Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Coralie : Une larme
 Publié le 11/03/19  -  8 commentaires  -  952 caractères  -  163 lectures    Autres textes du même auteur

De branches de lilas
De boules de mimosa
j'ai rapiécé mon coeur
Il était tout troué


Une larme



Pour libérer la souffrance
Pour créer la présence
Pour entendre une voix
Pour dire rappelle-toi

Avril toute en douceur
Ravive les douleurs
Le chagrin ressurgi
Le lilas a fleuri

Arbuste aux charmes infinis
Amour, jeunesse, pureté à la fois réunis
Des fleurettes minuscules en grappes de raisin
Sensation d'un baiser qui effleure la main

Une symphonie de blanc, de rose, de violacé
Séduit de ses couleurs les massifs et les haies
Chaque pétale dévoile sa beauté
Dans une valse lente semble nous emporter

Un parfum subtil, délicat
Enveloppe le corps nous prend dans ses bras
Diffusant des fragrances précieuses, envoûtantes
Comme un vin capiteux aux vapeurs délirantes

À chaque printemps
Dans l'odeur des lilas
À chaque hiver
Dans celle du mimosa
Dans ces fleurs tant aimées
Ton sourire sera là


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   INGOA   
15/2/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Je n'arrive pas à prendre du plaisir en lisant une poésie dont les strophes ont une musicalité bancale, cet effet étant d'autant plus marqué par un manque crucial de ponctuation là où elle serait vraiment nécessaire.
Une recherche de préciosité qui, de surcroît, dévalorise l'ensemble… La dernière strophe étant trop perfectible (Dans l'odeur des lilas… Dans celle du mimosa Dans ces fleurs tant aimées…).

   lucilius   
20/2/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne parviens pas à facetter cette larme des sentiments qu'elle est sensée transmettre, surtout quand des branches de lilas ou boules de mimosas sont appelées en renfort de séduction.
La cinquième strophe se noie dans des adjectifs sirupeux (subtil, délicat, précieuses, envoûtantes, capiteux, délirantes).
Une "distillerie" qui me laisse un peu sur ma soif.

   Corto   
11/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Ce poème si fleuri chercherait-il à trouver dans la nature et son renouvellement une consolation à la souffrance et au chagrin ?

Certainement mais les images sont trop tournées vers cette nature revivifiante et le lien avec le propos de départ s'échappe vite dans les nuages.

On peut apprécier "Arbuste aux charmes infinis Amour, jeunesse, pureté à la fois réunis" mais à trop insister "Des fleurettes minuscules en grappes de raisin" on a du mal à être convaincu par "Sensation d'un baiser qui effleure la main".

Dès la quatrième strophe apparaît le "nous" du couple, mais le "vin capiteux aux vapeurs délirantes" semble plutôt artificiel.

La consolation par la nature est présente au final puisque "Ton sourire sera là".

Au total on aurait apprécié plus de sobriété pour porter ce thème d'une nature rédemptrice.

A vous relire.

   papipoete   
11/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
bonsoir Coralie
" une larme " de ceci ou cela... ou " une larme " à cause de ceci ou cela " ?
Je vous lis attentivement, afin de dessiner les contours de ce que vous évoquez ; mais je reconnais honteusement, ne pas arriver à vous suivre !
Il me faudrait un " fil d'Ariane ", le tenir fermement jusqu'à ce " sourire qui est là "...
NB au 6e vers, à moins de m'égarer ; " tout/e en douceur " me surprend ?
En " libre ", la ponctuation peut être absente, mais vos strophes s'allongent à la 3e, et il devient difficile de s'en passer !
Votre poème me déroute !

   senglar   
12/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Coralie,


J'ai trouvé ce poème charmant, délicieux ; pas même naïf, délicat, printanier. Il embaume le printemps, le renouveau (certes pas la naïveté). De plus j'adore le lilas et il est avéré que son parfum est capiteux ; ce poème me renvoie à mon jardin, au jardin de mon enfance et à celui que j'ai tenté de recomposer adulte, qui me permet de me recomposer aujourd'hui et me donne un sentiment d'immuabilité à défaut d'éternité.

Merci pour ce bouquet, le lilas au mimosa lié, qui donc pourrait résister à un tel bouquet ?...

senglar

   Vincente   
12/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai beaucoup aimé l'atmosphère qui embaume ce poème et la relation à l'être aimé. Les fleurs et leur fragrance qui raniment et ravivent le souvenir amoureux sont de délicats vecteurs d'émotion. Le champ d'expression emprunte un lexique lyrique, mais sans préciosité, le phrasé assez intuitif se lit simplement comme il vient, l'ensemble offre une lecture agréable.
Peut-être trouverai-je regrettable que ce propos qui évoque une passion, bien que plutôt lyrique, ne soit pas plus emporté ; j'ai l'impression qu'il se complaît sensiblement dans la mélancolie et perd une part appréciable de sa force émotionnelle. Ou peut-être que le souvenir est plus tendre que puissant et dans ce cas, je comprendrais mieux son côté plus doux que passionné.
D'autre part je vois deux termes dont le titre qui disent larme et souffrance, mais je ne décèle rien qui me disent s'il y disparition ou simple séparation de l'être cher, or cela aurait mieux permis d'apprécier l'intention poétique.

   STEPHANIE90   
12/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Coralie,

le souvenir d'un amour heureux et malheureux qui laisse en passant le manque dût à l'absence qui a suivi celui-ci.
Un petit coté naïf, charmant, aérien... (sourire) que j'aime bien !
Une première strophe pas vraiment poétique dont je ne vois pas vraiment l'intérêt !?!
"Rappelle-toi" aurais largement suffit en préambule pour moi.
Ce qui suit est pour moi agréable à lire, et j'y ressent toute l'émotion, le manque et la beauté de ce souvenir.

Merci pour ce partage tout en douceur,

StéphaNIe émue à l'odeur des Lilas...

   Davide   
12/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Coralie,

Un poème presque trop mielleux, qui reste peut-être un peu trop dans la description. Et qui n'interroge pas assez.
Des hyperboles ("charmes infinis"), des pléonasmes ("fleurettes minuscules"), des jeux de mots ("toute en douceur", avec un "e" à "toute"), et beaucoup d'expressions très/trop romantiques.

Je trouve le poème plutôt bien écrit, même s'il lui manque quelques virgules, mais son charme me paraît trop convenu, si je puis dire.
Il manque à ce poème quelque chose de plus personnel, quelque chose qui interpelle.

Je n'ai pas vraiment été séduit pour les raisons que je viens d'évoquer, mais j'ai trouvé le poème "mignon tout plein", empreint d'une touchante tendresse et d'une belle sensibilité.
A voir, je l'espère, dans un autre écrit.

En tout cas, merci du partage,

Davide


Oniris Copyright © 2007-2019