Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Doumia : Mon île
 Publié le 15/08/08  -  8 commentaires  -  1048 caractères  -  84 lectures    Autres textes du même auteur

En quittant le bateau...


Mon île



En quittant le bateau qui te mène dans l’île
Ne prends pas le chemin qui va vers l’intérieur
Prends celui à ta droite où chante le bonheur
Tu longeras la côte à la fêlure subtile

Aux arbres amoureux, enlacés, immobiles
Tels des amants surpris par la tombée du jour
Dont certains sembleront vouloir te dire bonjour
S’agitant doucement dans la lumière agile

Tout au bout, tu prendras la sente qui contourne
Bien avant de la voir, tu humeras d’abord
L’odeur tendre et câline des doyens de ce port
De beaux eucalyptus dont la feuille se tourne

Et puis tu la verras, petite, magnifique
La paix et le bonheur y dorment depuis toujours
Troublé, tu sentiras les vibrations d’amour
Au cœur de la chapelle aux murailles antiques

Ici tu comprendras tes tourments indociles
En puisant au ruisseau, tu soigneras ton âme
Si tu restes un moment, tu trouveras la flamme
Là, tu t’endormiras comme en terre d’asile


© Doumia


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
15/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Une tres belle île, dans laquelle rien n'accroche. Une lecture "orale" qui glisse, un plaisir à lire

Puisque l'on connait le chemin de la chapelle, reste à trouver l'ile... où se reposer? Un bien long repos semble-t-il.

   ristretto   
15/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
un univers sensible
une invitation généreuse
beauté et paix
merci
à bientôt

   FisherKing   
15/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aurais aimé la voir trouver quelque chose de tellement plus transcendant que juste la paix et le bonheur si conventionnels, quelque chose qui aurait fait de ton île, une terre unique d'écueil ou d'accueil.

   xuanvincent   
15/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
De jolies images, pour une belle île. Mais il est vrai que le lecteur, comme la personne à qui s'adresse la poétesse, n'a guère le choix que de suivre le chemin indiqué par celle-ci.

   Bidis   
15/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Pour ma part, j'aime bien suivre des chemins que l'on m'indique en me demandant où l'auteur m'emmène de si jolie façon... Dommage que j'aie buté sur un pied qui dépasse (tu longeras la côte à la fêlure subtile)...

   FABIO   
15/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
C'est mignon et enchanteur la poésie se lie bien et elle repose mon esprit , un paysage bien imaginé .

   Melenea   
16/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle sérénité se dégage de ces mots, et l'on suit avec curiosité ce chemin et tous ses repères, où l'on marque parfois la pause, pour s'imprégner de l'atmosphère... L'imagination suit les contours des mots, et continue la promenade guidée pour atteindre cette chapelle.
Lecture à deux niveaux, car je l'ai vu comme un voyage initiatique, au fond de soi, là où nous nous retrouvons, en sécurité, pour se ressourcer...
Merci pour le partage


Mél

   Anonyme   
14/11/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Je ne suis pas arrivé à mettre mes pas dans les vôtres, j'ai eu l'impression d'être un enfant que l'on prenait par la main, et à qui l'on expliquait les tenants et les aboutissants. C'est dommage, j'aurais aimé que l'on me donne l'envie ...

"Mon île", c'est là justement tout le problème, elle semble trop vous appartenir, vous ne permettez pas au lecteur de la découvrir avec un regard neuf, tout m'est trop décrit, vous ne m'avez pas fait rêver de cette île, jusqu'au sentiment "trouble, tu sentiras" et puis " tu comprends tes tourments indociles", "tu soigneras ton âme", enfin il me faudra reprendre toute cette dernière strophe qui trace une ligne de conduite à tenir. J'ai eu un peu l'impression que vous faisiez l'article ...

Très peu pour moi, j'aime à rester maître de mon ressenti ...

Pour la forme, la ponctuation à moitié présente, donne une lecture pas toujours aisé, j'ai manqué un peu de souffle, de point de repères.


Oniris Copyright © 2007-2020