Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Cristale : Lettre intime
 Publié le 28/09/18  -  25 commentaires  -  1431 caractères  -  404 lectures    Autres textes du même auteur

Sous forme de vraie fausse sextine ou sextine écourtée.


Lettre intime



J’ai cru que vous m’aimiez, vous qui moquez ma rime
Et riez – j'entends bien – du style de mes vers :
« É-lé-gi-a-que ». Bigre ! Aurais-je de ce crime
Perturbé vos allants dès lors que je m'escrime
À respecter la règle offrant à l'univers
Ce bel alexandrin qui vous reste en travers ?

Raillez Monsieur, raillez ! Exhibez vos travers !
Pulvérisez mes mots ! Mais à quoi cela rime
De vous montrer si dur pour mon tendre univers ?
Votre nez serait-il chatouillé par mes vers
Qui pointent leur fleuret sur les duos d’escrime
De votre penne en peine et ma plume sans crime ?

Oui ! Soyez envieux ! Il ne m'est plus doux crime
Que d'écouter vos : « Ah ! Je l'ai bien en travers
Le défi de la blonde et ce jour je m'escrime
En vain de la convaincre à dénouer sa rime
Puis reconnaître enfin le talent de mes vers
Et mon profil charmant de Poète Univers. »

Pensez-vous m’obliger à saper l’univers
Du traité de Grammont ? Que nenni ! Mais quel crime !
Vous chiffonnez les draps brodés de mes vieux vers
Dont vous testez le lit, en large et en travers :
Hiatus, diérèse et cheville à la rime...
Déclarez-vous forfait dans votre jeu d'escrime !

Ma sextine s'escrime aux yeux de l'Univers
À prouver vos travers, osez, Monsieur, le crime
De butiner ma rime en critiquant mes vers !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
8/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Six mots rimes, agencés selon les règles de la sextine et se retrouvant dans un tercet final qui a un sens… Performance technique nécessitant du remue méninge.

Je suppose qu’il doit falloir d’abord composer le tercet. Puis sur le canevas des sizains inscrire les mots rimes alternés selon les règles. Puis …remplir les débuts de vers. Sachant qu’il faut imaginer un sens général au poème (ici un conflit imaginaire entre deux poètes). Puis, pour chaque strophe, bâtir un petit scénario en rapport avec le thème général.

Cela ressort plus du casse-tête que de l’envol poétique, mais il faut être sacrément habile. Et surtout expert en prosodie pour ce qui doit être le plus difficile : le choix des six mots-rimes dont il faut sentir d’instinct et d’expérience le potentiel.

J’ai osé le crime de « butiner » les vers et suis bien en mal de trouver à critiquer. J’aurais peut-être suggéré deux optimisations, sur la fin, concernant la ponctuation. Mais, écrivant en espace lecture, la correction finale risque de rendre caduque ma proposition.

Qui sur Oniris peut réunir à la fois la haute maîtrise technique et le goût du risque en explorant des formes nouvelles ?

Il serait question d’une certaine blonde ?

Non, je ne vois pas.

Mokhtar, en EL.

   izabouille   
9/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Joli travail! Bravo à l'auteur! Même si je n'ai pas tout compris, je l'avoue. Il y a un passage un peu ardu comme "ma sextine s'escrime", pas facile à dire sans écorcher les mots...
A part ça, je ne vois pas quoi dire d'autre. C'est un exercice de style vraiment intéressant, j'ai bien aimé. Merci pour ce succulent moment de lecture.

   Gabrielle   
11/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Une lettre intime qui feint de s'adresser à la critique personnalisée par "Monsieur".

Un bel exercice d'écriture que personne n'oserait critiquer...

Merci à vous pour ce partage.

Au plaisir de vous lire.

   Gemini   
13/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il me semble que "et en travers" v21 fait hiatus, et je n’ai pas compris comment une rime pouvait faire cheville v22. (voilà, j'ai osé)
À part ça, la forme est vraiment originale, bien compliquée et heureusement raccourcie. On reconnait l'auteur par le ton qu'il emploie en forum, et on se dit qu'ici, comme à la banque, on peut régler ses comptes en ligne. Du coup, je me suis demandé en quoi cette lettre pouvait être intime.
Des vers point méchants, comme on disait à l'époque, en espérant que cet emploi de "blonde" v15, ne le soit pas non plus.

