Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Cristale : L'invitation
 Publié le 30/06/20  -  23 commentaires  -  606 caractères  -  546 lectures    Autres textes du même auteur


L'invitation



Vous savez bien, très cher, que le plus tendre mets
Sans un long mijotage
Serait tristement fade et, voyez-vous, je mets
Tout mon cœur à l’ouvrage.
 
Soyez donc patient même si, je l’admets,
Votre faim semble sage,
Je saurai divertir vos appétits gourmets
Aux fruits de mon corsage.
 
Pour attiser la flamme, un baiser soutenu,
Comme du sel dans l’âtre, inscrirait au menu
Le piment de vos lèvres.

Après l’amuse-bouche et son bouquet divin
J'ai peur que, mon ami, bonne chère et grand vin
N’avivent quelques fièvres...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
11/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Très joli sonnet layé plein de sous-entendus : c'est une bonne
invitation à laquelle je serais prêt à répondre...mais cessons
de fantasmer.
Il semble me souvenir que Rimbaud utilisa, jadis, cette forme
spécifique, mais peut-être d'autres, également.
Très belles rimes, rien à dire sur la forme.

   Miguel   
14/6/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Ce poème file la métaphore coquine avec quelque bonheur, certes, mais le procédé est tellement éculé que l'entreprise y perd de son charme. Une forme originale de sonnet irrégulier cependant, avec cette bonne idée, pour les tercets, de n'amener l'hexasyllabe qu'après les deux alexandrins, à la différence des quatrains. C'est une bonne adaptation au changement de structure qui intervient dans le sonnet.

   Eclaircie   
15/6/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Un poème gourmand et sensuel.
Je ne suis pas très amateur de ce genre (ou trop exigeante).
L'ensemble me paraît assez convenu.
La rime "sage" "corsage" est certes riche mais j'avoue y être un peu allergique.
"Mijotage", dans son sens ancien signifie aussi traiter de manière caressante mais n'a pas une sonorité vraiment agréable.
Alors oui, cuisine et fleuretage sont présents et tout le vocabulaire en est le reflet.
Mais j'avoue être restée sur ma faim.

Merci du partage,
Éclaircie

   Lebarde   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les jeux sexuels décrits avec un vocabulaire culinaire, rien de très original, pourtant l'auteur(e) a su donner un renouveau et une fraîcheur pimentée, plutôt plaisants au sujet.
Une "Invitation" à laquelle bon nombre de lecteurs sont prêts à succomber!
Il s'agit bien d'un sonnet( enfin je crois) avec alternance alexandrins/hexasyllabes d'un bel effet.
Peut être une diérèse un peu forcée au vers cinq pour assurer la métrique?
A regretter aussi les rimes "mets" des quatrains.

Peut être je ne suis pas spécialiste. A voir donc avec ceux qui le sont.

Ce poème enjoué peut séduire et je le suis.

Ed (le 30/06) :je ne comprends pas bien comment il faudrait reprocher à un poème présenté en classique, d’être superbement classique sinon par fait qu’il n’y a pas d’argument pour le déclasser!
Ne gâchons pas notre plaisir.

Merci
En EL

Lebarde

   sympa   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Cristale,

Que c'est joliment écrit cette invitation au plaisir charnel que bon nombre de ces messieurs ne sauraient probablement décliner.
C'est beau, élégant et j'oserais dire parfaitement assaisonné pour satisfaire les papilles du chanceux si habilement convoité.

Laissons mijoter..

Un réel plaisir de lecture .

   Corto   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Aucun doute la recette est bien maîtrisée.

Exiger un "long mijotage" est un peu pervers mais peut aiguiser l'appétit.

Le déroulement des opérations fait un peu souffrir avec "l’amuse-bouche" alors qu'on ne pense qu'au dessert...

Bravo pour cette coquinerie si bien façonnée.

   papipoete   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour Cristale
je suis en train de vous préparer un mets, dont vous me direz des nouvelles ! mais avant, savourez mon cher cette entrée que vous trouverez dans mon corsage...Oh !
NB comment résister à cette invitation, où l'on voudrait être l'heureux élu !
Et notre auteure, que certains goujats lapidèrent, pour une soi-disante médiocre plume pour parler de ces choses-là, nous enjôle, à rougir comme tomate !
Comme c'est bien dit ! si érotique mais angélique à la fois !
Je ne " copine " nullement avec notre amie, mais comment lui dire mon émerveillement autrement que " chapeau bas " Madame !
Pas possible de choisir un passage, tout est si délicat, du velours...
je ne connais pas cette forme de sonnet, et n'ai point l'audace de vérifier ( après avoir trouvé son nom ) s'il boite à quelque endroit !
Nous inviterez-vous à nouveau à votre table ? si oui, je réserve dores et déjà ma place !

   Annick   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Cristale,

Voila un poème guilleret qui me donne le sourire de bon matin.

