Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Cristale : Peau de sable [Sélection GL]
 Publié le 25/08/17  -  31 commentaires  -  337 caractères  -  724 lectures    Autres textes du même auteur


Peau de sable [Sélection GL]



Une langue d’écume
et d’eau
s’en vient lécher le sable
lisse et tiède
comme la peau d’une femme
au sortir du bain


une peau dont le grain
si fin
rutile d’éclats de nacre


une douceur évaporée
à peine caressée
que le soleil emporte


d’un baiser.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Une image seule peut suffire à faire un poème. Vous choisissez l'épure, et cela convient bien à mon ais, mais je dirais que vous n'êtes pas allé ou allée tout à fait au bout de la démarche, je pense que vous auriez pu évider encore un peu votre sculpture pour ne garder que l'esquisse, la pureté de la ligne.

Ainsi, pourquoi préciser que le sable est lisse et tiède COMME la peau d'une femme ? Ce mot marquant la comparaison est inutile pour moi, il tient trop le lecteur par la main. Le sable, c'est la peau d'une femme qui sort du bain, point.
Pourquoi lisse ET tiède ? En forme libre, je pense que, le cas échéant, on peut se passer de la coordination pour préférer la juxtaposition, cela a souvent plus d'impact. Je regrette l'assonance "évaporée"/"caressée" trop proche d'une rime à mon goût, donc d'un retour au "joli-poétique" dans ce texte qui, selon moi, devrait avoir un goût plutôt salé, quelque chose d'âpre.

Je pense donc que vous pourriez "racler" encore un peu le texte pour mieux l'épurer... mais, tel quel, je le trouve déjà sympathique.

EDIT : Cristale, je ne vous avais pas du tout reconnue en Espace Lecture. Permettez-moi de vous féliciter de faire l'effort de sortir aussi radicalement de votre zone de confort ! Pour une "novice" dans cette catégorie d'écriture (en tout cas sur Oniris), vous parvenez déjà à un joli résultat...

   Donaldo75   
7/8/2017
 a aimé ce texte 
Pas
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

Voici un poème court, trop descriptif à mon goût, comme un polaroid aux reflets artistiques mais plats. Je n'ai pas été emporté par le champ lexical, l'image de la peau et la fin par un baiser. Pour moi, c'est convenu.

Une autre fois.

   papipoete   
7/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
libre
Si court, mais tellement poétique !
NB on sent cette langue d'eau et d'écume qui s'en vient lécher la " peau de sable " ; c'est très beau!
papipoète

   Pouet   
11/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Un poème sensuel et visuel. Une belle écriture simple et évocatrice.

Le rapprochement "grain de peau/grain de sable" est bien vu.

Joli, quoi.

Pouet

   rosebud   
25/8/2017
un peu tarte à la crème: le soleil, la mer et la musique substituée par le sable.
Si peu de mots pour redire ce que l'on a entendu mille et une fois...
l'image toutefois est claire et nette, photographique, mais le baiser du soleil, c'est vraiment too much. Et je n'aime vraiment pas le "s'en vient" tellement compassé.

   Damy   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Du libre ? Quelle aventure courageuse !. Bon! Je "ronchonchonnerais" encore un peu en disant que ça reste dans l'élégie, mais la métaphore est très jolie et le texte reste succinct et intense en émotion romantique.

J'ai eu plaisir à le lire. Je vous préfère bien sûr toujours dans votre art maîtrisé du classique, mais je vous encourage à persévérer: les recommandations de Socque peuvent vous y aider judicieusement.

À vous relire en toute liberté,
Damy

   luciole   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je trouve ce court poème charmant. Il pourrait être encore élagué mais tel quel il m'a plu. Joli.

   PIZZICATO   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je rêve d'être métamorphosé en " langue d'écume ", pour un matin...

Poème suggestif à souhait.

   leni   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Cristale
Ce poème me fait penser à SENSATIONS Il chante juste Il est trop
court pour décoller comme le font habituellement tes textes Il mériterait d'être complété
Mon salut amical
LENI

   Anonyme   
25/8/2017
Chère Cristale,

Tu sais combien j’aime ta poésie et quelle est mon impatience d’étaler notre peau d’ours devant l’âtre, mais je te mentirais si je te disais que j’ai aimé ce poème. D’ailleurs je ne l’aurais pas commenté s’il n’avait pas été de ta plume. Je salue toutefois ton éclectisme et ton courage à affronter d’autres contraintes que celles du classique.

