Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
eskisse : Dame Dune [Sélection GL]
 Publié le 11/08/18  -  17 commentaires  -  1142 caractères  -  220 lectures    Autres textes du même auteur

Pouvoirs de la nature.


Dame Dune [Sélection GL]



J’ai écouté le sable gifler ma peau ventée
J’ai grimpé sur tes chimères
J’ai lu tes paraboles ascensionnelles
Pour y trouver ma demeure

J’ai porté mon amour blanc sur tes flancs jaunes
Il y a grandi
Il y a frémi
Dans la poudre aérée de tes sinuosités
Dans l’antre attendri de tes refuges

J’ai fait un sablier de ma main
Pour voir glisser les grains de tes soleils
J’ai posé ma nuque chaude sur tes doigts de plume
J’ai écouté tes vrilles musicantes
Et le temps s’est arrimé à la lune
Dans l’écho de ta voix

J’ai dormi dans tes nuits bruyantes
Le vent sur la peau, les étoiles accrochées à mes cils
J’ai aperçu ma vie
Couler dans tes grains de peine
J’ai inscrit mon nom
Au fond de tes paléosols

Et tu m’as recueillie en ton sein
Moi la fille de rien
Pour l’offrande solaire
L’allégresse éphémère

Et tu m’as pétrie de tes grains
Moi l’effacée, la survoltée

Et tu as tenu ma main, je m’y suis agrippée
Pour pouvoir m’approcher
De ton ciel.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lucilius   
29/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle tournure que ce vagabondage spirituel ; une ascension avec des relais de chimères jusqu'au sol fossile lunaire pour avoir un autre regard sur…

Deux petits riens : une répétition 1ère strophe "j'ai écouté le sable gifler ma peau ventée" puis dans la 3ème strophe "le vent sur ma peau" ; enfin avant-dernière strophe " l'effacée, la survoltée" qui me semblent contradictoires.

   Eclaircie   
1/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

"Dame Dune", quel beau titre.
Votre présentation m'attire autant que les pouvoirs de la nature, j'avoue.

En lisant ce poème, me vient un titre un peu différent : "Dune Mère".
Si l'anaphore "j'ai" est un peu gênante en début de poème, on l'oublie vite, pour plonger dans cette dune, ce ventre chaud, mouvant, vivant. La sensualité si présente ruisselle, suinte, chuinte naturellement entre les grains de sable. Je lis une animalité belle, consentie.

Une belle osmose entre la narratrice qui nous dévoile (peu, juste assez) son caractère et cette Dune proche du Ciel.

Merci de ce partage
Éclaircie

   papipoete   
1/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
libre
je me suis approché de toi Dame Dune, et collant mon oreille à ta bouche, j'ai entendu ce que tu me susurrais ; de toi en ma main, j'ai laissé écouler tes grains incomptables mais si plein de sagesse ; et je me suis endormie tranquille contre toi qui m'accueillais telle ta fille, moi " la fille de rien " ...
NB des vers harmonieux et certains même étonnants " j'ai écouté tes vrilles musicantes " ! Le tercet final est très original et beau !
papipoète

   PIZZICATO   
11/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je trouve que l'anaphore traduit bien la communion de la narratrice avec sa " Dame Dune ".
De fort belles images tout au long de ce texte.

" J’ai écouté le sable gifler ma peau ventée
" J’ai fait un sablier de ma main
Pour voir glisser les grains de tes soleils "
"J’ai écouté tes vrilles musicantes " ...

" l’effacée, la survoltée " s'est laissé dompter par la dune " Et tu m’as pétrie de tes grains ".

Ma lecture, un agréable moment passé sur cette dune.

   Lulu   
11/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Eskisse,

J'ai bien aimé cette petite musique qui court dans votre poème et qui est l'écho d'une belle tonalité.

J'ai juste eu un doute, à ma première lecture, sur qui était le "Il y a grandi / Il y a frémi"... Mais en relisant plus posément, j'ai compris et d'autant plus apprécié l'ensemble qui faisait plus sens.

J'ai aimé le rythme, mais aussi certaines expressions comme celles du premier vers "J'ai écouté le sable gifler ma peau ventée" ; superbe image. Mais aussi les "doigts de plume" ou autres belles tournures qui viennent donner un bel accent aux sentiments suggérés.

Ce sont, pour moi, de très bons vers libres. Le fond et la forme s'allient admirablement… comme ce "Je" et ce "Tu" évoqués.

Le plus beau passage, selon mon sentiment, c'est celui-ci :
"J'ai aperçu ma vie / Couler dans tes grains de peine"... C'est vraiment magnifique, et si chargé de signification. On y met ce qu'on veut en tant que lecteurs, mais j'imagine… La formule est belle et originale.

