Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Cristale : L'aube sans sommeil
 Publié le 10/06/18  -  13 commentaires  -  516 caractères  -  387 lectures    Autres textes du même auteur

Dizain d'Espinel.


L'aube sans sommeil



Assise sur mon lit, le jour tarde à venir.
La lune allonge l'ombre au plafond de la chambre ;
Un pastel imprécis se dessine et se cambre,
Le silence en écho d’un lointain souvenir.

Je vogue sur le songe et voudrais retenir,
D’un portrait qui s’anime aux traits flous d’un visage,

Un frisson, une voix, l’éther d’un paysage,
Le secret d'une étoile, un murmure anodin,
Quand résonne ton pas, mon tendre baladin,
Sur l’aube sans sommeil que la nuit nous présage.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
31/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Peu instruite sur le classique, je ne sais pas quelles sont les caractéristiques du "dizain d'Espinel".
J'ai cherché sur le net mais n'ai pas trouvé (assez rapidement...) de réponse.
Mais peu importe ce poème constitué de ces 10 vers est délicat et habile.
Le titre et l'entame laissent supposer une insomnie, mais, entrant plus dans le poème, sensualité et douceur s'invitent de manière harmonieuse, pour ce beau final où l'on comprend que l'acte d'amour éloignera le sommeil.
Le passage de ce "je" à "nous" est très élégant.

Merci pour ce partage.
Éclaircie

   eskisse   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé la mise en mouvement de cette nuit animée grâce aux verbes de mouvement comme si elle annonçait ce que l'aube réserve au couple. Le verbe " se cambre" dans le vers : " Un pastel imprécis se dessine et se cambre" me semble être un indice de la chute à venir.

L'énumération des éléments du songe crée un bel effet de retardement.
Et l'amour se prépare dans une douceur prometteuse : " Sur l'aube sans sommeil que la nuit nous présage."

Merci

   papipoete   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Cristale
<< approchez mesdames et messieurs ; regardez ce qu'aujourd'hui je vous propose ; un dizain de Mr Espinel ! >>
Il parle d'une femme qui dessine du regard au plafond, assise sur son lit, une oasis où ses souvenirs lointains la font rêver ; mais bientôt le songe devient réalité ; l'objet de toutes ses pensées s'avance et sur elle se penche, pour une nuit sans sommeil ...
NB on pourrait croire que le " tendre baladin " s'est fait désiré, mais je suis persuadé que l'héroïne ne l'a pas vu depuis au moins " un tour de lune " ...
J'aime bien dans cette figure poétique, l'embrassement des 4e et 5e rime, puis celui entre la 6e et 7e rime .
Avec le votre de l'aube, le mien de Provence, ces frissons courent sur Oniris avec grand plaisir !

   PIZZICATO   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suppose que le " dizain d'Espinel " est cette découpe : quatrain- distique- quatrain (?).
Au fur et à mesure de ses publications, la maîtrise en versification, de Cristale, ne fait aucun doute.

Cette "aube sans sommeil " me semble désigner les réminiscences " d’un lointain souvenir "; " les traits flous d’un visage " qui va hanter la nuit.

" La lune allonge l'ombre au plafond de la chambre " belle image.

   jfmoods   
11/6/2018
Ce poème en alexandrins, à rimes embrassées et suivies, suffisantes et riches, composé d'un quatrain, d'un distique et d'un second quatrain, est, comme l'indique l'entête, un dizain d'Espinel.

Le premier vers met en scène l'attente de la locutrice au coeur de la nuit (position : "Assise sur mon lit", allégorie : "le jour tarde à venir"). Comme sur la toile d'un peintre, une fantasmagorie, sensuelle, s'ébauche (personnifications : "La lune allonge l'ombre au plafond de la chambre", "Un pastel imprécis se dessine et se cambre", assonances en a et an, allitérations en l), sur laquelle on s'embarque avec ravissement ("Je vogue sur le songe"). De vagues contours s'esquissent (groupe nominal élargi : "Le silence en écho d’un lointain souvenir.", verbe pronominal : "un portrait qui s’anime aux traits flous d’un visage", énumération : "Un frisson, une voix, l’éther d’un paysage, / Le secret d'une étoile, un murmure anodin"), fuyants (modalisation : "voudrais retenir", allitérations en s et z).

Comme par magie, l'arrivée de l'Aimé répond à la charge fantasmatique de ce rêve éveillé (métonymie assortie d'une inversion du sujet : "résonne ton pas", adjectif qualificatif : "mon tendre baladin"), ouvrant la perspective de douces retrouvailles (allégorie : "l’aube sans sommeil que la nuit nous présage").

Merci pour ce partage !

   Hananke   
11/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Un dizain sympathique mais qui n'atteint pas, pour moi, la dimension
poétique du dais de l'aurore.
Mais bon, vu les talents de l'auteur, nous avons souvent les désirs
du summum, alors que ce poème reste quand même de bonne qualité.

La forme n'éteint pas la poésie et c'est l'essentiel.

   Anje   
11/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Aucune ombre dans le charmant tableau de cette vestale rêveuse sur son lit devant les jeux de lumière lunaire. Elle entretient le feu poétique, le plaisir de la lecture.
En murmure d'étoile, un remède anodin.

   leni   
11/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour cristale
Je m'enrichis des différentes formes de tes poèmes qui tous laissent la place à de belles images
e vogue sur le songe et voudrais retenir,
D’un portrait qui s’anime aux traits flous d’un visage:un frisson une voix le secret d'une étoile ....
Cette façon de pouvoir tout dire est une trouvaille

CES deux
derniers vers vers sont merveilleux



Quand résonne ton pas, mon tendre baladin,
Sur l’aube sans sommeil que la nuit nous présage.



MERCI Bravissimo AMITIES LENI

   Vasistas   
11/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonsoir,
Cette attente nocturne est très belle, mais viendra il ?
On attend la suite, c'est très excitant, tellement sensuel et maîtrisé.
On ne se pose pas la question, d’où il vient et ce qui l'a fait toute la nuit le baladin pour n'arriver qu'au petit matin. On se demande si ça a bien finit, on l'espère ...
merci pour ce doux partage, et cette très réussie écriture

   sympa   
12/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Tant de choses dites dans un poème à la fois court mais riche en images, avec une aisance incroyable, votre plume, Cristale, est dorée à l’or fin !
Bravo et merci pour le partage !

   Vincendix   
12/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Cristale,
Dix vers lumineux au son cristallin, artistiquement ciselés…
C’est aussi une aquarelle aux teintes douces, aux formes éthérées…
Vincent

   erratum   
12/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour, Cristale !

Encore un superbe poème, ce dizain !
Cependant, je trouve que le premier vers est bizarre : "Assise sur mon lit, le jour tarde à venir" présente une rupture car on ne peut rapporter les deux hémistiches, le jour n'étant pas le sujet de la première partie.. Je me fais sans doute mal comprendre...
Sinon, tout est délicat et parfait...
Amicalement, D.

   fried   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime cet éveil en douceur et la venue du tendre balladin. Pas de mots compliqués une description un ressenti et cela fait son effet.
Bravo


Oniris Copyright © 2007-2018