duré dans le temps. Je veux dire, ça fait lettre de rupture d’adulte, ça ne ressemble pas à une amourette d’adolescent.
Bien sûr, il ya dû avoir de belles choses pour que l’amour existe, mais pour très bien me souvenir de la séparation de mes parents quand j’avais 14 ans, à la fin, il ne restait que les reproches. Je trouve donc que cette lettre de rupture colle très bien à la réalité. Je ne dis pas que des séparations dans le calme n’arrivent jamais, mais les histoires d’amour finissent mal en général (merci les Rita).

« Pour saisir le printemps et chasser nos hivers ! » j’ai beaucoup apprécié l’opposition printemps/hivers.

« Mon futur loin de toi ? je le sais déjà sain » ces mots sont bien choisis je trouve pour faire comprendre au lecteur. (et à la personne que l’on quitte) que cette relation était devenue plus que toxique.

« Sur nos amours déçus je referme la porte. » il n’y a plus d’issue, le chapitre de cette histoire est clos, c’est irrévocable ! Une petite virgule après déçus ne m’aurait pas déplu.

J’aime les histoires d’amour quand elles sont simples, je les aime aussi quand elles sont compliquées ou passionnées, je les aime un peu moins quand elles se terminent, mais votre histoire m’a beaucoup plu.

Polza en EL

   papipoete   
26/6/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
bonjour Boutet
J'ai tout enduré de toi, les revers et les tempêtes, à me faire couler, me noyer sous ta main qui appuie sur ma tête.
je ne veux plus me battre, et finir par blasphémer ; je pars !
NB la couleur de ce que peut être la vie, auprès de celle qu'on a aimée ( non point forcé par quelque mariage arrangé )
l'usure qui devient point de rupture...
la seconde strophe a ma préférence ; cependant, renier ses serments d'amour n'est pas dans ma philosophie.
des alexandrins sans faute ; mais je ne vois pas quelle forme habille ces 12 vers ?

   Annick   
26/6/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime beaucoup
Une lecture agréable même si le propos traite d'une rupture sous la forme d'une lettre. ("Je" et "tu".) Un poème simple de par les mots employés, ce qui ne veut pas dire du tout simpliste.
Les mots sont percutants et touchent leur cible.
Le texte est bien construit. La première strophe évoque les critiques, la seconde, le rejet et les dernières, la résilience, comme un nouveau départ dans la vie.

Il y a peu de métaphores mais après tout le sujet ne s'y prête pas trop. Des expressions toute faites comme "Je mets les voiles", que "le diable l'emporte" : mais elles ne choquent pas dans ce contexte si particulier.

J'ai aimé votre poème car vous m'avez permis d'entrer dans votre univers lors de ce moment fort qu'est une rupture. Simplement et puissamment.

   Quidonc   
26/6/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Le poème que vous avez partagé est empreint d'émotion et de résilience, témoignant d'un désir de libération et de renouveau après une période de souffrance et de désillusion amoureuse. Cela reflète bien l'expression de la libération et de la quête d'un nouveau départ. Il allie simplicité et efficacité pour transmettre son message. Il est puissant dans son expression émotionnelle et bien structuré, peut-être pourrait-il bénéficier de quelques ajustements pour atteindre une plus grande originalité et complexité stylistique. En résumé un bon classique.

   monlokiana   
26/6/2024
trouve l'écriture
aboutie
et
aime bien
Ce que j'ai aimé en lisant ce poème c'est le sentiment que ce sont des paroles longtemps tues et qui enfin sont lachées au bout d'un moment. Mieux vaut tard que jamais.

   Provencao   
26/6/2024
trouve l'écriture
très aboutie
et
aime beaucoup
Bonjour Boutet et bienvenue,

J'ai beaucoup aimé cette lettre de rupture où vous avez fort bien dévoilé les mépris, les reproches en leurs matins sans soleil. La rupture en son silence -là instaure ce soir qui est aussi le lien que l'aigreur et la rancune habitent.

Ce ressentiment où les disgraces se montrent elles-mêmes, est la clef de la vérité, celle dont personne, ne peut se blottir et se dissimuler.

Refermer la porte nous donne l’impression de l’inestimable, de l’illimité


Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Yannblev   
28/6/2024
Bonjour Boutet,

Il y a suffisamment de poèmes déclarations d’amour qu’on peut bien en torcher un sur une déclaration de désamour. Il reste alors à trouver à la fois les mots et le ton pour les dire. L’avantage c’est que les formules n’envoient pas de fleurs parfumées mais des volées de bois vert ce qui permet de lâcher la bride à son propos. La lâcher sans oublier quand même qu’on fait œuvre d’écriture. Ici c’est assez réussi… les portes qu’on referme ainsi ont parfois plus de voix que celles qu’on claque sans autre préambule.

Bon courage et … bonne chance.


Oniris Copyright © 2007-2023