Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
dream : Rumeurs
 Publié le 22/01/21  -  12 commentaires  -  783 caractères  -  233 lectures    Autres textes du même auteur

« ...Une aube suffit au soleil pour illuminer le monde. »
Laurence E.Frisch.


Rumeurs



Dans la campagne assoupie sous la brume de l’aube, la feuille inquiète frissonne et frémit comme une robe de soie ; une eau invisible murmure dans un doux récital en notes éparpillées ; une bête passe froissant l’herbe ; un gland se détache d’un chêne sous le tic-tac régulier du bec qui ausculte l’écorce ; un crapelet dans une mare file son fin solo ; une cloche au loin doucement bruit ; un volet bat ; une porte grince ; un chien aboie ; un rire sort d’une ruelle ; une foule menue vrombit, s’empresse sur des fleurettes encore toutes de larmes décorées par la rosée ; un envol d’oiseaux aux ragots scintillants s’abat parmi les hautes feuillées. Tout vibre, bruisse, s’accélère, s’emballe. Les voix du jour s’élèvent, et tout renaît quand s’éveille la vie aux matins de lumière.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
11/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Ma notation préférée :
un crapelet dans une mare file son fin solo
Une mention aussi pour les ragots scintillants des oiseaux, c'est pile ça je trouve !

Jolie mosaïque qui fait ressentir par le son un monde rustique et paisible s'éveillant avec l'aube ; toute simple, ce que j'applaudis, franchissant une ou deux fois à mon goût, ce que je regrette, la borne du simplisme : un volet bat, un chien aboie ? Là, pour moi, c'est trop nu...

   fugace   
12/1/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Trois lignes qui nous offrent treize sons ténus, simples, sobres que l'on ne sait plus entendre, sauf à avoir une grande observation acoustique.
C'est dépouillé, simple comme tout ce qui est beau.
Superbe poésie.

   ANIMAL   
12/1/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Très joli texte d'une poésie délicate et si descriptive, que ce soit au niveau sonore ou visuel, qu'on se trouve témoin de chacun de ces instants fugitifs.

Je serai bien en peine de citer un passage préféré car alors je ne ferai que recopier le texte en entier.

J'aurai plutôt titré "Les voix du jour" que rumeurs qui peut avoir un sens péjoratif, mais c'est bien la seule remarque que je trouve à faire.

Merci pour ce moment enchanté raconté avec grand talent.

en EL

   papipoete   
22/1/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
bonjour dream
Le jour se lève ; la campagne s'éveille, semblant s'étirer comme un chat sur son coussin. Au loin des bruits nous parviennent étouffés, quand alentour un pic à l'écorce d'un arbre, est déjà en plein travail. Bientôt la vie renaît sous les voix, sous les aboiements, le Soleil prend son tour de garde...
NB cela m'embête de le citer pour ce que homme il fit, mais les photos de Hamilton purent illustrer ce beau tableau, que l'auteur en couleurs et bruits nous dresse d'un plume fort élégante !
" la feuille inquiète frissonne et frémit comme une robe de soie "... comme c'est romantique !
Il n'en faut pas plus de lignes, pour émouvoir le lecteur qui se frotte les yeux, et tend l'oreille à l'appel de la nature.
N'est que " une cloche /bruit/ " dont le verbe ( que j'aime pourtant ) me semble inapproprié ( tinte ? )

   Bellini   
22/1/2021
Bravo Dream pour cette description poétique de la vie en entreprise. J’ai reconnu tout le monde, surtout la DRH, cette vieille dondon acariâtre (une cloche au loin doucement bruit) qui refuse systématiquement ma demande d’année sabbatique (oui, j’aimerais bien déménager dans un monastère du Népal). Quant à : « un gland se détache d’un chêne », je sais pas où vous bossez pour en compter si peu.
Bref, j’ai beaucoup aimé cet inventaire à la Prévert, sous votre plume qui connait si bien la nature humaine.
Bellini

   Robot   
22/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est joliment écrit. Visuel et sonore.
C'est court mais la poésie est l'écriture retiennent l'attention même aprés le fin de la lecture.
Avec l'envie pour moi de relire plusieurs fois à la suite cette prose pour voir et entendre l'aube à son lever. Je m'imagine dans un sous bois à l'orée d'un village où parviennent à la fois les sons et les manifestations de la nature et ceux de l'activité humaine.

   embellie   
22/1/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bel exercice de style sur les sons. En atelier d'écriture, on pourrait imaginer de faire la même chose avec les formes, les couleurs...
C'est agréable à lire et je m'étonne de constater combien, dans cette longue énumération de bruits nous trouvons autant d'images capables de nous transporter dans la nature qui s'éveille. Belle réussite.

