Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
dom1 : Elle...
 Publié le 05/09/17  -  7 commentaires  -  1178 caractères  -  138 lectures    Autres textes du même auteur

Elle ou lui. On rencontre parfois des êtres exceptionnels. Souvent au bon moment et par chance, ils apportent ce qui nous renforce et nous permet d'avancer et de sortir d'une situation anxiogène. Grâce à elle, ma vie a pris un autre chemin que celui où je m'engageais avec dépit…


Elle...



Elle…

Tu la verras peut-être
ou peut-être jamais
de la chance il en faut
comme il me fut permis
pour croiser son chemin
où elle me reconnut
j’avais le cœur si gros
refroidi par la vie
aigri par les assauts
des souvenirs si lourds…

Elle…

Elle me tendit la main
où je posais l’oreille
pour écouter sa joie
son rire qui me criait
que la vie est un art
qui trace une rivière
où s’écoulent les rêves
mais aussi les douleurs
de celles qui font les fins
qui partent avec le jour…

Elle…

Elle te dira peut-être
ou peut-être jamais
de la chance il en faut
comme il me fut permis
pour croiser son chemin
où je la reconnus
elle avait le cœur gros
étourdie par la vie
rougie par les pinceaux
de son passé d’amour…

Elle…

Elle me tendit la main
où je posais l’oreille
pour écouter sa joie
qui enfin me criait
que la vie est un art
où serpentent rivières
où s’écoule sans trêve
le sang vif du cœur
celui qui donne faim
et attise l’amour…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Marie-Ange   
5/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
En vous lisant, il met revenu les paroles prononcées
au cours d'un repas familial, ou nous disions
qu'une rencontre peut changer tout une vie.
Et cela en bien comme en mal, d'ailleurs.

J'ai été très touché par vos mots, une petite mélodie
si glisse bien volontiers au fil de la lecture.
Vous ce fus un "Elle", moi ce fut un "Il".
Votre discours m'est vraiment très parlant.

La répétition de ces deux phrases,
s'imposent sans déplaisir, elles ouvrent
l'horizon des mots qui suit, guidant vers demain :

"de la chance il en faut
comme il me fut permis"

La perspective d'un avenir radieux se dessine,
l'émotion est à fleur de peau, le ressenti est présent
à chaque instant de la lecture de votre texte.

Le fond comme la forme, sont à l'unisson.

   PIZZICATO   
5/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Un hommage du narrateur à celle qu'il a eu la chance de rencontrer, et qu'elle lui rappelle << que la vie est un art
où serpentent rivières
où s’écoule sans trêve
le sang vif du cœur
celui qui donne faim
et attise l’amour… >>

Belle écriture.

   Donaldo75   
5/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Dom1,

J'ai bien aimé ce poème, que j'ai trouvé apaisant à la lecture. Le côté ostinato des phrases qui reviennent - à l'instar de "que la vie est un art" - le rend musical, fluide. Les mots employés sont doux.

Bravo

   Proseuse   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Dom,

Alors, les poésies d' amour ne feraient-elles plus recette, même pas 100 lectures et que trois commentaires !
Pourtant le poème est bien agréable à lire , poème où l' on navigue sur un fleuve pas si tranquille que ça parfois mais bien fabuleux lorsqu' on y rencontre l' amour !
Moi, j' ai bien aimé cette lecture qui est apaisante et pleine de tendresse! et par les temps qui courent .. ( eux aussi) ça fait du bien ! )
Merci Dom et à te relire

   Etirosse   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime cette "simplicité complexe", la répétition du mot "elle". Votre texte est droit, doux et résonne comme le texte d'une chanson. D'ailleurs, je pense qu'il pourrait très bien être mis en musique. Mais telle n'est peut-être votre intention.

   FABIO   
11/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème qui chante l'espoir, le bonheur oublié qui vous surprend.
De très belles choses dans ce poème et une percutante disposition des mots et des sonorités.
un talent certain du moins pour ce thème.

Fabio

   Goelette   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Après une première strophe décevante, les vers

"Elle me tendit la main
où je posais l’oreille
pour écouter sa joie" insufflent au au poème une créativité qui manquait.
Leur reprise en dernière strophe contribue à l'ambiance poétique, dans l'ensemble de forme peu aboutie.


Oniris Copyright © 2007-2018