Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Cristale : Le p’tit chapeau rond rouge [concours]
 Publié le 29/09/15  -  27 commentaires  -  1189 caractères  -  462 lectures    Autres textes du même auteur

Sonnet estrambot.


Le p’tit chapeau rond rouge [concours]



Ce texte est une participation au concours n°19 : T'as de beaux yeux, tu sais ! (informations sur ce concours).




Son p’tit chapeau rond rouge offert par Mélusine
Sur le front, court-vêtue, Hélène s’en alla
Avec sa bicyclette et tout son falbala
Tout droit chez mère-grand pour l’aider en cuisine.

Frôlant son pare-chocs, vint une limousine
Conduite par un homme en habits de gala.
Soudain il la bloqua ! Sans plus de tralala,
L’œil rivé sous sa jupe, il lui dit : « Hé ! cousine !

On se connaît ! C’est moi : ton germain, Loup, de Brest !
T’as de beaux yeux tu sais ! Viens au bois sortie ouest,
Nous cueillerons des fleurs pour taty de Montrouge. »

Ni d’Ève, ni d’Adam, ne l’ayant jamais vu,
Hélène alors le sut d’audace bien pourvu
Lorsqu’il serra sa taille afin qu’elle ne bouge.

Elle ne lui laissa le temps d’autres essais ;
Uppercut ! Deux coquards ! : « T’as de beaux yeux tu sais ? »
Et lui fit avaler son p’tit chapeau rond rouge.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Son p’tit chapeau rond rouge offert par Mélusine
Sur le front, court-vêtue, Hélène s’en alla
Avec sa bicyclette et tout son falbala
Tout droit chez mère-grand pour l’aider en cuisine.

et

Elle ne lui laissa le temps d’autres essais ;
Uppercut ! Deux coquards ! : « T’as de beaux yeux tu sais ? »
Et lui fit avaler son p’tit chapeau rond rouge.

bonjour

c''st une belle histoire

un fait divers si bien relaté

avec une chute qui porte à rire

bien construit bien écrit

j'ai adoré votre texte

   Anonyme   
15/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Ah enfin, ce dernier tercet revient mettre les choses à leur place. Qui a peur du grand méchant loup ? Bing, et bien c'est plus nous ! Ah! les filles d'aujourd'hui !
Génial, ce petit poème, et ces beaux yeux, une image qui se métamorphose en passant de l'un à l'autre de ces célèbres protagonistes.
Ah si tous les prédateurs sexuels pouvaient finir ainsi, un petit chapeau rond rouge coincé entre leurs dents.
Bravo, chère (cher) auteur (e), mention spécial à votre texte, riche et sans vulgarité.

   papipoete   
18/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hélène, chaperon-rouge d'aujourd'hui, attise la convoitise d'un rôdeur " loup de Brest " cousin-germain se dit-il. De sa limousine, il lui lance son boniment, croyant l'amadouer; joignant à la parole le geste, l'accostant, il prend la belle par la taille, prêt à " conclure ". Un uppercut d'Hélène bien placé entre les 2 yeux, lui fera voir 36 chandelles, et ravaler son discours !
" T'as de beaux yeux " sous forme comique d'une fable célèbre à la sauce 2015, en alexandrins, dans un sonnet estrambot, fallait oser !
J'ai bien ri, en particulier dans le 1er tercet!

   Anonyme   
19/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un conte revisité fort réjouissant. Surtout la chute. Deux yeux au beurre noir pour le sale loup libidineux. Bien fait !

Et bien tourné, ce poème !

   Pieds-enVERS   
20/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour !

J'ai adoré cette version plus que " moderne " du chaperon rouge !
Evidemment dans le cadre du concours vous avez bien placé " t'as de beaux yeux tu sais " c'est écrit sans chichi avec humour et on s'amuse de cette belle morale ! Le dernier tercet est excellent ....le tout m'a bien amusé

Merci

   Anonyme   
29/9/2015
Bonjour Cristale
Décidément vous aimez revisiter les contes
Après Cendrillon, qui vous a valu une première place, ô combien méritée, lors du précédent concours, vous invitez le petit chaperon rouge à défendre vos couleurs.
Avec cette même écriture vive, élégante et jubilatoire qui se joue avec brio des contraintes du classique.
La contrainte du concours est elle aussi respectée. Avec la même malice.
Les autres candidats ont du souci à se faire.
Merci Cristale et bonne chance.

