Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Cristale : Oserai-je ? [Sélection GL]
 Publié le 28/07/15  -  19 commentaires  -  815 caractères  -  728 lectures    Autres textes du même auteur


Oserai-je ? [Sélection GL]



Oserai-je, demain, marcher vers l’horizon,
Mon ombre dans votre ombre, avec ce privilège
De me laisser bercer au tendre florilège
De nos yeux en accord, sans perdre la raison ?
 
Du levant au couchant, sur le fil de ma vie,
Les rayons du soleil n'eurent jamais l’égal
Des aveux enflammés de votre madrigal,
Dont même Cupidon, d’un tel art, meurt d’envie.
 
Aucun autre discours, quelle qu’en fût l’ardeur,
N’a fait rosir ainsi mon teint blanc d’armeline,
Car votre passion, pour mon cœur d’orpheline,
A brodé de vos mots ma robe de pudeur.
 
Ballades et rondeaux, ou doux bouquets de prose,
Plus que des diamants, éclaireront le jour
Où je saurai de vous les secrets de l'amour,
La douceur d'un baiser, le parfum d'une rose.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
6/7/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
que ce billet-doux est bien écrit! Même si ce madrigal pour vous, revêt des atours d'écriture que les temps ont oublié, je trouve que votre langage pour y répondre ne peut que charmer celui, dont brûle pour vous un feu ardent! Les mots qui fleurissent votre parterre de vers, tel " l'armeline "pour évoquer le teint blanc de votre peau, sont pierres rares qui m'éblouissent, que je range précieusement dans un coin de ma tête.
Votre poème semble broderie plus que parchemin, et le lisant, regrette qu'ainsi on ne parle plus! Quelle fille en fleur ne rêverait pas de " soupirer " de cette façon, plutôt que de jouer des pouces sur un smartphone?
Quand vous n'ignorerez plus rien des choses de l'amour," plus qu'un diamant, ballades et rondeaux, bouquets de prose " vous raviront Belle Dame, de la part de cet amant quand enfin, vous OSEREZ marcher, votre ombre dans son ombre...
Je suis sous le charme de ces vers classiques, imaginant " rosir votre teint blanc d'armeline ", devant lequel humblement j'en baise la main.

   lala   
6/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ciselé, fluide, délicat et délicieux !
Des "aveux enflammés" ayant été formulés, je ne doute pas que le personnage, quand son teint aura retrouvé sa blancheur naturelle, osera !
Coup de coeur pour "A brodé de vos mots, ma robe de pudeur" ainsi que "bouquets de prose" (le qualificatif doux n'est peut-être pas le meilleur ?).
Par souci d'harmonie d'ensemble, les mots d'un vocabulaire recherché ne devraient pas se trouver uniquement dans les fins de vers (florilège, madrigal, armeline).

   Damy   
29/7/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Quelle agréable lecture ! Une plume féminine élégante, tendre, surannée et romantique à souhait. Cela fait du bien en ces temps de morositude.
J'aime particulièrement le teint d'armeline, la robe de pudeur et l'appel au sommet des formes poétiques du temps des Grands de La Pléiade (madrigal, ballades et rondeaux).
Nonobstant la ponctuation (perso, je n'aurais pas mis de virgule dans ce vers, entre autres.: "A brodé de vos mots, ma robe de pudeur."), qui m'empêche la notation maximale, la musique classique est parfaite et douce à mon oreille.

Merci pour cette belle œuvre.

[edit] J'avais commenté ce poème en aveugle, or, je vois que dans sa version définitive les virgules mal placées ont été supprimées. Vous avez donc, Cristale, mon coup de cœur sans réserves.

   Hananke   
28/7/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est un très beau poème classique et d'amour.

Il n'y a pas grand chose d'autre à rajouter.Fluidité, rimes riches,
images de douceur et de passion.

Pour moi ce qui survole :

La totalité, il m'est difficile d'élever un élément plus qu'un autre
tant ce poème atteint la perfection.

Que mes propres écrits me semblent des brouillons
à coté de ce texte !

Bravo.

   Anonyme   
31/8/2015
Bonjour Cristale

On reprend son souffle après une telle lecture, que dis-je après plusieurs ! Superbe !
On dira ce que l’on voudra, mais pour moi, les plumes féminines sont sans égales pour aborder ce thème. Elégance, finesse, délicatesse, romantisme à souhait, tout y est. J’ai toujours aimé le vouvoiement pour sa retenue, sa noblesse poétique.
Ceci dit, si j’avais su écrire ainsi plus jeune, j’aurais moins bafouillé pour rencontrer l’amour. Maintenant, je ne l’écris plus, nous le gardons bien au chaud.

