Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Curwwod : Billet doux
 Publié le 09/08/22  -  10 commentaires  -  447 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

Un instantané.


Billet doux



Froissement d'aile, enchantement blanc de la page :
C'est le pli que l'on ouvre ainsi qu'une fenêtre,
Tremblant, avec le cœur qui se serre et partage
Le poids de ton mensonge… incrédule peut-être.

Soupir, envol tourbillonnant de la feuille froissée :
Ce n'est pas le billet qu'on espère et qu'on guette
Serments, oubli, mots qu'on écrit sans les penser,
C'est un amour qui a passé… et que l'on jette.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
28/7/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Le texte illustre bien le titre. Cette syntaxe minimaliste évoque fidèlement le caractère spontané d'un ressenti, les vers ont quelque chose de la légèreté du papier en même temps que la densité des sentiments éprouvés. Ce poème me semble avoir sa place en poésie contemporaine.

Miguel, en EL

   socque   
29/7/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce qui me charme dans votre poème, c'est son rythme, les vers longs et flottants que je ne sais trop comment scander ; le premier vers notamment me surprend, en principe je devrais trouver lourds les deux mots imposants en "ment", mais non, pour moi c'est dansant, fluide. Les incongrues quatorze syllabes du cinquième vers me sont galamment déroutantes.
Malgré le sujet plutôt plombant je garde tout du long cette impression d'aisance, de mouvement allègre. La fin d'un amour ? Boh, rien de grave, on laisse s'envoler en tourbillonnant le billet porteur de mauvaise nouvelle. La vie continue. Je me sens presque dans une comédie musicale : "Les demoiselles de Rochefort", tiens. Le charme suranné d'un Jacques Perrin qui paraît entrer au collège et de Michel Piccoli qui s'appelle monsieur Dame (j'espère que je me rappelle bien !).

   Cyrill   
3/8/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Un billet doux plutôt teinté de dépit, en deux quatrains vite faits bien faits, bien condensés, je dirais. On est entre la légèreté du papillon et le poids du sentiment ( du mensonge aussi ) qui serre le cœur à la lecture du billet.
Mais même les grandes déceptions finissent par ne rien peser de plus que les quelques grammes de papier responsable.
C’est agréable à lire, les sonorités, le rythme, ça coule et ça parle tout de suite.

   Jemabi   
9/8/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Simple et efficace. Une rupture racontée avec des mots justes, des images qui en disent long sans trop en dire. Et le tout bénéficie d'un rythme rendant la lecture très agréable. Il est clair qu'on nous parle ici d'un temps qui n'existe plus. De nos jours, on ne s'embarrasse plus de telles délicatesses : un smiley ou un GIF font l'affaire. Et comme on ne peut pas froisser son smartphone pour tirer un trait sur la fin d'une belle histoire, on supprime le contact.

   papipoete   
9/8/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Curwwod
Qu'il est loin le temps, où chaque billet reçu, ou passé par une amie, faisait battre notre coeur... Ces serments qu'on se jurait de la voix, ou à l'encre sympathique... Aujourd'hui, c'est en chiffon que finit un écrit, où tout est dit...
NB ce n'est jamais le billet que l'on espère, quand l'objet de nos tendres tourments, se libère à tire d'ailes...
Mais se demander si l'on fit tout pour le garder ? non point l'emprisonner non plus...
Dans la première strophe, j'aurais écrit " son " plutôt que " ton mensonge "
le dernier vers également " un amour qui/a passé " me semble maladroit.
le 5e vers mesure 14 pieds
le 8e vers avec " qui/a " fait hiatus
Je suis surpris de vous lire ainsi... à me demander si ce texte est vraiment de votre plume ? ( experte d'habitude... )

   Vero   
9/8/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonsoir Curwood,

J'ai souvent été charmée par vos poésies.
Celle-ci, ne m'a pas vraiment convaincue.
Ce n'est pas une question de longueur, 2 quatrains peuvent être très beaux, mais je trouve que l'écrit est moins aboutit, moins élégant.
Du changement, oui mais l'émotion ne passe pas pour cette fois.
Peut-être est-ce trop radical.

Au plaisir de vous relire, quand même.

   senglar   
9/8/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Curwwod,


Attente déçue, on attendait une colombe, on a un mot d'adieu. C'est bref, forcément. Le froissement d'aile devient feuille froissée (c'est bien commode en fait... pour désamorcer). Elle a menti, on n'y croit pas (quelle idiote ! Mince ! C'est fou !) Mais le billet a ceci de bon qu'il permet d'être pragmatique (Billet court, court épanchement) l'incrédulité passée on le jette. Une de perdue...
Le format convient bien à ce marivaudage à l'envers.

Le lecteur sourit.

   AnnaPanizzi   
10/8/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Curwwod

Bon, ce qui frappe d’emblée ce sont ces 8 vers. On pense : c’est bien maigre. Mais comme on dit usuellement entre la qualité et la quantité… Ils sont suffisamment éloquents et travaillés pour s’inscrire en un tout. J’en aurais voulu un peu plus long quand même sur cette page tournée.

Merci pour la lecture

Anna

   Myo   
10/8/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème qui chiffonne le cœur comme ce billet écrit ... trop vite peut-être. Mais si les paroles s'envolent, les écrits restent.. et ces quelques mots s'impriment à jamais dans la chair de celui qui les reçoit.

Touchée...

Myo

   Curwwod   
12/8/2022


Oniris Copyright © 2007-2022