J'aime ce "je/vous" et ces "vous savez bien, très cher/voyez-vous/soyez donc/j'ai peur que, mon ami/qui interpellent le gourmand et l'invitent à patienter afin de profiter de la bonne chère/chair et d'en tirer un plaisir décuplé. Les tournures sont un brin désuètes et parlent d'un autre temps où l'amour se dégustait à la petite cuillère.

La métaphore filée sur le thème du fin repas, de l'exquis festin, est délicieuse. Celle-ci est déclinée tout au long du poème en un champ lexical qui ne peut que mettre l'eau à la bouche de ce gourmet, tout en tempérant ses éventuelles ardeurs.

La narratrice se fait tour à tour manipulatrice, charmeuse. Elle domine : l'amour est un mets, l'amoureux, un convive qu'il convient d'initier.

Ce sonnet irrégulier sied bien à cette invitation.
Les hexasyllabes, comme une rupture dans le rythme, viennent exacerber le désir de ce convive si particulier.

Cette coquette est redoutable. Maîtresse de maison et maîtresse tout court, elle sait jouer sur les deux tableaux.

Un poème que j'ai eu plaisir à lire et à commenter.

Merci !

   ANIMAL   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que voilà un poème joliment coquin. Fluide et mélodieux, il dit ce qu'il a à dire sans fioritures, mais avec les formes.

Ce texte frais et sautillant est bien tourné et se déguste avec le sourire.

Bravo.

   Malitorne   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Aurais-je la prétention de croire, chère Cristale, que ma poésie inspirée de Pierre Louÿs vous a donné quelques idées ? Si ce n’est le cas, pardonnez-moi, mais de petits indices me font penser que c’est peut-être le cas. N’y voyez nul reproche, bien au contraire, je suis ravi qu’une poétesse de votre dimension se risque du côté chaud de la passion. Et encore, je trouve que ça reste un peu sage, plus d’indécence aurait été bienvenue à mon goût.
Quoi qu’il en soit j’aime bien la forme que vous avez employée, que je ne saurais nommer, mais qui donne un rythme enlevé à l’ensemble. Et le rythme, dans ce type de situation, est particulièrement important vous en conviendrez  !

   rosebud   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Bien sûr le savoir-faire de Cristale, bien sûr la perfection du classicisme.
Mais ces mignardises finissent pas être fatigantes, à la fin.
J'aimerais que l'auteure lâche enfin son talent sur des sujets plus impressionnants que ces éternels tournicoti-tournicota compassés.
Elle y gagnerait mon estime dont elle se moque comme d'une guigne, mais nous y gagnerions beaucoup.

   PIZZICATO   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bien que n'étant pas un adepte de la bonne chère, je me prête volontiers à ce parallèle.
Ne négligeons pas LES préliminaires qui sont comme " du sel dans l'âtre ".
<<.. Le désir s'accroît quand l'effet se recule >> hihi.

Et toujours bien écrit. J'aime.

   Myo   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Classique jusqu'au bout de la plume, dans l'art et la manière.
Je pense que nous ne sommes pas là pour juger d'un style puisque le choix est fait par l'auteur d'écrire dans celui-ci ( que j'affectionne tout autant ).

Un thème léger et gourmand, avec une pointe d'humour et un soupçon d'érotisme...épicé juste à point.
Mais derrière cette apparence frivole, un travail soigné ... oui, il y a du cœur à l'ouvrage, c'est certain.

Bravo!

   Angieblue   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir,

C'est très élégant avec un joli soupçon d'implicite...
J'apprécie aussi cette ambiance un peu noblesse du XIXème dans le ton.
Subtile aussi la métaphore culinaire.
Bravo pour les rimes riches, en plus ça passe tout seul, on ne sent pas la rime forcée.

Belle maîtrise! Bravo!

   Stephane   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Eh bien, voici une invitation aux plaisirs charnels du plus bel effet, et je ne peux me languir devant un tel tableau à imaginer ce qu'il se passerait s'il m'était soudain offert d'y entrer... C'est en cela que réside la réussite de ce poème ; éveiller en nous le désir de caresser les doux fruits qui nous sont si joliment offerts...

Dire qu'on aime pas relèverait de la malhonnêteté intellectuelle, et comme je suis honnête, j'avoue aimer beaucoup ces tendres mets.

Bravo Cristale !

Stéphane

   hersen   
30/6/2020
Cristale,
Si on vient te lire, on sait par avance que nous aurons le talent dans ton domaine, fruit d'un travail acharné. le classique te colle à la peau.
Ici, je reconnais bien ça, que je reconnaitrais les yeux fermés. Enfin, à demi. faut bien pouvoir lire quand même.