Merci pour ce bouquet

   Anonyme   
28/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Cristale... Comment vous manifester mon enthousiasme à la lecture de ce superbe poème ? C'est une pièce rare, de l'orfèvrerie poétique où recherche et qualité du vocabulaire se disputent le premier prix avec la richesse des rimes... Le ton un peu suranné convient parfaitement à cette déclaration que je situerai bien au XVIIIème.
Que dire de plus sans tomber dans l'excès avant que l'on m'accuse de flagornerie ?
Je resterai donc sur ce vers...

La douceur d'un baiser, le parfum d'une rose.

Bravo et merci pour cette fort agréable lecture !

   Pussicat   
28/7/2015
Rien à dire...
Je ne goûte guère ce genre de poésie classique mais reconnaître que tout est à sa place ne me fait pas aussi mal que cela ;)
Bravo !
à bientôt de vous lire

   leni   
28/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Cristale Voici un superbe billet tendre Elégantissime
De la dentelle de Bruges en points choisis
Les images sont de la même tonalité affective Je perçois une belle unité Je cite pour le plaisir

Du levant au couchant, sur le fil de ma vie,
Les rayons du soleil n'eurent jamais l’égal
Des aveux enflammés de votre madrigal,
Dont même Cupidon, d’un tel art, meurt d’envie.

Toujours le même plaisir de te lire

Merci Mon salut amical et admiratif
Leni

   PIZZICATO   
28/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau poème d'amour qui n'a rien à envier aux Grands Romantiques.
Le style est délicat, les images déicieuses.

   Automnale   
28/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
En lisant "Oserai-je", je pense à Marceline Desbordes-Valmore ou à Anna de Noailles. Auraient-elles fait mieux ? Peut-être pas... C'était il y a bien longtemps... Mais voilà que Cristale, en 2015, s'exprime de la même façon.

Osera-t-elle demain marcher vers l'horizon, dans l'ombre de celui - ou de celle - qui lui a dédié un madrigal incomparable ? Aucun autre discours n'avait, jusqu'alors, fait rosir son teint blanc d'armeline... Ballades et rondeaux, doux bouquets de prose, plus que des diamants, éclaireront le jour où elle saura de lui - ou d'elle - les secrets de l'amour, la douceur d'un baiser, le parfum d'une rose...

Comme c'est joli ! Comme c'est bien écrit ! Pour la route, je garde précieusement l'idée d'un tendre florilège de regards en accord... sans perdre la raison.

Mon avis : Elle osera !

Grand bravo, Cristale, pour cette très charmante parenthèse.

   framato   
29/7/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Cristale,

je trouve que votre poésie possède plusieurs atouts au niveau de la forme. D'une part, son rythme : elle coule toute seule à la lecture à haute voix, rien n'accroche. D'autre part, une prosodie sans faille (les deux sont très certainement liés). J'aurai cependant un regret concernant la répétition d'ombre (image déjà utilisée part Brel).

En ce qui concerne le fond, je suis beaucoup plus réservé. Il est classiquement banal.

J'ai trouvé une somme de lieux communs : marcher vers l'horizon, du levant au couchant, sur le fil de ma vie, des aveux enflammés, robe de pudeur, les diamants qui éclairent le jour, les secrets de l'amour, et tout le dernier vers sont des associations de mots et des idées maintes et maintes fois lues et relues.

J'ai par contre beaucoup apprécié le bouquet de prose, cette petite fulgurance est très belle et m'a surpris.

Thème rabâché, forme parfaite mais sans surprise, trop peu d'images intéressantes et une terrible impression de déjà lu : je me suis ennuyé à cette lecture, tout en restant très admiratif sur le travail que le respect de la forme vous a imposé.