Commençons toutefois par le bon point : la suppression de la ponctuation (encore que le point final m’apparaisse comme une petite tache). C’est simple, à part en de rares exceptions, dès que je vois un signe de ponctuation en poésie libre, je tourne la page.

J’aime que la poésie libre prenne son temps à la manière de Jaccottet, mais ici la langue me semble trop distendue pour un poème si court, si refermé sur une seule idée. Pour moi, par exemple, dans le vers : « une peau dont le grain », toute la première partie est inutile, elle ne fait que phagocyter le mot grain.

Je préfèrerais que les rimes évaporée-caressée-baiser soient évitées et se correspondent à distance, comme tu l’as fait avec eau et peau dans la première strophe. Tout ce qui est bon en classique est souvent mauvais en libre.

Rutile est un peu redondant avec éclats de nacre. Ça ne peut flatter qu’une lecture rapide et distraite. Je te respecte trop pour ça.

La métaphore sable/peau de femme ne me parle plus depuis que ma première Vénus m’a lâchement plaqué sur une plage de vacances, il y a au moins trois siècles. Ce souvenir que tu réveilles en moi est même douloureux :)

Cristale, jure-moi que tu me garderas ton amitié. Sinon, je suis prêt à tout réécrire. J’ai bien réussi à feindre la Passion à mes six premières femmes…

Ludi
Barbe-bleue

   Zorino   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Cristale,
Le court en dit parfois long et votre poème en est l'exemple type.
A peine initié, je suis déjà à la fin et pourtant, entre ces 2 instants presque adjacents, mon imaginaire a enflammé mes pensées encore nébuleuses du matin et a modelé dans mon esprit un court-métrage à la fois fantaisiste et romantique, digne d'un film d'Eric Rohmer.
Personnellement, je n'en demande pas plus pour combler ma soif de poésie.
Merci pour le partage

   hersen   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Cristale,

là où tu m'épates, c'est que tu oses tout ! Tu n'hésites pas à t'aventurer dans des contrées moins connues et tu t'exposes, comme une femme sur la plage...

Ton poème, de mon point de vue, a de belles choses mais l'élan poétique est coupé quelquefois, et sur du si court, ça marque.

La peau d'une femme au sortir du bain. cela me ramène dans la salle de bain et ne me donne pas une image que j'ai envie de trouver ici.
Rutiler, pour l'éclat de la nacre, je pense que c'est trop fort. La nacre,la perle, ont un éclat qui se distingue par sa matité douce au regard. Rutilant, c'est brillant, agressif.

Sinon, le rythme image très bien l'aspect langoureux et dans le libre, le rythme est sans doute un des paris les plus difficiles à tenir.

Je te relirai avec plaisir dans ce registre.

   Cat   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Cristale,

Je te sais capable de tout. Tu l'as osé ici, loin de ton cocon confortable. Rien que pour ça, je t'applaudis à tout rompre.

Comme tu es une bosseuse (tu l'as répété à maintes reprises), je suis certaine qu'avec de l'entraînement, tu vas apprendre vite à te lâcher complètement pour atteindre la totale liberté. Celle qui te procurera d'autres joies toutes aussi profondes que lorsque tu t'escrimes sur tes rimes parfaites, riches et tellement belles.

Cependant, même si elle reste perfectible, l'image que tu as allumée avec ta poésie libre danse bien dans ma tête

Sur ma peau "sous la langue d'écume et d'eau" friponne un agréable frisson.

Bravo pour l'avoir tenté !
J'espère te relire bientôt en poésie libre. Tu as le potentiel.


Cat

   Anonyme   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bienvenue dans le monde de la poésie libre chère Cristale.
Il me semble inconvenant de chipoter un mets lorsqu'il est servi avec tant de grâce.
Vous avez osé mettre les pieds [pardon!] là où d'autres se tordent la cheville et rien que pour cette audace, bravo !
Le plaisir de la lecture est là et le potentiel évident! Ne lâchez rien je vous prie.

   Louison   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Cristale,

En peu de mots, me voila séduite par ce poème.