Enfin, j'aime beaucoup le titre qui est évocateur à lui seul.

Tous mes encouragements.

   LenineBosquet   
11/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour et pardon Eskisse mais votre poème est bien tout ce qui me rebute en poésie. je trouve les images absconses ("j'ai porté ton amour blanc sur tes flancs jaunes", à quoi renvoient ces couleurs blanc et jaune, on ne sait pas, pour moi il n'y a rien derrière, c'est juste un effet de style) et je n'arrive à rien sauver pour ma part, les images et métaphores se suivent et se ressemblent dans l'incongruité et la recherche de faire "style".
Je comprends par contre fort bien que d'autres y ai été sensibles.
Me pardonnerez-vous ?

   izabouille   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Les images sont magnifiques. C'est une poésie très maternelle je trouve. J'ai bien aimé les doigts de plume, l'image du sablier qui accompagne la lecture, les étoiles accrochées à mes cils, couler dans tes grains de peine. J'ai adoré, merci pour ce bon moment de lecture

   wancyrs   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout en finesse ! C'est simple et beau. La preuve qu'on a pas besoin de trop d'artifice pour éblouir. Merci pour votre authenticité !

Wan

   Vanessa   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Il y a dans votre poème toute la grâce et la sensualité que j'aime en poésie.
Il y a bien ce vers qui m'a , à la première lecture, un peu déstabilisé :
"J'ai porté mon amour blanc sur tes flancs jaunes "
Parce-que le titre de prime abord ne me plaisait pas trop. Alors j'en avais abstraction , tellement que j'en avais oublié la métaphore.
C'est une très belle lecture.
Bravo.

   josy   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"J’ai fait un sablier de ma main
Pour voir glisser les grains de tes soleils
J’ai posé ma nuque chaude sur tes doigts de plume
J’ai écouté tes vrilles musicantes
Et le temps s’est arrimé à la lune
Dans l’écho de ta voix "

très beau poème....
c est aussi joli qu 'une rivière qui chante...
je l ai lu trois fois et chaque fois conquise
une main féminine surement qui ne manque pas de talent.

   Anonyme   
4/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
...( Modéré par moi-même)

   Brume   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour eskisse

Les moins: trop de "j'ai" répété.
" J'ai porté mon amour blanc sur tes flancs jaunes " - j'aurai plutôt dit " sur tes flancs beiges " , mais bon chacun sa vision.

J'aime ce genre de poésie qui mêle sensualité et délicatesse.
Un poème charnel, tactile. Le toucher est omniprésent et j'aime ressentir cette sensation pendant ma lecture.
Poème vibrant, épidermique, dont les vers comme :
"J'ai écouté le sable gifler ma peau ventée "
Me font fondre.

   Marite   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Instants d'ivresse sur la dune ... c'est ce que je retiens de ces vers libres. Comment, parfois, au contact de la Nature, l'esprit s'envole et les mots y affluent avec tant de diversité qu'il est alors difficile de les choisir pour qu'ils traduisent au plus près nos ressentis.
Quelques mots ont, à ma perception, freiné la spontanéité de l'expression poétique : ascensionnelles - flancs jaunes - paléosols.
A part cela, l'ensemble m'a séduit.

   hersen   
12/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quand la dune est un havre et que cet univers de sable abrite tout un monde de sensations.

Le parallèle avec l'amour se confond et mélange le minéral et l'animal, cela donne pour moi un aspect contemplatif que j'aime beaucoup.

Il y a de très belles images et ce poème est à lui seul un voyage tant cet univers est raconté de manière évocatrice.

Paléosol : ah ah, très bien placé ici, ce mot pourtant pas évident. Avec un raccourci que fait l'esprit, là, vraiment, j'ai aimé ! bel humour !

Merci de cette lecture

   Gabrielle   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quand la dune porte la vie...

Merveilleux texte qui renvoie vers une autre dimension : la dune est vivante (ressenti du lecteur durant tout le texte) et elle offre son ciel
(chute).

Merci pour ce merveilleux voyage.


G. Michel

   eskisse   
13/8/2018

   Ombhre   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Eskisse,

un très beau texte, emplis d'images qui glissent entre les doigts du lecteur comme des grains de sable. Ce poème respire la paix, la quiétude, et nous emmène, en nous prenant par la main, près du ciel. Je l'ai lu plusieurs fois, je ne voulais pas redescendre :-)

Merci pour ce beau partage.


Oniris Copyright © 2007-2020