   Miguel   
14/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Déjà, on est reconnaissant à l'auteur de ne nous donner qu'une forme écoutée du genre fastidieux de la sextine (je veux dire fastidieux à lire : à écrire, je n'y ai jamais songé). On croit comprendre que notre poète, (qui n'est pas sans talent), retourne sa moquerie au lecteur qui raille son style ; mais tout cela est bien alambiqué, compliqué, et fait de tant de détours qu'on s'y embrouille (c'est pour cela que j'écris "on croit comprendre"). Le goût pour la sextine révèle (à mon sens) une inclination à se compliquer la vie, ce que semble confirmer l'expression "circonvolutive" du texte. Ou (mais je me trompe peut-être,) s'agit-il d'un débutant en classique, qui, comme j'en ai connu, se lance par défi et par enthousiasme dans les formes fixes les plus terrifiantes. Toutefois le rythme est vif et léger, certains vers sont tout à fait réussis ; on sent de réelles dispositions ; j'invite notre poète à écrire plus simplement, donc plus clairement, et je suis sûr que nous aurons de ravissants poèmes.

   eskisse   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Une magistrale " battle" autour de la poésie, mise en scène avec humour dans un décor que j'imagine être celui du XVIII puisqu'il est servi par le genre épistolaire ( Lettre intime )

La sextine est enlevée, emplie d'images : " les draps brodés de mes vieux vers", " jeu d'escrime" déployées sur un registre galant.

Petit bémol ( mais qui reste une vétille ) la répétition de la rime "crime/ escrime " dans plusieurs strophes.

Un très bon moment de lecture que ce savoureux défi littéraire.

   Hananke   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Encore un genre de texte qui demande un travail titanesque.
Pourquoi en contemporain. Je pense que le petit hiatus
aurait pu lui mériter au moins le néo.
Un texte qui se lit avec plaisir mais où l'on retrouve les petits défauts
inhérents à la forme : 2 rimes sur 27 vers donnent obligatoirement
une rime forcée par-ci, par-là.

Quelques très beaux vers :

De votre penne en peine et ma plume sans crime ?
Vous chiffonnez les draps brodés de mes vieux vers

Entre autres.

Oui, un bon texte qui se lit avec plaisir et dont la forme n'éteint
pas la poésie, ce qui est malheureusement trop souvent le cas
pour ce genre d'écrit.

   papipoete   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Cristale
Et une " sextine, une " ! L'auteure nous instruit à chaque parution, mais ça grimpe, la côte est rude pour suivre la " première de cordée " !
Nous assistons à une joute poétique entre " Monsieur et cette blonde " ; elle qui ose, avance des rimes imparables et lui qui du bout d'un fleuret les abat à chaque vers !
Nous voici au temps du Vert Galant, où l'on se bat soit à l'épée, à la lance d'un tournoi, ou bien à coups d'alexandrins autour d'un festin, autour d'un lit aux draps froissés .
NB des vers " de votre penne en peine et ma plume sans crime ", de ce genre où Madame excelle, nous laissent circonspects et si admiratifs de votre talent !
Je suis stupéfait de voire la forme " contemporain " au-dessus de votre poème, et j'imagine la difficulté que dut avoir le " malin " qui vous trouvât une erreur technique ! ( je ne vais pas m'y coller ! )
Haute-voltige pourrait qualifier votre exercice ! haute voltige !

   Willis   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sachant le travail considérable qu'il faut accomplir pour respecter le carcan imposé, un tel poème mérite le plus grand respect.
La mélodie, par le choix de rimes douces, n'est pas, comme la plupart des sextines, "accrocheuse". La répartie de "notre blonde" à ce fat, est bien argumentée. Comme toujours, vous lire est un plaisir saupoudré d'instruction.
Merci.

   hersen   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Hi hi hi
Que voilà bien une belle réponse, pleine d'esprit et de maîtrise de la chose !

Je ne vais quant à moi chercher de petite bête parce que ce poème est une leçon, bien agréable, et si toutes les leçons avaient ce ton, nous apprendrions bien vite !

Et puis, ce bel humour joint à la maîtrise poétique, ça fait toujours plaisir.

je te reconnais bien là, Cristale !

   bipol   
28/9/2018
Bonjour Cristale

je suis vraiment décalé par rapport à votre texte

pour de multiples raisons

la première avent tout est qu'i me fait autant d'effet

que le mode d'emploi d'une machine

le deuxième est que le mode d'emploi de cette machine

m'est nécessaire

   Castelmore   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les plus grands des solistes s'exercent au quotidien . Le pianiste "fait ses gammes ", le violoniste pleure à faire "chanter ses cordes", la diva s'use en vocalises ...
Et notre "blonde" répond à un critique - trop sexiste sûrement - sous l'autorité bienveillante du Petit traité de versification française ...