Seul le mot rutile me gêne un peu, j'aurai préféré chatoie ou luit.

J'aime beaucoup ce baiser final du soleil.

Merci pour cette lecture.

   emilia   
25/8/2017
Une lecture agréable d’un joli moment tout simplement charmant et suggestif qui laisse le temps de visualiser la scène bien imagée et transposée d’une belle naïade au sortir du bain, avec cette facette magique de l’illusion poétique qui transcende la réalité en attribuant au sable la douceur de la peau, tout en conservant l’empreinte romantique et délicate d’un baiser de soleil… ; merci à vous pour cette perception sensible…

   Anonyme   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Avec mes propres antennes qui sont reliées à peu de groupes, peu d'histoires, peu d’affects convenus, je tente maladroitement (les antennes son fragiles!) , et avec ces fossés que je crée ( sans doute volontairement), de commenter de la poésie, et surtout de la poésie libre.
Je mesure ordinairement la qualité d'un poème au temps qu'il met à me poursuivre une fois que je l'ai lu.
Désolé de vous le dire, mais pour moi, le poème n'a plus aucune consistance, ni aucune épaisseur, ni même ne lui vois-je l'amorce d'un pas vers moi, sitôt son point final.
Cela (le texte), me semble d'une banalité extraordinaire.
Ce n'est que mon avis, bien sûr, et je vous préfère véritablement en classique.
Cependant le risque que vous prenez est louable et malgré mes premières impressions concernant ce virage d'écriture, qui n'appartiennent qu'à moi, je vous adresse aussi mes encouragements.
Cordialement.

   HadrienM   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
La légèreté est parfois mauvaise conseillère. Les images, dans ce poème, établissent un potentiel bon dispositif (immédiateté et poétique de la mémoire : les sensations puis la tragédie du temps sur les sensations), mais ce baiser qui avait pourtant quelque chose, initialement, de très bon (on l'imagine sur nos lèvres), à la lecture globale du poème, s'en trouve beaucoup moins séduisant. L'écriture semble trop rapide, presque artificielle (la langue d'écume : quelle beauté pourtant) pour - personnellement - me satisfaire.

Mais au fond, doit-on être satisfait par un poème ? Ce serait triste.

A vous lire,

   widjet   
25/8/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Un texte doux, avec un soupçon de sensualité etc...mais objectivement pas de quoi se relever la nuit. C'est très joliment écrit, mais quand même assez convenu, déjà lu mille fois.

Un exercice de style qui en plus tourne court.

Osons la franchise : ce texte écrit par un(e) inconnu(e) ou une personne moins "appréciée" que Cristale (personne sans doute adorable), je ne suis pas certain que ces charmantes précautions d'usage (de la part de ceux qui n'ont pas aimé) eurent été aussi présentes. Je reproche pas la bienveillance, fusse t-elle sélective. Je constate et c'est amusant.

W

   Vincendix   
26/8/2017
Bonjour Cristale,
Vous sortez de vos habitudes en nous proposant cette poésie "libre", c'est dommage.
Bon, c'est la période des vacances et j'espère que nous retrouverons prochainement votre plume classique tant appréciée.
Vincent

   Raoul   
26/8/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Bien mince…
Thème classique réduit à peu. Je veux bien que la poésie puisse être à la lisière du presque rien et de l'ineffable (cf. Bachelard ou le mélomane Jankélévitch) mais là… Sous couvert d'une sensualité qu'on voit arriver avec de gros pieds, on est ensablé dans le convenu, je cherche l'invention et ne trouve que, par exemple, un " au sortir du bain" très Fragonard pour ne pas dire maniéré.
Il y aurait eu un "comme une peau de femme" le texte aurait pu se développer dans un autre registre, mais là…
Pas aimé.

P.S. : Je lis votre texte juste après l'Hivers à Calais… donc mon opinion est peut être, sûrement, sans doute à relativiser - oui widget - ;)

   Cristale   
26/8/2017

   Gouelan   
29/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime cette image.
Chaque vague est une caresse.

   Robot   
30/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai apprécié la simplicité des mots pour évoquer une sensation.
J'ai eu plaisir à lire (dire) la strophe de fin tout en regrettant l'espace du dernier vers. Il ne me paraît pas utile, sauf à vouloir exprimer une hésitation qui n'a pas lieu d'être puisque d'un baiser est rattaché à l'ensemble.

