Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Donaldo75 : Chapeau claque
 Publié le 01/12/17  -  15 commentaires  -  702 caractères  -  255 lectures    Autres textes du même auteur

Je n'aime pas le cirque.


Chapeau claque



Le clown blanc va rentrer en marchant comme un phoque,
Sous les rires forcés d'un facile public,
Avec son amoureuse, une fille pas chic,
Dont la bouche gourmande élude l'équivoque.

Le fracas des tambours motive le cinoque,
Pastiche ou cinéma, pour forcer sur le tic,
Il mime des ébats, provoquant le déclic
D'une foule en délire éprise de provoque.

La poupée anonyme accouche d'un cri sec,
Sans larmes ni plaisir sous les coups de ce mec,
Un pauvre mâle en rut, amateur de barbaque.

Faut-il rire ou pleurer au spectacle caduc
D'un outrage accepté sous prétexte d'un truc,
Artifice sans feux aux airs de chapeau claque ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   TheDreamer   
9/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Un joli thème que celui du clown. Joli, mais pas si évident qu'il y paraît. Je pense à Paul Verlaine et son sonnet « Le clown » ou à ce grand ami de Charles Baudelaire, Théodore De Banville et son « saut du tremplin ».

Au 2nd vers « facile public » pour faire la rime, même si il est acrobatique (c'est heureux pour un poème sur le cirque), tombe un peu comme un soufflet et gâche le plaisir.

Le choix du « salace » dans les quatrains me semble moins original qu'étrange et pour tout dire inattendu, même venant de quelqu'un qui fustige le cirque. Pourquoi ? Dommage, car, le choix des rimes en « ic » était lui aussi digne du trapèze et pour le moins original à condition de parvenir à jongler avec.

Les tercets suivent la ligne volontairement érotique des quatrains via l’image d’un coït burlesque qui ne m’arrache pas même un sourire. Ce doit être la volonté de l’auteur. Sans doute. Reste que je ne suis pas convaincu (n’ayant pour ma part jamais vu ce genre de scène au cirque, surtout en présence d’enfants).

   Ramana   
15/11/2017
 a aimé ce texte 
Pas
On peut ne pas aimer le cirque, mais on peut aussi ne pas aimer votre vision du cirque. Peut-être se trouve t'il dans les spectacles proposés quelques prestations de piètre qualité, mais de là à jeter l’opprobre tant sur l'art du cirque que sur son "facile public" épris de "provoque", je ne suis pas d'accord.
Par ailleurs, je trouve que le l'expression "amateur de barbaque" est ici un peu outrancière lorsqu'il n'est question que de désir de chair.

   BeL13ver   
19/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce texte aux rimes qui claquent interroge sur le cirque dont on parle. Est-ce un vrai cirque, ou bien le cirque politique, religieux, etc. Ou même un viol (confère troisième tercet)... Possible référence à l'affaire Weinstein (pastiche ou cinéma) !
Ce poème est peu tendre, en tous cas, avec les clowns, réels ou supposés.
Il fait preuve d'une certaine qualité, en tous cas.
BeL13ver, en Espace Lecture

   Marie-Ange   
1/12/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Votre poème force bien trop la dose, je ne suis pas amateur de
cirque non plus, mais pour moi, tout cela manque cruellement de
nuances.

Par cette présentation d'un tel jeu de scène, vous êtes dans l'excessif, cela me dérange beaucoup.

Je trouve votre choix pathétique, et c'est sans appel, je n'aime pas le cirque, mais j'aime encore moins votre écrit.

La présentation de votre numéro de cirque me laisse très dubatif
et circonspect ...

   Robot   
1/12/2017
Comment faut-il lire ce texte ?

Est-ce le cirque dans son extension langagière, c'est à dire l'exposition outrancière de l'actualité ? Une critique du cirque médiatique par exemple à l'image des entrées et sorties de Halliday en forme de suspense hospitalier.
En ce cas j'apprécie la métaphore.

Par contre, s'il s'agit du cirque, spectacle traditionnel, je ne suis pas complètement en accord avec le propos.

Si le cirque à l'ancienne ne m'agrée que modérément il existe actuellement des cirques qui par exemple n'utilisent pas d'animaux et sont devenus des oeuvres avec de véritables mises en scène artistique basées sur un thème "fil rouge" qui lie tout le spectacle comme un véritable tableau de maître. Tel par exemple le cirque plume (qui malheureusement effectue sa dernière tournée.)

Faute d'avoir déterminé l'angle sous lequel a été écrit le récit, je m'abstiendrai de toute appréciation en soulignant cependant l'originalité de l'écriture avec ces rimes originales et peu usuelles.

   papipoete   
1/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Donaldo,
Il y a bien longtemps, j'allai voir une représentation du cirque installé dans notre ville, et pensant à " la piste aux étoiles " en noir et blanc à la télé, je m'attendais à voir briller les yeux de mes petits-enfants, et les miens aussi ! Le spectacle fut si lamentable, un chameau tournant sans cesse sur la piste en bavant ; des magiciens aux ficelles pleines de noeuds, etc ... Ce jour-là, je n'aimai pas le cirque !
Le spectacle dont l'auteur évoque le numéro de clown, pourrait être apprécié, mais plus comme un moment au cabaret où peut-être une lanterne rouge pendît à l'entrée ?
NB les 2 quatrains sont " gentillets ", alors que les tercets feraient tousser de prudes regards ! le 10e vers est quand-même abrupt à mon sens !
J'ai lu ce sonnet avec des yeux de "grand " et pense que le titre dût situer l'endroit loin de regards d'enfants !
La forme " classique " m'apparait sans faute .

   kreivi   
1/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Donaldo
J'ai pensé en lisant à "La complainte d'un phoque en Alaska" C'est ça la magie de l'écriture, elle ouvre aux autres des portes inattendues.
Poème sciemment dur et cru.... comme la réalité.
n'est pas fait pour plaire.