C'est ainsi que je ressens ce texte : un exercice ... savant , visant à travailler la maîtrise d'un instrument, une astreinte à laquelle la poétesse s'oblige sous le double joug de la forme (parfaite) et du sens ( toujours présent et subtil ) pour forcer en elle même les ultimes chemins de la maîtrise de son art ...

Afin de nous offrir, plus tard, ses mélodies de mots encore plus précieuses, ciselées de sens et de musique.

Avec mon respect

   PIZZICATO   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je suis loin d'être un inconditionnel de qui que ce soit, mais j'avoue que je suis toujours charmé par l'écriture de " la blonde " - si vous me permettez chère Cristale - et les formes de poésie kamikazes qu'elle présente.

" Pensez-vous m’obliger à saper l’univers
Du traité de Grammont ? Que nenni ! Mais quel crime !
Vous chiffonnez les draps brodés de mes vieux vers
Dont vous testez le lit, en large et en travers :
Hiatus, diérèse et cheville à la rime...
Déclarez-vous forfait dans votre jeu d'escrime ! " Suave, cette strophe !

" De votre penne en peine et ma plume sans crime ? " subtil.

Bon, en résumé, j'aime beaucoup, et pis c'est tout !

   leni   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir Cristale
Je ne suis pas concerné par le sujet qu tu traites La lecture de ton poème ne m'a évoqué aucun aucun ressenti ET c'est ce que tu m'as très souvent apporté Je suis donc un peu paumé Mais je suis époustouflé par ta culture poétique TU passes d'un genre à l'autre avec une belle aisance alors je donne mon opinion sur ton rédactionnel

Oui ! Soyez envieux ! Il ne m'est plus doux crime
Que d'écouter vos : « Ah ! Je l'ai bien en travers
Le défi de la blonde et ce jour je m'escrime
En vain de la convaincre à dénouer sa rime
Puis reconnaître enfin le talent de mes vers
Et mon profil charmant de Poète Univers. »


Fameux pied de nez aux détracteurs de la rime

BRAVO pour ton talent Chapeau! AMITIES LENI

   solo974   
29/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Cristale,
J'ai adoré votre poème.
Outre un titre très bien choisi, je saluerai en premier lieu, bien sûr, la perfection de l'écriture : quelle maîtrise et quel sens inné de la poésie !
Mais ce qui m'a tout particulièrement plu, je l'avoue, c'est l'humour avec lequel vous abordez la thématique de l'écriture.
Personnellement, j'ai ri aux éclats en vous lisant. Les interjections ("Bigre !", "Que nenni !") et les nombreux points d'exclamation qui ponctuent vos vers constituent un gros plus selon moi et ont déclenché mon hilarité.
Merci pour ce délicieux moment et bravo !

   Ithaque   
29/9/2018
" À moi Comte deux mots !"

Voici un style délicieusement suranné, se rapprochant d'ailleurs de la définition première du théâtre : "Castigare ridendo mores (Corriger les moeurs en riant)".

Sur le plan technique, je reconnais ici un travail de dentelière des mots, cent fois sur le métier remettant son ouvrage.

" Votre nez serait-il chatouillé par mes vers ": il y a du Cyranno là-dessous !

Ainsi la plume de Cristale sait- elle, au fil de chaque opus, se montrer tantôt romantique ou tantôt railleuse...Ici, nous la découvrons à fleuret-moucheté, face à un détracteur impudent ;-)

Rien que pour le fun, j'aurais bien envie d'emprunter le rôle de ce "ci-devant" Monsieur ( au fait ? est ce un onirien moqueur?) en composant quelques répliques . Ensuite , nous pourrions les jouer ensemble en Vocathèque...

Concernant la "note évaluative", je m'abstiens, moi aussi, comme toi et j'adhère au "Laissons libres les mots" que tu as mentionné dans ton commentaire sur mon Myrène Engloutie.

