Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Cristale : Nous le verrons ensemble
 Publié le 30/11/14  -  13 commentaires  -  782 caractères  -  368 lectures    Autres textes du même auteur

Sonnet quinzain.


Nous le verrons ensemble



Là-bas, sur l’horizon que chahute l’aurore
De sa toile rosie à l’ambre du Levant,
Ton regard s’ouvrira sur le monde vivant
De ce vaste univers où je viens naître encore.

Il n’est pas de silence et rien n’est incolore
Du haut des grands rochers ; les eaux se soulevant
Sont tels des draps roulés sur du sable mouvant
Par les doigts d’une fée, au son d’une mandore.

Tu sauras la caresse, en longeant les chemins,
Des embruns amoureux des genêts et jasmins
Que les vents de noroît retroussent de leur bise.

Les oiseaux, bien souvent, ont pour seul univers
Ce lit brodé d’écume et volent à l’envers,
Riant du cormoran tout nu sur la balise.

Tu veux voir l’océan ? Viens ! et prends ta valise.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
20/11/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
C'est un sonnet quinzain classique très réussi et maîtrisé avec
de belles images que les amoureux de la mer apprécieront.

Il n'y a pas grand chose à soulever, juste peut-être le dernier vers
qui ne me semble pas très bien "amené" même s'il justifie le titre.

   Anonyme   
30/11/2014
Bonjour Cristale... Catégorie de plus en plus souvent supplantée par le Contemporain, le véritable Classique se fait rare et c'est avec plaisir que je commence ma journée par la lecture de ce sonnet fort bien tourné... Beaucoup aimé le lit brodé d'écume, un peu moins la nudité (?) du cormoran qui paie sans doute "sa piètre plume", image que j'avais moi-même utilisée en d'autres temps.

Autre bémol, le dernier vers que je ne trouve pas du meilleur effet quand bien même je comprends qu'il vient justifier le titre.
Un bon sonnet auquel il ne manque pas grand chose pour me séduire totalement... Merci

Edit... Je m'aperçois à l'instant que j'ai repris les arguments de Hananke concernant le vers final... sans pourtant avoir lu son commentaire

   Pimpette   
30/11/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Les oiseaux, bien souvent, ont pour seul univers
Ce lit brodé d’écume et volent à l’envers,
Riant du cormoran tout nu sur la balise.

Tu veux voir l’océan ? Viens ! et prends ta valise."

Cette dernière strophe me plait particulièrement, et le cormoran tout nu amène astucieusement le dernier vers, qui lui, signe la liberté du poète,par son côté volontairement prosaïque!

   Condremon   
30/11/2014
Viens je t'emmène ...
Joli texte énergique et bien écrit pour une belle lecture du dimanche matin avant de prendre le large...
J'aime le rythme aussi, sur de lui comme il faut avant un départ

   Francis   
30/11/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Dès les deux premiers vers, j'avais envie de répondre à cette invitation ! Ce nouveau jour qui se lève sur l'océan s'accompagne de très belles images :" draps roulés sur le sable mouvant (comme après une nuit d'amour), embruns amoureux, lit brodé d'écume ".
Amoureux de ma Côte d'Opale, j'ai beaucoup aimé ces vers !

   leni   
30/11/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A cristale
Je suis toujours épaté à la lecture d'un sonnet Moderne ou classique peu importe Soumettre le fond à la forme et exprimer l'idée clairement une performance Elle est très bien réussie ici Ce sonnet est parsemé d'images très jolies :
Qui chahute l'aurore...

Sont tels des draps roulés sur du sable mouvant
Par les doigts d’une fée, au son d’une mandore.

Des embruns...

Tu veux voir l’océan ? Viens ! et prends ta valise.

Merci pour ce bon moment
Salut cordial à vous
Leni

   Robot   
30/11/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans ce beau sonnet, j'aime tout. Son phrasé, ses rimes, son expressivité. Je ne citerai donc pas de passage en particulier.
Bémol, j'aime tout à l'exception de ce 15ème vers qui me semble peu utile et qui dénature l'ensemble si agréable jusque là. J'avais noté cet aspect pour me rappeler ce ressenti à faire valoir en cas de publication quand j'ai parcouru le texte en espace lecture.
Je ne suis donc pas influencé par des avis précédent.
Si la volonté de ce vers était de justifier le titre, je pense qu'il aurait mieux valu changer de titre.
Mais c'était quand même une super lecture.

   papipoete   
30/11/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Cristale; après le sonnet de Marot, de Peltier, estrambot, je découvre celui d'Albert Samain le quinzain. Agréable ballade au gré des chemins surplombant cet océan que nous découvrons ensemble! L'oreille s'étonne autant que l'oeil face au vacarme de la houle allant et venant sur la grève. Sur ces vers, on imagine la musique de fond qui jamais ne cesse, n'accordant aucun silence; tantôt assourdissante dans le ressac des vagues, tantôt envoûtante à travers ses vents de noroît retroussant genets et jasmins! J'aime particulièrement le 2e quatrain, mais j'aurais, dans le 1er vers du second tercet, préféré une autre tournure que "les oiseaux (ont) pour seul univers? Une "paille" dans cette moisson d'images fortes!

   emilia   
30/11/2014
J’ai aimé me laisser bercer par le rythme et les douces images au souffle rafraîchissant et vivifiant de cet agréable sonnet, avec « sa toile rosie, ses draps roulés par les doigts d’une fée (me permettant de découvrir le son de la mandore), ses embruns amoureux…( qui transportent jusqu’à moi le parfum des genêts et des jasmins)… », en riant avec les oiseaux de la particularité du cormoran… ; merci pour ce partage !

   fugace   
2/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'admire totalement la maîtrise qu'il y a dans ce sonnet.
Mais surtout, il est empli d'émotions, d'images, qui touchent le coeur.
Alors, oui, Cristale, je prends ma valise; je te suis dans tes chemins surplombant l'océan; pleins d'embruns, de senteurs.

   Curwwod   
3/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pris dans sa globalité ce poème développe une vision poétique, colorée et mouvante d'un paysage marin que l'auteur propose au lecteur de partager. La tenue de l'écriture est globalement très bonne et les références nombreuses aux paysages mélancoliques de la Bretagne ou de l'Irlande.
Comme cela a déjà été signalé, le dernier vers fait retomber abusivement le poème dans le prosaïque. C'est dommage.

   FABIO   
5/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Efficace,délicat,réfléchie,musicale,accessible,reposant.
Une thérapie poétique pour les amoureux de nature et de l'Océan

   Anonyme   
2/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai trouvé ce poème absolument magnifique. Les mots coulent de source, tel un long fleuve tranquille, formant des alexandrins d'une infime tendresse.

Ca me donne envie de prendre ma valise...


Oniris Copyright © 2007-2018