Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
corbivan : Maintenant je voudrais
 Publié le 09/06/17  -  13 commentaires  -  656 caractères  -  195 lectures    Autres textes du même auteur


Maintenant je voudrais



Des semailles claires
Des mots réconfortants pour les enfants
Des agendas fleuris de sentiers
La mer murmurant au creux de mon oreille

Me connaître
De la forêt à la colline ensoleillée
Que mes pas brillent de l’arpenter
Je voudrais n’être qu’un marcheur

Des amitiés incorruptibles comme la pierre
Que les animaux soient pardonnés
Vivre encore quelques jours
Pour y savourer l’éternité

Une rivière peuplée d’ors et d’argents
Des oiseaux dans le ciel par milliers
Les hommes vaincus d’humanité
Et la peur morte dans le jour

Et la peur morte dans le jour.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
20/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Que de beaux voeux dans ce poème !
Une lecture tout à fait agréable, juste, il me manque ( ressenti tout à fait personnel bien sûr!) un p'tit -je ne sais quoi- que je ne parviens pas à définir là, tout de suite , peut-être, que le poème soit moins :- généraliste - ? peut-être, des voeux encore plus :-fous- ? enfin, quelque chose de cet ordre-là, je crois !
Ceci dit, le texte est intéressant comme il est, mais qu' en fouillant un peu plus vous auriez pu gagné en force ?
J' aime beaucoup: " des agendas fleuris de sentiers" l' image est très belle !
Merci en tout les cas du partage
et à bientôt de vous lire

   socque   
30/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce poème m'a séduite comme malgré moi, parce que d'ordinaire je n'aime pas les anaphores ; une bonne idée d'avoir placée celle-ci dans le titre, sous-entendue en tête de presque chaque vers.

Pourquoi avoir répété la formule "Je voudrais" ici :
Je voudrais n’être qu’un marcheur
? Pour moi, cela casse quelque chose, induit une sorte d'insistance "de trop".

Certains vers ressortent, pour moi, les semailles claires, les amitiés incorruptibles ("comme la pierre", je ne suis pas sûre que cela apporte quelque chose, d'autant que la pierre aussi se délite, même s'il faut des millions d'années pour cela). Très belle fin, je trouve, à partir de la rivière.

   papipoete   
9/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour corbivan,
je voudrais pour les jours qui me restent à être sur terre, ne plus connaître la peur de la mort, rêver qu'avant de partir, la sérénité m'habite ; regarder le flot d'un ruisseau brillant d'ors et d'argent .
NB l'auteur se fait chantre de paix et d'amitié, et voit dans ses pensées un monde idéal, où la peur ne dure que le temps d'un jour .
Les truites d'or et les ablettes d'argent se côtoient, et le ciel zèbre son azur d'oiseaux par milliers ...

   Michel64   
9/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un beau poème dans l'ensemble.

Quelques images m'ont moins parlé comme :

Des agendas fleuris de sentiers
Les pas qui brillent

De même, de quoi faut t'il pardonner les animaux ? Plutôt pardonner aux hommes l'usage qu'ils en font.

La rivière peuplée d'ors et d'argents fait un peu déjà vu.

J'aime beaucoup le dernier vers.

Merci pour le partage

   PIZZICATO   
9/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
<< borné dans sa nature, infini dans ses voeux..>>
Un texte agréable avec des images intéressantes
" Vivre encore quelques jours
Pour y savourer l’éternité "
" Et la peur morte dans le jour."

Par contre: " Que les animaux soient pardonnés " là je pense qu'il y a inversion ....

   Pouet   
9/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bsr,

Un poème qui fait un peu "liste de courses" mais qui donne tout de même envie d'acheter.

Il me donne l'impression d'avoir été écrit et six minutes et demi et d'une traite mais c'est loin d'être un reproche. D'autant qui si ça se trouve l'auteur planche dessus depuis 9 ans. ;)

Non c'est sympathique et touchant, ça sonne vrai, c'est plaisant et simple. Simplement plaisant.

   funambule   
10/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suis sous le charme de ce petit poème qui, avec une simplicité déconcertante remue les choses là où ça fait mal tout en procurant un plaisir étrange, oublié. La vie tanne la mémoire, les sentiments, arase la merveilleuse simplicité des choses. Tout est dit par la suggestion et je me suis doucement laissé emporter. Une perle à polir soi-même !

   leni   
10/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour ZOISEAU
Je voudrais nous dit bien qu'on est au conditionnel Il y a un choix de belles images

des agendas fleuriis...

Je voudrais n’être qu’un marcheur

Vivre encore quelques jours
Pour y savourer l’éternité


Les hommes vaincus d’humanité
Et la peur morte dans le jou



Agréable à lire et bien écrit SALUT amical LENI

   Cristale   
10/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Et la peur morte dans le jour"

Un poème d'une douceur à faire fondre le coeur le plus dur.
Marcher sur les sentiers, entendre le murmure de la mer, voir le ciel peuplé d'oiseaux, des rivières aux eaux scintillantes et vivre encore quelques jours disent les vers, c'est si peu d’exigences que l'éternité attendra bien encore un peu.

Deux lignes dont je n'ai pas bien saisi le sens mais en relisant, peut-être saurai-je les comprendre.

Du vers final isolé en écho émane un prisme émouvant qui se diffuse sur le corps du poème.

Merci pour cette agréable lecture.

Cristale

   Robot   
10/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Quelques métaphores éloquentes me font apprécier l'esprit de ce texte.
"Des agendas fleuris de sentiers"
"Les hommes vaincus d’humanité
Et la peur morte dans le jour"

Comme de la tendresse dans beaucoup de vers.
J'aime moins la 2ème strophe, mais l'ensemble est plaisant.

   Dynamot   
11/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bien, bon qu'on se le dise...cet écrit sans prétention a la pré-tension d'un bonhomme qui en a gros sur le cailloux ! La liste est longue me semble-t-il , il a fallu que tu fasses des choix entre des images bateaux ( du style une rivière peuplée d'or et d'argent ) et d'autres images qui ne nous mènent pas en bateau : les hommes vaincus d'humanité. Finalement c'est à ces hommes convaincus que tu t'adresses , je crois ...n'est ce pas ?
Que les animaux soient pardonné...nous sommes aussi des animaux , ne l'oublions pas , qui avons des montagnes d'aberrations à se faire pardonner !
Un peu d'idéalisme ne fait de mal à personne...après l'Imagine des Scarabées , il y a Maintenant je voudrais de Corbi ...

   Marie-Ange   
11/6/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je vous ai lu et relu, avec plusieurs jours d'intervalles. Jamais besoin de ce recul pour conforter mon ressenti.

C'est un très bel écrit, touchant. Dès la première strophe vous m'avez embarqué. Je ne saurais trop en dire sur cet écrit, le sentiment de partage vient au fil des vos mots lus, je suis dans l'écoute silencieuse pour ne rien perdre de ce qu'ils expriment avec élégance.

Cependant j'avoue avoir été un peu "dérouté par "Et la peur morte dans le jour" répétée, comme pour convaincre avec insistance, cette nécessité exprimée. Mais cela n'enlève rien à la qualité de l'écrit, bien au contraire, il la renforce.

   corbivan   
12/6/2017


Oniris Copyright © 2007-2017