   SQUEEN   
30/8/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Ce qui m'a plu c'est l'adéquation entre le temps de l'action -la vague qui se retire de la plage le soleil qui en sèche la trace- et la longueur du texte. C'est "joli". L'impression est bien rendue. A vous relire, sans doute.

   Alcyon   
31/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour

belle sensualité
poème tout en finesse
très agréable à lire
des mots simples et justes
qui sonnent vrais

juste un bémol
la ponctuation finale altère l'élan annoncé

un poème comme je les aime

merci

   FABIO   
4/9/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour

Bien joué et surtout...... du talent.
Simplicité talentueuse , le plus dur en poésie.
efficacité du texte et du choix des mots qui dessinent des images parfaites.
Un poème lisible pour tous et qui sera surement apprécié par beaucoup.il vaut mieux utiliser un thème mille fois car quand c'est beau,c'est beau .

percutant,joli,humble. Bravo

Fabio

   Alcirion   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Cristale,

Votre poème donne dans un genre de libre que j’aime bien et que je pratique parfois : l’épure.

Pour la forme, les vers sont courts et bien grattés pour qu’il ne reste ni adjectif ni adverbe superflus. Une autre condition est dans le champ lexical, qui doit être simple, usuel, n’user d’aucun artifice précieux – à part nacre qui détonne un peu, sans être vraiment rare, l’exercice est réussi.

Toute forme pousuit un but, et dans l’épure, le plus compliqué est de transmettre l’effet poétique de la manière la plus subtile possible, avec le minimum de ressources : c’est à dire en employant le moins de techniques possibles (métaphores, analogies, paradoxes…). Là, le jeu est réussi : la première strophe présente l’idée de manière réaliste, les deux tercets suivants la déclinent en légereté et le dernier vers révèle le sens. Sur le principe, ça m’a fait penser au haïku.

Au-delà, j’ai eu plus une impression de contemporaine que de libre, même s’il n’y a pas de rimes (j’ai même compté pour voir s’il n’y avait pas une structure particulière). Ca m’a fait penser aux reconstructions « modernes » qu’employaient Eluard ou Aragon par exemple (des vers de 4, 5 ou 6 par exemple, des alternances libres, etc...). C’est sans doute la patte du classique qui s’exprime (peut-être inconsciemment) et qui rend l’exercice d’autant plus intéressant.

Au final, j’ai le sentiment d’un texte très travaillé sur le rythme et une idée bien rendue par la délicatesse de l’écriture.

A vous relire !

   troupi   
9/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Cristale.

Je reviens bien tard sur ce tout petit poème qui se glisse dans la liberté du "libre" ou "libéré" je ne sais pas et ça m’indiffère un peu à vrai dire.
Il est à mon avis la démonstration que le passage du "classique" à un autre mode est aisé alors que le contraire n'est pas du tout évident.
Un peu à la manière d'un musicien ou d'un peintre qui a étudié les bases solides de son art et qui peut avec une certaine aisance changer de registre.
Tout ceci pour dire que j'attends avec un intérêt certain le prochain poème libre de Cristale car si celui-ci n'est pas un chef-d’œuvre il présage néanmoins d'une suite intéressante.
Bonne journée.

   Ombhre   
9/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
un joli poème lu avec plaisir.
Mais, ainsi que cela a été remarqué dans d'autres commentaires, l'épuration du superflu aurait gagnée à être poussée plus loin. Le poème perd en force ce qu'il gagne en "mots de trop".
Mais qu'il est difficile, cet exercice de ne garder que l'essentiel.
Amicalement

   kamel   
10/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Joli, très joli même de réduire vos mots dans une poésie libre où parfois un seul mot suffit. pleins de sens, vous arrivez à animer l'inanimé, la femme est comme toujours symbole de beauté , de clarté, aussi limpide comme l'eau vos mots se rattachent parfois et s'isolent entre temps, terminologie qui parait simple mais complexe où l'image profonde reste du domaine de son auteur.
une poésie qui se lit sans difficultés plusieurs fois et sans peine , Bravo Cristale d'avoir charmé le monde avec ces petits mots.


Oniris Copyright © 2007-2018