Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
corbivan : Toi comme une eau vive
 Publié le 23/12/17  -  12 commentaires  -  890 caractères  -  196 lectures    Autres textes du même auteur

À A.C.


Toi comme une eau vive



Toi comme une eau vive

Un indice de l’au-delà de nous

Si proche

Au-delà de moi

Tu connais mon amour
Tu ne l’emportes pas

Tu es l’autre de ma légende

Un mythe, un guide

Mon graal est déjà ta voix

Toi, la mystique alliée de mes pas

Même de ma boiteuse démarche
Tu es celle qui jamais ne se détourne
Avec la sagesse d’un peuple, et la souffrance
Et la source de ta joie

Fragilement je te fais face

Ton regard m’innocente
Depuis l’enfance jusqu’à ce jour

Partageant cet espoir
Du retour en mon pays
Étranger perpétuel, tu me ramènes

Avec des mots

Tantôt des épées bleues
Tantôt tes mains ouvertes
Tantôt contre nos cœurs

Toujours dans le partage de la plus haute douleur.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BeL13ver   
11/12/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Un poème d'amour, qui perd son souffle au fil des vers. Il ne suffit pas d'écrire sans rimes pour faire de la poésie libre ; encore faut-il que ce soit de la poésie... J'ai du mal à comprendre l'intérêt d'un tel texte, même si certains passages ne manquent pas de beauté, même énigmatiques (comme "Ton regard m'innocente/ Depuis l'enfance jusqu'à ce jour"). J'ai vraiment beaucoup de peine à apprécier la chute, trouvant la "plus haute douleur" particulièrement peu harmonieuse...
Beaucoup d'expressions sont poétiques, seules à seules, mais l'ensemble manque de liant, et trop de maladresses me paraissent poindre de ce texte... C'est bien dommage !

BeL13ver, en Espace Lecture

   Marite   
23/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Corbivan. Difficile de mettre en mots la perception que j'ai de ce poème, la seule chose que je peux dire c'est qu'il contient "quelque chose" de très important. Enfin c'est ce que j'ai ressenti en terminant ma lecture. Chaque vers "parle" et "porte" de très belle manière un peu de l'inexprimable qui est en vous.

   bipol   
23/12/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour corbi

je ressens de ce texte une puissance

une merveilleuse déclaration d'amour

des mots qui touchent l'indéfinissable

tout cet inatteignable que l'on ressent dans l'autre aimé

j'ai adoré

   PIZZICATO   
23/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai un peu de difficulté à émettre un commentaire précis sur ce texte.
Sans nul doute, c'est un hommage à l'être aimé ; mais au delà de ça, je ne parviens pas à explixer certaines images assez hermétiques, à mon avis.
" Mon graal est déjà ta voix "
" Avec la sagesse d’un peuple, et la souffrance "
" Ton regard m’innocente
Depuis l’enfance jusqu’à ce jour " ...

Mais tu sauras très certainement dissiper mon questionnement.

   leni   
23/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
salut CORBI
C'est une superbe déclaration d'amour

Tu es l’autre de ma légende

Un mythe, un guide

Mon graal est déjà ta voix

Les images sont choisies et nuancées

Ce qui est exprimé pour décrire le ressenti de la vie m'échappe un peu

J'y trouve une angoisse certaine Tu nous éclaireras Certainement
Mon salut amical LENI

   Provencao   
23/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'avoue qu'à la lecture de cette poésie je me suis demandée est-ce de la provocation? De l'inconscience? Ou de la maladresse?

Une poésie magmatique, au caractère bouillonnant d'où jaillissent mots, verbes et adjectifs...

Entre le mythe et le partage, le texte se disloque. Vire à la legende au mystique, légèrement brutalisés par de spectaculaires digressions.

Penche dans le fantastique, possédé par des "mots, des mains" en puissantes visions.
Bascule dans l'onirisme et le fantastique, possédés par de puissantes visions. Se niche dans l'impénétrable structure de la poésie.

Comme si la derision volait en éclats..

De quelle bizarre poésie s'agit-il ?

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
23/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonsoir corbivan
j'aurais voulu être à votre place et écrire ces mots qui me touchent particulièrement, surtout dans la strophe aux 4 vers !
C'est bien écrit et aucun vers ne boîte, et surtout pas ceux " des mots tantôt ... épées bleues:mains ouvertes/contre nos coeurs " .
Un poème/confidence qu'on a envie de dire très fort, plutôt que susurrer !

   Jano   
23/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Ça fait longtemps que je voulais commenter un de tes poèmes, ma dernière appréciation, sur une nouvelle (un clochard), remonte à bien loin.
Aïe, je ne suis pas tombé sur le bon ! Pas de chichi entre nous, je suis carrément resté à côté de la plaque. D'emblée, le deuxième vers "Un indice de l’au-delà de nous", heurte l'esthétisme des mots tel que je le conçois sans parler de ma compréhension. Qu'est-ce que ça peut bien signifier ?
Je me creuse la tête pour trouver un sens, poursuivant ma lecture, mais m'enfonce encore plus dans un flou total. J'abdique devant le quatrain, perdu par toutes les images que tu essaies de retranscrire.
Définitivement largué, il m'est impossible d'apprécier une poésie qui te parle sans doute beaucoup mais, je crois, ne s'ouvre pas assez vers l'autre. Le langage y est trop personnel.

   Tankipass   
24/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Un poème intimiste qui me laisse étranger à son univers... J'ai plus l'impression de lire une bribe de conversation qui ne me regarde pas plutôt que de lire un poème. Si j'étais dans la confidence peut-être que cela me toucherait mais là non...

Le but ne serait pas de tout expliquer, mais de créer un univers poétique, quelque chose d'entier, même quitte à être plus nébuleux sur le fond.

   corbivan   
23/12/2017

   emilia   
27/12/2017
Merci à vous pour ce témoignage fort « d’une véritable rencontre avec l’autre », dans cette élévation, cette exaltation qui consiste « à le connaître comme soi-même » à travers la démarche philosophique et spirituelle de Martin Buber (que vous me permettez de découvrir) qui cultive la parfaite « réciprocité du donner et du recevoir » dans une communion de pensée, une éthique exigeante de la relation à l’autre sublimée par vos mots inspirés « Toi comme une eau vive… », sous la forme émouvante d’une dédicace mythique avec ce « toi » anaphorique et incantatoire, « Toi, la mystique alliée de mes pas » semant les indices d’une religiosité qui conduisent le « Je » au « Tu », au-delà du « Nous » dans un partage d’espoir malgré la séparation, dans le rayonnement d’un regard échangé comme une grâce, une force de persuasion, un éveil et un retour à la source qui justifient le fait de puiser dans l’eau vive originelle pour une nouvelle naissance redonnant à l’âme son innocence… ; si la démarche peut paraître maladroite(ma boiteuse démarche), elle ne fait que renforcer le trouble éprouvé par cette déclaration et l’authenticité de son expression…

   Marie-Ange   
31/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce que je retiendrai de cet écrit, est cette phrase :

" Toujours dans le partage de la plus haute douleur. "

Peu de personnes ont cette capacité de pouvoir, de vouloir
"partager", la "douleur", et ces mots ont une résonance
bien particulière, parce que cela peut changer le cours
d'une vie.

Ce texte rend à ce "Toi", un hommage délicat et émouvant, surtout
lorsqu'il déclame "Toi comme une eau vive" ou encore "Au-delà
de moi".


Oniris Copyright © 2007-2017