Dom'

   Vincendix   
30/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Cristale,
Vous avez l’art et la manière de nous proposer un texte original dans une forme non moins originale. J’ai l’impression de lire du théâtre classique, avec des répliques percutantes « exhibez vos travers, pulvérisez mes mots ! ».
Quelle maitrise de notre belle langue, quel talent pour la sublimer !
Une fois de plus bravo.
Vincent

   emilia   
30/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une joute plaisante et jubilatoire composées d’alexandrins un peu à la manière de Rostand afin de relever le défi d’une forme appelée « sextine »… et que vous surmontez brillamment. Votre réplique ne déparerait pas et comment s’en étonner pour qui a de l’esprit, des lettres et du répondant parfaitement illustrés dans cette chute provocatrice : « … osez, Monsieur, le crime / De butiner ma rime en critiquant mes vers ! » Bravo à vous pour cette leçon de maître !

   Quidonc   
1/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel beau duel nous livrez vous ici. Une éloquence à la Edmond Rostand.
De l'éloquence et de la raillerie courtoise , tout en élégance. Au delà d'une maîtrise technique, toujours irréprochable, un cristal qui sort des sentiers battus.
De l'élégance certes, mais aussi du caractère et du mordant saupoudré d'humour fin et caustique.
Monsieur n'a qu'a bien se tenir.
J'ai beaucoup aimé cette lecture, merci.

Quidonc

   archibald   
2/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mais qui est donc ce "monsieur" qui a l'outrecuidance de railler tes vers ? Si je l'avais en face de moi, je l'étranglerais de mes propres mains. Quoiqu'il soit difficile de s'auto-stranguler.
Deux plumes ! Deux misérables plumes pour tout ce travail ! Pour moi, c'est une apothéose : quand ça m'arrive, je sabre le champagne et vais fêter ça dans quelque lieu interlope. Mais pour toi, quel fiasco ! Je t'imagine recroquevillée sous ton édredon en train de pleurer toutes les larmes de ton corps. Oui, cette dernière phrase est un cliché. Non, je ne te laisserai pas dans le désarroi : je te prends dans mes bras et pose un chaste baiser sur ton front pour te réconforter.
Ton texte est plein d'auto-dérision, et sa facture classique (on va pas chipoter pour quelques hiatus dont auxquels je sais même pas où ils se trouvent) en rehausse la saveur.
Reste que la sextine, que tu as judicieusement réduite à une quatrine, est une forme qui tourne avec la monotonie d'une manivelle de limonaire. Les mots se retrouvent toujours les mêmes à la rime, et c'est difficile de donner du relief au texte avec une telle contrainte. C'est ce que tu as réussi à faire, grâce notamment à un ton badin et enjoué.
Pour moi, c'est du trois plumes et demi.

   sympa   
2/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Je ne saurai que rajouter, tout à été dit dans les commentaires précédents.
Vous avez osez une forme poétique que je ne connais pas ( et je ne m'y frotterai pas non plus ), mêlant une maîtrise incroyable et cette pointé d'humour bienvenue ma foi.
Vous avez relevé le défi haut la main.

   Robot   
3/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La difficulté dans ces poèmes à renvoi de rimes ou de vers (comme le pantoum) c'est que ces renvois sachent conserver au récit une cohérence, qu'ils ne fassent pas rapportés. Ici c'est réussi.

Cette interpellation émanant d'une virtuose du classique a d'autant plus de force qu'elle est exprimée dans un poème contemporain qui semble vouloir démontrer que l'essentiel n'est pas le genre mais la qualité d'un texte sous quelque forme qu'il s'exprime.

J'aime beaucoup cette indignation servie avec humour et le style fluide du propos.

   Cristale   
6/10/2018

   Lulu   
6/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Cristale,

C'est avec un grand plaisir que j'ai parcouru ces mots et ces vers de qualité (comme toujours !)…

J'y ai lu un ton intéressant et amusé, mais aussi un vrai régal d'écriture. On sent que vous vous êtes faite plaisir à rédiger ces mots, ce qui fait tout le charme du texte.

Pour moi, la poésie, c'est tant la forme, le fond que la manière délicate d'en rendre compte. Et cette manière, ici, me touche beaucoup. C'est une "lettre intime", une fine envolée de mots dont on ne peut que se régaler… La ponctuation est parfaite ! Ce "style de […] vers" superbe !

Au plaisir de vous relire.

   Sarah_K   
16/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Petite nouvelle sur ce site, je découvre avec ravissement le travail d'une grande Dame de la poésie.
Je me demande si j'oserai poster quoi que ce soit après avoir lu cette sextine.
J'ai adoré.


Oniris Copyright © 2007-2018