Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Donaldo75 : Masse critique [Sélection GL]
 Publié le 14/08/18  -  19 commentaires  -  679 caractères  -  271 lectures    Autres textes du même auteur

« Maintenant je suis la Mort, le destructeur des mondes. »

Robert Oppenheimer, après l'essai atomique Trinity de juillet 1945


Masse critique [Sélection GL]



Je frémis me contracte, onde trop magnétique,
Fusion improbable entre gentils neutrons
Gavés à l'explosif, dopés aux électrons,
Prêts à tout pour atteindre une masse critique.

Ce n'est pas ma nature, accusez la physique
De sortir de mes gonds au nom de mes patrons,
Généraux étoilés et chefs de ces poltrons
Désireux de raser une tête amnésique.

Libéré de ses maux, jeté dans l'univers
Le monde s'éparpille, à l'endroit à l'envers,
Un nuage de gaz au parfum de fumée.

Je gémis me rétracte, un ultime soupir
Avant la nébuleuse où je m'en vais mourir
En sinistre oraison d'une fin programmée.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   dom1   
31/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je suis un peu contrarié par la ponctualité qui me semble relative.
Mais ici la masse critique rime avec relativité...
domi...

   Provencao   
2/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Libéré de ses maux, jeté dans l'univers
Le monde s'éparpille, à l'endroit à l'envers,
Un nuage de gaz au parfum de fumée."

J'ai beaucoup aimé ce tercet, qui est à mon sens une des empreintes essentielles de votre poésie, il bouleverse notre être.


Autrement dit, lorsque le silence ou le refoulement sont de mise," les maux, la sinistre oraison" ont un rôle de dévoilement irremplaçable .


Tragédie sur cette fin programmée, avec ce quelque chose de fondamental, sur le plan du pathétique, du politique, de l'essence ce la vie elle -même.

"Je gémis me rétracte, un ultime soupir
Avant la nébuleuse où je m'en vais mourir
En sinistre oraison d'une fin programmée."
Triste humanité et monde que nous sommes en train de vivre.


Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Eclaircie   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Le titre comme l'exergue engagent à lire votre poème.

Un poème qui présente la parole de la Bombe, intéressant, surtout qu'elle -la bombe- a bien conscience du hasard qui l'a fait naître et de la cupidité qui 'a développée.

Je n'ai pas vraiment compris pourquoi il n'y a pas de virgule entre
"Je frémis" et "me contracte"
ni entre
"Je gémis" et "me rétracte".
La reprise de ce leitmotiv avec à peine de différence de verbe est bien trouvée.

Merci du partage,
Éclaircie

   Hananke   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

D'abord, les virgules aléatoires gênent quelque peu la lecture.

Pas évident d'écrire un sonnet classique avec un sujet pareil, j'aurais
peut-être mieux apprécié le thème en le lisant du point de vue
des populations qui ont subi ces essais.

Mais bon, l'ensemble s'en sort honorablement et j'aime bien le :

accusez la physique
De sortir de mes gonds au nom de mes patrons, ou le :
Gavés à l'explosif, dopés aux électrons,

   izabouille   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voici un texte explosif! Vous avez fait de la poésie avec une chose qui n'a rien de poétique, c'est magnifique. Bravo!

Izabouille

   eskisse   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Votre sonnet est très bien composé, le choix de cette forme ( traditionnellement associée à la poésie amoureuse ) est cependant surprenant au regard du thème. Mais cela est sûrement voulu. J'avoue que ce thème glacial ne m'a malheureusement pas apporté d'émotions.

Au plaisir de vous lire à nouveau.

   hersen   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un grand + pour le choix d'un sujet que certains diraient sans poésie.

J'aime beaucoup cette poésie sur l'univers qui nous entoure, la physique qui régit notre monde et que nous cherchons à comprendre...pour le meilleur et pour le pire.

"ce n'est pas ma nature, accusez la physique" et surtout ceux qui s'en servent pour manipuler, pour détruire, et qui ont les neurones bien ventilées pour toujours trouver des raisons.

La physique est neutre, à notre service. C'est ce que nous en faisons qui cloche, donc, une fois de plus, c'est l'Homme.

Tu as su, Don, et ce n'est pas une surprise, allier une forme classique et un sujet que, finalement, nous n'aimons guère développer, étant si peu à la gloire de l'homme.

J'ai aimé cette poésie comme un chant de l'Univers pathétique devant nos décisions.

le poète n'a-t-il pas dit :
L'homme doit habiter poétiquement la terre ?

On dirait bien que nous sommes un peu perdus, là, l'Homme ne sait plus trop où il habite.

J'ai aimé le champ lexical, et particulièrement apprécié les "étoiles" que l'on aimerait être restées accrochées au ciel plutôt que de briller au revers du col d'un uniforme.

Un autre plus pour le dernier tercet : Une oraison vs des raisons ?

Chut ! secret d'état...Truc et ficelle troc et combine.

Un grand merci !

