Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
chacalchabraque : As de pic
 Publié le 23/05/22  -  12 commentaires  -  941 caractères  -  164 lectures    Autres textes du même auteur

L'artiste a la vie qui pique avec ses droits d'auteur faméliques, mais la poésie est le miel sur un gâteau de chardons, et son refrain de chanson sur un accord de guitare entraînant, un chama-love en bord de plage.


As de pic



J'ai repas maigre et faim de loup :
D'abord cactus sauce harissante
Puis un lapin ? Nada, des clous !
Ni de douceur très loukoumante.

Tafia d'ortie et porc-épic :
Ventre affamé n'a pas d'oseille.
Dimanche aussi, vipère aspic.
Mais poésie est miel d'abeille,

Comme un gâteau safran poussin.
Ma plume en feu s'encre au pic-vert.
Fait en jets bleus les mots coussins
D'un rouge-azur tournent aux vers.

Tout cela coule en arc-en-ciel.
« Je ne peux pas, j'ai hérisson. »
Ta triste phrase, ange du fiel,
Pourrait blesser le gai pinson.

Si dans ma vie, concourt l'épine
Ma chanson perce en frais crocus
J'invente ainsi, pour ma copine,
Un refrain blanc, fleur de lotus.

Artiste auteur, me voilà riche
De quatre sous – pointe d'humour.
Bourse opulente ou plutôt chiche
L'apport épique est en amour.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
27/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Je n'apprécie guère en règle générale les jeux de mots, et éprouve une réelle prévention contre les poèmes qui parlent du poème, du poète, de l'artiste…
… et j'ai bien aimé votre poème, je lui trouve de la fraîcheur, de la fantaisie, une joie de vivre nonchalante et contagieuse. Ce qui me plaît, je crois, c'est cette déclinaison de mets improbables que je m'imagine fantasmés par le crève-la-faim.

Joli, que je me dis. Un ton espiègle pour dire du pas drôle. Mon moment préféré : les deux avant-derniers quatrains. Même la copine revêche ne peut réellement abattre "le gai pinson" !

   Cyrill   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L’artiste famélique se joue de mots avec bonheur, s’en nourrit même à défaut de manger.
Un poème alerte, plein de fantaisie langagière et d’originalité selon moi, c’est réjouissant et très chantant.
Des expressions baroques aux airs popu dont on devine plus qu’on connaît le sens ( pour ma part ) émaillent le texte, c’est d’une belle inventivité.
Un vrai plaisir de lecture !

   BlaseSaintLuc   
23/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Contrairement à socque,moi j'aime les jeux de mots, le poète à le droit de sa hauteur de faire l'art triste.
C'est le plaisant fleurs de Marguerite, celle de la machine à réécrire , encore et encore le vers de plaire à qui veut bien.

Je verse un " bien+" dans ta sébile

   AnnaPanizzi   
23/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un peu comme socque pas une grande amatrice de jeux de mots mais les vôtres sont rigolos et l'ensemble est bien sympa !

Merci pour la lecture agréable

Anna

   papipoete   
23/5/2022
bonjour chacalchabraque
Certes, les mots jouent à se faire décrypter, avec un degré difficulté 3/4, et malgré mon attrait pour les grilles de mots fléchés ( que je n'ai pas fait depuis 2 jours ) ça fait beaucoup pour aujourd'hui ( après l'asymétrie matinale de Anna, qui m'a tourmenté les neurones ! )
NB la première strophe commençait pourtant bien, et put être du même tonneau, mais la suite se corse et faut s'accrocher au bastingage... ça tangue !
Je ferai donc comme pour Anna, ne mettant pas de note, pour rester entre deux chaises.

   Vert-de-Gris   
23/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un joli rythme bien enjoué qui fait plaisir à entendre !

J'aime beaucoup la succession des images un peu loufoques et drôles qui tu dessines petit à petit. Il y a un côté "bouffonneries" dans le bon sens du terme.

En fait le premier vers m'a immédiatement conquis je l'admets. Je lui ai trouvé une drôle d'efficacité ! Ça rappelle que c'est souvent les premiers secondes d'un discours qui décident tout !

C'est plein de couleurs vives qui s'entrechoquent et j'adore ça ! Merci à toi !

   Provencao   
23/5/2022
Bonjour chacalchabraque,

"Si dans ma vie, concourt l'épine
Ma chanson perce en frais crocus
J'invente ainsi, pour ma copine,
Un refrain blanc, fleur de lotus."


Votre poésie m' interpelle d’autant plus que sous mes yeux émergent une arquelinade, et une piterie dont je ne connaissais et dont je ne peux connaître que quelques éléments qui font dévoiler vos fourberies profondément irrationnelles.



Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Robot   
23/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il n'est pas toujours facile de jouer avec les mots. Bien des auteurs croient qu'il suffit de "calembourder" pour s'amuser à poétiser, rares sont ceux qui sortent avec bonheur de l'exercice. Votre texte lui réussit parfaitement à conférer à ce poème une véritable qualité poétique; certainement parce que les trouvailles ne sont pas téléphonées et que les jeux résonnent en métaphores bien liées au récit.
J'ai presque tout apprécié. Voila les combinaisons ludiques que je trouve le plus parlant poétiquement :

J'ai repas maigre et faim de loup
douceur loukoumante (on imagine bien ce fondant un peu empâtée)
Ventre affamé n'a pas d'oseille
Poésie est miel d'abeille
Ange du fiel
Dans ma vie concourt l'épine

   Pouet   
23/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Slt,

j'ai bien aimé flèche vers le haut cette jonglerie des mots, ce cirque sémantique où l'on se joue plus qu'on ne joue. De l'ironie, de la désinvolture et de la finesse et pourquoi pas - de la finesse. Un regard porté assez détaché, travaillé dans le jemenfoutrac et des vocables qui s'attachent à leur écho, qui semblent bien s'entendre, s'amuser ensemble. Et le lecteur en bénéficie, en apostrophe de la substance.

   Miguel   
23/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La misère peinte avec un peu de distanciation et d'humour, nous évitant ainsi les élans fastidieux du pathos. La figure classique de l'artiste affamé, du poète crotté, est renouvelée ici par les jeux sur les mots et les sonorités. On s 'amuse.

   Cat   
24/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mourir de faim n'a rien de gai, pourtant ici c'est entraînant.
La faute à cet accord de guitare qui rend la rime si joyeuse, si inventive... (j'ai tenté la chanson sur les accords de "knockin on heaven's door" : sol - ré - la mineur - do)

Et puis, un « chama-love en bord de plage », quoi de plus romantique ?

Bravo à ce poème miel d'abeille posé sur les chardons les plus ardents. Avec ses jeux de mots percutants et pleins d'une délicieuse poésie, il adoucit considérablement les affreux gargouillis d'un estomac criant famine.

Allez, encore une part du « gâteau jaune safran poussin » !...

Merci Monsieur l'Artiste au pseudo imprononçable.

Cat

   Ascar   
24/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un style qui m’a porté de bout en bout sans pause. Baladé entre les jeux de couleurs, les jeux de mots par cette écriture désaxée, j’en suis sorti gai comme un pinson. Un instant vraiment rafraîchissant.


Oniris Copyright © 2007-2022