Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Donaldo75 : Couvre-moi de paroles fanées
 Publié le 07/11/17  -  7 commentaires  -  1525 caractères  -  105 lectures    Autres textes du même auteur

« Renouvelons la promesse
Brisons nos ailes dessus
Si dans la paix il y a du pouvoir
Couvre-moi de fleurs. »
David Sylvian


Couvre-moi de paroles fanées



J’ai atteint le bout de la route, avec la pluie et le vent en bruit de fond.
La fureur de la ville et ses démons de papier ne peuvent plus me toucher.
Une voix métallique s’insinue dans ma tête.

« C’est la fin. Viens tenter ta chance avec nous.
La fin est ton amie.
N’en aie pas peur.
Elle va te prendre, t’emmener haut et loin. »

J’aime ce chant de métal.
Il m’apaise, me couvre de ses paroles fanées.
Je me demande où aller.

« Au commencement, le cœur des éléments, dans la furie de l’air, la terre, l’eau et le feu.
La terre t’appelle. L’entends-tu ? Elle veut son fils.
La fin lui apporte son enfant. »

Ma bouche sent le goudron, mes jambes pèsent des tonnes.
Le tonnerre crie à l’horizon.
La route va m’avaler.

« Fais l’amour avec l’air.
Fonds-toi avec l’eau.
Bois le feu de tes lèvres. »

Le goût du pétrole m’enivre.
Le ciel gronde une dernière fois.

« Bois l’air. Fais l’amour avec le feu.
Accueille l’eau dans tes bras.
Fais l’amour avec l’eau.
Laisse le feu t’envahir.
Deviens l’air toi aussi. »

J’aime ce chant de métal.
J’aime son lit de paroles fanées.

« Tu es la terre, maintenant.
Le début et la fin. »

L’orage s’illumine d’un torrent de lumières.
Un signe fabuleux, la réponse à mes questions.
Je m’allonge.

« Le début et la fin.
La fin, la fin, la fin, la fin. »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
26/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
prose
La fin approche pour un être humain, et tendant l'oreille, l'entend lui parler .
NB La " fin " qui pourrait être terrifiante, prend ici une allure rassurante, se fait douce avec cette vie qui va bientôt s'arrêter . Malgré l'odeur du goudron, le goût du pétrole et le tonnerre qui gronde au loin, le héros est prêt, la mort peut venir .
Je me trompe peut-être, mais je songe à un accident de la route, avec sa victime à terre, et qui sent venir son dernier souffle .
C'est magnifiquement écrit !
papipoète

   Brume   
28/10/2017
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour

Votre poème est bourré de répétitions:
- chant de métal 2x/voix métallique
- fin 9x
- paroles fanées 2x
- l'eau, l'air, le feu, la terre sont répartis, répétés ici et là.

Et des vers que je ne trouve pas utiles et rend la lecture lourde, exemple :

- " La fin lui apporte son enfant " - alors que juste avant vous écrivez déjà "Elle veut son fils". Cela a un effet redondant.

Toutes ces nombreuses répétitions affaiblissent la force de votre poème, son développement est donc très limité.

En revanche très belle fluidité au niveau du rythme et une très belle tonalité. Une belle émotion émane de votre poème.

Je vous suggère de supprimer les répétitions et de préférer la concision pour un effet plus percutant.

   PIZZICATO   
7/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une façon sereine d'appréhender " la fin ". " L’orage s’illumine d’un torrent de lumières.
Un signe fabuleux, la réponse à mes questions."

Issu de l'eau et la terre, l'être retourne à la terre.

« C’est la fin. Viens tenter ta chance avec nous.
La fin est ton amie.
N’en aie pas peur.
Elle va te prendre, t’emmener haut et loin. » Ce passage en apostrophe ne me semble pas apporter grand chose au texte.

De belles images.

   Robot   
7/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vraiment très beau. Une VPA superbe et sans accroc.

Mais il faut que je dise plus.

Les possibilités du libre bien utilisées pour éviter la monotonie et donner un rythme.
Des répétitions posées judicieusement comme des rappels musicaux.
La clôture du texte avec cette succession de fin, comme pour retarder un achèvement qui s'éternise.

   Fowltus   
7/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Beaucoup de questions me viennent au sujet de votre texte.
Du fait d'elles, je le trouve bizarrement intéressant alors que les effets poétiques m'ont peu remués.
Sont-ce, les paroles fanées, celles d'une vieille chanson qui vous poursuit, ou dont vous aimeriez qu'elles vous accompagnent jusqu'au bout, par ce qu'elles témoignent en accord avec vos valeurs?
Les guillemets enferment-ils les mots d'un autre sacrés pour vous, qui font écho?
Les paroles fanées, le sont-elles, pour vous, dans l'esprit de la foule, de la multitude, tandis qu'elles gardent toujours leur fraîcheur à vos oreilles et à vos yeux?
S'agit-il de s'en couvrir comme d'un linceul ou comme de quelque chose qui réchauffe?
Bref, j'arrête là.
Beaucoup de questionnements, un peu moins de poésie, mais j'ai aimé vous lire.
Merci.

   Marie-Ange   
9/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Votre titre "Couvre-moi de paroles fanées", a attisé ma curiosité.

Votre écrit m'a mis mal à l'aise, la façon dont sont posés vos mots, laisse augurer un moment tragique, sa description singulière, frappe d'emblée.

Vous insister beaucoup sur cette notion troublante d'amour :
"J'aime ... Fais l'amour ... ce qui rattache à la vie, mais aussi
un certain abandon de soi, dans la confiance vers l'autre,
l'inconnu.

La présence des éléments (l'air, la terre, l'eau et le feu), est très significative et forte, ce symbolisme accentue l'effet ressenti.
Tous ces signes sont révélateurs, d'un moment très particulier, auquel il n'est pas possible de résister. Là, encore il faut s'abandonner, et composer avec.

Je conclurai par ces deux phrases :

« Tu es la terre, maintenant.
Le début et la fin. »

   Asrya   
13/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je ne suis pas certain d'avoir compris et c'est ce qui me désole à la suite de la lecture.
Est-ce la "fin" d'un homme, sous-entendu sa mort ? Après un accident ? Sa "bouche contre le goudron" suite à l'accident ?
J'ai lu, relu, relu et... malheureusement, je ne suis pas sûr d'avoir compris. J'espère...

Ceci-dit, j'ai apprécié le rythme.
Le début, courte introduction, suffisante pour dresser le paysage ; et après le discours, incantatoire presque, dominant, conseiller ; c'est intrigant et intéressant.
J'aime beaucoup les répétitions à l'instar de quelques uns. J'aime toujours. Je trouve que cela donne du cachet et que cela met un accent plus prononcé sur l'essentiel (encore faut-il comprendre le message vous me direz...)

De ce texte, j'ai préféré le titre.
Je regrette de ne pas en avoir saisi l'essence dans le poème...
Merci pour la lecture,
Au plaisir de vous lire à nouveau,
Asrya.


Oniris Copyright © 2007-2017