Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Cristale : Le ressac de l'amour
 Publié le 05/07/18  -  16 commentaires  -  630 caractères  -  446 lectures    Autres textes du même auteur

Gazel.


Le ressac de l'amour



Un frisson de silence effleure la callune,
L’océan dodeline ourlé de vents divers,
Mon regard dans le tien s’abreuve de tes vers
Quand ta bouche murmure un poème à la lune.

Entrelaçant nos cœurs sur un lit d’univers,
La nuit prend de nos yeux l’éclat d’ambre et turquoise ;
Mes cheveux sur ton front réchauffent tes hivers.

Sous la robe de l’aube une brise d’Iroise,
Pareille à des baisers, vient frôler et saisir
L’intime de nos peaux. Friselis du désir,
Les vagues de l’amour ont embaumé d’armoise

Le ressac de nos corps sur les mers du plaisir.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très joli, musical, ce texte baigne dans une sensation de douceur, de tendresse et de sensualité. Elle affleure partout en images délicates, en mots choisis et pleins de poésie. La structure pourrait déconcerter mais la fluidité de l'ensemble amène naturellement à la belle métaphore finale.
Bravo

   Hananke   
23/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Ici, la discrétion ne s'affiche pas : on connait, bien sûr l'auteur.

C'est un très beau gazel, tout en petites touches comme un peintre
qui effleure son tableau.
L'océan, l'univers et le lieu servent de supports à l'amour et l'ensemble
se termine par un vers magnifique.

Hananke en E.L.

   sympa   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bravo et merci pour ce magnifique poeme .
Un gazel? Encore une forme classique que je ne connaissais pas!
Quelle maitrise !
Chapeau bas!!!

   Anje   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une lecture comme une mer d'huile et du début à la fin un frisson de plaisir. Un Gazel qui se savoure, des vaguelettes délicates qui caressent, un alizé subtil qui chatouille... Que dire d'autre que se taire et prendre le bonheur que Cristale nous offre ?
Un mot sur la technique ? Euh, non, là je suis dans le sable !
Merci.

   Cat   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Cristale,

Tu m'apprends à chaque fois des choses nouvelles. Cette fois ci c'est sur le gazel que je vais et viens au gré du ressac de l'amour.

Tes images sont toujours autant empreintes de sensualité.

Ici elle se fait douce et tendre pour parler de l'océan « sous la robe de l'aube » à l'heure où « Un frisson de silence effleure la callune, »

Ah, il est beau l'Amour sous ta plume...

A te relire

Cat

   papipoete   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Cristale
Un " gazel " aujourd'hui ( que j'ai laissé passer en EL ) car je savais qui pouvait en être l'auteur !
Bref, voici une scène champêtre, en bord d'océan que les yeux savourent ; que la peau ressent comme une caresse et bientôt l'ivresse des sens fera des vagues sur nos corps ...
NB grâce à Vous, j'appris un mot " friselis ", que je plaçai dans un de mes poèmes, j'en suis fier !
" l'océan dodeline ourlé de vents divers ", est un exemple de ces vers qui coulent de votre plume, comme si de rien n'était ... d'un naturel ...

   Vanessa   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Je ne connaissais pas la forme du gazel . J'ai donc fait une première lecture vierge de connaissance. J'ai trouvé votre poème musical et doux. Sauf à la fin, où malgré la beauté de vos vers, je n'ai pas aimé le fait que le distique soit séparé de la strophe précédente. Je pense que cela tient au fait que dans un distique, les vers doivent avoir un sens propre.
Ici :
"Les vagues de l'amour ont embaumé d'armoise" oblige le lecteur à attendre une suite qui ne vient qu'après une "cassure " .Ce vers n'est pas indépendant.
Bon, en même temps, vous nous parlez de ressac de l'amour, ce qui peut justifier le fait de séparer ces vers.
:-)
Je suis allée étudier un peu le gazel. C'est une forme très compliquée et je ne saurais dire si vous en avez bien respecté toutes les règles.
J'ai lu que traditionnellement, le gazel était composé d'une seule strophe. Alors, je vous ai relue en l'imaginant ainsi et j'ai nettement préféré.
Ma critique peut vous sembler négative mais sincèrement, je trouve votre poème très beau.

   PIZZICATO   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une poésie de Cristale ne se commente pas, elle se déguste.

Des images toujours belles, en osmose avec le thème choisi.
Elégance ,délicatesse, sensualité, autant de traces de sa plume.