   Angieblue   
22/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut,

Très joli réveil de la nature à la lueur de l'aube.

J'ai beaucoup aimé la délicatesse des images, les sensations sonores, et particulièrement les métaphores musicales:
"une eau invisible murmure dans un doux récital en notes éparpillées"
"un crapelet dans une mare file son fin solo" .

Très joli jeu sur les sonorités qui se font écho, et principalement dans ce passage avec le "b":
"une cloche au loin doucement bruit ; un volet bat ; une porte grince ; un chien aboie".

J'aurais presque préféré que les bruits de la ville et de l'humain ne viennent pas se mêler à cet enchantement. Pas fan de: "un rire sort d'une ruelle".

"une foule menue vrombit...", s'agit-il du bruit de guêpes ou de bourdons? "vrombir" pour moi s'apparente à un bruit de moteur qui ronfle.

Jolies "les larmes de rosée" qui décorent les fleurs, et les "ragots scintillants " des oiseaux.

Enfin, superbe le final avec "les voix du jour" et les "matins de lumière". C'est un ravissement pour les oreilles et pour les yeux.

Une belle oreille musicale et poétique au service de la nature. Beaucoup de finesse et de délicatesse dans les images. Le tout servi sur un joli champ d'énumérations.

   wancyrs   
23/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut dream,

La personnification te réussis bien ; cela rend vivant tout ce que le regard balai, et ce que l'oreille entend. On assiste, ébloui, à cet aurore qui dans un premier temps va au ralenti, mais très vite s'accélère ; tu utilises bien la ponctuation pour donner au texte l'effet que tu veux... Mon coup de cœur dans ce foisonnement d'image est : " une foule menue vrombit, s’empresse sur des fleurettes encore toutes de larmes décorées par la rosée" Sublime !

Merci pour le partage !

Wan

   Cristale   
23/1/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
L'éveil poétisé d'un matin sur le monde où le moindre élément souligne son existence, qu'il soit d'éther, de matière, animal, végétal, humain.
Le vivant où nul n'a dominance, où tout est harmonie, joliment décrit du bout des yeux, de la finesse de l'écoute, à fleur des sens, on ne touche rien, on voit, on regarde, on entend, on écoute ces rumeurs de vie.

Le poète s'est fait entité évanescente pour ne rien troubler, "sous la brume de l'aube" jusqu''"aux matins de lumière", effleurant de ses mots chaque touche de couleur, de la plus estompée à la plus vive, chaque note sonore, de la plus inaudible à la plus vibrante.

Des voyelles claires, de douces allitérations sertissent la musique de ce tableau visuel et auditif qui devrait se trouver sur les rayons des pharmacies et distribué gracieusement à la place des anti-stress de toutes catégories.

J'ai attendu l'aube de ce nouveau jour pour vivre cette prose. C'est magnifique.

Dream...c'est évident, un pseudo qui va si bien avec sa poésie.

Bravo et merci !
Cristale

   Wencreeft   
26/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un exercice fort délicat que l'auteur nous impose ici : la visualisation mentale d'une scène en utilisant... l'ouïe. D'ordinaire, un écrivain brosse un portrait, un paysage ou un décor à grands renforts descriptifs ; utilisant moult adjectifs et tournures indicatives. Ici les sons s'amoncellent, le visuel ne s'invite jamais, seul un sens est flatté, mais force est de constater que cela fonctionne ! J'entends, et donc cela me fait voir.

C'est fort insolite, et je vous remercie de proposer pareille gymnastique. Le titre du poème est, en ce sens, fort à propos : rumeurs. Tout est question de cela, effectivement. On peut vivre de la poésie simplement en tendant l'oreille, et c'est une perspective tout nouvelle et tout à fait réjouissante.

Bien joué !

   Ombhre   
26/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Dream,

un beau tableau, aussi bien sonore que visuel, sur la venue du matin et l'éveil de la vie. Tout en délicatesse, parsemé de belles images, ce texte fait la part belle aux sons qui sortent du silence de la nuit. J'ai aimé cette balade matinale dans les traces de vos mots.
J'ai toutefois buté sur ce que j'ai ressenti comme une énumération, sans doute tout à fait volontaire, et cet enchaînement de points virgules a perturbé ma lecture, en rompant la fluidité. D'autant que des morceaux de phrases très simples et dénudés (un volet bas; une porte grince; un chien aboie; ...) ajoute à cette impression de staccato.

Merci pour le partage.
Ombhre


Oniris Copyright © 2007-2020