Mais je coince sur le fond, ou, si tu veux, sur la forme du fond.
Une femme s'offre à qui elle veut. Mais j'aime mieux en tant que femme plutôt que mets.
Je regrette quelquefois que le classique se sente obligé de "classiquement" traiter de sujets qui, à mon sens, ont vieilli. Et peut-être aussi que je reproche que c'est entretenir un côté suranné dans les relations.

je ne note pas, car on ne note pas un débat politique entre hersen et Cristale. Lol

   Mokhtar   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Jolie petite pièce de marivaudage, d'une futilité élégante et d'une légèreté de bon aloi.
La forme choisie, que je trouve particulièrement adaptée au propos, est très intéressante.
Une réserve pour "divertir ses appétits". Je vois bien les appétits éveillés ou comblés ou rassasiés mais... "divertis" ???.
Si l'on opte pour le sens pascalien de divertir, un "des" à la place du "aux" conviendrait mieux.
Malgré cette chicanerie, je trouve ce poème réussi. Quand au thème, même s'il est éternel et rebattu, je ne vois pas pourquoi, sur un site d'écriture, on ne pourrait s'amuser en proposant un exercice de style.

   ours   
1/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Cristale

J'espère que le destinataire de cette invitation saura prendre le temps de déguster chaque instant en compagnie de la narratrice comme il se doit avec autant de délicatesse et de fantaisie.

La construction du poème et surtout son rythme illustrent parfaitement cette montée crescendo du désir et du plaisir partagé dans le marivaudage.

Un sonnet qui se savoure sans fin

Au plaisir de vous lire

   Davide   
1/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Cristale,

J'imagine que "L'invitation" ne m'était pas directement adressée... Sans doute le condor des Andes, en passant au-dessus de ma villa, sous le dais de l'aurore, a-t-il dû laisser tomber ce petit poème sur le banc de la tonnelle fleurie !

Je n'ai donc pas pu m'empêcher d'y répondre :P

Ce sonnet layé, à la musique délicate, nous offre une scène badine d'un autre siècle. J'en apprécie beaucoup la qualité, dont les doubles-sens impudiques - menus détails - qui nous offrent une savoureuse métaphore filée : "mets" (jolie rime avec son homonyme), "mijotage", "faim", "fruits", "flamme" (avec "l'âtre" et le "piment"), "amuse-bouche"...

Malgré le superbe travail de composition, ce poème souffre d'un développement peut-être un peu trop entendu...

J'ai toutefois pris bien du plaisir à la lecture. Un plaisir chaste, bien sûr ;)

   Hiraeth   
1/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Pas grand chose à ajouter aux autres commentaires. Même si l'on pourrait critiquer la réification de la femme opérée ici, le poème reste bon et la technique parfaite (même si j'aurais mis "Je crains que" au lieu de "J'ai peur que", une expression qui a toujours gêné mon oreille). Mais en l'état, il me semble qu'il n'atteint pas son plus haut potentiel : pour compenser son manque d'originalité, il faudrait qu'il soit déclamé sur scène (c'est le genre de texte qui s'y prête bien). Là il ne manquerait pas je pense de recueillir les applaudissements de tout le monde.

Je souhaite néanmoins toujours vous lire dans d'autres registres et sur d'autres sujets, Cristale, que ceux auxquels vous êtes sans doute un peu trop habituée !

   emilia   
1/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel compagnon « très cher » pourrait résister à une telle invitation susurrée avec tant de délicatesse, dans un langage soutenu, à l’instar du « baiser » annoncé au menu, sur un ton coquin et avenant, plein de promesses à savourer, en assurant l’expertise de la recette dont les ingrédients assaisonnés de « sel et de piment » ne pourront que satisfaire les envies de « bonne chère et grand vin » et qui, avec ses rimes riches, pourrait figurer dans une réplique théâtrale où l’on joue par plaisir et en bonne compagnie… ; bravo à l’auteure !

   PPeronne   
2/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

un menu poétique plein de délices et de promesses tenues.
C'est délicatement coquin et même si le thème est universel, intemporel ( comment pourrait-il en être autrement ?!), chacun d'entre nous est naturellement légitime dans son désir de le revisiter à l'envi.
J'avoue que, membre de ce site depuis peu, je suis étonné de voir les prétentions ubuesques de quelques uns, persuadés qu'ils sont de pouvoir révolutionner par un génie présupposé la poésie.
Votre plume a fort bien retranscrit la "scène". C'est suggestif à souhait et le "but" recherché est, pour moi, atteint.
Un texte structuré, maîtrisé, léger, pétillant qu'on lit avec gourmandise.

PPeronne

   poldutor   
4/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Cristale
Excellent, succulent, j'ai vraiment aimé ce sonnet. La virtuosité de l'écriture, la qualité des rimes, tout est un exemple pour l'apprenti que je suis.
"Pour attiser la flamme, un baiser soutenu", permet d'attendre, c'est un vrai
"amuse-bouche et son bouquet divin"
Mon Dieu il me vient comme une petite faim!
Bravo.
Continuez à nous régaler de votre poésie si diverse.
Cordialement.
poldutor


Oniris Copyright © 2007-2020