" Mon regard dans le tien s’abreuve de tes vers ",
" La nuit prend de nos yeux l’éclat d’ambre et turquoise "

   erratum   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir, Cristale !
Toujours cette jolie et tendre poésie aux termes choisis...
Je ne suis pas qualifié pour commenter et encore moins juger ce très agréable texte dont le rythme de "gazel" m'est assez étranger ; je n'ajouterai donc rien aux critiques majoritairement favorables des Oniriens qui m'ont précédé, exceptés quelques détails qui chatouillent mon côté maniaque : je verrais bien une virgule après "dodeline" et après ""aube" et ôterais celles encadrant "pareille à des baisers" (ou pas...). Le friselis me rappelle celui que j'ai introduit dans l'un de mes anciens sonnets que je publierai peut-être ici... Amitiés ! D.

   fried   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je ne connaissais pas la callune, une sorte de bruyère sans doute assez présente sur la côte.
Votre poème d'une belle sensualité est fluide et agréable à lire.
Bravo

   jfmoods   
6/7/2018
Ce poème en alexandrins, composé d'un quatrain, d'un tercet, d'un second quatrain et d'un monostique, aux rimes embrassées et croisées, suffisantes et riches, majoritairement masculines, se place sous le haut patronage des quatre éléments (eau : "L’océan", "vagues", "ressac", "mers", air : "vents divers", "lune", "brise", feu : "réchauffent tes hivers", terre : "callune") et des cinq sens (toucher : "effleure", "frôler et saisir", vue : "l’éclat d’ambre et turquoise", goût : "s’abreuve", ouïe : "Un frisson de silence", "murmure", odorat : "embaumé d’armoise").

Des personnifications ("L'océan dodeline", "Entrelaçant nos coeurs [...] / La nuit prend...", "une brise d’Iroise / Pareille à des baisers, vient frôler et saisir") illustrent la tendre complicité qui unit la nature et le couple présenté ici.

Les métonymies ("Mon regard dans le tien", "ta bouche", "nos cœurs", "nos yeux", "Mes cheveux sur ton front", "nos peaux") mettent en exergue l'aspect fusionnel d'une relation qui accorde autant d'importance au comblement de l'esprit ("tes vers", "un poème") qu'à celui du corps (jeu filé de métaphores : "un lit d’univers", "la robe de l’aube", "L’intime de nos peaux", "Friselis du désir", "Les vagues de l’amour", "Le ressac de nos corps", "les mers du plaisir").

Allitérations (l, r) et assonances (é/è) confèrent charme et légèreté à l'évocation.

Merci pour ce partage !

   Vincendix   
6/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Cristale,
Toujours aussi bien ciselés, vos poèmes sont tellement expressifs qu’il est naturel de se les approprier. J’adore le vers « Mes cheveux sur ton front réchauffent tes hivers » que je prends à mon compte en le modifiant « Ses cheveux sur ma joue réchauffent mes hivers ».
Merci et bravo Christale
Vincent

   Miguel   
8/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Chaque vers est une merveille de mélodie et de rythme, et porte une image forte. L'abbé Brémond disait que la poésie pure ce sont ces pépites qui émergent ici et là d'un poème ; cette définition est généralement admise; mais ici, la poésie pure est partout ; tout est pépite. Cristale, mille fois bravo.

   leni   
10/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Cristale
Tu vis en prosodie j'habite en variété
Tes règles strictes ne sont jamais un obstacle à l'expression de ton ressenti
Admiratif

Sous la robe de l’aube une brise d’Iroise,
Pareille à des baisers, vient frôler et saisir
L’intime de nos peaux. Friselis du désir,
Les vagues de l’amour ont embaumé d’armoise

Voici mes vers préférés

Tes écrits ne respirent pas le travail C'est sans doute cela le talent

MERCI et toute mon AMITIE LENI

   Queribus   
11/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Cristale,

Comme d'habitude, tout semble simple et couler de source mais, quand on s'y connait un peu, on sait que la simplicité demande beaucoup de travail. Que dire sur le fonds et la forme, tout étant parfait et tout ayant déjà été écrit par les collègues: le texte est léger, pas trop long avec de très belles images poétiques que , seule vous, savait trouver et puis lire des ghazels est toujours enrichissant puisque ces derniers nous ouvrent les yeux sur d'autres cultures (et écritures).

J'attends le prochain poème avec impatience et si vous pouvez aller nous le dénicher quelque part au bout du monde, ce sera parfait (en ce qui me concerne du moins)

Bien à vous.

   Willis   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Perfectionniste ?
Certes, c'est beau, en ravalant mes superlatifs.
Ce qui me "chiffonne" c'est la récurrence du thème car sur les trois poèmes (aux formes différentes) que j'ai lu, il est tant de similitudes d'idées, et de mots, que j'ai eu l'impression que chacun était une adaptation du précèdent.
Bien prétentieux, celui qui oserait critiquer vos textes, car ils sont l'expression même d'un immense talent. Là, n'est pas mon but, croyez-le.
L'appréciation que je formule, vous paraîtra paradoxale, sans doute, après mon laïus, mais vous la méritez amplement, pour votre technicité, et ce lyrisme qui n'est jamais emphase.


Oniris Copyright © 2007-2018