   Annick   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vous avez fait d'un engin nucléaire explosif, un sujet de poésie. La poésie est parfois là où on ne l'attend pas.
J'ai apprécié les rimes en ique, les allitérations en tr, t et les assonances en i qui électrisent littéralement le texte et rappellent que l'objet est une bombe : comme une sorte de cocktail détonnant fait de la main de l'homme et dans le but d'anéantir.

Une guerre nucléaire en perspective ? Les deux derniers tercets semblent annoncer une sorte de fin du monde.

Les vers que j'ai le plus appréciés :

Je frémis me contracte, onde trop magnétique,
Fusion improbable entre gentils neutrons
Gavés à l'explosif, dopés aux électrons,
Prêts à tout pour atteindre une masse critique.

Merci. C'est un poème très réussi.

   papipoete   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Donaldo
Qui a dit que la poésie à forme classique était désuète ? Parler de la bombe atomique en alexandrins ( il faut oser ), n'enlève rien aux frissons que ce suppositoire peut procurer à ceux à qui elle est destinée ! Un oiseau, un arbre, un explosif qui parlent, voilà qui est original !
NB cette " Little Boy " s'excuse presque d'exister, et s'écraser sur Hiroshima ou ailleurs, semble peiner ce paquet de neutrons dopés aux électrons !
Je ne dirais pas que la " chose " est touchante, mais le poète a manié son sonnet d'une main de maître !

   Willis   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Mauvais choix de rimes qui ne pardonne pas dans un sonnet.

Les regrets, le remords devraient être plus expressifs.

- De sortir de mes gONDS au nOM de mes patrONS :
" De perdre mon sang-froid, d'accuser mes patrons "

La conclusion dans un sonnet ne doit pas être évidente.
Je reconnais que le thème est " contre-nature " dans un sonnet. D'où la difficulté de le traiter.

   PIZZICATO   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ecrire une poésie avec un sujet aux antipodes est une gageure ; et pourtant...

Le fond est bien ciblé avec ce quatrain :
"Ce n'est pas ma nature, accusez la physique
De sortir de mes gonds au nom de mes patrons,
Généraux étoilés et chefs de ces poltrons
Désireux de raser une tête amnésique."

" Avant la nébuleuse où je m'en vais mourir
En sinistre oraison d'une fin programmée."

   Palrider   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Cocktail explosif, pertinence et dextérité, j’adhère j’adore, poésie scientifique faut le faire...style que lj’aime particulièrement.
Bravo
Pal

   Jano   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Je salue l'originalité du thème, fallait oser, mais je ne trouve pas d'émotion cataclysmique. Tu parles quand même du plus puissant mécanisme de destruction, or ça ne se ressent pas dans le choix du vocabulaire que je trouve assez neutre, ni dans des images plutôt gentilles. J'aurais aimé que tu insistes davantage sur le côté mortifère de l'atome quand il est utilisé de cette façon, de la terreur indicible que procure aux être humains le feu nucléaire. Une bonne idée mais exploitée un peu mollement.
Je ne me prononce pas sur la forme n'étant pas un spécialiste, cependant il me semble que ça tient bien la route si je puis dire.

   wancyrs   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut Donaldo75,

Je suis partagé entre phénomène de physique et allégorie ; peut-être les deux ensembles... le camouflage est bien réussi. Je n'ai pas frémi à la lecture, car tu sais ce qui me fais frémir, mais je ne peux nier la qualité de l'écriture. à une prochaine, cher ami !

Wan

   Brume   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Donaldo75

Je n'ai malheureusement pas été touchée par ton poème.
Avec un sujet pareil je m'attendais à plus de puissance, voire de violence dans les vers. Le ton est trop linéaire.

Et puis la ponctuation est vraiment à revoir, pour moi ce n'est pas un détail, elle met en valeur le rythme et les émotions.
L'émotion c'est ce qui me manque ici.

Une autre fois.

   Vincendix   
16/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Donaldo,
Ce sonnet évoquant un sujet gravissime ravive de vieux souvenirs, j’avais 10 ans quand la bombe atomique a été utilisée contre les Japonais, un événement planétaire dramatique. Cette énergie terrorisait les gens et quand l’année suivante les Américains ont fait des essais à Bikini, certains médias (radios et journaux) parlaient d’une autodestruction de la terre…
Vincent

   Donaldo75   
18/8/2018

   Queribus   
19/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

C'est toujours un très grand plaisir de lire un sonnet parfaitement écrit sur un sujet qui n'est pas évident au départ, le sonnet étant plutôt destiné à l'amour et aux jolies fleurs bleues. Donc bravo pour l'ensemble; mais comme il faut bien trouver un petit quelque chose, j'ai trouvé ceci:

deux vers riment à l'hémistiche:
-Généraux étoilés
-Désireux de raser,
ce qui est à éviter.

Bien à vous.

   Ombhre   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Donaldo,

il fallait oser faire un poème sur ce thème, et sur un "personnage" à priori peu attirant. Le ton est, comme souvent, ironique et irrévérencieux, et cela va à merveille avec le thème. Il me fait penser à la chanson de Serge Reggiani "la java des bombes atomiques".
L'ensemble est léger, rythmé, bien écrit.
Bref, je me suis régalé :-)

Merci pour la lecture.


Oniris Copyright © 2007-2018