Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
eskisse : Au kilomètre le long de mon cœur
 Publié le 20/01/19  -  7 commentaires  -  677 caractères  -  187 lectures    Autres textes du même auteur

Course folle.


Au kilomètre le long de mon cœur



Miracle d’une entente évidente
Entrelacements de mots éblouis
Esquisse de l’allegro d’une voix

Épiphanie d’un nous qui ne sera pas


Festive espérance

Au kilomètre le long de mon cœur
Marathonienne émérite
Tenant ma vie debout
Sur la piste infinie
Ta foulée luminescente
Enjambe l’axe du temps
Tu maintiens l’allure
Vises l’invisible
Et m’emportes
Par-delà les tamis des chagrins criblés de noir
Par-delà les épines des matins glacés de peurs
Par-delà les puits de la mélancolie
Vers le halo

Ma victoire sur la nuit
Ma seule emboîteuse de pas


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
2/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une course folle et amoureuse qui finit par séduire. Mais certaines formulations posent un problème de compréhension.
"Épiphanie d’un nous qui ne sera pas" est mystérieux dans le contexte. D'autant que vient ensuite "Festive espérance" qui semble en contradiction.
La suite semble porter le bonheur avec "Ta foulée luminescente". A noter que "de là" devrait être écrit "delà" sauf motif inconnu.
"La nuit Ma seule emboiteuse de pas" est finalement vaincue par cet amour et on s'en réjouit.
Si vous le permettez je pense que vous auriez pu communiquer votre enthousiasme et votre victoire avec plus de clarté.
Merci pour ce partage.

   Vincente   
20/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tout d'abord ce titre qui intrigue mais pourrait aussi dérouter. J'ai été attrapé par les deux sensations, et j'ai bien failli passer mon chemin (d'ailleurs en EL c'est ce que j'avais fait...) mais, des kilomètres le long d'un cœur, ce n'est pas commun et puis ce mot cœur quand il veut parler en poésie me touche de prime abord.

Alors oui, je l'ai trouvé et il m'a touché.
L'intention a produit un premier éclat réjouissant dans la première strophe. Mais il est abruptement déchanteur dans ce quatrième vers couperet où l'on apprend étonné que la lumière ne sera pas. Ensuite, vient la longue marche pour aller vers cet amour sublimé, toujours si distant, toujours si omniprésent. La chute est une victoire à la Pyrrhus, le gain en est la quête elle-même, la victoire est ainsi le fait d'être dans la maîtrise de la quête, comme si la finalité devenait secondaire. Pourquoi pas... ça peut paraître triste de se résoudre au plaisir mélancolique de l'envie irréalisée, n'en est-elle pas ainsi renouvelée et nourrie d'elle-même, de sa propre énergie.
J'ai regretté quelques expressions convenues (l'axe du temps - chagrins criblés de noir - puits de la mélancolie) et deux termes qui manquent de poésie (kilomètres - emboîteuse), bien que pour ce premier il participe à ce retour "sur terre" qui s'est opéré.

En final, j'ai bien aimé ce cri du cœur meurtri mais résolu à vivre sa passion, "d'une autre manière"...

   PIZZICATO   
20/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Si le titre m'a un peu dérouté, " Epiphanie " m'a permis d'entrevoir, je crois, le sens du poème.
La quête de la lumière d'une " entente évidente "- mais dont le vers 4 nous apprend que ce " nous ne sera pas "- et ce passage que j'ai bien aimé :
" Au kilomètre le long de mon cœur
Marathonienne émérite
Tenant ma vie debout
Sur la piste infinie
Ta foulée luminescente
Enjambe l’axe du temps "

" Festive espérance ". Est-ce un parallèle avec ces festivités Romaines durant lesquelles les rôles pouvaient être inversés ?

En ce qui me concerne, mes lectures répétées ont fai émerger la qualité de ce texte.

   papipoete   
20/1/2019
bonjour eskisse
votre texte colle bien avec votre nom, où je vois l'esquisse d'une idée qui traverse mon esprit...l'espoir fait vivre, et au bout du chemin qui peut être semé d'embûches, et plein d'épines l'on peut entrevoir la victoire sur la nuit ! Une nuit qui remplit les jours aussi !
NB votre poème est pour moi trop subtil, pour que j'en savoure la quintessence ; une prochaine fois sans doute, je vous lirai avec plaisir et décontraction .

   STEPHANIE90   
20/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir eskisse,

Une course effrénée contre soi-même, ces idées noires qui nous empêche d'avancer, nous lient le cœur.
Je n'ai pas tout de suite compris cet allegro d'une voix, mais cette victoire sur la nuit méritais que je retente cette course encore une fois. Je ne saurais retenir qu'une partie de texte qui m'ait plu, tout quasiment m'a plu, sauf, peut-être cette épiphanie qui m'a demandé un temps de réflexion. Cette satanée image de soi qui nous assaille et nous emprisonne, parfois dans la mélancolie et la noirceur.

Merci pour cette jolie course le long de votre cœur, au plaisir de vous lire prochainement,
StéphaNIe

   eskisse   
25/1/2019

   Stephane   
27/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir eskisse,

Le titre est déjà une poésie en soi et tout ce qui suit est une belle course à esquiver les aléas de la vie et à poursuivre malgré tout le cours des choses.

Une belle réussite, en somme.

Stéphane


Oniris Copyright © 2007-2019