Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
dream : Reflets nocturnes
 Publié le 07/01/20  -  12 commentaires  -  622 caractères  -  184 lectures    Autres textes du même auteur

Ombres et lumières, la nuit.


Reflets nocturnes



La plage cernée
Par l’écrin sombre
Et tourmenté de la roche
Luisait faiblement
Sous le pinceau du phare
Surgi des eaux
Comme un rêve de pierre.
Des reflets argentés
En effusions de perles
Faisaient des colliers aux vagues.
Non loin,
Un réverbère disposait
D’évocatrices guirlandes
Aux arbres du grand parc.
Des pâleurs s’attardaient entre les feuilles.
Comme des larmes suspendues
De multiples amandes grisâtres
Inondaient les branches.
La brise du large avait forci
Et jouait dans les ramures
Une mélodie monotone.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
7/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'auteur nous place sur un poste d'observation rare et séduisant: un parc arboré en bord de plage.
On le découvre progressivement, avec "La plage cernée Par l’écrin sombre Et tourmenté de la roche", et plus loin "Aux arbres du grand parc".
Je relève cette belle image: "Des reflets argentés En effusions de perles Faisaient des colliers aux vagues".

Et le final, pour l'ambiance: "La brise du large avait forci Et jouait dans les ramures Une mélodie monotone."

Par contre on peut regretter l'absence de vécu ou d'émotion, un sentiment quelconque que pourrait exprimer le narrateur.

Le tableau décrit n'en reste pas moins de qualité.

Merci à l'auteur.

   Lebarde   
8/12/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Quel joli tableau que cette plage dans la nuit, faiblement éclairée par le phare et le réverbère, décrite avec tellement de délicatesse, de sensibilité, de douceur en usant de mots simples, parfaitement choisis et posés là où il faut pour produire un poème plein de charme et de musicalité reposante.

"La plage cernée
Par l'écrin sombre
Et tourmenté de la roche
Luisait faiblement
Sous le pinceau du phare
Surgi des eaux
Comme un rêve de pierre."

Magnifique description (pourtant j'aurais mis un e à surgi. Non? c'est une idée qui n'engage que moi!) et je pourrais citer tout le reste.

Point besoin de réfléchir. Il suffit de lire, de fermer un peu les yeux, et puis on voit, on est transporté, on admire la scène merveilleuse de poésie.

C'est superbe, bravo, je suis emballé.

En EL
Lebarde

   Eclaircie   
13/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'aime le titre évocateur.
Cependant j'ai été un peu déçue de la mise en forme du poème, surtout après l'exergue qui m'évoquent un frémissement, des touches éparses, le poème présenté comme un bloc ne satisfait pas à cette idée.
Ensuite, je ne vois pas vraiment l'utilité de l'emploi exclusif de l'imparfait, d'autant que le poème est essentiellement descriptif et les lieux donc immuables.
Hormis ces éléments, je trouve les lieux bien vus.

Donc globalement, je n'ai pas vraiment été charmée par ce texte.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Donaldo75   
13/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Que c’est bon de lire de la bonne poésie libre ! J’avoue que c’est reposant, surtout quand on a passé du temps à lire des commentaires premier degré sur des nouvelles ou des poèmes à la subtilité affirmée qui laisse au lecteur une marge d’interprétation, la place à son propre imaginaire pour colorer un texte de ses propres couleurs. C’est ce que j’attends également de la poésie, et surtout celle dont la forme reste libre, comme l’esprit du lecteur, le poète partageant son univers sans en livrer le manuel d’utilisation.

Bravo

   Absolue   
7/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème aurait pu être le début d'un roman ou d'une nouvelle, le décor d'une intrigue. On s'attend à ce que quelque chose se passe dans cette atmosphère argentée et silencieuse... sans doute à cause de l'utilisation de l'imparfait. De très belles images et une lecture reposante.

   Hananke   
7/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Un petit poème évocateur dont j'aime bien les représentations
comme : sous le pinceau du phare, faisaient des colliers aux vagues,
ou les multiples amandes.
Un joli déroulé qui se termine par cette mélodie monotone
mais j'aurais aimé un peu plus de fureur de la part de la mer
pour clore ce poème, comme une bataille entre les éléments
susnommés et l'eau mais ce n'est qu'un avis.
Il est un peu dommageable qu'on ne reste qu'au niveau de la description, aussi belle soit-elle.

   hersen   
7/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici un poème qui comble le lecteur contemplatif.
La nuit nous est présentée et entrent en scène, tout à tout, les personnages qui l'animent, qui la font vivre sous nos yeux.
Des images, mais cependant qui portent une évidence, comme le phare comparé à une rêve de pierre, donne à cette nuit un très beau relief.