   Bidis   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Amusant, bien écrit et chute jubilatoire. Que demander de plus pour bien commencer la journée ?
Bravo !

   Francis   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Tonnerre de Brest ! La cousine ne craint pas les grands méchants loups. Sous jupette et chapeau rond rouge se cache parfois une Bécassine championne de king boxing. Le cousin sonné l'apprend à ses dépens. L'humour, le conte et l'alexandrin vont très bien ensemble.

   cervantes   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comme d'habitude -oserais je dire mais sans malice, croyez m'en!- vous nous gratifiez d'un texte de grande qualité. Comme en cuisine on revisite les plats traditionnels, vous savez réinterpréter les classiques de notre enfance. Et qui plus est à l'aune "féministe"...

Sur la forme, c'est parfait, sur le thème aussi, et cherry on the cake (en anglais revisité) un humour intelligent fin et caustique.

Merci pour ce morceau de bravitude....

   Hananke   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Le problème avec les concours à thème et ce texte n'échappe pas à la règle, c'est d'être obnubilé par son intitulé et le fameux
T'as de beaux yeux, tu sais, est pas mal forcé et tombe un peu
comme un cheveu sur la soupe, surtout le premier, car l'auteur le répète comme si l'on avait pas compris.

Sans ce défaut (et ce concours), cette histoire inspirée du grand méchant loup aurait été amusante et bien écrite.

Comme je le dis quelques fois, à vouloir trop forcer le trait, même
avec beaucoup de talent, on passe à coté de son texte.

   leni   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Joli exercice de style bien maitrisé Des idées originales et inattendues
par exemple

Avec sa bicyclette et tout son falbala
Tout droit chez mère-grand pour l’aider en cuisine.

Nous cueillerons des fleurs pour tatie de Montrouge. »
et

Et lui fit avaler son p’tit chapeau rond rouge. Là chapeau! MDR
Merci Bravo et salut amical
Leni

   ameliamo   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
C’est génial comme vous avez transformé le conte dans une aventure moderne ayant un final sur mesure. Le style est irréprochable. Merci !

   Arielle   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le conte est revisité avec une belle énergie et la petite Hélène qui a troqué son chaperon contre un p'tit chapeau rond n'a pas froid aux yeux, elle est bien de notre temps !
Bien mérité, bien envoyé cet uppercut au faux cousin.
Les loups n'ont qu'à bien se tenir, elle ira loin cette petite ...

   Luz   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très bien l'idée du conte revisité, plein d'humour ; j'aime beaucoup le titre. Pour le pare-chocs, s'il s'agit de celui du vélo, c'est plutôt un "garde-boue" je crois ?
Merci pour cette lecture.
Luz

   Vincendix   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime ce genre de fantaisie à partir de fables ou de contes mais, si le style est guilleret et l'histoire amusante, je ne suis pas emballé, je ne vois pas trop ce que viennent faire Melusine et la tatie de Montrouge si ce n'est pour la rime.
Les deux coquards qui font de beaux yeux, c'est qui me décide à mettre un bien.

   kouessi   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Le texte a reussit à me donner un coup de rire...
C'est déjà bien...Mais une inquietude: peut on dite ça à sa cousine?L’œil rivé sous sa jupe, il lui dit : « Hé ! cousine !
On se connaît ! C’est moi : ton germain, Loup, de Brest !
T’as de beaux yeux tu sais ! Viens au bois sortie ouest,?