Bref mon avis sera plutôt mitigé. Mes deux reproches fondamentaux étant l'utilisation d'images convenues qui donnent une impression de déjà lu et le manque de profondeur du texte ne parvenant pas à renouveler un tant soit peu un thème vieux comme la poésie. Une seule bonne surprise à la lecture (un bouquet de prose) d'un texte traitant de l'émoi amoureux, c'est vraiment trop peu.

   kamel   
4/8/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Cristale
J’ai attendu ce moment où vous pouviez reprendre vie par vos écrits superbes. De l’amour en l’air qui se ressuscite par la chaleur d’un vocabulaire sans précédent, employé avec ferveur à pénétrer dans ce corps tant attendri par vos mots, où l’ombre s’infiltre dans son ombre pour mieux dicter votre volonté ajouté à votre soif d’amour tant décrite à la fin et qui s’achève par un doux baiser et un bouquet de rose, des images qui vous expliquent comment l’être peut renaître et « oser » retrouver l’amour qui n’en finit pas. Interrogation directe soumise aux lecteurs d’en tirer une réponse évidente, une fois encore, Cristale se fond dans son fond pour peindre l’amour et en aimer beaucoup plus l’amour des mots qui ravivent son cœur.

   Lulu   
6/8/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'étais manifestement passée à côté de ce poème que je découvre au détour de quelques lectures... Et je m'en réjouis, car il est tout bonnement sublime. Je n'ai rien à redire quant au fond ou à la forme. Il est parfait, d'une telle délicatesse. Il est à susurrer, à chanter en douceur... Il me ramène quelques années en arrière, où la poésie s’immisçait gentiment dans ma vie amoureuse... et me fait voir que l'on peut encore vouloir aimer dans un esprit courtois. Un vrai régal.

J'aurai assurément beaucoup de plaisir à vous lire à nouveau.

Mes félicitations.

   Anonyme   
6/8/2015
Bonsoir,

c’est vrai que c’est un beau poème mais, car il y a un mais, deux même.
Le premier : c’est vrai que ce genre de poème me paraît tellement d’un autre temps qu’on se demande quel âge à l’auteur ; je plaisante un peu mais quand même.
Après sur le fond je rejoins un des autres commentateurs c’est assez commun.
La référence à Marceline Desbordes-Valmore d’une commentatrice est bien trouvé, j’aime beaucoup cette poétesse mais si c’était ma voisine qui écrivait ainsi, je resterais pantois.
Bon à chacun sa sensibilité et son talent particulier. Je serais d’ailleurs incapable d’écrire ainsi.
Alors pourquoi commenter si on ne ressent pas bien ? Je me le demande un peu.
Toutefois je vois le décalage entre ce style d'écriture et la vie actuelle…les rapports interpersonnels en particulier, et ça m’interpelle souvent pour d'autres auteurs ici aussi, pour une fois je le dis.

Cordialement

Corbivan.

   RB   
6/8/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Merci Corbivan de le dire avec cette gentillesse.
J'ai le même avis que vous ainsi que de celui de framato. Ce texte est parfait. Mais on en reste là. Et c'est, d'une certaine façon, dommage quand on possède autant de virtuosité dans le classique de ne pas aller plus loin, de ne pas rechercher -en son très profond "soi"- un vers beaucoup plus personnel que celui qui clôture ce texte, par exemple.

   SaintEmoi   
13/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle belle pièce
Il me semble que plus qu'un poème d'amour, c'est un poème d'espoir et de courage (un penchant et une vertu)
J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire et le relire
Merci

   cervantes   
14/8/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Qu'il est doux de commenter quand tout a déjà été dit par les autres. Sans jeu de mot vous semblez "cristalliser" deux tendances d'Oniris. L'une s'en remet à l'émotion, à la perfection de la forme, à la musique et à sa forme classique, l'autre à la "modernité", 'l"universel" et le ressenti profond de soi.
Vous êtes pour moi l'une des plumes qu'il m'est le plus doux et le plus enrichissant de lire, et ce poème en est une fois de plus une excellente illustration.
"La douceur d'un baiser, le parfum d'une rose" hors de leur contexte n'ont rien d'original mais à la fin de votre si beau poème nous ("me") transportent et nous font revivre et aimer tous les vers qui précèdent. Vous avez le sens de la construction et de la musique, deux ingrédients qui me semblent absolument nécessaires à l'émotion.
Merci de nous la faire partager et merci aussi (pourquoi pas?) de susciter des réactions aussi différentes...

   ameliamo   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un poème merveilleux ! Si délicat, si sensible, si plein de douceur. Un poème qu’on lit avec le chœur.

   Vincendix   
29/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est limpide et rafraichissant comme l'eau d'une source, la poésie que j'aime. Je ne veux pas de faire de publicité pour une eau DE source bien connue marque que votre pseudo évoque, cette eau n'est pas en bouteille, elle nait dans un endroit secret que seule votre muse connait.
Je reviendrai lire ces vers, pour m'en abreuver et me rafraichir.


Oniris Copyright © 2007-2018