Merci pour la lecture !

   papipoete   
7/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour dream
votre poème cher dream pourrait sortir d'un rêve, mais non votre plume est bien réelle, et nous montre sous la nuit toutes ces petites choses, auquel le quidam ne ferait pas forcément attention.
Certes, le poème semble tiré d'un circuit de guide nocturne, mais celui-ci se distingue par de jolis vers, que la poésie libre manie avec finesse !
NB certains se font plus remarquer que d'autres comme " des reflets argentés/en effusions de perles/faisaient des colliers aux vagues "
une remarque technique : il n'est point besoin ( contrairement à la forme classique ) de commencer une nouvelle ligne par une majuscule !

   Castelmore   
7/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un très beau tableau mouvant au gré des jeux de lumières d’une plage plus tout à fait sauvage mais harmonieusement décorée par les soins de l’homme.
Le vent venu du large rappelle cependant au rêveur la menace des forces de la nature ...

Une bien belle évocation servie par un découpage habile des respirations autour de vers délicats.

   Raoul   
7/1/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
L'ensemble est cohérent, presque trop, il ne ménage guère de surprise(s) - vocabulaire, descriptif - faisant du tout un poème assez monocorde avec un joli balancement, une certaine recherche dans les focales.
J'ai ressenti quelques problèmes de ponctuation dans la première phrase. Il aurait peut-être été intéressant de dissocier le poème en strophes pour qu'il soit moins étouffant et pour lui donner plus d'ampleur aussi...
J'aime plutôt, toutefois, il me manque ce petit qqc. qui m'embarque.
Merci pour cette lecture.

   Vincente   
7/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
L'évocation installe une délicate atmosphère, où affleurent dans l'obscurité des images à la fois mystérieuses et parlantes, inspirées ; le penchant assez descriptif du poème éclaircit de façon plutôt discrète l'appréhension assez austère du tableau.

Sur la forme, plusieurs embûches viennent "handicaper" la lecture et "mangent" la belle appréciation de la scène.
Les vers pour la plupart sont courts, pourquoi pas, mais je n'ai pas trouvé de justifications dans certains cas. Par exemple dès le v2, j'ai senti une "brutalité" dans "Par l'écrin sombre" alors qu'il s'agit d'évoquer un lieu feutré (écrin) à peine apparent. Ce v2 aurait pu être avantageusement relié avec le v3, pour prendre une configuration plus ambivalente ("écrin" s'opposant alors de façon plus directe à "roche"), marquant la complexité de la perception ressentie. De même, le rythme qu'impose les quatre vers suivants ne me semble pas le plus adapté ; la phrase est longue, sans ponctuation, peu souple à énoncer. Pour une scansion plus coulante, je le proposerai ainsi, en une strophe :

" La plage cernée
Par l’écrin sombre et tourmenté de la roche
Luisait faiblement
Sous le pinceau du phare surgi des eaux comme un rêve de pierre.
"

De même, les trois vers suivants gagneraient à prendre un peu d'autonomie en se présentant en une strophe.
Et pour finir, les trois derniers vers appartenant à une strophe finale.
Ainsi en quatre strophes dédiées à quatre champs, la côte, la mer, la terre et l'air (par cette brise), le poème, sans dissocier l'évocation, allégerait la lecture et appuierait son intention envers le regard vaste et pourtant unitaire émotionnellement.

   Provencao   
8/1/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
" Un réverbère disposait
D’évocatrices guirlandes
Aux arbres du grand parc.
Des pâleurs s’attardaient entre les feuilles.
Comme des larmes suspendues
De multiples amandes grisâtres
Inondaient les branches."

Un bonheur en vos vers libres, penser ainsi la description si esthète ouvre formidablement le champ à cette belle voie de la contemplation.

Belle animation d'écriture semblable a un peintre qui irise la plage sur la toile, â l'instant même où son oeil se fait " rêves, reflets argentés et larmes suspendues"

Merci.

Au plaisir de vous lire
Cordialement


Oniris Copyright © 2007-2020