Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Eccar : Sur le pavé parisien
 Publié le 25/03/17  -  10 commentaires  -  1545 caractères  -  122 lectures    Autres textes du même auteur

Une authentique balade au cœur de Paris.


Sur le pavé parisien




Sur le pavé parisien qui sonne je traîne,
Le cœur livré je vais, oublieux du trottoir,
Je reconnais un vieil acteur*, gloire incertaine,
Chacun sourit, chacun est seul dans son espoir.

Sur le pavé parisien humide je gêne,
Au pont Neuf, des amants, square du Vert-Galant,
Enlacés, embrassés, sur les bancs, c’est la scène,
La Seine et ses clichés, chacun se la jouant.

Et je guette les criminels quai des Orfèvres,
Sur le pavé parisien qui saigne j’enchaîne,
Mots étrangers qui s’entremêlent sur nos lèvres,
Un Black anglais me parle anglais, ailleurs m’entraîne…

Du sabot des chevaux des policiers montés
Le pavé parisien tinte clair et s’étonne,
Le passé courtisant l’île de la Cité
Attache mon âme aux ruelles, me bâillonne.

Oh ! Je m’enflamme pour Notre-Dame si belle,
Sur le très vieux pavé parisien où je flâne
J’apprends Paris, le Moyen Âge et la gabelle,
Moi, natif des pays Catalogne ou Toscane.

Puis le pavé changé en enrobé je sonne,
Baudelaire ou Villon, Molière ou Bruant,
Aux portes qui ont vu telle illustre personne,
Ne m’offrant, affligées, qu’un Parisien râlant.

Pareil à Gavroche éploré sous les balles
Sur tous ces pavés parisiens fondus je fuis,
Monsieur Hugo, l’île Saint-Louis, les rues Royales,
Et je me tais rue du Commerce et de l’Ennui.




* Le vieil acteur souriant : Daniel Duval, décédé en 2013.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
6/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai l'impression de revivre mes propres déambulations parisiennes. Cette poésie, à mi-chemin pour la forme entre le classique et le moderne, convient à cette évocation du passé à travers le Paris contemporain. Et dans ce pèlerinage ponctué de stations comme une procession religieuse ou une ligne de métro, on sent une belle mélancolie, qui finit par vous habiter. Un texte émouvant et puissant.

   lucilius   
7/3/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Je me suis un peu ennuyé sur ce "pavé parisien" qui ne m'entraîne pas dans sa ballade nostalgique. Il est vrai que la prolifération des textes poétiques sur Paris ne laisse place qu'aux esquisses sublimes, capables de s'affranchir des énumérations habituelles. Et citer les sempiternels grands auteurs étudiés au collège, n'apporte vraiment aucune plus-value.
On comprend bien que le Paris d'aujourd'hui est ennuyeux, mais à quel prix ?

   Alexandre   
25/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Eccar... Cette balade sur le pavé parisien me ramène à de lointains souvenirs, le début des années soixante quand ma Parisienne de fiancée me faisait visiter son domaine, quand Bercy n'était connu que pour ses marchands de pinard, quand l'enrobé n'avait pas encore chassé le pavé.
Je vous ai accompagné avec bonheur mais aussi une certaine nostalgie du Pont Neuf au 36, de Notre Dame à la Cité sans jamais rencontré l'ennui.
Je pense que ce texte pourrait être mis en musique tant il me fait penser aux Escaliers de la Butte de Mouloudji sans que je sache trop pourquoi...

Bravo et merci pour cette balade/ballade dédiée à Paris.

   PIZZICATO   
25/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Je vous ai suivi dans cette promenade " sur le pavé parisien " et les différents endroits que vous citez, ainsi que le passé qu'ils rappellent.

La lecture est agréable.
Mais mon attrait relatif pour cette ville n'a pas éveillé un intérêt majeur vis à vis de ce texte, fort bien écrit d'ailleurs.

   leni   
26/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour ECCAR
Vous m'avez rajeuni j'ai fait cette ballade avec vous

Sur le pavé parisien qui sonne je traîne,
Le cœur livré je vais, oublieux du trottoir,
Je reconnais un vieil acteur*, gloire incertaine,
Chacun sourit, chacun est seul dans son espoir.

Le départ est donné ! Belle idée Salut cordial MERCI LENI

   papipoete   
26/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Eccar,
De Paris, on connait les pavés de 1968, sur lesquels il ne faisait pas bon flâner ; les vôtres, même ceux recouverts de bitume, nous font visiter la capitale et rencontrer des personnages curieux, inquiétants quai des orfèvres, et attachants comme Gavroche " éploré sous les balles " .
" je gène les amants du pont neuf, enlacés, embrassés sur les bancs, c'est la scène, la Seine et ses clichés " ce vers est celui que je préfère .
NB je crois compter 11 pieds au 22e vers et 11 pieds au 25e vers ; ce qui justifierait la forme contemporaine ?

   hersen   
26/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé cette promenade dans Paris, un flâneur sachant flâner...

Mon petit reproche serait que la promenade est un peu sage, le ton ne s'envole jamais vraiment et que le poème se finisse sur le mot "ennui".

Cela veut-il dire quelque chose de la part de l'auteur ?

Pour le "chacun sourit", de mon expérience de visiteuse, je suis moins sûre :)

Merci pour cette lecture.

hersen

   Cat   
30/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle ballade, dans Paris, où personne n'est oublié.

Le Paris d'avant ressuscite dans le brin de nostalgie où vous nous conviez, Eccar.

"La scène, la Seine et ses clichés", "Les amants du Pont-Neuf", "Le vieil acteur et la gloire incertaine"....

Votre ton est sincère et sans problème j'imagine votre attachement à ce lieu mythique, gloire nationale, mais pas que...

Merci pour la promenade, douce et douce et bien belle, ma foi !

Cat

   Somnium   
3/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle ballade au coeur de Paris d'aujourd'hui et d'hier. L'écriture ne me semble pas entièrement aboutie mais c'est justement ce qui fait son charme, car il y a tout de même du caractère et une certaine verve. Du pavé dans toutes les strophes, entraînant et rythmé.

   Vincendix   
3/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une promenade agréable et nostalgique dans Paris et dans le temps.
Je retrouve des endroits qui m'étaient familiers et votre poème me donne envie de les revoir, de flâner à nouveau sur les vieux pavés.


Oniris Copyright © 2007-2018