   Gemini   
29/9/2015
On sent tout le plaisir qui a participé à l'écriture.
Personnellement, je paye mon respect à tous ceux qui savent versifier des contes, et le faire bien, tout en gardant l'esprit du dessin animé. Je pense à Disney, mais dans ce cas Tex Avery est nettement supérieur.
Ici, on trouve une belle Hélène, une feé Mélusine, même Adam et Eve pour entourer le Chaperon ! Quant au loup, Ysengrin moderne, la référence "T"as de beaux yeux, tu sais"" se rapproche du : "Que vous avez de grandes dents !"
Pour d'autres raisons, j'ai apprécié le fait que l'héroïne soit cycliste.
Enfin, j'aime bien l'idée que le "loup de Brest"; donc breton; soit germain.
J'ai adoré les rimes en "la" : je les trouve difficiles (j'en ai mis une un jour avec coca-cola), et celles en "vu", pas faciles non plus. J'ai découvert le H flottant (ni muet ni aspiré) de ""Hélène".
Si j'ai compris l'allusion au bois ouest du périph, je n'ai pas trouvé pourquoi Montrouge et sa tatie (je n'ai pensé qu'à Goldman avec "Elle met du vieux pain sur son balcon" ??)
Ensuite, pour être un peu procédurier, après le registre de langue courant des 11 premiers vers, vous utilisez par deux fois la négation "ne" sans "pas" (14, 15). C'est légal (certains le considèrent comme un archaïsme, et d'autres non). Mais ça ne colle pas avec le registre.
Mais, bon ! J'ai adoré.

   Automnale   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Hélène, court vêtue (telle Perrette !), sur une bicyclette, s’en va chez sa mère-grand. Un individu dans une limousine, l’œil rivé sous la jupe, soudain l’interpelle… Ils se connaissent… Enfin, selon lui… Ils seraient même cousins. Il l’invite au bois, lui serre la taille afin qu’elle ne bouge… Uppercut ! Deux coquards ! La demoiselle lui fait avaler son p’tit chapeau rond rouge.

Cette histoire est tout simplement géniale. C’est du grand Art. Voilà comment les articles relatant les faits divers, sur Le Télégramme de Brest, devraient être rédigés ! A la manière incomparable de Cristale...

Je trouve ce texte bien écrit, plein d’humour, très fin, intelligent, original, vivant… Et les dialogues sont si savoureux ! Tout est tellement bien dit que l’on croirait voir la scène.

Morale de cette histoire : Méfions-nous d’une Bretonne portant un p’tit chapeau rond…

Ah, j’adore !

Merci, Cristale. J’en redemande...

P.S. - Avec tout cela, la tatie de Montrouge n’a pas reçu de fleurs…

   Alexandre   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Cristale... Du chaperon rouge au chapeau rond rouge il n'y avait qu'un pas allègrement franchi même si le Breton d'aujourd'hui a troqué ce dernier contre un bonnet... rouge, mais ceci est une autre histoire.
Un poème gentillet dans lequel je retiens ce tercet qui m'a beaucoup plu, surtout le second vers :
Ni d’Ève, ni d’Adam, ne l’ayant jamais vu,
Hélène alors le sut d’audace bien pourvu
Lorsqu’il serra sa taille afin qu’elle ne bouge.

Le tercet final fait parfaitement entrer ce texte dans l'esprit du concours...

Bien "vu" et bonne chance !

   angelina   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Cristale,
Là c'est un coup de maître !
Une poésie pleine d'humour ,bien menée . Le sourire est assuré .
Finir par un uppercut et deux coquards ,j'adore !
Qui cherche trouve comme le dit si bien le proverbe .
La morale de l'histoire :" se méfier d'un petit chapeau rouge !"

   Anonyme   
30/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Cristale,

Je vais commencer par pinailler un petit peu (une fois n'est pas coutume)... Pour avoir deux coquards, il faut porter deux coups (parole de pratiquant d'arts martiaux et boxe pieds-poings), donc uppercut doit prendre un "s". Du reste, on n'a jamais vu d'uppercut toucher à l'oeil, mais au menton. Sinon, il faut appeler ça autrement (comme direct, jab ou crochet). Et même pour le crochet, il est plus difficile d'obtenir un coquard que pour les autres coups portés. Je dis ça en souriant car c'était pour chercher la petite bête.

Ceci dit, j'ai vraiment adoré votre poème, du début à la fin. Le thème est très bien respecté, et les allusions au conte de Perrault sont subtiles et bienvenues, à commencer par le titre, bien entendu, mais aussi pour le "Loup" (d'ailleurs ce monsieur, de part son attitude, à tout d'un loup, d'un prédateur), pour l'expression "Viens au bois" (cela m'a fait aussi penser à "La Belle au bois dormant", du même auteur), "Montrouge" pour la couleur rouge de la cape du petit chaperon, etc. Je veux dire que Montrouge est située dans le 92, mais que la terminaison "rouge" m'a fait penser à la couleur de la cape du petit chaperon du même nom.