   Hananke   
1/12/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Il y a deux vers importants dans un poème : le premier et le dernier.

Ici, nous ne sommes pas gâtés, les deux sont franchement mauvais.
Même si l'on peut penser que le premier, avec un brin d'imagination,
évoque la marche du phoque sur la banquise.
Les deux ce sans du dernier sont exquis.

Second piège dans lequel est tombé l'auteur : la rime rare.
Trouver des rimes rares, c'est bien, on pourrait applaudir
à la performance, mais le gros problème des rimes rares, c'est
qu'elles font beaucoup trop rimes justement en dictant
inévitablement leur loi.

   PIZZICATO   
1/12/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Moi non plus je n'aime pas le cirque ; mais là est un autre sujet.

Je n'ai pas compris le but de votre texte et le sens des " ébats " de ces personnages.
Je n'ai jamais assisté à des représentations de cirque et je ne sais pas si de telles prestations (si j'ose) y sont présentées (??).

Ce texte n'a pas suscité d'intérêt pour moi.

   Alexandre   
1/12/2017
Modéré : commentaire hors-charte (se référer au paragraphe 6 de la charte)

   Palrider   
2/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai adhéré à cette vision du cirque, je n'ai jamais aimé, je trouve cela glauque et pathétique, bizarrement, j'éprouve de la peine pour les clowns, c'est triste, c'est gênant...et puis, tant de débauche d'énergie en vain...cette poésie me fait penser à cette très belle chanson "La complainte du phoque en Alaska", c'est court, évocateur, l'émotion a tenu à la page, bravo...

   silver   
1/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Votre poeme claque comme un coup de trique!

Personnellement, j'ai bien apprécié ce fracas de consonnes en bout de rimes qui s'accorde avec le ton plutot acerbe choisi par l'auteur pour construire sa critique, presque un réquisitoire...

Sur le fond, sans trop m'avancer, il me semble que l'auteur s'insurge plus contre le grotesque, le vulgaire, le déplacé, le provocant ( bien que ce poeme joue lui-meme un peu la provocation) que contre le cirque en lui-meme.
Du reste, le public ausii en prend pour son grade, pour sa complicité passive et ses encouragements tacites...

La scene décrite ne me semble d'ailleurs pas appartenir à la tradition du cirque ( ou alors, un tres mauvais cirque de quartier).

En tout cas, vous avez réussi à faire réagir...et peut-etre réfléchir?

Merci pour ce partage

   LenineBosquet   
2/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,
Bon, j'aime bien les rimes en ac, ec, oc, ic, uc, du genre babébines, et puis c'est tout. Le reste j'ai du mal à vous suivre, le clown salace là, je vois pas. On comprend bien où vous voulez en venir mais ça à l'air bien laborieux tout ça.
Et puis ma meuf est clown, forcément ça aide pas...

   David   
2/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Donaldo75,

Il y a quelque chose d'absurde dans le spectacle qu'offre ce clown blanc et sa partenaire : ça ne pourrait arriver dans un cirque où l'humour "bon enfant" prime. C'est le lieu des yeux écarquillés et des rires francs, pas du tout cet esprit de "corps de garde" : Le scénario correspond à une histoire destinée à tromper une misère sexuelle, comme celle de gars encasernés par exemple. Ça serait une poésie du glissement, du changement de contexte.

Les rimes sont superbes, et détestables. Superbes parce que, à l'image de ce clown, elles sont dans la surenchère, je vais oser l'écrire, c'est proprement un troupeau de Que ; donc détestables dans un sonnet, bien trop bruyantes, pas du tout élégantes, comme un bruit de ferraille secouée dans un sac.

Le titre en rajoute, il m'évoque aune caricature de salut militaire, faire claquer son chapeau, comme pour quitter une pièce en montrant ainsi son mécontentement. C'est aussi là pour désigner le type de chapeau bien sûr, mais c'est un assemblage de mots suggestif.

Le "comme un phoque" ressemble à une évocation homosexuelle aussi, très grossière bien sûr, mais il est posé comme une simple description de démarche, cohérente avec les grandes chaussures de clown même. Le vers suivant se termine sur une lourde inversion "facile public" comme fait exprès, comme un musicien lançant une fausse note pour traduire son mécontentement.

Trahison de l'innocence, colère, frustration, c'est la moitié de la Poésie qui vient de là :)

   AUDEVAL   
3/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Donaldo75

Votre poème est travaillé mais ne suscite en moi aucun rêve.
La réalité que vous décrivez est trop brutale. Les mots que vous choisissez sont assez violents ; ils choquent et ne laissent pas place à l'imagination. C'est très dommage. Votre texte reste (pour moi) trop "sec". Je ne suis pas fanatique de cirque. Mais les rares fois où j'y suis allé, j'ai eu des étoiles plein les yeux et du rêve plein la tête. C'est peut-être cela qui me gêne dans votre texte. Cordialement.


Oniris Copyright © 2007-2017