Vous m'avez fait rêver avec ce petit conte revisité et je vous en remercie.

Bien à vous,

Wall-E

   RB   
30/9/2015
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Une redite, une fois de plus, sous une autre forme classique; mais...
ah ? un vélo avec une pare-choc ?
et ...pourquoi Hélène va-t-elle dans le sous-bois, l'accepte-t-elle ? Aie on sent la coupeuse de "c......." malgré qu'elle lui laissât d'autres "essais"... bref, non, fabriqué.

   Condremon   
30/9/2015
J'aime bien la pirouette
Des beaux yeux rendus
C'est troussé, leste, et envolé
La première strophe est superbe et le reste aussi
J'aime bien quand le fond à la forme (et aux formes) s'allie
Bravo

   jfmoods   
30/9/2015
L'élément le plus symptomatique de ce sonnet estrambot est sans nul doute l'holorime approximative dont se couronne son titre (« Le p’tit chapeau rond rouge »). Le jeu d'intertextualité prend ici tout son sens. « Le petit chaperon rouge » figure métonymiquement une jeune fille se fondant modestement dans le vêtement qui la recouvre. « Le p’tit chapeau rond rouge », lui, se présente ouvertement comme accessoire vestimentaire d'apparat, comme signe de reconnaissance d'une femme qui se sait apte à provoquer le désir des hommes et à se jouer de leurs manœuvres dérisoires pour arriver à leurs fins. Sans doute la référence à Mélusine entend-t-elle ajouter sa part d'envoûtement charnel à cette petite histoire. Le rouge, brandi ostensiblement, attire : c'est la couleur de la muleta. La tenue, pour le moins aguicheuse (« court-vêtue ») signale ici l'image d'une femme libérée, qui ne craint pas de mettre sa beauté en valeur. Dans un tel contexte, il est tentant de penser que le « pare-chocs » est à interpréter aussi dans son sens plus trivial de « poitrine » et que l'expression « bien pourvu » puisse faire implicitement référence à... autre chose qu'à l'audace. Car tout est affaire ici de désir (« il la bloqua », « l'oeil rivé sous sa jupe », « il serra sa taille », « d'autres essais »). De désir et de l'éternel masculin. En résumé, on nous parle moins ici de petite fille et de prédateur sexuel... que de femme libérée, que de femme forte au caractère bien trempé (expression imagée finale : « faire avaler son chapeau », écho satirique de l'exclamative vers l'interrogative : « T'as de beaux yeux tu sais ? ») dans un monde machiste, préempté par les hommes.

Merci pour ce partage !

   kamel   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Cristale dévoile le fond de sa pensée en présentant cet enjeu de mots sous forme d’un sonnet. Un aspect qui dénote un travail de maître à vous rappeler l’histoire inoubliable du « p’tit chaperon rouge » par l’effet du « p’tit chapeau rond rouge » et la mise en valeur des passages exclamatifs vers les passages interrogatifs vous donnent ce régal à l’aimer encore plus. De l’imaginaire au réel, elle trace ces événements en imitant les personnages de ce conte, jadis où le loup l’a dévoré, une métonymie claire recouvre ce sonnet et lui donne son charme. Des images réelles semblables à notre vécu se dessinent dans ce paysage de vers, nous donnent parfois cette sensation d’être des « acteurs ». Cristale a réussi à attirer ses propres lecteurs par sa manière d’exposer ses idées.

   Pascal31   
4/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sympathique, ce poème qui revisite le conte de Perrault (bravo pour le choix de votre titre !). J'ai aimé l'humour qui s'en dégage, même si je trouve que l'on passe un peu à côté du thème du concours (citer deux fois le "t'as de beaux yeux, tu sais" ne fait pas des yeux le thème principal du poème).
Il n'en reste pas moins une lecture agréable, un poème bien construit (Une bizarrerie, cependant, avec ces deux points incongrus après un point d'exclamation dans ce vers : "Uppercut ! Deux coquards ! : « T’as de beaux yeux tu sais ? »") que j'ai eu plaisir à lire.

   Cristale   
21/10/2015


Oniris Copyright © 2007-2017